Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/06/2009

Bisphénol A : Jouanno veut rouvrir le dossier, les écologistes approuvent

lu sur :

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5j5aHxS0yJWStf0J-zonxA7Q5t_0w

 

Bisphénol A : Jouanno veut rouvrir le dossier, les écologistes approuvent

 

PARIS (AFP) — La secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno a demandé à l'Afssa de reprendre l'expertise sur les effets du Bisphénol A (BPA), une décision que salue mardi le Réseau environnement santé (RES).

La ministre a indiqué lundi à l'Assemblée nationale qu'elle souhaitait voir l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments "rendre un nouvel avis intégrant bien les dernières études" sur le BPA, une matière plastique que l'on trouve notamment dans les biberons.

"Nous devons être extrêmement vigilants sur les effets de cette substance sur les nourrissons", a-t-elle déclaré en réponse à une question du député Gérard Bapt (PS, Haute-Garonne), président du groupe Santé environnementale.

Au G8 Environnement, le Japon et les États-Unis ont présenté des études qui rejoignent celles effectuées au Canada et en Norvège sur l'impact du BPA sur les enfants, a-t-elle ajouté.

M. Bapt s'est réjoui de l'annonce de Mme Jouanno, de même que le RES, qui a souligné que "les données scientifiques s'accumulent et qu'on dispose aujourd'hui de plusieurs centaines d'études qui, à près de 90%, concluent à un effet".

L'Afssa a conclu dans un avis rendu le 24 octobre à l'"innocuité" des biberons contenant du BPA. Mais "le récent congrès de la société américaine d'endocrinologie vient de prendre position pour dire que l'exposition au BPA comme à d'autres perturbateurs endocriniens devait être évitée", souligne le RES.

En outre, quatre états américains ont pris ou vont prendre une décision d'interdiction dans les plastiques alimentaires, ajoute-t-il. La Food and drug administration (FDA), l'agence de sécurité alimentaire américaine, devrait elle aussi réexaminer le dossier, selon M. Bapt.

La ministre de la Santé Roselyne Bachelot s'est prévalue à plusieurs reprises de l'avis de l'Afssa et d'autres agences européennes. Elle a rappelé aussi qu'elle avait créé il y a quelques mois un groupe de travail sur les perturbateurs endocriniens "pour confirmer l'avis de ces agences" et qu'elle avait confié une étude à l'Inserm "pour prendre les mesures appropriées".

13:52 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chimie, santé

Les commentaires sont fermés.