Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/04/2008

Réchauffement climatique


Un test sur les ovocytes améliorerait la procréation médicalement assistée



..." Un facteur de croissance (substance nécessaire à la croissance des cellules) des globules blancs, le G-CSF, s'est révélé un excellent biomarqueur immunologique de la capacité d'obtenir un embryon qui s'implante bien dans l'utérus et aboutisse à une naissance.

"Le taux d'accouchement a été de 6 % pour les embryons issus d'un ovocyte où le liquide folliculaire contenait le taux le plus faible de G-CSF (20 picogrammes par millilitre, pg/ml). Il était de 15,8 % pour ceux ayant un taux intermédiaire et de 44 % pour ceux ayant le taux le plus élevé (supérieur à 24 pg/ml)", explique Nathalie Lédée.

Cette corrélation serait liée au fait que le G-CSF induit la tolérance immunitaire. Il permettrait donc à l'embryon d'être mieux accepté dans l'organisme maternel. "Nos travaux sont en accord avec des hypothèses nouvelles selon lesquelles le potentiel de vie d'un ovocyte est lié à son aptitude à un dialogue de tolérance immunitaire", explique le docteur Lédée. Cela a été confirmé par l'injection expérimentale de G-CSF chez des souris.

La tolérance immunitaire serait donc au centre du phénomène de la reproduction. Au niveau local, dans l'utérus où s'implante l'embryon, on ne retrouve d'ailleurs pas de cellules impliquées dans l'immunité acquise, en réponse à un corps étranger. L'utérus "autoriserait" en quelque sorte l'embryon à s'implanter."...

19:30 Publié dans sciences | Lien permanent | Commentaires (0)

21/04/2008

Pour 1 euro... on n'a plus grand-chose !



Rappelons qu'un euro c'est 6,57 Franc, si ma mémoire est bonne.

..."A titre d'exemples, les produits laitiers ont augmenté de 14 % sur les douze derniers mois, la volaille de 13,3 %."...
..."Les photographes se sont rendus dans un hypermarché de la région parisienne, réputé l'un des moins chers, et ont sillonné les rayons en tentant d'élaborer un repas à 3 euros avec entrée, plat, dessert. Le résultat est matérialisé en trois assiettes à 1 euro chacune."...
..."Interloqués par la demande du client photographe, le charcutier à la coupe ou le poissonnier de l'hypermarché se sont exécutés, mais ont eu parfois du mal à satisfaire la commande : "Lorsqu'on a demandé au charcutier de nous couper une tranche de jambon pour 1 euro, il n'y est pas parvenu !", ironise le photographe. Pour concrétiser dans l'assiette l'euro fatidique, il a dû lui-même amputer la tranche d'un quart de sa taille."...

16:40 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0)

19/04/2008

des nouvelles de l'association KOKOPELLI

voir le lien KOKOPELLI ci-contre :
Nouvelles d'Avril 2008

Un grand merci pour votre solidarité

Nous remercions très sincèrement les centaines de personnes et les fondations qui nous ont apporté leur soutien financier et moral et tous les amis de Kokopelli qui ont fait circuler les informations dans les réseaux et dans la presse.

En ce qui concerne le procès perdu en Cour de Cassation, l'association Kokopelli a, pour l'instant, payé la partie de l'amende redevable au lobby des semenciers (FNPSP). En ce qui concerne le second procès perdu, suite à l'attaque de la société Baumaux, nous vous rappelons que nous avons fait appel de ce jugement.

Stage d'agro-écologie les 27, 28 et 29 juin. Verdon

Nous avons le plaisir de vous proposer un stage d'agro-écologie animé par Stéphane Fayon, le directeur d'Annadana, notre antenne en Inde. Ce stage aura lieu au Verdon. Le contenu du programme proposé se base exclusivement sur l'expérience pratique développée depuis l'année 2000 dans le sud de l'Inde. Certaines des techniques enseignées par Stéphane (compost, panchagavia, effective micro-organisms, terra preta, jardinage bio-intensif, tourteaux de plantes, purins de plantes, promoteurs de croissance, production de semences, etc) sont tout autant applicables en milieu tempéré qu'en milieu tropical.

Ce stage est ainsi tout autant proposé aux jardiniers de France qu'aux personnes engagées dans des dynamiques de soutien aux communautés rurales en Afrique, Asie, Amérique Latine, etc.

Son coût est de 100 euros par personne et son programme détaillé sera très prochainement présenté sur notre site.

Voir avec Kokopelli pour les réservations.

Séminaires de production de semences

Nous vous rappelons que Kokopelli propose également une douzaine de séminaires de production de semences dans diverses régions de France.

Les dates de ces séminaires sont présentées sur notre site.

Un grand merci pour votre soutien et votre confiance.

18/04/2008

sans commentaire


19:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Pourquoi la Russie a peur de l'OTAN


prévoir


16/04/2008

OGM: lettre ouverte au premier ministre

lu sur liberation.fr :

OGM : lettre à François Fillon
QUOTIDIEN : mercredi 16 avril 2008

Monsieur le Premier ministre,
Sur le même sujet


* OGM: les opposants manifestent, Borloo appelle les sénateurs à bien voter
* OGM: «Les semenciers doivent assumer les risques de contamination»
* OGM : «Un affront au travail du Grenelle»



Le 24 octobre 2007, ouvrant le Grenelle de l’environnement, vous déclariez : «Solennellement devant vous, je m’engage à ce que toutes les conclusions précises, concrètes et consensuelles soient mises en œuvre.»

Le 25 octobre, l’ensemble des négociateurs, y compris les représentants de la profession agricole et du gouvernement, concluaient à l’unanimité sur l’«adoption d’une loi sur les biotechnologies et les OGM avant la fin du printemps 2008», reposant notamment «sur les principes suivants : responsabilité ; principe de précaution ; transparence et participation ; libre choix de produire (règles de coexistence) et de consommer sans OGM». Ce même jour enfin, dans son discours de clôture, le président de la République affirmait : «La vérité est que nous avons des doutes sur l’intérêt actuel des OGM pesticides ; la vérité est que nous avons des doutes sur le contrôle de la dissémination des OGM ; la vérité est que nous avons des doutes sur les bénéfices sanitaires et environnementaux des OGM.»

Monsieur le Premier ministre, ces doutes ne sont pas nouveaux, y compris dans la majorité présidentielle. Le contrat de législature 2007-2012 de l’UMP en faisait déjà état en recommandant de «ne pas accepter l’utilisation des OGM en l’état des connaissances scientifiques, mais poursuivre la recherche et associer tous les partenaires (chercheurs, représentants des agriculteurs, associations de défense de l’environnement…) à son contrôle et à son évaluation». Pourtant, le projet de loi que votre gouvernement va présenter, aujourd’hui au Sénat en deuxième lecture, n’est conforme ni avec les décisions du Grenelle, ni avec les doutes du président de la République et les réserves de votre parti, ni avec votre engagement solennel. Il légalise un risque de contamination par les OGM de l’ensemble de l’agriculture française et ne protège pas la grande majorité des agriculteurs qui veulent continuer à produire sans OGM. En prétendant organiser la coexistence entre les filières avec et sans OGM, il condamne ainsi l’avenir de ces dernières, en particulier les filières de qualité qui ont fait la renommée de notre agriculture.

De plus, vous avez promis d’affaiblir encore davantage ce texte en faisant supprimer par le sénat l’amendement 252, le seul amendement adopté par l’Assemblée nationale qui garantit de protéger «les structures agricoles, les écosystèmes locaux et les filières de production et commerciales qualifiées sans OGM». De bon sens évident, cet amendement répond à la demande d’une écrasante majorité de Français. Vous semblez de votre côté vouloir le rejeter parce que son auteur, André Chassaigne, est assis sur les bancs de l’opposition, alors qu’il aurait tout aussi bien pu être adopté à l’initiative de Louis Giscard d’Estaing, député UMP, qui avait proposé un amendement similaire avant de le retirer à la demande de la commission des Affaires économiques.

La politique a parfois ses raisons que la raison ignore, et qu’en tout cas nous ignorons. Cependant, nous n’acceptons pas que des logiques politiciennes viennent polluer l’intérêt général, la protection de l’environnement et la sérénité des consommateurs. Nous, signataires de cette lettre, défendons une agriculture de qualité, biologique et d’appellation d’origine contrôlée, la compétitivité de ce secteur d’exportation, une alimentation saine et de plaisir, une gastronomie mondialement réputée, une biodiversité riche et préservée, une science active et indépendante. Bref, face à des risques inconnus et potentiellement graves, nous défendons la liberté de produire et de consommer sans OGM.

Nous vous demandons, monsieur le Premier ministre, non seulement de défendre au nom du gouvernement l’article 252, tout autant que l’amendement 112 du député UMP Grosdidier, adopté à l’unanimité, mais aussi d’en décliner les principes au cœur même des dispositions de la loi, qu’il s’agisse du seuil de contamination, qui ne doit pas dépasser le seuil de détectabilité (0,1 %), ou du régime de responsabilité, qui doit effectivement et pleinement protéger les victimes. Mesdames et messieurs les sénateurs, nous vous demandons la sagesse. La sagesse de ne pas engager un processus de contamination irréversible de notre environnement et de la chaîne alimentaire. La sagesse de vous en remettre au principe de précaution inscrit dans notre Constitution. Votre responsabilité est immense. Nous serons vigilants.

Premiers signataires : Alain Allinant, Yann Arthus-Bertrand, Christophe Aubel, Isabelle Autissier, Robert Barbault, Juliette Binoche, Claude Bascompte, Allain Bougrain-Dubourg, Oscar Castro, Jean-Pierre Coffe, Marion Cotillard, Marc Dufumier, Claude Dumont, Jean-Louis Etienne, Séverine Ferrer, Thierry Frémont, Gilles Gaston-Dreyfus, Sébastien Genest, François Gèze, Françoise Hardy, Izia Higelin, Jacques Higelin, Nicolas Hulot, Pascal Husting, Claire Keim, Corinne Lepage, Jonathan Littell, Florent Pagny, Vincent Perrot, Emmanuel Petit, Jean-Pierre Raffin, Marie-Monique Robin, Daniel Richard, Olivier Rollinger, Rufus, Bernard Saincy, Pierre-André Taguieff, Jean Terlon, Tignous, Nicolas Vanier, Lambert Wilson.

l'agriculture de demain



..."Le document de l'IAASTD marque un renversement d'optique par rapport à la politique qui a favorisé depuis un demi-siècle les cultures d'exportation au détriment des cultures vivrières (cacao en Côte d'Ivoire, arachide au Sénégal, soja en Argentine, etc.). "L'IAASTD propose une réorientation autour des savoirs locaux et communautaires, afin de retrouver une autosuffisance alimentaire, explique le Français Michel Dodet, de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra), membre du bureau de l'IAASTD. On ne peut pas jouer sur le seul facteur de la technologie."

La discussion a achoppé sur la question du rôle des organismes génétiquement modifiés (OGM). L'organisation Crop Life International, qui regroupe des entreprises comme Monsanto et Syngenta, s'est ainsi retirée de la discussion en octobre 2007. Le processus n'en a pas moins continué, conduisant à "une vision de compromis entre deux visions dures de l'agriculture : celle qui place la technologie au centre de tout progrès et celle privilégiant les savoirs locaux", selon Marianne Lefort, agronome et coauteur d'un des rapports.

Par ailleurs, l'"agro-écologie", qui est la prise en compte des processus écologiques dans le système agricole, se voit pleinement reconnue par l'IAASTD.

Le rapport de synthèse a été approuvé par 59 des 63 Etats représentés au sein de l'IAASTD. Etats-Unis, Australie, Canada et Royaume-Uni ont indiqué "ne pas pouvoir [l']approuver complètement". Mais, dans une déclaration liminaire, ces pays ont apporté leur soutien à la démarche engagée. De son côté, la Chine a approuvé l'ensemble des textes, exprimant cependant des "réserves" sur le chapitre relatif aux biotechnologies."...

les députés et les OGM ...

lu sur liberation.fr :
En direct du Palais-Bourbon
Elu en 2007, François de Rugy (Verts) raconte son expérience de député.

"Ma première motion de censure"
16/04/2008
Les OGM rendent-ils fous ?

Il aura donc fallu que l’Assemblée se saisisse de la question des OGM pour qu’elle s’emballe : c’est en effet la première fois depuis neuf mois de gouvernement Fillon que l’examen d’un texte à l’Assemblée fait l’objet de débats aussi enflammés, pendant plus d’une semaine. Même le «paquet fiscal» voté en juillet 2007 avait «profité» de l’affaiblissement de la gauche au lendemain de sa défaite présidentielle et législative et de la torpeur de l’été pour passer dans une certaine indifférence.

Quelles que soient les positions des uns et des autres, je crois pouvoir dire que cela était finalement assez normal : ce n’était pas le résultat d’une stratégie d’obstruction qui aurait été mise en place par l’opposition mais bien le fait d’un vrai débat au sein de l’Assemblée où l’on retrouvait toutes les tendances qui s’expriment dans la société française. Diversité qui n’est pas toujours aussi présente dans l’hémicycle.

Plusieurs amendements ont soulevé LE débat sur cette question : peut-on cultiver des OGM sans risquer de contaminer non seulement l’environnement mais surtout d’autres cultures ? Du coup, faut-il s’empresser d’autoriser les cultures en plein champ ou faut-il au contraire s’en tenir à la poursuite des recherches en laboratoire ou en milieu confiné (sous serre par exemple) ? Finalement, un des points-clés, que nous Les Verts avions notamment mis en avant, a été de savoir si l’on pouvait garantir à chaque producteur qu’il pourrait continuer à produire sans OGM s’il le souhaite : autrement dit, le risque de dissémination des OGM (par les pollens) n’était-il pas important au point de compromettre la capacité à produire sans OGM, au cas où on autorise la culture d’OGM en plein champ ?

Le projet du gouvernement tentait de faire croire avec une certaine hypocrisie qu’il défendait ce principe (qui renvoie d’ailleurs à celui de liberté d’entreprendre qui devrait être chère au cœur de la droite…) : pour le «prouver», il l’avait inscrit dans l’article premier de la loi. Pour «vérifier» que cet engagement était sincère, de nombreux députés ont donc déposé des amendements qui tentaient de préciser tous les cas où cette cohabitation est impossible parce que trop risquée : agriculture biologique, agriculture de labels…

Et c’est là que la (bonne) surprise est arrivée : ces amendements, très proches dans la rédaction, étaient déposés par des députés de gauche mais aussi de droite.

Autre surprise, toujours aussi bonne, Nathalie Kosciuscko-Morizet, secrétaire d’Etat à l’Ecologie, ne donne pas d’avis défavorable à ces amendements comme cela est quasiment toujours le cas pour les amendements des députés, surtout s’ils viennent de l’opposition.

Ultime surprise : plusieurs amendements de l’opposition ont été adoptés ! Lors d’une séance de nuit à laquelle je participais, trois amendements très proches ont été soumis au vote : le premier a été rejeté car il avait obtenu autant de votes pour que contre. Le deuxième a été rejeté à une voix près. Enfin, le troisième (bien connu maintenant sous le nom d’amendement 252), voté à main levée, a été adopté à une voix de majorité, grâce au renfort de plusieurs députés de droite qui ont eu le courage de lever la main en milieu plus qu’hostile !

Ce résultat inattendu a du coup déclenché la colère des «durs de l’UMP» qui ont immédiatement demandé une suspension de séance. On a ainsi pu assister à une réunion du groupe UMP improvisée dans les couloirs de l’Assemblée où Madame Kosciuscko-Morizet a été quelque peu malmenée. C’est ainsi que j’ai pu entendre un député UMP affirmer sans détour : «Quand on sème la merde, on récolte la merde»…

Alors qu’on a vu par la suite la secrétaire d’Etat, rebaptisée NKM ( en allusion à NTM ? pas vraiment élégant…) traiter certains de ses collègues de l’UMP de lâches, on peut sérieusement se demander si les OGM ne rendent pas fous !

• François de Rugy •

12/04/2008

boire du vin, oui MAIS BIO !

lu sur univers-nature.com (lien ci-contre) :
10-04-2008

Vin : jusqu'à 5800 fois plus de pesticides que dans l'eau

La présence de pesticides dans la chaîne alimentaire n'est pas une nouveauté. Le bilan de la teneur en pesticides des végétaux entrant dans l'alimentation humaine, que l'Union européenne demande à ses membres de publier chaque année, en atteste régulièrement. Néanmoins, si la contamination des aliments et de l'eau est relativement bien connue, il n'en va pas de même de celle du vin.

Les 3,5% de la superficie agricole, consacrés à la production de raisin, reçoivent environ 15% des pesticides de synthèse appliqués sur les grandes cultures. Si une grande partie des épandages se rapportent à des applications de soufre, relativement peu dangereuses au regard des produits utilisés contre l'oïdium (1), une évaluation publiée par le ministère français de l'agriculture, en 2005, montre que près d'un tiers des pesticides appliqués aux raisins sont systématiquement transférés au vin lors de sa production. Face à ce constat, il n'est pas inintéressant de se pencher sur le taux et le type de pesticides présents dans le vin.
C'est ce qu'ont fait les associations du Pesticides Action Network Europe (2) en analysant 40 bouteilles de vin rouge en provenance de France, d’Autriche, d’Allemagne, d’Italie, du Portugal, d’Afrique du sud, d’Australie et du Chili (3).
Les résultats sont sans ambiguïté : la totalité des vins issus des vignes cultivées de manière conventionnelle sont contaminés, avec en moyenne des résidus de 4 pesticides différents (les plus contaminés d’entre eux affichant jusqu'à 10 pesticides). Mis à part un cas spécifique, les vins biologiques analysés ne présentent pas de traces de pesticides. Le seul vin bio contaminé est produit à proximité de parcelles menées de façon conventionnelle.

Sachant qu'à l'inverse de l'eau, il n’existe pas de limites maximales autorisées (LMR) à la contamination du vin, on se réfère à celles utilisées pour le raisin, lesquelles sont très importantes (les plus élevées de la production de fruits). Face à ce vide légal, rien d'étonnant que les niveaux de contamination observés dans le vin battent tous les records et laissent loin derrière les niveaux tolérés pour les pesticides dans l’eau. L'étude a ainsi enregistré un maximum s'élevant à 5800 fois les Concentrations Maximales Admissibles (CMA) autorisées par pesticide dans l’eau du robinet !

Parmi les substances identifiées, de nombreuses sont considérées comme des cancérigènes possibles ou probables, des toxiques du développement ou de la reproduction, des perturbateurs endocriniens ou encore des neurotoxiques (4). Ainsi, à titre d'exemple, de la procymidone classée cancérigène, reprotoxique et perturbateur endocrinien par l’UE a été trouvé dans plusieurs vins français et italiens.
Alex Belvoit
1- Présent sur l’ensemble de la planète, ce champignon microscopique attaque les feuilles et les raisins. C’est le principal ravageur de la vigne.
2- L’étude a été coordonnée par PAN-Europe et soutenue par le MDRGF pour la France, Global 2000 pour l’Autriche et Greenpeace pour l’Allemagne.
3- Sélectionnés parmi des marques à bas prix et haut de gamme, 34 vins étaient issus de l’agriculture intensive et 6 d’une production biologique.
4- D’après les classifications de l’Union européenne et de l’organisation mondiale de la santé.

20:35 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (0)

Contre les OGM - Pour l'amendement 252

http://amendement252.blogspot.com/

Comité de soutien à l'amendement 252

Refuser les OGM dans nos assiettes, protéger la gastronomie française, respecter nos territoires
L'Appel du « Comité 252 »
Nous, producteurs, agriculteurs, restaurateurs, consommateurs, gastronomes et citoyens, sommes viscéralement attachés aux AOC et labels de qualité qui font la renommée de la France, comme à la protection de l'agriculture conventionnelle et biologique ainsi que des espaces naturels remarquables. L'avenir de ce patrimoine national serait irrémédiablement menacé par les disséminations d'OGM.

Nous nous félicitons de l'adoption par l'Assemblée nationale de l'amendement 252 ajoutant à l'article 1 du projet de loi sur les OGM que ces organismes ne peuvent être cultivés que dans le respect « des structures agricoles, des écosystèmes locaux, et des filières de production et commerciales qualifiées "sans organismes génétiquement modifiés" et en toute transparence ».

Au moment où le président de la République veut faire inscrire notre gastronomie au patrimoine mondial de l’Unesco, il serait inconcevable de faire marche arrière.

Par notre signature, nous demandons solennellement au gouvernement de s'engager à respecter le vote du Parlement et de s'opposer à toute tentative de suppression de l'amendement 252 jusqu'à l'adoption définitive de la loi.

Pour signer l'appel : http://petition2.yeppa.org/index.php

11/04/2008

inégalité et environnement



..."Existe-t-il des inégalités environnementales ? Si oui, sont-elles liées aux inégalités sociales ?" Le questionnement apparaît dans un contexte où les inégalités sociales croissent fortement depuis une trentaine d'années dans les pays développés."...
..."Depuis quelques années, a conclu Didier Tabuteau, directeur de la chaire santé de l'IEP, on observe le retour d'une logique de productivisme, comme l'a illustré le rapport Attali. Il faut faire attention à ne pas reproduire le passé, qui nous a conduits à de très graves problèmes de santé publique." Et donc à ne pas oublier le lien entre économie, inégalité, et environnement."

19:00 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (0)

L'exploration génétique des bactéries qui colonisent l'intestin humain va commencer



..."Si on en pressent depuis longtemps l'importance, on ne sait encore que peu de chose des relations que l'homme entretient avec cette flore qui colonise rapidement le tube digestif après la naissance. On estime qu'elle est constituée d'un millier d'espèces de bactéries, dont le nombre total est dix fois supérieur à celui de toutes les cellules qui constituent un organisme humain."...

18:55 Publié dans sciences | Lien permanent | Commentaires (0)

Le sarkozysme à l'épreuve des OGM


18:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Exemples à suivre



..."Christine Chow, 56 ans, est la femme de Ma Ying-jeou, élu président de la République de Taïwan le 22 mars. "...
..."Diplômée de l'université de New York, Christine Chow travaille pour la banque Mega depuis vingt-six ans.
Pour les Taïwanais, c'est une révolution. Christine Chow, il est vrai, innove à plus d'un titre : elle ne porte ni maquillage ni sac Louis Vuitton, a travaillé dans un restaurant de New York pour permettre à son mari de finir ses études à Harvard et, le lendemain de l'élection présidentielle, faisait la queue à l'enregistrement des vols internationaux pour accompagner ses deux filles qui repartaient pour les Etats-Unis."...

..."Therese Rein, la femme du nouveau premier ministre australien, Kevin Rudd, a elle aussi décidé de poursuivre sa carrière personnelle."...

Rigueur


Calibrage de rigueur
LE MONDE | 09.04.08

© Le Monde.fr

..."l'Etat ne parvient même pas à honorer ses obligations : il doit rembourser la dette qu'il a contractée vis-à-vis de la Sécurité sociale, et il hésite, à l'évidence, à augmenter la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS), de crainte de se voir reprocher d'alourdir la fiscalité.
L'autre contradiction est mise en relief par le "paquet fiscal" de 14 milliards d'euros. Loin d'avoir provoqué un choc de confiance, il s'avère, selon un premier bilan de la commission des finances de l'Assemblée nationale, coûteux et peu efficace. Ainsi la facture de la détaxation des heures supplémentaires est de 4,1 milliards d'euros par an pour l'Etat et procure un gain de pouvoir d'achat de 3,78 milliards à une partie des salariés. Pour calibrer la dépense sociale à l'aune de la rigueur, encore faut-il déjà s'abstenir de mener une politique de gribouille.
Article paru dans l'édition du 10.04.08."

08:36 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0)

09/04/2008

Amusant, non ?



..."On voit alors un diplomate chinois, écharpe autour du cou, sortir de sa limousine, très en colère."...
..."M. Song et les autorités chinoises décident d'annuler le relais et la cérémonie de l'Hôtel de Ville. (...) Cette décision a été prise par les autorités chinoises. Ce sont elles qui avaient la responsabilité de la flamme, la responsabilité du rythme de déplacement du cortège"...
..."les incompétents, c'étaient ces Chinois aussi arrogants qu'indécis. Et mal élevés ! Ce n'est pas David Douillet qui dira le contraire. L'ancien champion du monde de judo se voyait éteindre sa flamme par un Chinois, nettement plus petit que lui, mais qui savait où était le bouton interrupteur sur son flambeau."...

la langue des politiques est-elle commandée par leur cerveau ?

lu sur lemonde.fr :
Nathalie Kosciusko-Morizet dénonce les "lâches" puis s'excuse
09.04.08 | 16h12

PARIS (Reuters) - Mise en cause par le groupe UMP et le Premier ministre, Nathalie Kosciusko-Morizet a dénoncé un "concours de lâcheté" autour du débat sur le projet de loi sur les OGM avant de faire des excuses publiques.

Figure montante de la majorité, Nathalie Kosciusko-Morizet s'en était prise en termes très vifs dans le quotidien Le Monde daté du 10 mars au président du groupe UMP à l'Assemblée, Jean-François Copé, et à son ministre de tutelle, Jean-Louis Borloo.


"J'en ai marre d'être confrontée à une armée de lâches", déclarait-elle en réaction à la polémique sur la façon dont elle était intervenue dans le débat au palais Bourbon sur les OGM.

Devant le tollé provoqué dans la majorité par ces propos, François Fillon a exigé lors d'une réunion du groupe UMP, en début d'après-midi, que la secrétaire d'Etat présente ses excuses, a rapporté un membre du cabinet de Jean-François Copé.

Nathalie Kosciusko-Morizet, qui a été nommée le 28 mars secrétaire général adjoint de l'UMP, a peu après publié un communiqué dans lequel elle déclare: "Je souhaite présenter des excuses à Jean-Louis Borloo et Jean-François Copé."

"Les propos qu'on me prête aujourd'hui dans le journal Le Monde ont été déformés. Je comprends d'ailleurs très bien qu'ils aient pu les heurter", ajoute-t-elle.

Elle précise se tenir à la disposition du groupe parlementaire UMP "pour m'expliquer et lui témoigner ma solidarité."

Compte tenu de l'ampleur de la polémique, la secrétaire d'Etat à l'Ecologie ne participera pas à la visite que François Fillon entame jeudi au Japon.

"Vu le niveau de la polémique, il n'est pas souhaitable qu'elle y participe", déclare-t-on dans l'entourage du Premier ministre.

"Je regrette d'avoir lancé une polémique pareille", avait auparavant déclaré Nathalie Kosciusko-Morizet sur France inter, répétant que l'article du quotidien Le Monde était "excessif dans sa formulation."

Priée de dire si elle compte démissionner, elle répond : "Mais pourquoi ? Je suis dans une position difficile, c'est entendu, mais le texte qui sort des travaux du Parlement (...) est intéressant."

"CONCOURS DE LÂCHETÉ"

"Ce sujet, qui est un sujet difficile méritait mieux que le choix par la secrétaire d'Etat de l'injure", a déclaré pour sa part Jean-François Copé aux journalistes.

"Les propos de Nathalie m'ont profondément attristé, d'abord à titre personnel et puis ensuite pour l'ensemble de ses amis députés parce que nous essayons de faire notre travail le mieux possible", a-t-il ajouté. "Les propos qui ont été tenus nous ont profondément peinés et blessés."

Le chef de file des députés UMP avait reproché mardi à Nathalie Kosciusko-Morizet d'être "à la source des problèmes" qui ont permis l'adoption de plusieurs amendements proposés par l'opposition lors du débat sur les OGM.

Ces amendements ont permis de rééquilibrer le texte dans un sens salué par les écologistes, qui ont apporté leur soutien à la secrétaire d'Etat, à l'instar de Greenpeace et France nature environnement.

Dans Le Monde, Nathalie Kosciusko-Morizet répondait vertement à Jean-François Copé, sans épargner au passage son ministre de tutelle.

"Il y a un concours de lâcheté et d'inélégance entre Jean-François Copé, qui essaie de détourner l'attention pour masquer ses propres difficultés au sein du groupe, et Jean-Louis Borloo, qui se contente d'assurer le minimum", déclarait-elle.

"Si le travail de préparation préalable avait été fait dans le groupe, cela ne se serait pas produit. Ce n'est pas normal qu'il y ait eu aussi peu de députés en séance", poursuivait-elle.

"Manifestement, Copé n'arrive pas à tenir le groupe", ajoutait Nathalie Kosciusko-Morizet. "Quant à Jean-Louis (Borloo), j'attends avec impatience qu'il vienne exprimer la 'parole unique' du gouvernement dans l'Hémicycle. Quand il veut, il vient."

Gérard Bon

la Chine et le capitalisme triomphant !

lu sur http://www.aujourdhuilachine.com/ (lien ci-contre) :
Polémique : un hôtel construit dans le Palais d'été de Pékin

le 9/4/2008 à 10h36 par la rédaction

Certains bâtiments du Palais d'Eté de Pékin vont être transformés en hôtel de luxe, réservé à quelques privilégiés. Pourtant ce site fait partie des endroits protégés par l'Unesco.

La société Aman Resorts, basée à Singapour, compte ouvrir un hôtel-club de 6 étoiles cet automne. Sa direction a reconnu que l'état des travaux ne permettait pas une ouverture avant les jeux Olympiques de cet été, contrairement à ce qui avait été prévu.

Mais si l'information donnée par le journal hongkongais South China Morning Post a été confirmée par le ministère chinois de la construction, celui-ci a refusé de donner plus de détails.

Il faut dire que le projet est mal perçu par les touristes et les Pékinois. Le Palais d'Eté fait en effet partie des sites incontournables de la capitale.

" Je ne comprends pas comment on peut envisager la construction d'un hôtel dans un site historique. Cela veut dire aussi que les visiteurs n'auront plus accès à certaines parties de cet endroit merveilleux" explique en colère, Madame Li, Pékinoise de souche, qui vient ici régulièrement.

Mais pour Xu Zhiyong, cadre du district, la question ne se pose pas de la même manière: " Au Palais d'Eté, il y a plein de bâtiments vides donc dans un sens, inutiles. Si on ne touche pas aux façades et à l'harmonie du palais, nous ne pouvons pas dire que ce projet est mauvais".

La société Aman a tenu à rassurer les inquiets par la voix d'un de ses architectes, Monsieur Douglas-Ebert: " Nous sommes toujours très sensibles à l'héritage culturel des endroits où nous ouvrons un hôtel".

Le palais d'Été de Pékin, créé en 1750, détruit en grande partie au cours de la guerre de 1860, puis restauré sur ses fondations d'origine en 1886, est un chef-d'œuvre de l'art des jardins paysagers chinois.

Il a été intégré par l'Unesco en 1998 dans sa liste du Patrimoine mondial. Une décision qui ne suffit visiblement pas à protéger le site des bonnes affaires immobilières.

info

lu sur lemonde.fr :
Google Earth pointe les camps de réfugiés gérés par l'Onu
09.04.08 | 13h05

Par Laura MacInnis

GENEVE (Reuters) - Google Earth, le service de cartographie du premier moteur de recherche, tente de convaincre les experts des Nations unies qu'il pourrait permettre d'éveiller les consciences sur la situation dans les camps de réfugiés à travers le monde et, potentiellement, de drainer des fonds.


Les utilisateurs du site, sur lequel on peut visionner des images en trois dimensions et zoomer sur des lieux géographiques, peuvent désormais découvrir des plans resserrés de camps de réfugiés gérés par l'Onu et des projets humanitaires en cours.

Rebecca Moore, qui dirige Earth Outreach chez Google, a déclaré que les photos en haute définition des zones en crise permettaient de sensibiliser un large public qui, sans ce service, ne les aurait jamais vues.

Parmi les 350 millions de personnes qui ont téléchargé Google Earth, beaucoup l'utilisent pour scruter leur destination de vacances ou pour découvrir d'autres endroits du monde vus du ciel. Les images satellites sont en général actualisées tous les mois, mais pour certains endroits il n'existe aucune photo publique.

Moore a plaidé pour Google Earth devant des spécialistes de l'aide humanitaire réunis au siège du Haut commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR), arguant que des interviews vidéo de réfugiés, des photos de déplacés et des textes pédagogiques pouvaient être ajoutés en toile de fond pour informer les visiteurs.

"Utilisez Google pour raconter votre histoire", leur a-t-elle dit.

Tout en zoomant sur des images de camps de réfugiés au Tchad, en Irak et en Colombie - à des degrés divers de précision qui vont du relief général aux tentes -, Moore a déclaré que les développeurs avaient d'abord conçu cet outil comme "l'ultime jeu vidéo".

Puis, a-t-elle dit, "nous avons réalisé que Google Earth avait le potentiel pour être un outil beaucoup important et éloquent".

CRISES

L'ancienne présidente irlandaise Mary Robinson, qui a également travaillé comme Haut commissaire de l'Onu pour les Droits de l'homme, a déclaré que la technologie pouvait aider le public à mieux comprendre les crises liées aux personnes déplacées.

"Nous avons besoin de tous les moyens de communication possibles pour changer la dynamique, pour que cela devienne quelque chose de très personnel", a-t-elle déclaré lors de la conférence par vidéo.

Karl Steinacker, qui dirige la section information et coordination du HCR, a déclaré que le commissariat cherchait à "systématiquement dresser la carte" des quelque 150 camps de réfugiés qu'il gère.

"C'est la première fois que nous utilisons ces cartes pour informer le public", a-t-il dit, remarquant que les responsables du HCR utiliseraient également ces données pour s'assurer que les camps sont bien conçus et qu'ils fonctionnent bien.

Ces images, qui ne sont pas des transmissions en direct, permettent aussi de survoler des zones de troubles, comme celles où les viols sont fréquents ou celles touchées par le paludisme, a dit Steinacker.

Certains experts de l'Onu ont estimé que les images satellites pourraient permettre au personnel humanitaire de suivre les déplacements des communautés de réfugiés et de voir où l'aide doit être distribuée. Mais d'autres ont fait valoir que cet outil ne serait pas très utile sur le terrain où il n'y a pas d'accès à l'internet haut débit.

Version française Mathilde Gardin

Les députés votent aujourd'hui le projet de loi sur les OGM


08/04/2008

OGM : la route est longue, encore ...



..."Peut-on interdire les importations ? "La culture du MON 810 a été interrompue au nom d'une problématique environnementale, et non sanitaire, donc nous pouvons continuer à importer", fait savoir le ministère de l'agriculture. De plus, une telle décision engendrerait un différend commercial, qui devrait se régler devant l'Organisation mondiale de commerce (OMC). L'Autriche continue pourtant de bloquer l'arrivée d'OGM sur son territoire, mais s'expose à des pressions commerciales de Washington, que les militants de Greenpeace ont dénoncé fin mars à Vienne lors d'une manifestation."...
..."autre hypocrisie du système : le manque d'information et de transparence des citoyens sur le fait que les OGM (importés) sont couramment utilisés en France. Selon la réglementation européenne, si les sacs d'alimentation du bétail sont obligatoirement étiquetés "OGM", la viande, le lait, les oeufs, même s'ils sont issus d'animaux nourris aux cultures transgéniques, ne le sont pas. "...

Les mots d'amour


19:53 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (0)

07/04/2008

A défaut de Pékin, boycotter Sotchi



..."Ces Jeux garderont un sinistre arrière-goût pour les démocrates. C'était prévisible. Le climat contestataire qui entoure leur organisation apportera-t-il un progrès pour le citoyen ordinaire chinois ou tibétain ? Ce n'est pas du tout prévisible. Faut-il pour autant boycotter les JO de Pékin ? Ce boycottage aurait-il un effet positif pour ces mêmes citoyens brimés dans l'exercice de leurs droits fondamentaux ? Ce n'est guère plus prévisible, il faut le reconnaître."...
..."Il est trop tard pour obtenir la suppression des Jeux de Pékin. Il faut l'accepter. Cela ne doit pas empêcher d'essayer de profiter de cette monstrueuse erreur de trois manières. D'abord en faisant savoir fermement au CIO et aux autres fédérations sportives internationales qu'il ne pourra plus être question à l'avenir d'attribuer encore de grandes épreuves à des pays non démocratiques qui ne seraient pas soumis à d'impérieuses contraintes en matière de respect des droits de l'homme. Le temps est d'ailleurs peut-être venu de mettre sous contrôle ces grandes fédérations dont le fonctionnement est aussi opaque qu'arbitraire, ce qui explique probablement les graves erreurs telles que celle que nous déplorons aujourd'hui."...
..."Est-il encore acceptable qu'un Etat soit admis comme membre de l'OMC et se maintienne comme membre permanent du Conseil de sécurité sans qu'il lui soit imposé le respect de la déclaration universelle des droits de l'homme adoptée par l'ONU en 1948 ? Va-t-on accepter qu'un tel Etat puisse développer une économie à fort taux de croissance qui n'est pas sans préjudices sur les économies qui s'imposent des devoirs en matière de démocratie et de bien-être de la population et qui sont, de ce fait, victimes d'une concurrence déloyale ?"...
..."Il est encore temps de réattribuer ces Jeux à un pays démocratique, puisqu'ils auront lieu en 2014, et d'établir des règles qui voudraient que, en sport comme ailleurs, les pays qui s'astreignent aux exigences de respect des droits de l'homme, de respect de l'environnement et de loyauté dans le domaine de l'économie et du commerce mondial se voient réserver certains privilèges. Ce ne serait que justice.

Laisser des Etats totalitaires devenir des puissances est dangereux. Il ne faut pas les laisser se faire du muscle et de la graisse. Les grandes puissances dictatoriales sont redoutables sur le plan militaire, diplomatique, économique et environnemental. Si nous reproduisons la politique qui fut jadis celle de Daladier et de Chamberlain, le risque est grand que nous aboutissions aux mêmes drames. Cela étant, ce n'est pas en tolérant Guantanamo qu'on se positionne beaucoup mieux. "

Qu'est-ce qu'on s'amuse !

lu sur lemonde.fr
JO: Paris met la flamme olympique sous l'éteignoir
07.04.08 | 18h14

Par Thierry Lévêque et Chrystel Boulet-Euchin

PARIS (Reuters) - Sous la pression des défenseurs des droits de l'homme et du Tibet, le voyage de la flamme olympique d'Athènes à Pékin a sombré dans le chaos lundi à Paris où la torche a effectué une grande partie du trajet en autocar.
Le relais de 28 km prévu dans la capitale a été purement et simplement abandonné en fin de parcours après avoir été jalonné d'incidents et d'arrestations - au moins 23 selon l'association Tibet Libre - parfois musclées.
La flamme n'est sortie de l'autocar où elle avait été mise en sécurité à plusieurs reprises que devant le Stade Charléty, dernière étape du relais, dans les mains du joueur de football Pedro Pauleta qui l'a remise à la nageuse Christine Caron.
Symbole du désordre qui a régné toute la journée, la torche avait auparavant été momentanément éteinte, "en raison d'un problème technique sur le porte-flamme", a-t-on déclaré à la préfecture de police.
L'événement rare s'est produit alors que le relais passait sur la rive gauche de la Seine près d'Issy-les-Moulineaux.
La torche a repris sa route dans les mains notamment du judoka David Douillet, double champion olympique.

Le reste de sa progression n'a été qu'un long parcours du combattant malgré le déploiement de près de 3.000 policiers, dont certains accompagnaient le cortège en rollers ou à vélo.

Le premier incident avait éclaté dès le départ au premier étage de la Tour Eiffel.

Au cri de "Liberté pour le Tibet", Sylvain Garel, président des élus Verts au conseil de Paris, a tenté d'arracher la flamme à son premier porteur, l'athlète Stéphane Diagana, ancien champion du monde du 400 mètres haies.
Diagana a quitté la Tour Eiffel entouré de policiers. Il portait le badge spécial, frappé des cinq anneaux olympiques et du slogan "Pour un monde meilleur", conçu par les athlètes français pour l'occasion.
"Ce badge que l'on porte, c'est un message d'amour, de solidarité et de partage", a-t-il dit.

DRAPEAU NOIR

Des militants de Reporters sans frontières (RSF) ont déployé sur la Tour Eiffel un drapeau noir frappé des anneaux olympiques déformés en menottes et se sont enchaînés au monument.
Juste en face de la Tour Eiffel, de l'autre côté de la Seine, des défenseurs de la cause tibétaine ont manifesté sur le Parvis des droits de l'homme devant le Palais du Trocadéro.
Plusieurs personnalités se sont associées au rassemblement. Noël Mamère, ancien candidat des Verts à la présidence de la République, a vivement mis en cause Jacques Rogge, président du Comité international olympique.

"Rogge est un paillasson, le collabo d'un régime auquel il a donné les Jeux il y a sept ans", a-t-il dit.

Reporters sans frontières a déployé son drapeau noir Avenue Marceau où la flamme est arrivée avec près d'une heure de retard sur son horaire toujours à bord de l'autocar que précédaient une quarantaine de véhicules de police.
Des militants de l'association ont également lancé des fumigènes et des tracts du haut des tours de Notre Dame.
L'affaire avait auparavant pris des allures d'incident diplomatique lorsque la flamme a brûlé l'étape de l'Hôtel de Ville sur lequel était affiché un panneau disant: "Paris défend les droits de l'homme partout dans le monde"..

"Les autorités chinoises n'ont pas souhaité que la flamme s'arrête devant l'Hôtel de Ville", a déclaré le maire de Paris, Bertand Delanoë.

"C'est de leur responsabilité. J'avais cru comprendre que l'attribution des JO à Pékin était un signe d'ouverture."

Les quatre groupes parlementaires ont suspendu leurs travaux pour manifester leur solidarité aux Tibétains lors du passage de la flamme olympique devant l'Assemblé nationale.
A Pékin, la directrice des médias du comité d'organisation des Jeux de Pékin, Wang Hui, a condamné tout en les minimisant les manifestations qui avaient déjà commencé à Londres dimanche.
"Nous condamnons fermement ces quelques séparatistes. Leurs actions seront condamnées à travers le monde et sont vouées à l'échec", a-t-elle dit.

Le trajet de la flamme dont Pékin aurait voulu faire "le voyage de l'harmonie" est long de 137.000 km à travers 21 grandes métropoles du monde et toutes les provinces chinoises, y compris le Tibet et une ascension de l'Everest.

San Francisco sera la prochaine étape. De nouvelles manifestations sont prévues.

Avec Jean-Paul Couret

Au secours !



………"Diaboliques, les "narcos", pour se constituer une clientèle, vont jusqu'à distribuer aux abords des écoles primaires des décalcomanies imprégnées de LSD, afin que les enfants lèchent de la drogue au moment de coller des images de Tom et Jerry."...

19:39 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0)

La forme humaine de la maladie de la vache folle a causé deux décès en Espagne


Le sang des alligators ...



..."ces chercheurs sont persuadés d'avoir identifié de précieuses protéines, naturellement synthétisées par certains leucocytes présents dans le sang des alligators. Selon eux, les propriétés de ces protéines font qu'elles pourraient bientôt être rangées sur les rayons de plus en plus démunis de l'antibiothérapie."...
..."Les chercheurs américains ont aussi montré que certaines de ces protéines étaient actives contre une majorité des souches de Candida albicans, un champignon pathogène. Des travaux de biologie moléculaire sont en cours. Ils visent à identifier les structures qui pourraient devenir les principes actifs des antibiotiques et antifongiques de demain."...
..."En plus des alligators, les crocodiles pourraient également bientôt faire l'objet d'études."...

19:00 Publié dans sciences | Lien permanent | Commentaires (0)

A Paris, la flamme olympique achève son parcours à l'abri des regards