Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/12/2009

OGM : Monsanto se désiste

lu sur :

http://www.confederationpaysanne.fr/imprimer.php?rubrique_id=23&actualite_id=1563

.

Communiqué de presse - 23 déc 2009

Le 17 septembre 2008, après de multiples péripéties, le tribunal correctionnel de Carcassonne relaxait les cinq personnes prévenues (1) ainsi que les 24 comparants volontaires, poursuivis pour « entrave à la liberté du travail ». La firme Monsanto avait déposé plainte en se constituant partie civile, à la suite d’une inspection citoyenne en avril 2006 sur le site de l'usine Monsanto à Trèbes destinée à découvrir des semences de maïs transgénique.

Le tribunal avait d'une part prononcé la relaxe des personnes poursuivies et d'autre part avait jugé irrecevable la constitution de partie civile de Monsanto. Contrairement au procureur de la République, Monsanto a tenté de s'acharner en faisant appel.
Le procès en appel devait avoir lieu le 13 janvier 2010. Nous apprenons aujourd'hui que Monsanto se désiste de cette constitution en appel.

Par ce désistement, Monsanto reconnaît qu'il n'a pas subi de préjudice ni d'entrave à la liberté du travail. Le délit d'entrave à la liberté du travail ne peut être invoqué que par les salariés (syndicat ou association) et non par la firme semencière elle même.
Ceci est une victoire de plus de la Confédération paysanne, des faucheurs volontaires et de Greenpeace face à Monsanto France, qui avait déjà été condamné par le tribunal correctionnel de Carcassonne pour importation illégale de 100 tonnes de soja OGM.


(1) A Apoteker Greenpeace, J Bové Faucheurs volontaires, M David, secrétaire national de la Confédération paysanne, JB Libouban Faucheurs volontaires, O Keller Responsable Commission OGM nationale

24/12/2009

Manger mieux

lu sur :
http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/12/22/manger-moins-de-viande-pour-sauver-la-planete_1283941_3244.html#ens_id=1284031
.
L'élevage, accusé de nuire à l'environnement, riposte
LE MONDE | 22.12.09 | 14h07  •  Mis à jour le 22.12.09 | 14h07


anger moins de viande, c'est bon pour la planète. Impossible d'ignorer le message : la consommation de produits carnés a fait, à l'occasion du sommet de Copenhague sur le climat, l'objet d'attaques inédites.

L'ancien Beatles Paul McCartney a ouvert les hostilités en appelant, début décembre, depuis la tribune du Parlement européen, à ne pas en consommer un jour par semaine. Plusieurs personnalités françaises, dont les politiques Corinne Lepage et Yves Cochet, l'écologiste Allain Bougrain-Dubourg et le botaniste Jean-Marie Pelt, ont observé à Copenhague une "grève de la viande". Leur message : l'industrie de l'élevage est une "aberration" qui produit des dégâts considérables sur l'environnement. Un repas avec viande et produits laitiers équivaut, en émissions de gaz à effet de serre, à 4 758 km parcourus en voiture, contre 629 km pour un repas sans produits carnés ni laitiers. Pour protéger la planète, il est donc aussi efficace - sinon plus - de se priver de viande que de rouler à vélo ou de baisser le chauffage.

L'élevage est, de fait, responsable de 18 % des émissions totales de gaz à effet de serre, davantage que les transports, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Il est, de plus, responsable d'autres dégradations : pollution des eaux, érosion des sols, perte de biodiversité...

La production de viande capte en outre des ressources considérables en terres et en eau. Elle mobilise 70 % des terres arables. Environ 9 % des quantités d'eau douce consommées chaque année y sont consacrées.

Dans toutes leurs projections, les experts désignent l'augmentation de la demande de viande comme un des principaux facteurs des pénuries à venir. Or la consommation de produits carnés connaît une croissance fulgurante. Relativement stable dans les pays développés (autour de 80 kg par an et par habitant), elle augmente fortement dans les pays en développement, à mesure que la population croît, mais aussi que l'urbanisation et les revenus progressent.

"La viande est un signe extérieur de richesse", commente Fabrice Nicolino, auteur de Bidoche (éd. Les liens qui libèrent), un réquisitoire contre l'industrie de l'élevage publié en septembre. "En consommer démontre l'accès à un statut social privilégié." Sa consommation devrait passer, dans les pays en développement, de 28 kg par an et par habitant en moyenne aujourd'hui à 37 kg en 2030.

Il faut entre trois et neuf calories végétales, selon les espèces, pour produire une calorie animale. Déjà, quelque 40 % des céréales cultivées dans le monde sont destinées à alimenter le bétail. Selon les projections de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), pour répondre à la demande, la production mondiale de viande devra doubler d'ici à 2050, passant de 229 à 465 millions de tonnes.

"Où ferons-nous pousser les céréales pour nourrir tous ces animaux ?, interroge M. Nicolino. Si la tendance se poursuit, on peut s'attendre à avoir une concurrence entre alimentation animale et humaine." D'où la baisse de consommation prônée par les détracteurs de la viande. Selon ceux-ci, cela aurait, en outre, des avantages pour la santé, car la viande accroît le risque de maladies cardio-vasculaires, d'obésité et de diabète.

L'interprofession bovine a vite riposté à ce feu nourri de critiques, par le biais d'une page de publicité dans la presse. Elle met en avant plusieurs arguments. Tout d'abord, dans la majorité des élevages en France, les vaches sont nourries à l'herbe, un mode d'élevage respectueux de l'environnement, qui ne concurrence pas l'alimentation humaine et permet de séquestrer du carbone.

La consommation de viande dans le pays est, par ailleurs, en baisse : elle est passée de 150 grammes par jour en 1999 à 117 grammes en 2007. "Certaines catégories de la population n'en mangent pas assez, comme les femmes et les personnes âgées", commente Pascale Hébel, du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc).

Le Centre d'information des viandes (CIV) souligne, de son côté, que la viande fournit des nutriments indispensables (fer, vitamine B12, zinc, sélénium). Le gouvernement recommande d'ailleurs, dans le cadre du programme national nutrition santé, de consommer de la viande, du poisson ou des oeufs une à deux fois par jour, tout en alertant sur les dangers de la consommation de viande grasse.

"L'homme ne serait pas devenu ce qu'il est s'il n'était pas omnivore", s'insurge Louis Orenga, président du CIV, qui voit dans cette campagne "une utilisation d'arguments environnementaux pour promouvoir le végétarisme". C'est effectivement l'Association végétarienne de France (AVF) qui est à l'origine de la grève de la viande de Copenhague. Paul McCartney et Rajendra Pachauri, président du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), qui a soutenu son appel, sont tous deux végétariens.

"L'alimentation a une dimension psychologique importante, explique Alain Méry, président de l'AVF. L'argument environnemental parle plus aux gens que la défense des animaux, qui est culpabilisante." Selon M. Méry, les réticences sur le sujet restent cependant "très fortes" en France. M. Orenga, lui, voit dans la campagne du "jour sans viande" une menace. "Les politiques continueront-ils à soutenir financièrement une activité dont le grand public est persuadé qu'elle pollue et est dangereuse pour la santé ?", s'interroge-t-il.

A la FAO, sans recommander la diminution de la consommation de viande dans les pays du Nord, les experts prônent "une stratégie de réduction des émissions de gaz à effet de serre visant l'élevage de manière spécifique", affirme l'économiste Pierre Gerber, parlant au nom de l'organisation. "Les modes de production vont devoir changer, sans quoi la croissance de la production se fera au prix d'atteintes très importantes à l'environnement", poursuit-il.

Des recherches sont en cours pour réduire la production de méthane par les ruminants. Des scientifiques de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA) sont parvenus à faire baisser leurs émissions d'un tiers en intégrant dans les rations de l'huile de lin. Un chercheur de l'université du Missouri, Monty Kerley, affirme qu'une sélection génétique rigoureuse permettrait de diminuer la ration alimentaire des vaches de 40 %. Des changements de méthodes culturales permettraient aussi de stocker davantage de carbone dans les sols.

Reste à savoir si ces techniques seront suffisantes, et si tous les paysans du monde, y compris les plus petits, auront la volonté et les moyens de les mettre en oeuvre. L'élevage fait vivre un milliard de personnes pauvres dans le monde.

 

Gaëlle Dupont

Déforestation et effet de serre

Les éructations des ruminants produisent 37 % du méthane émis du fait des activités humaines. Le potentiel de réchauffement global du méthane est 23 fois supérieur à celui du CO2. Le stockage et l'épandage de fumier sont responsables de 65 % des émissions d'oxyde nitreux, le plus puissant des gaz à effet de serre.

La déforestation pour convertir des terres en pâturages ou en cultures fourragères (destinées à l'alimentation du bétail) est responsable de 9 % des émissions de CO2. Selon la FAO, 70 % des terres autrefois boisées d'Amérique du Sud sont aujourd'hui consacrées à l'élevage.

 

Article paru dans l'édition du 23.12.09

23/12/2009

Irak: pour en sortir, faites l'amour, pas la guerre ...

Un chose m'intrigue, y aurait-il un bigame dans les soldats sanctionnés ?
.
lu sur :
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2009/12/22/en-irak-un-general-americain-rend-la-grossesse-passible-de-sanctions_1284177_3222.html#ens_id=1144734
.
En Irak, un général américain rend la grossesse passible de sanctions
LEMONDE.FR avec AFP | 22.12.09 | 21h19  •  Mis à jour le 22.12.09 | 22h14


n général américain basé dans le nord de l'Irak a inscrit la grossesse sur la liste des motifs de sanctions pour les soldats sous son commandement, selon un document dont l'AFP s'est procuré copie mardi 22 décembre. Cette nouvelle règle, édictée en novembre par le général Anthony Cucolo, s'applique à la fois aux femmes soldats tombant enceintes en zone de combat et aux hommes soldats responsables de leur grossesse.

"J'ai l'intention de faire tout mon possible pour préserver l'ensemble de mes forces de combat" en Irak, a expliqué à la presse le général, qui dirige quelque 22 000 soldats dans le nord irakien. Or, "le départ d'un soldat de la zone de combat plus tôt que prévu crée un handicap pour son équipe", a-t-il fait valoir, alors que l'armée américaine a jusqu'à présent pour politique de renvoyer immédiatement aux Etats-Unis les femmes soldats enceintes déployées en zone de guerre.

Les sanctions encourues peuvent en théorie aller d'un simple blâme administratif à la comparution en cour martiale, mais le général a exclu de recourir à cette dernière punition. "Je pense pouvoir gérer la violation de cette règle par le biais de degrés de punition moindres", a-t-il déclaré. "Je n'ai jamais envisagé la cour martiale dans ce cas. Je ne me vois pas mettre un soldat en prison pour ça."

Jusqu'à présent, sept soldats – quatre femmes, trois hommes – ont fait l'objet de sanctions pour ce motif, mais celles-ci se sont limitées à des lettres de réprimande.

Selon le document émis par le général, qui dresse la liste d'une vingtaine d'autres "activités interdites", il est défendu aux soldats d'avoir des "contacts sexuels" avec des Irakiens, et ils ne peuvent passer la nuit avec une personne du sexe opposé, à moins que le couple soit marié. D'après ces règles, les GI's n'ont également pas le droit de faire preuve de prosélytisme, d'entrer dans une mosquée sans en avoir l'ordre, ou encore de posséder de l'alcool ou de la drogue.

Selon le Pentagone, un commandant a le droit d'imposer des règles de ce type au personnel sous ses ordres.

18:01 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : société

Mesdames, attention !

Ne mangez pas vos crèmes ...
(je me demande bien pourquoi il y a des particules d'or dans les crèmes anti-âge ... pourquoi pas un autre métal lourd, comme le plomb, ou l'uranium ? Le polonium étant évidemment exclu depuis l'empoisonnement de Litvinenko; voir :
http://lci.tf1.fr/monde/europe/2006-11/litvinenko-tue-par-poison-violent-4906715.html)
.
lu sur :
http://blogs.inserm.fr/synthesedepresse/
.
Des chercheurs montrent que Diane de Poitiers consommait de l'or
Grâce à l'analyse de cheveux et de résidus tissulaires, l'équipe du docteur Philippe Charlier (service de médecine légale de l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches) a montré que Diane de Poitiers, décédée en 1566, s'était probablement empoisonnée en consommant des solutions d'or buvable. La maîtresse d'Henri II souhaitait ainsi conserver sa jeunesse et sa beauté. Les examens toxicologiques ont mis en évidence des concentrations en or 500 fois supérieures à la valeur moyenne de référence. Le Figaro indique que les crèmes anti-âge actuellement commercialisées par les fabricants de cosmétiques contiennent des particules d'or.

22/12/2009

Le casse-tête des colis transportés par La Poste

lu sur :
http://www.lemonde.fr/aujourd-hui/article/2009/12/22/le-casse-tete-des-colis-transportes-par-la-poste_1284020_3238.html
.
Enquête
Le casse-tête des colis transportés par La Poste
LE MONDE | 22.12.09 | 14h35  •  Mis à jour le 22.12.09 | 14h35


aut-il envoyer ses colis de Noël par La Poste ? Stephan, photographe indépendant, achète beaucoup de matériel sur Internet. "Le 1er octobre, après avoir passé la matinée à la maison, je trouve dans la boîte aux lettres un avis de passage de Colissimo me disant que, comme j'étais absent, mon colis serait représenté dans deux jours", raconte-t-il, agacé. Le photographe contacte le bureau de poste, qui lui répond que le paquet est encore dans les camions de Colissimo.

Bis repetita le 3 octobre : le facteur ne prend pas la peine de sonner et laisse un nouvel avis dans la boîte. Le 5 octobre, Stephan trouve dans une enveloppe timbrée de la veille un avis indiquant que le facteur s'est présenté... le 6 octobre, et qu'en son absence, il n'a pas pu lui remettre le colis ! Le client maudit se voit contraint d'aller récupérer son bien au bureau de poste, le 7 à partir de 14 heures.

"Une fois sur place, je ne peux pas faire de réclamation, car seul l'expéditeur en a le droit, poursuit le photographe. Désormais, je demande à mes vendeurs de ne pas utiliser Colissimo, car cela m'impose un délai d'attente d'une semaine environ, bien que je sois censé être livré en quarante-huit heures."

Cet exemple est-il exceptionnel ? Apparemment non, si l'on en croit les multiples témoignages lus sur les sites des associations de consommateurs ou sur les forums. Des groupes de conversation tels que "Marre des colis perdus de La Poste !" ont même fait leur apparition sur Facebook. Pourtant, les statistiques fournies par La Poste sont excellentes : en 2008, 85 % des colis Colissimo, censés être livrés à J + 2, auraient été acheminés dans les délais ; 96,3 % auraient été acheminés à J + 3, et 98,7 % à J + 4. Ces données proviennent du système informatique de La Poste, enregistrées grâce au flashage des codes-barres des colis, depuis leur dépôt jusqu'à la première tentative de distribution. Hélas ! ce système ne permet pas de vérifier que le facteur qui flashe le colis au retour de sa tournée a bien sonné chez le destinataire.

Le nombre de réclamations, lui aussi, reste bas : environ 480 000 en 2008, sur un total de 50 millions de colis relevant du service universel (qui ne comprend ni la vente par correspondance ni les boîtes préaffranchies), soit 0,98 %. Il faut dire que La Poste exige que les expéditeurs se chargent eux-mêmes de leur réclamation. Or, dans le cas de l'e-commerce, "les expéditeurs, qui ont généralement perçu le règlement de la commande, se désintéressent de l'envoi", constate le médiateur du groupe La Poste, Pierre Ségura.

Dans son rapport 2008, le médiateur réclame que soit accordé au destinataire le droit de formuler une réclamation, et même, dans certains cas, d'être indemnisé. En effet, c'est le client qui paie l'affranchissement, et c'est encore lui qui est lésé par le retard.

Quant au nombre de colis perdus, impossible de le connaître, "pour la simple et bonne raison qu'aucun de nos concurrents ne le communique", indique le service de presse de La Poste. Certains professionnels de la vente à distance, interrogés par le magazine 60 millions de consommateurs dans son édition de décembre, estiment que la proportion serait de 0,4 % par an. "Extrapolé au trafic annuel, (cela) représenterait déjà plus d'un million de colis égarés." "La distribution des colis connaît des ratés beaucoup plus nombreux que La Poste, trop optimiste ou trop cachottière, veut bien le reconnaître", écrit le mensuel.

Dans ces conditions, n'est-il pas préférable d'envoyer ses cadeaux par un autre opérateur, puisque le secteur est ouvert à la concurrence ? Les tarifs des concurrents sont assez dissuasifs : l'envoi d'un paquet de moins de 500 grammes de Paris à Poitiers coûte 35 euros chez DHL et 19,18 euros chez UPS, qui livrent en 24 heures ; Chronopost, filiale de La Poste, facture 21 euros en cas d'affranchissement par Internet et de dépôt au bureau de poste, et 34,16 euros pour un enlèvement à domicile.

 

Rafaële Rivais

"Mini Max" de La Poste , une formule méconnue pour les petits colis

Pour envoyer de petits objets comme une paire de gants ou un livre de poche, "Mini Max" est une solution intéressante. Une offre sur laquelle La Poste ne communique pourtant pas. Au guichet où nous nous sommes rendus, l'agent nous a seulement proposé des "Lettres max" - des enveloppes préaffranchies au tarif de 3,15 euros pour les CD et de 4,15 euros pour les DVD. Pourtant, il existe des étiquettes gratuites "Mini Max", qui autorisent un affranchissement de seulement 1,50 euros pour les paquets de 50 à 100 grammes que l'on fait soi-même et de 2,50 euros, de 100 à 250 grammes. Ce tarif est beaucoup plus bas que celui des Colissimo - 5,50 euros pour un colis fabriqué par ses soins et 7,90 euros pour une boîte préaffranchie. L'Autorité de régulation des communications électronique et des postes (Arcep) déplore la discrétion de l'entreprise. Elle a fait pression pour que La Poste conserve une offre à bas coût pour les petits colis, comme c'est le cas dans tous les autres pays de l'Union européenne. Mais l'Arcep ne dispose pas de pouvoirs législatifs suffisants pour lui imposer d'en faire la publicité auprès du public.

Article paru dans l'édition du 23.12.09

Acheminement du courrier et des colis : la Poste a supprimé 11 500 emplois

lu sur :
http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/11/30/la-poste-a-supprime-11-500-emplois-en-2009-selon-sud_1274291_3224.html#ens_id=1236811
.
La Poste a supprimé 11 500 emplois en 2009, selon SUD
LEMONDE.FR avec AFP | 30.11.09 | 18h50  •  Mis à jour le 30.11.09 | 18h52


a Poste a supprimé près de 11 500 emplois en 2009, selon des calculs de SUD-PTT publiés lundi 30 novembre par le syndicat, un chiffre que la direction n'a pas confirmé.

Selon ces calculs, La Poste aura supprimé précisément 11 428 emplois en 2009, ce qui correspond à une baisse de 4,2 % des effectifs. En 2008, La Poste, qui employait 295 742 personnes, dont 52 % de fonctionnaires, avait déjà supprimé 7 718 emplois, souligne SUD-PTT, qui évoque des "incitations au départ qui sont de plus en plus pressantes". Selon le syndicat, les chiffres du bilan 2008 avaient révélé "un malaise profond", avec une progression de 23,38 % des démissions entre 2007 et 2008 (de 2 189 à 2 701) et de 38 % des licenciements (de 1 063 à 1 474).

"LOGIQUEMENT CORRÉLÉES"

SUD-PTT a calculé cette baisse en se fondant sur le nombre de jours d'absence syndicale, calculé chaque année en fonction de l'évolution des effectifs permanents, que la direction lui accorde pour 2010 (79 985 journées), comparé au nombre de jours accordés en 2009 (83 474 journées).

La direction a indiqué qu'elle ne confirmait pas ce chiffre, mais a précisé ne pas être en mesure d'en donner un maintenant, l'année 2009 n'étant pas terminée. Elle indique que ces augmentations des départs et du nombre de salariés de droit privé – donc pouvant légalement être licenciés – sont "logiquement corrélées" puisque La Poste "ne recrute plus de fonctionnaires, mais uniquement des salariés de droit privé depuis 2002".

Flashball: des médecins démontrent son extrême dangerosité

Le flashball est censé être une arme visant à «impressionner (...) les voyous», selon Nicolas Sarkozy. Pour la direction générale de la police nationale, ses balles en caoutchouc ne peuvent pénétrer dans le corps. L'étude médicale que révèle Mediapart montre, au contraire, les risques majeurs que présente cette arme: «à courte distance, les munitions (sont) potentiellement mortelles», expliquent les auteurs.

16:05 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : société, police

19/12/2009

Harcèlement moral et management

lu sur :
http://www.lemonde.fr/economie/article/2009/12/18/la-cour-de-cassation-reconnait-la-responsabilite-du-management-dans-une-affaire-de-harcelement-moral_1282639_3234.html#ens_id=1282730
.
Compte rendu
La Cour de cassation reconnaît la responsabilité du management dans une affaire de harcèlement moral
LE MONDE | 18.12.09 | 15h03  •  Mis à jour le 18.12.09 | 15h03


rédéric Marquis se dit "soulagé", après les quatre années de bataille juridique qu'il a menée depuis son licenciement pour inaptitude, en 2005. Harcelé moralement par son supérieur hiérarchique de l'époque, il avait été congédié après une série d'arrêts de travail pour dépression.

Contestant son licenciement, cet ancien responsable technique d'un centre de colonie de vacances, situé à Lus-la-Croix-Haute (Drôme), voulait faire reconnaître que son inaptitude avait pour origine le harcèlement moral dont il avait été victime de la part du directeur du centre. Mise à l'écart, ordres et contre-ordres, non-respect des plannings, communication par inscription sur un tableau des tâches à réaliser, etc.

La Cour de cassation vient de lui donner raison, dans un arrêt du 10 novembre, confirmant celui de la cour d'appel de Grenoble du 8 octobre 2007. Celle-ci avait annulé son licenciement et condamné l'association Salon Vacances Loisirs, de Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône), gestionnaire du centre de vacances, à lui verser 25 000 euros en réparation du préjudice subi.

L'association, dont le conseil d'administration a été renouvelé en avril 2009, digère mal la décision de la Cour de cassation. "Nous supportons les erreurs du conseil d'administration précédent", déplore Anne Armand, la présidente actuelle, tout en estimant que si condamnation il devait y avoir, elle aurait dû viser l'ancien directeur du centre. Mais M. Marquis estime bien avoir été "lâché par l'association", qu'il avait alertée. "Elle avait pris le problème à la légère, estimant qu'il s'agissait d'un simple conflit de personnes", explique Me Djamila Hachefa, avocate de M. Marquis.

Vision innovante

Dans un courrier du 29 août 2003, la présidente de l'époque, répondant à une lettre du salarié lui demandant d'intervenir, écrivait : "Il serait préférable de régler vos différends (avec le directeur du centre) directement et dans le calme et la sérénité." Elle ajoutait cependant qu'elle ferait de son côté "des remarques" au directeur "concernant l'organisation de (ses) tâches." Ce qui a été sans effet.

Ce dossier pourrait apparaître comme une classique affaire de harcèlement moral si la Cour de cassation n'y avait introduit une vision très innovante. Jusqu'à présent, le harcèlement moral était enfermé dans le cadre des relations interpersonnelles. Or, pour la première fois, la haute juridiction reconnaît qu'il peut aussi être le produit de certaines formes de management, comme elle l'a perçu au travers des témoignages des anciens salariés.

Ainsi, selon l'arrêt, "peuvent caractériser un harcèlement moral des méthodes de gestion mises en oeuvre par un supérieur hiérarchique dès lors qu'elles se manifestent pour un salarié déterminé". "Les salariés de France Télécom et d'autres entreprises pourraient en tirer profit", commente un juriste.

Cet arrêt devrait obliger certains employeurs à revoir leur mode de management ou leurs stratégies de défense. En effet, depuis la loi de 2002, qui inscrit le harcèlement moral dans le code du travail (et dans le code pénal), pour échapper à une condamnation, les entreprises avançaient souvent que "les faits dénoncés par des salariés n'étaient en réalité que du mauvais management", observe Me Isabelle Mathieu, avocate associée du cabinet Daem Partners. "Aujourd'hui, cette parade n'est plus opérante."

Autre point important : "Cet arrêt intervient alors que se déroule la négociation interprofessionnelle sur le harcèlement moral et la violence au travail, souligne Patrice Adam, maître de conférence à l'université de Nancy-II. Les syndicats ont souvent essayé, en vain, de faire reconnaître l'existence d'une dimension collective, organisationnelle, dans le harcèlement moral. Cet arrêt va apporter de l'eau à leur moulin dans la négociation en cours."

Mais attention, prévient-il, "il ne faudrait pas qu'à partir de cet arrêt, tous les risques psychosociaux collectifs ou de pénibilité soient rattachés au harcèlement, ce qui empêcherait de mettre en place une politique de prévention de la souffrance au travail plus large".

 

Francine Aizicovici
Article paru dans l'édition du 19.12.09

19:08 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : justice, société

18/12/2009

OGM: Condamnation aux USA pour contamination des cultures

lu sur :

http://www.merid.org/fs-agbiotech/fr/more.php?id=7898

.

La condamnation de Bayer à 2 millions de dollars de dommages-intérêts confirme la responsabilité de la firme pour une technologie incontrôlable

Résumé posté par Meridian le 14/12/2009
Source: Greenpeace International
Auteur: n/a

L’Organisation non gouvernementale Greenpeace International a indiqué dans une déclaration qu’elle se réjouit de la décision du jury fédéral américain condamnant Bayer à payer plus de 2 millions de dollars à deux agriculteurs américains, pour avoir « contaminé » des réserves de riz avec une variété de riz expérimentale sur laquelle la firme menait des essais. Greenpeace soutient que l’incident de la contamination montre que tout essai en champ en milieu ouvert ou toute plantation commerciale de cultures génétiquement modifiées (GM) doivent être stoppés « avant que nos cultures ne soient contaminées de façon irréversible ». Un rapport préparé pour Greenpeace a estimé que les coûts totaux encourus dans le monde entier du fait de l’incident de contamination vont de 741 millions de dollars à 1,285 milliard de dollars américains. Selon le communiqué de presse, le verdict contre Bayer indique que la firme est responsable de ce qui pourrait s’avérer être une large proportion de ces coûts. Pour consulter le communiqué de presse en ligne en version originale anglaise, cliquer sur le lien ci-dessous.

Tags par Meridian Institute:

 

--------------------------

 

Bayer verdict shows why GM trials must be stopped

Monday, 07 December 2009 19:31

EXTRACT: Bayer has admitted it has been unable to control the spread of its genetically- engineered organisms despite 'the best practices [to stop contamination]'(1). It shows that all outdoors field trials or commercial growing of GE crops must be stopped before our crops are irreversibly contaminated.

$2 million US dollar verdict against Bayer confirms company's liability for an uncontrollable technology

Greenpeace International, Dec 7 2009

Greenpeace welcomes the United States federal jury ruling on 4 December 2009 that Bayer CropScience LP must pay $2 million US dollars to two Missouri farmers after their rice crop was contaminated with an experimental variety of rice that the company was testing in 2006. This verdict confirms that the responsibility for the consequences of GE (genetic engineering) contamination rests with the company that releases GE crops. Bayer has admitted it has been unable to control the spread of its genetically-engineered organisms despite 'the best practices [to stop contamination]'(1). It shows that all outdoors field trials or commercial growing of GE crops must be stopped before our crops are irreversibly contaminated. A report prepared for Greenpeace International concluded that the total costs incurred throughout the world as a result of the contamination are estimated to range from $741 million to $1.285billion US dollars.(2) The verdict indicates that Bayer is liable for what could turn out to be a large proportion of these costs, as it awards damages in the first two of more than 1,000 currently pending lawsuits. The decision must be used to support all claims for losses incurred by other US farmers whose crops have suffered from GE contamination.

(1) Bayers Defense lawyer, Mark Ferguson as reported in Harris, A. 2009. Bayer Blamed at Trial for Crops 'Contaminated' by Modified Rice. Bloomberg News 4th November 2009, available at:

http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=newsarchive&sid=aT1kD1GOt0N0

 

(2) E.N. Blue (2007) Risky Business. Economic and regulatory impacts from the unintended release of genetically engineered rice varieties into the rice merchandising system of the US. Report prepared for Greenpeace International, available online at

http://www.greenpeace.org/raw/content/international/press/reports/risky-business.pdf.

Arnaud Apoteker, Agriculture Campaigner, Greenpeace International

14:05 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ogm, environnement

Longévité et ADN

lu sur :
http://blogs.inserm.fr/synthesedepresse/page/3/
.
Les souris à l’ADN 100% féminin vivent plus longtemps
Une équipe de chercheurs japonais a conçu un groupe de souris ayant un ADN totalement féminin, en associant les chromosomes de deux femelles. Ce groupe, dit "bimaternel", dont tous les individus disposaient d'un patrimoine génétique strictement identique, a été comparé à un groupe témoin de souris issues d'un mélange de chromosomes mâles et femelles, ayant également des patrimoines génétiques identiques. Les souris du groupe "bimaternel" ont vécu en moyenne 186 jours de plus que les souris du groupe témoin, soit une longévité supérieure d'un tiers.
Les chercheurs ont aussi constaté que les souris bimaternelles étaient plus petites et moins lourdes que les souris témoins.
.
commentaire : ceci peut signifier aussi qu'être petit et léger améliore la survie

10:34 Publié dans sciences | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sciences

Une bonne nouvelle en ces temps maussades !

Une molécule pour stimuler la libido féminine
La flibanserine pourrait être un équivalent féminin de Viagra.
C'est la conclusion d'un essai clinique, selon lequel une prise quotidienne de 100 mg de la molécule améliorerait la libido des femmes victimes d'une baisse de désir sexuel. A l'origine, la flibanserine avait été développé par Boehringer Ingelheim en tant qu'antidépresseur. Mais le laboratoire avait arrêté le développement du futur médicament du fait des mauvais résultats des essais cliniques.
L'amélioration de la libido féminine est un effet secondaire inattendu qui a été constaté lors de ces essais.

10:25 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sciences

Santé et société : Liens experts/industrie pharmaceutique

lu sur :
http://blogs.inserm.fr/synthesedepresse/page/3/
.
Liens experts/industrie pharmaceutique : le Formindep monte au créneau
Le Formindep, association pour une formation médicale indépendante au service des seuls professionnels de santé et des patients, décide de contester devant le Conseil d'État deux séries de recommandations de bonnes pratiques médicales de la Haute Autorité de Santé.
L'un des recours concerne des recommandations sur le diabète de type 2, émises en 2006 par un groupe d'experts de la HAS supervisé par le Pr. Serge Halimi, chef du service endocrinologie diabétologie nutrition du CHU de Grenoble. Le second recours vise des recommandations sur la maladie d'Alzheimer émises en 2008, avec Florence Pasquier, neurologue au CHU de Lille, à la tête du groupe d'experts.
Le Formindep dénonce les "conflits d'intérêt des experts qui ont rédigé ces recommandations", ceux-ci ayant par ailleurs des liens avec l'industrie pharmaceutique.

10:23 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : santé, société

Débat sur l'intérêt des antidépresseurs

lu sur :
http://blogs.inserm.fr/synthesedepresse/page/3/
.
Débat sur l'intérêt des antidépresseurs
Le Point publie un large dossier intitulé "Le grand mensonge des antidépresseurs".
L'hebdomadaire insiste sur une présentation extrêmement positive de ces molécules par les laboratoires pharmaceutiques, alors que leur efficacité serait mise en doute et qu'ils seraient potentiellement responsables de lourds effets secondaires.
La revue évoque aussi les méthodes alternatives qui existent pour traiter ces pathologies, revenant, entre autre, sur le succès du livre "Guérir" de David Servan-Schreiber. Enfin, dans une interview, Boris Cyrulnik, souligne l'intérêt majeur des antidépresseurs dans les cas de dépressions sévères, mais il met en garde contre une tendance dangereuse, qui conduit les praticiens à les prescrire trop facilement.
Point [Le] , 10/12/2009

Identification d'un nouveau gène de la Sclérose En Plaques

lu sur :

http://blogs.inserm.fr/synthesedepresse/page/2/

.

Identification d'un nouveau gène de la SEP
Une équipe de chercheurs du centre de physiopathologie de Toulouse Purpan (unité Inserm 563 - université Paul-Sabatier Toulouse III - Immunologie et pathologie infectieuses), en collaboration avec une équipe suédoise, vient d'identifier un nouveau gène de prédisposition à la sclérose en plaques (SEP).

Ce gène nommé VAV1 joue, selon les chercheurs, un rôle "central dans les maladies du système nerveux central médiées par l'immunité et la production des cytokines pro-inflammatoires essentielles à la pathogénie de la maladie".


Reprise information presse du 10 décembre 2009 : Identification d'un gène de prédisposition à la sclérose en plaques
Quotidien du Médecin [Le] , 14/12/2009

09:57 Publié dans sciences | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sciences, santé

Une étude sur la santé mentale des SDF

lu sur :
http://blogs.inserm.fr/synthesedepresse/page/2/
.
Une étude sur la santé mentale des SDF
D'après une enquête menée par le Samu social de Paris et l'Inserm, 32% des SDF souffrent d'un trouble psychiatrique sévère. Chez les 18-25 ans, ils sont 40%. Une dépêche AFP précise que "la fréquence des troubles psychotiques est en général dix fois plus importante chez les SDF que dans la population générale et celle des troubles dépressifs quatre fois plus importante". Dans un entretien accordé à Libération, Anne Laporte, coordinatrice de cette enquête pour le Samu social, indique que "chez les jeunes de moins de 25 ans sans logement personnel, 1 sur 5 est déjà dépendant à l'alcool", et "qu'un quart des personnes atteintes de troubles psychotiques n'a jamais eu recours aux soins".
Agence France Presse, 15/12/2009 - Libération , 15/12/2009 - France Soir , 15/12/2009

La myopie dans le monde actuel

lu sur :
http://blogs.inserm.fr/synthesedepresse/page/2/
.
Progression importante de la myopie
D'après une étude réalisée par des chercheurs américains, le taux de myopes est passé aux Etats-Unis de 25% au début des années 1970 à environ 42% au début des années 2000.
Le Syndicat national des ophtalmologistes estime qu'en France, 39% de la population souffre actuellement de myopie., taux quasi similaire  dans le reste du monde. "Nul doute que notre mode de vie moderne doit favoriser les myopies. Et sans doute accélérer leur apparition. Mais il est encore impossible de quantifier précisément quel facteur est le plus important."

Alcool, tabac, obésité, milieux défavorisés, pollution, société

lu sur :
http://blogs.inserm.fr/synthesedepresse/
.
Un bilan de la DREES sur les comportements à risque
Le Quotidien du Médecin présente une étude menée par la Direction des statistiques des ministères du Travail, du Budget et de la Santé (DREES), selon laquelle un tiers des décès prématurés (avant 65 ans) est provoqué par des comportements à risque, liés notamment à l'alcool et au tabac. D'après cette étude, la progression de l'obésité est continue, en particulier dans les milieux défavorisés. De plus, la pollution atmosphérique urbaine, "en cas d'exposition à long terme", est responsable de nombreux décès (32.000 en 2000). La DREES estime que la prise en charge des maladies chroniques et la prévention de la dépendance constituent des "enjeux majeurs" de santé publique.
Quotidien du Médecin [Le] , 16/12/2009

04/12/2009

Une "abbaye de Thélème" pour les cerveaux africains

lu sur :
http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/12/04/une-abbaye-de-theleme-pour-les-cerveaux-africains_1276211_3244.html#ens_id=1276305
.
Une "abbaye de Thélème" pour les cerveaux africains
LE MONDE | 04.12.09 | 14h39
Muizenberg (Afrique du Sud) Envoyé spécial


Muizenberg, à une vingtaine de kilomètres de la ville du Cap (Afrique du Sud), il y avait un hôtel un peu délabré. Bizarrement, la bâtisse, sise à deux pas de la mer, intéressait le cosmologiste Neil Turok, titulaire de la chaire de physique mathématique de l'université de Cambridge (Royaume-Uni). En 2002, le savant achète les murs et se met dans la tête de fonder, ici, une sorte d'abbaye de Thélème, cette université idéale et humaniste, rêvée par Rabelais dans Gargantua.

Le rêve de Neil Turok est devenu l'African Institute for Mathematical Sciences (AIMS), qui sélectionne, chaque année, une cinquantaine d'étudiants africains des plus brillants dans les domaines des mathématiques et de la physique théorique. "Il est venu présenter son projet à l'Unesco à l'été 2002 et les cours ont commencé en septembre 2003", raconte le physicien théoricien Vincent Rivasseau, professeur à l'université Paris-XI, membre du comité de direction de l'institut.

Dans ce qui était le lobby de l'hôtel, on mange. Et lorsque les plateaux-repas sont débarrassés, on déplace les tables et on enseigne. "Des professeurs viennent de nombreux pays, d'Afrique, d'Europe ou des Etats-Unis, chacun pendant environ trois semaines, pour donner leur cours dans un esprit de liberté et de créativité", explique Fritz Hahne, directeur de l'institut.

Les quelque 50 étudiants de la promotion 2009-2010, d'une trentaine de nationalités, passent toute l'année à l'institut. L'hébergement est spartiate ; l'atmosphère est studieuse et enthousiaste. Le soir venu, les étudiants lisent dans la bibliothèque, surfent sur le Net et échangent avec les professeurs jusque tard le soir. "C'est là que j'ai mes meilleurs souvenirs d'enseignement", dit M. Rivasseau.

Au terme d'un an de formation, le diplôme délivré par l'AIMS permet de postuler avec plus de succès à des formations de troisième cycle, en Afrique ou ailleurs. Puis, pourquoi pas, de revenir comme chercheurs dans le centre de recherche que l'institut est en train de créer.

Le rêve de Neil Turok fait des émules. Un institut frère est en cours de création au Sénégal, porté par Vincent Rivasseau et le mathématicien sénégalais Mamadou Sangharé ; il devrait ouvrir en 2011. Un autre projet devrait voir le jour en Ethiopie. A moins que les financements, pour beaucoup privés, ne se tarissent. L'institut de Muizenberg est pourtant peu dispendieux : 800 000 euros de budget par an.

 

Stéphane Foucart
Article paru dans l'édition du 05.12.09

18:16 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : éducation

Le sens des escargots

Vous souvenez-vous de 20 000 lieues sous les mers ?

lu sur :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/12/04/le-sens-d-enroulement-de-l-escargot-peut-etre-manipule_1276217_3244.html#ens_id=1276308

.

Le sens d'enroulement de l'escargot peut être manipulé
LE MONDE | 04.12.09 | 14h43  •  Mis à jour le 04.12.09 | 14h43


a spirale de la coquille de l'escargot peut s'enrouler à gauche ou à droite. Ce caractère est héréditaire. Chez la limnée des étangs (Lymnaea stagnalis), l'enroulement à droite est dominant. Mais une équipe japonaise vient de montrer qu'une simple pression mécanique, exercée sur l'embryon à ses premiers stades, pouvait totalement renverser ce destin génétique.

Reiko Kuroda (université de Tokyo) et ses collègues avaient montré que le sens d'enroulement de l'adulte était déjà observable sur l'embryon de huit cellules seulement. Ils ont eu l'idée de le manipuler, à l'aide de fins bâtons de verre, en poussant les cellules dans le sens inverse de leur enroulement naturel. Cette pression, exercée au moment où l'embryon passait de quatre à huit cellules, s'est traduite par un renversement complet de l'organisme, qui présentait ensuite à l'âge adulte l'image "en miroir" de ce qu'il aurait dû devenir. Qui plus est, la structure d'expression d'un gène jugé responsable de la latéralisation était elle aussi inversée.

Ces gastéropodes, parfaitement viables, ont pu se reproduire. Mais leur descendance retrouvait le sens d'enroulement de leurs aïeux. Pour Reiko Kuroda, Lymneae constitue un modèle de choix "pour répondre à des questions intriguantes et fondamentales sur l'asymétrie droite-gauche, pas seulement chez les spiraliens, mais aussi sur des organismes plus complexes". Homme compris.


(Kuroda et al., in " Nature" du 26 novembre.)

Hervé Morin
Article paru dans l'édition du 05.12.09

18:12 Publié dans sciences | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sciences

03/12/2009

FINAMA et GROUPAMA ont rendus des comptes falsifiés depuis 2005

un commentaire intéressant fait sur la note du

17.07.2009

"corruption passive" , "complicité et recel d'abus de biens sociaux"

du blog de l'association "Une place pour Tous ! " :

http://uneplacepourtous.midiblogs.com/archive/2009/07/17/corruption-passive-complicite-et-recel-d-abus-de-biens-soci.html

 

------------------------

 

La barre était à droite (toute) pour cette affaire-là (dont personne n'a entendu parler):

Il a été établi de source judicaire que FINAMA et GROUPAMA ont rendus des comptes falsifiés depuis 2005, trompant ainsi la confiance des marchés -et des actionnaires (en plus de violer les obligations de ces marchés régulés que sont la banque et l'assurance).

Par une saisie officielle chez la banque FINAMA, GROUPAMA a été pris sur le fait à pirater des logiciels pour une valeur de $200 millions.

La BEFTI (une brigade d'élite spécialisée dans la fraude informatique), chargée de l'enquête, a d'abord menacé la victime de la fraude afin de lui faire retirer sa plainte.

Le Procureur de la République ayant classé le dossier "sans suite", la victime a demandé copie du dossier d'enquête. Quelle ne fut pas sa surprise de constater que la Police avait procédé à l'échange du constat d'huissier officiel par un constat d'huissier fourni par la partie mise en cause, efectué un mois après la saisie -et dans un établissement différent du lieu de l'infraction. Ce second constat d'huissier, sans valeur officielle, établissait bien évidemment l'innocence de GROUPAMA.

En vertu du "SECRET BANCAIRE", GROUPAMA y demandait explicitement à la Police de limiter ses investigations à un établissement qui n'était pas celui de l'infraction officiellement constatée.

Après avoir formé un recours devant le Procureur Général de Paris, celui-ci expliquait qu'il n'y avait "pas d'infraction constatée" et que, donc, le classement sans suite était maintenu.

Outre la corruption des services de la Police, le fait que le Procureur Général ait couvert la falsification du dossier d'enquête en dit long sur le désir sincère du gouvernement de mettre un terme aux "dysfonctionnements" (malheureusement récurrents) de la justice en France.

Tous les détails ont été rendus publics (la réponse négative du Procureur Général, le dossier d'enquête de la BEFTI, ainsi que le constat d'huissier non-officiel de GROUPAMA):

http://remoteanything.com/archives/groupama.pdf

10:23 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : société, finance

02/12/2009

Le boycott contre des produits israéliens importés dans des conditions illégales au regard du droit international.

Communiqué de la section de la LDH de Talence 

La Section de la Ligue des droits de l’homme de Talence et les associations de soutien ont été stupéfaites d’apprendre qu’en France,
un procureur de la république ait pu accepter l’introduction d’une plainte pour incitation à la haine raciale contre les Israéliens, à l’encontre d’une militante défendant les droits de l’homme en Palestine occupée, Madame Sakina Arnaud.

En effet, le seul motif est qu’elle prône le boycott contre des produits israéliens importés dans des conditions illégales au regard du droit international.

Les organisations qui ont déposé cette plainte en arrivent à confondre intentionnellement le racisme avec la critique et le refus de soutenir économiquement un Etat étranger, en l’occurrence Israël, parce que la politique de ce pays ne respecte pas le droit international, notamment ceux du peuple palestinien.

A ce que nous savons, pour l’instant, des associations parties civiles, il s’agit du "Secours français des sinistrés israéliens", du Conseil des communautés juives d’Ile de France", du "Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme", toutestrois ayant le même président, Sammy Ghozlan, et d’"Avocat Sans Frontières", de Gilles-William Goldnadel, connu pour ses plaintes, entre autres, contre Daniel Mermet et contre Edgar Morin.   Ces associations ne poursuivent, pour l’essentiel, qu’un but, celui d’entraver l’action des associations qui s’opposent ici en France à la politique d’Israël, quitte pour cela à instrumentaliser la justice Française.

Cette campagne politique d’action directe non violente, appelée BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), initiée par les organisations palestiniennes elles-mêmes, s’inspire du boycott organisé contre l’Apartheid d’Afrique du Sud.

Nous invitons les associations, qu’elles soient ou non d’accord avec cette campagne internationale, à déclarer qu’elles pensent que cette campagne n’a rien à voir avec l’antisémitisme comme essaient de le faire croire ces soutiens de la politique israélienne dès que l’on critique cette dernière, et donc qu’elle soutiennent notre adhérente.

La situation devient inquiétante quand on apprend qu’à la suite d’un "hasard malheureux de l’informatique ( !!)", le Président de la 5ème chambre du Tribunal correctionnel de Bordeaux s’apprêtait à juger cette affaire en présence des requérants, mais sans la prévenue ni son avocat, lesquels avaient été assurés qu’ils n’étaient pas inscrits à l’audience et qu’ilsn’étaient pas en possession du dossier à charge !

La manipulation n’a pu réussir grâce à la présence d’esprit de Maître Landete et du responsable de la LDH de Talence, Bègles, Villenave d’Ornon, qui se sont rendu au Tribunal. Ainsi l’avocat a pu faire repousser l’audience au 13 janvier 2010 à 14 H.

La libre expression politique, le droit à la critique de la politique d’un Etat étranger, la défense des droits des Palestiniens, la liberté de choisir l’origine des produits que nous consommons, sont ainsi menacés en France si ce procès devait donner raison aux plaignants, c’est pourquoi chacun doit se mobiliser pour obtenir que les organisations requérantes soient déboutées.



Pour la section de la Ligue des Droits de l’Homme de Talence, Bègles et Villenave d’Ornon (33). Le Président Didier TERRIÉRE