Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/05/2009

Les associations se sentent flouées par le Grenelle des ondes

lu sur :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/05/25/les-associations-se-sentent-flouees-par-le-grenelle-des-ondes_1197939_3244.html#ens_id=1183131

 

Les associations se sentent flouées par le Grenelle des ondes

LEMONDE.FR | 25.05.09 | 19h43  •  Mis à jour le 25.05.09 | 19h51

 

Le rapport du "Grenelle des ondes" publié lundi 25 mai ne satisfait pas vraiment les associations qui ont participé aux six semaines de débats. Ses principales propositions sont l'interdiction des téléphones portables dans les écoles primaires, des mesures de surveillance des antennes-relais et de limitation des usages pour les enfants.

Mais pour les associations, ces pistes ne reprennent pas les avancées (*) de leurs travaux, notamment sur l'abaissement des seuils d'exposition aux ondes. La synthèse des débats diffusée aux acteurs du Grenelle des ondes le 18 mai avait pourtant nourri certains espoirs pour les associations.

Document de travail préalable à une dernière rencontre entre Etat, associations et opérateurs, elle présentait des avancées sur la prise en compte des risques liés aux ondes. Problème : celles-ci ne se retrouvent pas dans le rapport publié une semaine plus tard. Deux des associations ayant participé aux discussions, Priartém (**)(Pour une réglementation de l'implantation des antennes relais de téléphonie mobile) et Agir pour l'environnement (***), ont d'ores et déjà annoncé qu'elles ne participeraient pas au comité de suivi du Grenelle

"On a du mal à s'expliquer les absences dans le rapport", s'exclame Stéphen Kerckhove, délégué général d'Agir pour l'environnement. L'interdiction de vente de téléphones portables au moins de 12 ans avait été évoquée lors des débats. Une mesure absente du rapport ministériel, remplacée par une possible interdiction dans les écoles primaires.

Même chose pour la définition d'un seuil d'exposition plus faible que celui en place aujourd'hui, qui ne figure pas dans le rapport, alors que la note de synthèse du 18 mai dessinait des solutions possibles. Un retournement de situation qui donne l'impression à Stéphen Kerckhove de n'avoir servi que de "caution à un faux débat" et à légitimer des normes déjà en place.

 

DES PISTES DE TRAVAIL

"Le moratoire [sur l'installation de nouvelles antennes relais] n'a pas fait consensus, ni l'abaissement des seuils" d'exposition, a justifié Roselyne Bachelot. La ministre de la santé a cependant fait valoir que l'essentiel était que le "débat ait pu s'engager". Le comité de suivi du Grenelle doit se retrouver en septembre pour discuter des suites à donner au rapport. D'ici là, certaines villes pilotes devraient avoir expérimenté une baisse du taux d'émission maximal des antennes relais à 0,6 volt/mètre contre 61 volt/mètre actuellement. D'autres pistes sont aussi avancées par les secrétaires d'Etat Nathalie Kosciusko-Morizet (économie numérique) et Chantal Jouanno (écologie), comme la mise en place d'offres exclusivement SMS et de téléphones uniquement utilisables avec une oreillette pour limiter les expositions aux ondes.

"On a fait du surplace", estime cependant Janine Le Calvez, présidente de Priartém. Selon elle, si les riverains d'antennes sont "les premiers perdants" de ce rapport, les opérateurs ne devraient pas y trouver leur compte non plus. "S'ils ne se sentent pas protégés, fait-elle remarquer, les riverains vont peut-être se mobiliser de façon plus forte." Une situation qui pourrait poser problème alors que de nombreuses antennes devront être renouvelées dans les années à venir. Ce qui pourrait donner lieu à des actions en justice.

 

Antonin Sabot

(*) voir : http://www.agirpourlenvironnement.org/presse/29tchermobile29.htm

(**) voir : http://www.priartem.fr/

(***) voir : http://www.agirpourlenvironnement.org/index.htm

Les commentaires sont fermés.