Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/03/2011

Hausse du tarif horaire

lu sur :

http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/03/29/mille-dollars-l-heure_1500143_3234.html

Mille dollars l'heure

LE MONDE | 29 mars 2011 | Sylvain Cypel | 793 mots

Emoluments des avocats d'affaires, virements des immigrés à leurs proches restés au pays : ces données en disent plus que les indicateurs classiques. A quoi observe-t-on que les affaires sont de retour ? Il y a les formidables bénéfices de quelques hedge funds, les bonus repartis à la hausse des...

A quoi observe-t-on que les affaires sont de retour ? Il y a les formidables bénéfices de quelques hedge funds, les bonus repartis à la hausse des dirigeants des grandes banques et des traders... Mais il est des manifestations moins spectaculaires qui en disent parfois plus sur l'humeur générale régnant à Wall Street que les indicateurs les plus classiques. Ainsi en est-il du coût du temps que les juristes spécialisés facturent à leurs clients (qui sont souvent ces mêmes banquiers que l'on vient d'évoquer).

Jamais en première ligne, heureux de vivre caché tant il est indispensable, lelawyer, et plus précisément l'avocat d'affaires, est à la fois le poumon et le masque des activités de la place ; et ses émoluments sont toujours représentatifs d'une tendance. Il y a quatre ou cinq ans, les premiers d'entre eux, les plus recherchés pour leurs compétences, avaient commencé d'oser dépasser les 1 000 dollars (710 euros actuels) l'heure de conseil facturée à leurs clients.

Ce secteur d'activité générait un chiffre avoisinant les 100 milliards de dollars annuels et ses stars, primes de fin d'année incluses, empochaient de 3 millions à 4 millions de dollars par an. En 2008, le tarif moyen du conseil juridique facturé aux entreprises (de 500 à 550 dollars l'heure) avait crû de 8 %. Comme le prix du mètre carré, le tarif de l'avocat d'affaires semblait promis à croître sans discontinuer mille ans encore.

Las ! la panique boursière de l'automne 2008 et la crise financière qui s'ensuivit avaient mis à mal cette perspective mirifique. Après la disparition de Lehman Brothers et l'effondrement de l'assureur AIG, même les plus courus des avocats d'affaires n'ont osé dépasser la "barre des 1 000", de crainte de voir le chaland partir se faire mieux conseiller ailleurs à moindre coût. Depuis, comme les petites banques locales, dont quelque 800 ont disparu de 2007 à ce jour, des cabinets juridiques, petits et même moyens, ont également fermé. Eh bien, les beaux jours reviennent ! Selon le consultant spécialisé Valeo Partners, les vedettes du conseil juridique n'hésitent désormais plus à facturer pour certains types de service des honoraires allant jusqu'à 1 250 dollars (888 euros) l'heure.

Les noms de Michelle GonJohn HuberKirk Radke et d'autres ne vous diront rien, pas plus que ceux des grands cabinets où ils sont partenaires, mais leurs talents particuliers et l'évolution de leur rémunération constituent d'excellentes indications de l'état d'esprit moyen régnant au sein des marchés et des activités les plus en vogue. Ainsi, les stars du conseil juridique les plus courues actuellement (donc les mieux rémunérées) sont d'abord spécialisées dans l'investissement en Chine, ensuite dans le capital-investissement (là, rien de neuf), puis dans les fusions-acquisitions - qui, elles, redémarrent -, enfin dans les faillites, qui se maintiennent à un niveau élevé.

Tel le célèbre "indice Big Mac" imaginé par The Economist pour comparer l'évolution du pouvoir d'achat d'un pays à l'autre, le paramètre inattendu, mais à la signification symptomatique plus ample - du type honoraire de l'avocat d'affaires -, peut se dupliquer dans d'autres domaines, en ces temps d'incertitude quant au contenu réel de ce que mesurent les indicateurs usuels (croissance, chômage, inflation, etc.).

Ainsi encore, par exemple : comment mesurer autrement qu'à l'aide de taux abstraits et peu fiables l'évolution de la situation économique d'ensemble des Etats-Unis, c'est-à-dire d'un pays où l'immigration étrangère - légale, légalisée ou illégale -, plus qu'en tout autre lieu du monde riche, occupe une place majeure ? Réponse : en pistant les montants envoyés par les travailleurs étrangers qui y sont installés à ceux des leurs restés vivre dans leur pays d'origine (sachant que l'accroissement annuel du nombre des immigrés reste très stable).

Une étude récemment publiée par la Banque interaméricaine de développement (BID) sur la décennie écoulée conclut ainsi qu'après un spectaculaire effondrement en 2009-2010 des transferts monétaires des immigrants latinos, les premiers mois de l'année en cours marquent un infléchissement positif notoire.

Entre 2001 et 2008, ces montants n'avaient cessé d'augmenter, passant de 21 à 69 milliards de dollars par an, avant de retomber durant les deux années suivantes de grande récession sous le niveau atteint en 2006 (moins de 60 milliards). Or, sur le groupe de quatre pays qui constitue l'ossature actuelle de cette immigration - Guatemala, Honduras, Salvador et surtout Mexique, pays qui, à lui seul, fournit aujourd'hui le quart des immigrés aux Etats-Unis -, les données pour le début 2011 sont impressionnantes.

Par rapport au même mois de l'an dernier, les flux monétaires de ce type des Etats-Unis vers ces pays y ont augmenté en moyenne, en janvier, de 6 % à 16 %, selon les cas. Commentant cette étude, le Wall Street Journal, qui note au passage que"les travailleurs immigrés aux Etats-Unis tendent à retrouver un emploi plus rapidement que la moyenne", y décèle un indice supplémentaire que la "reprise économique" est bien là.

Ainsi donc, de la finance à l'économie réelle, et si l'on occulte un moment la croissance molle, la faiblesse de l'emploi, la multiplication des faillites ou la poursuite des saisies immobilières, tout irait mieux - même les indicateurs hors piste l'assurent.


cypel@lemonde.frSylvain Cypel

Hausse de la fréquentation des Restos du cœur

lu sur :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/03/30/hausse-de-la-frequentation-des-restos-du-c-ur_1500594_3224.html

Hausse de la fréquentation des Restos du cœur

LEMONDE.FR | 30 mars 2011 | avec AFP | 197 mots

L'afflux ne se tarit pas aux Restos du cœur, qui ont accueilli pendant la campagne de l'hiver 2010-2011 près de 860 000 personnes, soit "plus de 4 %" de plus que lors de la campagne précédente, et ont distribué 107 millions de repas, selon des chiffres communiqués, mercredi 30 mars, par l'association.

Ces données portent à près de 25 % l'augmentation cumulée de la fréquentation des Restos du cœur au cours des trois derniers hivers (160 000 personnes supplémentaires). L'association caritative a fait face à cette progression de la demande grâce à la "générosité" des Français : le montant de leurs dons a augmenté de 5 euros en moyenne et ils ont offert 5 300 tonnes de marchandises lors de la collecte supplémentaire des 4 et 5 mars.

POURSUITE DE CERTAINS DISPOSITIFS

Et si la campagne d'hiver se termine, douze cents des deux mille centres des Restos du cœur continueront distributions et accueil, une activité qui concerne"plus du quart des personnes accueillies l'hiver (revenus les plus faibles, étudiants, bébés)". De même pour "les dispositifs d'insertion professionnelle, de logement, d'hébergement d'urgence et d'aide à la personne". Une nouveauté toutefois, les Restos vont "pour la première fois maintenir toute l'année l'aide spécifique apportée aux 30 000 bébés de moins de 12 mois"

sur le même sujet :

édition du 30 mars 2011

Les ménages pauvres, des clients comme les autres

30/03/2011

Scanners et radiographies médicales, sources d'inquiétude pour l'ASN

lu sur :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/03/30/les-radiographies-medicales-source-d-inquietude-pour-l-asn_1500870_3244.html

Les radiographies médicales, source d'inquiétude pour l'ASN

Les doses de radioactivité reçues par les patients lors de ces diagnostics ont explosé, progressant de 50 % entre 2002 et 2007, avertit l'Autorité de sûreté nucléaire dans un rapport. 

19:18 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (0)

28/03/2011

UFC-Que Choisir publie une liste de 31 médicaments à éviter

lu sur :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/03/28/apres-l-afssaps-ufc-que-choisir-publie-une-liste-de-31-medicaments-a-eviter_1499776_3224.html

UFC-Que Choisir publie une liste de 31 médicaments à éviter

L'association de consommateurs réclame "le retrait du marché de huit médicaments" "dangereux pour la santé" et "le déremboursement des médicaments inefficaces, qui grèvent inutilement les finances publiques et contribuent à l'augmentation des primes d'assurances complémentaires santé".

L'UFC-Que Choisir a analysé la liste de soixante-dix-sept médicaments placés sous surveillance renforcée par l'Agence du médicament (Afssaps), qui a semé le trouble chez de nombreux patients, et en a extrait trente et un "à éviter" en s'appuyant sur le travail de la revue indépendante Prescrire. "Trente et un d'entre eux sont à éviter, dont huit, particulièrement dangereux, sont à retirer du marché sans attendre : Actos (diabète), Arcoxia (arthrose, rhumatologie), Equanil (sevrage alcoolique), Hexaquine (crampes), Nexen (douleur), Valdoxan (dépression), Vastarel (angine de poitrine, vertige, acouphènes) et Zyban (sevrage tabagique)"assène l'organisation de consommateurs. "Plusieurs de ces médicaments sont d'ailleurs d'ores et déjà interdits à l'étranger", souligne la revue Que Choisir Santé, dans son numéro d'avril, qui juge qu'il y a encore "trop de médicaments inutiles ou dangereux en circulation".

Elle déplore par ailleurs dans ce même numéro, que certains médicaments utiles soient seulement remboursés à 15 % (vignette orange) et en publie une liste qui également trie le bon grain de l'ivraie, assortie d'explications pratiques. L'UFC-Que Choisir réclame "une action sans délai des pouvoirs publics", passant concrètement par "le retrait du marché des huit médicaments" précités "dangereux pour la santé" et "le déremboursement des médicaments inefficaces, qui grèvent inutilement les finances publiques et contribuent à l'augmentation des primes d'assurances complémentaires santé".

Les autres médicaments à éviter sont le Procoralan (angine de poitrine instable) ; l'Intrinsa (testostérone contre la baisse du désir féminin) ; le Ferrisat (carence en fer) ; le buflomédil (Fonzylane et génériques retirés du marché en février, rappelle la revue) ; le Cymbalta (dépression) ; le Protopic (dermite atopique) ; Victoza, Eucréas et Galvus (diabète) ; Multaq (fibrillation auriculaire, un trouble du rythme cardiaque) ; Praxinor (hypotension) ; Mépronizine, Rohypnol et Noctran (insomnie) ; Celance (Parkinson) ; Alli (obésité) ; Protelos (ostéoporose postménopause) ; Arixtra et Xarelto (prévention des thrombo-embolies veineuses) ; Zypadhera (schizophrénie, récidive de trouble bipolaire) ; Tysabri (sclérose en plaques) ; Champix (sevrage tabagique) ; Ketum gel (tendinites superficielles).

La liste des soixante-dix-sept médicaments publiée par l'Afssaps, mélangeant des médicaments dangereux à d'autres utiles, bien qu'à surveiller, avait semé le trouble chez de nombreux patients et a accru la défiance des Français vis-à-vis des médicaments, selon l'UFC Que Choisir. L'Afssaps vient de mettre en ligne une version plus accessible de sa liste

27/03/2011

L'ONG Amnesty international : dérives financières ?

lu sur le Canard enchaîné de cette semaine :

 

Image 1.png

26/03/2011

Électricité hydraulique : une initiative qui pourrait sûrement être reproduite ailleurs

lu sur :

http://www.lamanchelibre.fr/500-000-kWh-dans-l146Eacutecl...

500 000 kWh dans l’Écluse !

Début 2012, Serge Poisson devrait produire les premiers des 500 000 kilowattheures (soit la consommation d’environ 160 foyers, sans le chauffage) qu’il devrait facturer chaque année à ERDF et que produira la turbine qu’il va installer 160 m en dessous de l’Écluse.

La force de la Vire, qui chute de 40 m entre l’Écluse et le Pont des Vaux, est éternelle.

Dans moins d'un an, la turbine que Serge Poisson va réinstaller bientôt dans l'ancienne usine hydroélectrique Bru-Lemercier, fermée depuis les années 1950, 13, rue des Usines, 160m en dessous de l'Écluse, produira ses premiers kilowattheures. D'après ses calculs, elle devra en fournir 500 000 par an, soit la consommation de 160 foyers, chauffage non-compris. La turbine se trouvera quinze mètres au-dessus du niveau de l'Écluse où sera rouverte la prise d'eau actuellement bouchée.

Un système de capteurs permettra de maintenir un niveau constant dans l'ancienne retenue des Moulins du Roy, ainsi qu'un débit minimum de 100 litres seconde.

Spécialiste des moulins des Vaux de Vire

Serge Poisson, ancien agent ERDF qui vient de faire valoir ses droits à la retraite à l’âge de 55 ans, est de ceux qui ont la force hydraulique en eux… Il habite d’ailleurs le Moulin de Neuville-de-Bas. Et voici des années qu’il caresse l’idée de remettre en route les anciennes installations que les pionniers que furent MM. Fortin, Bru et Lemercier construisirent à la fin du XIXe siècle.

Déjà en 2005, le projet avait failli aboutir mais Serge Poisson s’était heurté à une impossibilité juridique. Il ne pouvait pas vendre de l’électricité en étant lui-même salarié d’E(R)DF. Longtemps donc, son principal travail a été un travail d’archiviste, pour réunir tous les documents possibles et imaginables, et prouver que ce moulin était "fondé en titre" avant la Révolution (dans ce cas le droit d’eau est inaliénable) et que les installations existaient bien avant la première loi sur l’eau de 1919.

Tout un travail, notamment aux Archives départementales, qui fait de Serge Poisson un spécialiste de l’histoire des moulins des Vaux de Vire.

Un travail de titan

Depuis qu’il est retraité et qu’il s’est rendu propriétaire du bâtiment qui abritait les deux turbines de l’époque en juillet 2010, Serge Poisson a mis les bouchées doubles. Il a déjà déployé une formidable énergie pour déterrer la conduite forcée en acier riveté de 5 mm d’épaisseur et de 110 cm de diamètre qui, après un tunnel maçonné de près de 30 m sous les locaux du tripier Philippe Ruault, poursuit son chemin sous le jardin de Mme Roger, puis sous une ancienne usine appartenant à M. Barré et enfin sous terre le long de la rivière jusqu’à la turbine.

Il a ensuite ouvert cette conduite de 1890 dans laquelle il est actuellement en train de poser la nouvelle de 80 cm de diamètre, confectionné en Espagne à base de résine, de fibre de verre et de sable.

Un travail de titan qu’il réalise quasiment seul en usant de trésors d’ingéniosité.

16:37 Publié dans énergie | Lien permanent | Commentaires (1)

23/03/2011

Des risques conséquents pour les sous-traitants du nucléaire

lu sur :

http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/

Des risques conséquents pour les sous-traitants du nucléaire


Le Point revient sur la difficulté qu'il y a à mesurer l'impact réel de l'exposition aux radiations dans les centrales sur la santé du personnel intervenant sur les réacteurs.

Le magazine donne notamment la parole à Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche honoraire à l'Inserm, pour qui les cancers « radio-induits » des sous-traitants en milieu nucléaire sont « sous-déclarés ».

Il s'agit, dit-elle, de « travailleurs précaires qui changent souvent d'entreprise », ce qui complique considérablement leur suivi médical.

« On constate que les intermittents cumulent, sur toute leur carrière, vingt fois plus de radiations que les salariés d'EDF, mais cette hécatombe reste invisible, faute d'un suivi épidémiologique », déplore la chercheuse.


Point [Le], 23/03/2011

A Copenhague, la fin de l'utopie Christiania

lu sur:

http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/03/23/a-copenhague-la-fin-de-l-utopie-christiania_1497246_3214.html

A Copenhague, la fin de l'utopie Christiania

Cette enclave autogérée habitée par moins d'un millier de hippies et autres Copenhaguois désireux d'un mode de vie alternatif avait résisté aux autorités danoises depuis sa création en 1971 sur l'emplacement d'une ancienne caserne.

Quarante ans de résistance, et puis la fin ? Le quartier libre de Christiania, au milieu de Copenhague, c'est le village gaulois qui résiste aux légions de César. Cette enclave autogérée habitée par moins d'un millier de hippies et autres Copenhaguois désireux d'un mode de vie alternatif avait résisté aux autorités danoises depuis sa création en 1971 sur l'emplacement d'une ancienne caserne. Elle était même devenue l'un des squats les plus célèbres d'Europe. Le haschich y a longtemps été en vente libre dans un pays qui l'interdit. Cette tolérance pour le hasch ne signifiait pas que la ville libre était une zone de non-droit. Les habitants eux-mêmes avaient, au cours des décennies, instauré des interdits concernant les armes, les drogues dures ou les marques dans le dos des blousons de cuir, façon de lutter contre la présence des bandes criminelles de motards.

Ces quelque 22 hectares sont un joyau. Tous ses mini-quartiers, avec leurs bicoques rafistolées, leurs baraques de chantier des origines ou leurs maisons d'architecte écolo, font que Christiania est à déguster dans le détail, un mélange de bric et de broc que l'on découvre le long des sentiers. Christiania est devenu au fil des ans la deuxième attraction touristique la plus visitée de la ville. Certains Christianites lui reconnaissent volontiers un côté "zoo humain", mais le revendiquent, désireux de montrer qu'il existe un autre mode de vie possible. Cette époque paraît maintenant bien finie. Le 18 février, la Cour suprême danoise a confirmé que ce quartier très convoité par les promoteurs immobiliers devait rentrer dans le rang et que ces terres appartenaient bien à l'Etat danois.

La droite a voulu une normalisation

En arrivant au pouvoir en 2001, la droite avait fait de la normalisation de Christiania l'un des symboles de sa politique. Le gouvernement avait réussi à faire adopter en 2004 une "loi Christiania". En 2007, un accord envisagea notamment que les bâtiments soient regroupés au sein d'une organisation où n'importe qui pourrait avoir accès aux logements. Les Christianites avaient dit non à ce traité. S'ils persistaient, ils devraient alors acheter leur logement, ce qui aurait été impossible pour la plupart d'entre eux.

Cette culture alternative a fait long feu, sous la pression du gouvernement de droite, soutenu par l'extrême droite. Si la bataille juridique est terminée, et perdue pour les Christianites, les deux camps sont maintenant entrés dans une phase de négociations pour trouver une porte de sortie honorable. Le ministre des finances libéral, Claus Hjort Frederiksen, veut encore éviter la manière forte et a maintenant ouvert des discussions avec les Christianites pour évoquer le futur du quartier. Connaissant l'opiniâtreté des Christianites, ils vont sûrement déborder d'idées pour grappiller encore du temps. En attendant le retour de la gauche au pouvoir, peut-être à l'issue des législatives qui se tiendront d'ici à cet automne ?

Olivier Truc

22/03/2011

Modélisation de la dispersion des rejets radioactifs

lu sur :

http://ecologie.blog.lemonde.fr/2011/03/22/le-monde-sous-la-menace-invisible-du-nuage-radioactif/

vu sur :

http://www.irsn.fr/FR/popup/Pages/irsn-meteo-france_19mars.aspx

A partir des rejets estimés par l’IRSN, Météo France a simulé la dispersion des rejets radioactifs à très grande distance, projetée jusqu’au 26 mars

On n'arrête pas le progrès ... nucléaire

lu sur :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/03/22/nucleaire-le-japon-avait-ete-alerte-d-irregularites-a-fukushima_1496991_3244.html

Nucléaire : le Japon avait été alerté d'irrégularités à Fukushima

De nouvelles révélations accablent Tepco, l'opérateur de la centrale de Fukushima, mais aussi les autorités de régulation du nucléaire.

L'atome : un danger concret pour la santé

lu sur : http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/

L'atome : un danger concret pour la santé


Auteur d'une tribune pour Le Monde, la sociologue Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche honoraire à l'Inserm, souligne que les rejets radioactifs dans l'environnement sont monnaie courante au sein du parc de centrales français, à travers « la gestion des déchets nucléaires et le démantèlement des réacteurs en fin de vie », mais aussi les centaines d'« incidents » recensés tous les ans par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

La chercheuse évoque en outre un « scandale de santé publique d'une ampleur comparable à celui de l'amiante » s'agissant des 25.000 à 35.000 travailleurs « le plus souvent précaires » intervenant en sous-traitance dans les centrales, et qui « reçoivent plus de 80% de la dose collective annuelle subie sur les sites. »


Monde [Le], 22/03/2011

France: interrogations autour du nuage radioactif

lu sur : http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/

Interrogations autour du nuage radioactif

Le panache radioactif émis par la centrale de Fukushima devrait survoler la France métropolitaine demain mercredi.

Selon l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), les retombées « resteront à des niveaux extrêmement bas », environ « 1.000 à 10.000 fois moins que les retombées de Tchernobyl » (*), et seront « sans aucune conséquence » sur la santé.

Se pose toutefois encore, rapporte La Croix, la question de la composition exacte des rejets, notamment la présence ou non de plutonium, un virulent radiotoxique. 


Croix [La], 22/03/2011 - France Soir, 22/03/2011 - Humanité [L'], 22/032011

--------------------

(*) mon commentaire :

il me semble bien que le nuage venant de Tchernobyl s'était arrêté à la frontière. Non  ???

À propos du plutonium, voici ce qu'on peut lire sur WIKIPEDIA :

extrait de : Plutonium - Wikipédia

http://fr.wikipedia.org/wiki/Plutonium

L'isotope le plus dangereux est le Pu 238, utilisé dans des générateurs thermoélectriques à radioisotope : un millionième de gramme (microgramme) ingéré et fixé dans l'organisme suffit à délivrer une dose équivalente calculée de quelques sievert. Cependant, cette dose est délivrée sur toute une vie, et correspond à un débit de dose relativement faible (de l'ordre de quelques dizaines de µSv/h) dont les effets sont très mal connus. Les isotopes utilisés dans l'industrie électronucléaire sont dix à cent fois moins radiotoxiques.

On estime qu'une quantité de l'ordre d'une dizaine de milligrammes provoque le décès d'une personne ayant inhalé en une seule fois des oxydes de plutonium. En effet les test sur babouins et chiens montrent une mortalité de 50 % : au bout de 30 jours avec 0,009 g, au bout d'un an avec 0,0009 g et trois ans avec 0,0004 g [24].

L'apparition de tumeurs pulmonaires a été mise en évidence chez le chien et le rat après inhalation de composés peu solubles tels que les oxydes de plutonium : la relation dose-effet mise en évidence comporte un seuil d'apparition des tumeurs pour une dose au poumon autour de 1 Gy[21],[6]. Ce seuil d'apparition des tumeurs correspondrait chez l'homme à un dépôt pulmonaire d'environ 200 000 Bq (soit 87 µg) d'oxyde de 239Pu[6].

"Toxicocinétique

Le plutonium est un émetteur de rayonnement alpha, type de rayonnement facilement arrêté par les parois fines, y compris par la peau. Cependant, s'il est inhalé ou ingéré, il irradie directement les cellules des organes qui sont en contact avec lui (ou qu'il a pénétré). Il peut alors affecter leur noyau et l'ADN et provoquer des cancers. Son activité interne est d'autant plus dangereuse qu'une part importante du plutonium absorbé par l'organisme s’y fixe durablement ; sa demi-vie biologique est estimée être de 200 ans[25]. À cause de ses caractéristiques et nombreux isotopes, il faudrait distinguer la toxicité de court, moyen et long terme, et les cas d'exposition externe et interne.

En cas d'ingestion par un individu sain, seul environ 0,05 % est absorbé par le tube digestif.
Le plutonium franchit mal la barrière cutanée (si la peau est en bon état).
Par contre, une part importante du plutonium inhalé passe des poumons au sang qui le diffuse vers d'autres organes, plus ou moins vite et bien selon la taille des particules, et selon la nature et la solubilité du composé. Chez l'animal de laboratoire exposé à des taux élevés de plutonium, les tissus cibles ont été les poumons, les ganglions lymphatiques, le foie et les os (avec réduction de la durée de vie, cancers et pathologie pulmonaires).

On estime que chez l'Homme, 10 % du plutonium qui a franchi la barrière intestinale ou pulmonaire quitte le corps (via l'urine, et les excréments). Le reste après passage dans le sang se fixe pour moitié dans le foie et pour moitié dans le squelette, où il demeure très longtemps et pour partie à vie (Le DOE américain estime que la demi-vie dans l'organe est respectivement de 20 et 50 ans pour le foie et l'os, selon des modèles simplifiés ne tenant pas compte de redistributions intermédiaires (en cas de fracture et/ou de ménopause (cf. décalcification) et lors du recyclage normal de l'os, etc). Le DOE précise que le taux accumulé dans le foie et le squelette dépend aussi de l'âge de l'individu (l'absorption dans le foie augmente avec l'âge), et qu'en fait, le plutonium se fixe d'abord sur la surface corticale et trabéculaire des os avant d'être lentement redistribué dans tout le volume minéral osseux.

21/03/2011

Boycottez LIPTON !

lu sur :

http://www.laprovence.com/article/economie-a-la-une/les-salaries-de-fralib-lancent-une-nouvelle-operation-boycott-de-lipton?page=1

Les salariés de Fralib lancent une nouvelle opération boycott de Lipton

   Publié le samedi 26 février 2011 à 09H31

Après Carrefour Grand Littoral (Marseille) et Auchan Aubagne, c'est dans les rayons de l'hypermarché Géant La Valentine, qu'une quarantaine de salariés de Fralib (thés et infusions de l'Éléphant), rejoints par des Netcacao et l'UL CGT Vallée de l'Huveaune avaient rendez-vous pour une nouvelle action destinée à appeler les consommateurs au boycott des produits de la marque Lipton. Boycott lancé le 28 décembre dernier pour faire connaître la situation de l'usine Fralib, dont le groupe Unilever a annoncé la fermeture en septembre.

L'opération a débuté à l'entrée du magasin par une distribution de tracts et une pétition qui, en l'espace d'une demi- heure, a été signée par près de 80 personnes. Dans le même temps, une seconde équipe se chargeait de placarder des affiches et des stickers sur les palissades du parking en travaux.

Dans le calme, les manifestants ont ensuite parcouru le rayon épicerie et rempli quatre chariots de toutes les boîtes de thé et infusion Lipton, sous le regard tantôt médusé des clients, croyant à des soldes (!), tantôt bienveillant -"vous avez raisons de vous défendre!", leur a lancé une cliente du magasin. Et l'arrivée des personnels de la sécurité de l'hypermarché n'a pas davantage perturbé leur action. Une fois les rayons vidés et quelques affiches appelant au boycott collées, les salariés ont traversé le magasin sous bonne escorte pour déposer toujours dans le plus grand calme, les quatre chariots en réserve. À l'extérieur, le petit groupe a rapidement repris le collage d'affiches et l'appel à signer la pétition.

Le 4 février dernier le juge des référés du TGI de Marseille avait dans son ordonnance demandé que la procédure soit reprise depuis le début. Un comité d'entreprise extraordinaire devrait se réunir en ce sens le 10 mars. D'ici là, les salariés promettent d'autres actions et appellent à un rassemblement lundi devant le tribunal de grande instance de Marseille où le secrétaire du CHSCT est assigné.

--------------

sur le même sujet :

 

délocalisation en Roumanie : Lipton elephant aubagne part la bas

délocalisation en Roumanie !!!> >

La société qui fabrique les thés et tisanes "LIPTON" et> "L'éléphant"> ferme son usine en France (Aubagne) pour l'installer en Roumanie> >

Elle s'oppose à une reprise par les salariés, elle vire tous les> travailleurs uniquement pour augmenter ses bénéfices>

L' usine était parfaitement rentable, mais les actionnaires> veulent gagner plus d'argent en délocalisant.> > OK

!!!Mais soyons logiques, et boycottons leurs produits; qu'ils> aillent chercher des clients en Roumanie!!!> >


BOYCOTT !!! Faites suivre ce message si vous adhérez à son contenu> et agissez en conséquence !!!> > Indignez vous !!! Merci.> > ET SURTOUT FAIRE SUIVRE SI VOUS ÊTES D' ACCORD> >

-------

 

voir aussi la note du 13/8/2011 sur lebloglibredemonquartier (lien ci-contre):

à lire sur le Monde papier :

A Gémenos, la potion est très amère pour les 182 salariés des thés Lipton

 

LE MONDE | 12 août 2011 | Francine Aizicovici | 775 mots

Les employés du dernier site français de la marque à l'éléphant luttent contre le projet de fermeture de l'anglo-néerlandais Unilever. Non à la fermeture. Unilever est une raclure." Les graffitis inscrits sur le mur du poste de garde de l'usine Fralib, à Gémenos (Bouches-du-Rhône), donnent une idée...

 

 

 

20/03/2011

Vers un monde sans abeilles

lu sur :

http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4610

18/3/11

Publié le 10 mars, un nouveau rapport du PNUE (1) a rassemblé et analysé les dernières données scientifiques sur l'effondrement des colonies d'abeilles. Ont ainsi été identifiés plus d'une douzaine de facteurs pouvant être à l’origine du déclin des colonies d'abeilles observé dans de nombreuses régions du globe. Parmi ces menaces, est évoquée la migration de nouveaux types de champignons pathogènes virulents, potentiellement mortels pour les abeilles et les autres principaux insectes pollinisateurs. L'augmentation des déplacements internationaux liés à la mondialisation a favorisé ce phénomène. La possible disparition, au cours des prochaines décennies, de quelques 20 000 espèces de plantes à fleurs, dont de nombreuses espèces d'abeilles dépendent pour se nourrir, est une autre cause.

Sans surprise, l'utilisation excessive de produits chimiques dans l'agriculture est toxique pour les abeilles, d’autant plus lorsque plusieurs produits se combinent pour créer un « effet cocktail » dévastateur. A cette situation peu encourageante, les changements climatiques constituent un handicap supplémentaire, notamment en modifiant les périodes de floraison des plantes ou en déplaçant les saisons des pluies. En outre, ils pourraient également affecter la qualité et la quantité de production du nectar sur les plantes. Déjà, en janvier dernier, un rapport américain s’intéressait au syndrome d’effondrement des colonies des abeilles, dont l’apparition a entraîné des pertes de plus de 30 % par an pour le secteur apicole. Or, dépendants de notre environnement, nous le sommes aussi des services rendus par ces pollinisateurs. Selon le PNUE, sur les 100 espèces végétales qui fournissent 90 % de la production alimentaire dans le monde, plus de 70 sont pollinisées par les abeilles
Cécile Cassier

1- Programme des Nations Unies pour l’environnement.

Le parquet veut un non-lieu dans l'enquête sur le nuage de Tchernobyl

lu sur :

http://www.liberation.fr/societe/01012326365-le-parquet-veut-un-non-lieu-dans-l-enquete-sur-le-nuage-de-tchernobyl

18/03/2011 à 13h38 (mise à jour à 14h28)

Le parquet veut un non-lieu dans l'enquête sur le nuage de Tchernobyl

Le parquet général va requérir un non-lieu dans l’enquête sur le passage en France du nuage radioactif de Tchernobyl lors d’une audience de la cour d’appel de Paris le 31 mars, au grand dam des parties civiles, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris doit étudier le 31 mars l’appel formé par le Pr Pierre Pellerin, mis en examen pour tromperie aggravée dans cette affaire, contre le refus de la juge d’instruction chargée de l’enquête d’ordonner un non-lieu, a-t-on appris auprès du cabinet de Me Bernard Fau, avocat des parties civiles.

La juge d’instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy a parallèlement été suspendue dans ce dossier dans l’attente de la décision de la cour d’appel, a-t-on précisé.

«Cette attitude vise à étouffer l’instruction pénale portant sur la problématique majeure de la communication officielle en direction des populations, lors des catastrophes nucléaires, ce qui est absolument intolérable», a réagi Chantal Lhoir, coprésidente de l’Association française des malades de la thyroïde (AFMT), dans un communiqué.

L’association demande au garde des Sceaux Michel Mercier d’empêcher toute «entrave» au déroulement de l’instruction, en particulier que le parquet ne requière pas de non-lieu dans cette affaire.

Dans les jours qui ont suivi l’explosion du réacteur N°4 de la centrale ukrainienne de Tchernobyl le 26 avril 1986, le Service central de protection contre les rayons ionisants (SCPRI), dirigé par le Pr Pierre Pellerin, avait diffusé plusieurs communiqués rassurants, affirmant notamment que «l’élévation relative de la radioactivité» en France était «très largement inférieure aux limites réglementaires».

L’enquête sur le passage en France du nuage de Tchernobyl, a été ouverte en juillet 2001 suite à une plainte de l’AMFT et de la Commission de recherche et d’information indépendante sur la radioactivité (Criirad).

M. Pellerin est seul mis en examen dans cette affaire.

(Source AFP)

18/03/2011

Panique boursière sur le secteur nucléaire

à lire sur Le Temps (Suisse)

Finance
Panique boursière sur le secteur nucléaire
Groupes miniers, constructeurs de centrales et électriciens plongent. En une semaine, l’uranium perd le quart de sa valeur

17/03/2011

Santé, environnement, pesticides

16-03-2011 - Le sang des Français imprégné aux pesticides 

Pour la première fois, l’Institut de veille sanitaire (InVS) a publié les mesures de concentration biologique de plusieurs polluants de l’environnement, réalisées sur un échantillon représentatif de la ...

15-03-2011 - Eaux intérieures : 643 marées noires recensées en trois ans en France
Selon l’atlas 2008 – 2010 des marées noires dans les eaux intérieures, réalisé par l’association Robin des bois, les marées noires dans les fleuves, les rivières, les canaux et les plans d’eau sont en hausse...

14-03-2011 - Le Bisphénol A agit aussi sur le développement embryonnaire
Composé chimique de synthèse largement utilisé dans la fabrication industrielle des récipients en plastique de type polycarbonates, le Bisphénol A (BPA) est un perturbateur endocrinien, capable de mimer ...

12-03-2011 - Intoxication alimentaire : l’hygiène alimentaire mise en cause
L’association de protection des consommateurs Que Choisir a vivement réagi suite au récent décès d’une adolescente de 16 ans dû à une intoxication alimentaire, dont l’origine supposée serait un repas ...

10-03-2011 - Epandages de pesticides : des pomiculteurs relaxés « au bénéfice du doute »
En 2008, Fabrice Micouraud, un particulier ayant créé une association régionale dans le limousin (ALLASSAC ONGF) contacte l’association Générations Futures pour l’aider à lutter contre des pulvérisations ...

La commission européenne agit en faveur les OGM

lu sur :

http://www.infogm.org/spip.php?article4751

La Commission européenne attaque l'interdiction nationale des aliments GM pour animaux de la Pologne

par Pauline VERRIERE

Le 14 mars dernier, la Commission européenne a décidé de traduire la Pologne devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), car elle estime que la loi de ce pays, relative à l'alimentation animale, constitue une mauvaise application du Règlement 1829/2003 [1].

En juillet 2006, la Pologne s'est dotée d'une loi relative à l'alimentation animale, dans laquelle la production, la mise sur le marché et l'utilisation d'aliments génétiquement modifiés pour animaux sont interdits. La Commission européenne estime que cette loi est une mauvaise application du Règlement 1829/2003 en ce qu'elle constitue une interdiction générale, qui s'applique également «  à la commercialisation et à l'utilisation d'aliments génétiquement modifiés pour animaux provenant d'autres États membres et des pays tiers ». La Commission rappelle qu'en vertu du Règlement 1829/2003, la procédure d'autorisation des OGM au niveau européen est unique et une autorisation ne peut être « refusée, modifiée, suspendue ou révoquée que conformément aux dispositions du règlement », à savoir l'article 34 du règlement. Cet article encadre la mise en œuvre de mesures d'urgence par les États membres si un OGM autorisé au niveau européen présente « un risque grave pour la santé humaine, la santé animale ou l'environnement […] ». Les autres motifs, tel que socio-économiques, ne sont pas pris en compte par ce Règlement.

Ainsi, la Commission estime que la Pologne n'a pas respecté la mise en œuvre de ce règlement dans le cadre de sa loi sur l'alimentation animale. Conformément à la procédure énoncée à l'article 258 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union européenne (TFUE), la Commission a donc saisi la Cour de justice de l'UE.

Cette décision de la Commission intervient alors même que cette dernière est à l'origine d'une proposition de modification de la réglementation communautaire des OGM. Elle souhaite en effet ouvrir la possibilité aux États membres d'interdire nationalement un OGM autorisé au niveau européen [2]. L'une des questions soulevées lors des différents débats juridiques autour de cette proposition est celle de la légalité de cette proposition et notamment le risque encouru par les États membres qui la mettraient en œuvre. Une des grandes réticences soulevées par cette proposition est la possibilité pour les États d'être attaqués par la Commission européenne sur les choix des arguments retenus [3].

L'affaire est désormais entre les mains de la CJUE, mais est d'autant plus intéressante qu'elle s'inscrit dans un contexte de modification de la législation européenne en matière d'OGM.

1]  (communiqué de presse de la Commission européenne : http://europa.eu/rapid/pressRelease… )

 [2] Voir : UE- Nationaliser les autorisations de PGM à la culture : quelle légalité ? Eric Meunier et Pauline Verrière : http://www.infogm.org/spip.php?arti…

[3] Voir notamment : De possibles arguments pour interdire légalement la culture d'OGM, Eric Meunier et Pauline Verrière, février 2011, http://www.infogm.org/spip.php?arti…

 

 

 

Gaz de schiste : interdiction de forage à Saint-Paulet-de Caisson

lu sur :

http://www.midilibre.com/articles/2011/03/15/VILLAGES-Ser...

Serre dit non aux renifleurs de gaz de schiste à Saint-Paulet

Les foreuses de Total et autre mastodonte de l'industrie des hydrocarbures ne sont pas les bienvenues à Saint-Paulet-de Caisson. Christophe Serre, maire de cette commune située en lisière d'une forêt de Valbonne classée Natura 2000, vient de le signifier de la manière la plus officielle qui soit. Vendredi dernier, le premier magistrat a pris un arrêté d'interdiction de forage pour l'exploration et l'exploitation de gisements de gaz de schistes. Sans doute alerté par la levée de bouclier que ce gisant sujet a provoqué sur les terres ardéchoises voisines, le prévoyant édile, qui se trouve aussi être candidat aux élections cantonales, a préféré prendre les devants. 
Dans le document publié à cet effet, Christophe Serre s'appuie sur des articles de la charte constitutionnelle de l'environnement pour motiver son refus. Il y a évidement le fameux principe de précaution censé garantir un cadre de vie   « respectueux de la santé ». Le premier magistrat use par conséquent de ses attributions de maire pour, comme l'y autorise le code des collectivités territoriales,   « prévenir les pollutions de toute nature »
Une démarche non concertée 
Dans ses considérants, l'arrêté municipal évoque d'autres   « bonnes »  raisons de ne guère accueillir les renifleurs de gaz de schiste.   « Les objectifs de la lutte contre les gaz à effet de serre apparaissent contraires avec le développement, l'exploitation » de ce type de gisement. La réponse de la commune de Saint-Paulet reproche à l'autorité publique le caractère non concerté de sa démarche. Visé notamment, l'arrêté ministériel du 1er mars 2010, qui accordait un permis exclusif de recherche de mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux, aux sociétés Total Exploration et Production en France, et également Devon énergie Montélimar, pour une durée de cinq ans. Les élus locaux n'auraient par ailleurs pas été informés. 
D'après l'arrêté municipal, le procédé dit de   « fracturation hydraulique » nécessaire à l'exploration et à l'exploitation des gisements de gaz non conventionnels ou gaz de schistes   « requiert d'importantes quantités d'eau, l'utilisation de produits chimiques et la mise en place de nombreux sites d'exploitations ». D'où, des risques   « avérés » de contamination de ressources en eau potable, de pollution de l'air et de mitage de paysage. Le maire souligne   « l'incompatibilité » des activités minières avec les schémas ou charte d'aménagements territoriaux, les zones Natura 2000, Znieff(1) et autres projets de classement de sites remarquables. 
THIERRY MBOM

16/03/2011

France : PCB et pesticides dans les aliments

lu sur : http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/

Inquiétudes sur l'alimentation

Une étude de l'Institut national de veille sanitaire (InVS) indique que les consommateurs français ont quatre fois plus de paradichlorobenzène et trois fois plus de pesticides dans le sang que les Américains. Très présents en France à travers les désodorisants d'intérieur ou les isolants industriels jusqu'en 1987, les PCB, considérés par certains scientifiques comme des cancérigènes probables, se sont accumulés dans les sols et les eaux. Nadine Fréry, épidémiologiste à l'InVS, explique qu'"une exposition pendant la grossesse peut diminuer le QI du bébé ou ses capacités d'apprentissage". L'étude indique en revanche que le plomb tend à disparaître des assiettes.
20 Minutes, 16/03/2011


http://www.20minutes.fr/article/687938/corbeille-moins-plomb-trop-polluants-sang

Aliments Une étude de l'INVS inquiétante sur notre état de santé

Une étude qui a de quoi plomber l'ambiance : selon l'Institut national de veille sanitaire (INVS), les Français ont quatre fois plus de PCB et trois fois plus de pesticides dans le sang que les Américains.

Les antimites au placard. Le paradichlorobenzène, présent dans les antimites ou les désodorisants pour toilettes, et les pyréthrinoïdes, classés probablement cancérigènes aux Etats-Unis, ont été retrouvés à des taux élevés dans l'organisme des Français. L'exposition au paradichlorobenzène, par simple inhalation, est dix fois plus importante en France qu'en Allemagne et 80 % des échantillons étudiés présentaient des résidus de pyréthrinoïdes.
« Ils sont largement utilisés dans l'agriculture, l'horticulture, les antipuces pour les animaux domestiques et les insecticides d'intérieur, explique Nadine Fréry, épidémiologiste à l'INVS. A forte dose, les pyréthrinoïdes jouent sur le système nerveux et entraînent des nausées, des vertiges ou des contractions musculaires. »

Les PCB persistent dans les eaux. Les PCB, utilisés comme isolants dans l'industrie jusqu'en 1987, se sont eux accumulés dans les sols et les eaux, et se retrouvent tout au long de la chaîne alimentaire, particulièrement dans la graisse des poissons. « Les PCB sont des cancérigènes probables et ont des effets sur le développement psychomoteur, même à faible dose. Une exposition pendant la grossesse peut diminuer le QI du bébé ou ses capacités d'apprentissage », précise Nadine Fréry. Pour l'association Générations futures, il est urgent de « bannir les procédés rétrogrades, comme l'incinération des déchets, source de pollution par les PCB. »

Le plomb disparaît. Bonne nouvelle de l'étude, les efforts pour réduire l'exposition au plomb semble avoir porté leurs fruits. Sa concentration dans l'organisme des Français a diminué de 60 % depuis 1995 grâce à son élimination des carburants, des canalisations et des peintures.

AUDREY CHAUVET  

15/03/2011

Les effets des produits chimiques dans l'alimentation

lu sur :

http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/

Mardi 15 mars 2011

Les effets des produits chimiques dans l'alimentation


Le documentaire intitulé « Notre poison quotidien », diffusé ce soir sur Arte, dénonce les dangers de l'utilisation de pesticides, additifs, aspartame, ou bisphénol A par les industriels de l'agroalimentaire dans la préparation des aliments. Ces produits seraient la cause des maladies de civilisation que sont le cancer, les maladies neuro-dégénératives, le diabète ou encore les troubles de la reproduction. Interviewée par Libération, son auteur, Marie-Monique Robin, s'insurge contre l'opacité qui règne dans le secteur de la fabrication des pesticides et plaide en faveur des aliments bio et de l'agroécologie en donnant l'exemple des paysans du sud de l'inde. Selon Le Figaro, "ces derniers donneraient sans doute cher pour vivre aussi longtemps que nous et jouir du mode de vie occidental, méme mátiné de chimie, que l'auteur accable de tous les maux."
Figaro [Le] - 15/03/2011 ; Libération, 14/03/2011 (extraits + vidéos) - Metro, 15/03/2011

La France, l'agriculture et les pesticides

lu sur :

http://www.lexpress.fr/actualite/environnement/pesticides...

Pesticides: les Français en ont plein le sang

Par Annabel Benhaiem, publié le 14/03/2011 à 18:18

Les Français ont plus de pesticides agricoles dans le sang que les Américains et les Allemands. C'est ce qui ressort d'une étude inédite de l'Institut national de veille sanitaire (INVS).

Les Français devancent les Allemands et les Américains au concours de celui qui a le plus de pesticides dans le sang. Les concentrations biologiques de plusieurs substances chimiques ont été mesurées, entre 2006 et 2007, par l'Institut national de veille sanitaire, sur un échantillon représentatif de la population (2000 adultes pour les métaux, 365 pour le mercure, 400 pour les pesticides et les PCB): les trois conclusions qui en découlent sont alarmantes. 

Si les niveaux de plomb, cadmium, mercure, arsenic organique, sont stables ou en baisse, les pesticides, eux, sont présents dans notre sang à des niveaux au moins trois fois plus élevés que dans celui des Américains ou des Allemands. Ces pesticides sont largement utilisés en agriculture, en horticulture et pour un usage domestique (idéaux pour se débarrasser des insectes à la maison, désherber les allées, protéger les plantes du jardin, en finir avec les tiques et les puces de nos animaux de compagnie, ou les poux chez l'enfant). 

La synthèse de l'étude

Cliquer sur le lien (site de l'INVS). 

http://www.invs.sante.fr/publications/2011/exposition_polluants_enns/plaquette_exposition_polluants_enns.pdf

Par ailleurs, il va peut-être falloir apprendre à aimer les trous dans les vêtements ou changer la ventilation dans les toilettes. En effet, les substances que l'on retrouve dans les produits antimites ou les désodorisants pour toilettes, véhiculent d'autres types de pesticides, dits "organochlorés". Or, mauvaise nouvelle, le taux de ces produits chimiques dans notre sang est dix fois supérieur à celui trouvé dans le sang des Allemands! 

Pire encore, les PCB. Malgré leur interdiction totale dès 1979, ils sont encore largement présents dans notre environnement. Ils se sont disséminés dans l'air, le sol, l'eau, les sédiments, contaminant les plantes, les animaux et enfin les hommes. Présents à l'époque dans les encres d'imprimerie et les adhésifs, le site du ministère de l'Ecologie (*) rappelle qu'ils ont aussi été utilisés comme huile pour les transformateurs et les condensateurs, ainsi que dans certains radiateurs ou autres équipements électriques. Ils ont servi de lubrifiant dans les turbines et les pompes, le traitement du métal, les soudures, les peintures et les papiers autocopiants sans carbone.  

Toujours selon cette étude, la concentration des PCB dans le sang des Français est plus élevée que chez nos voisins allemands et américains.

(*) http://www.developpement-durable.gouv.fr/Que-sont-les-PCB-Quels-sont-leurs.html

 

14/03/2011

Reprise de la colonisation en Palestine

à lire en payant sur :

http://www.lemonde.fr/teaser/?url_zop=http%3a%2f%2fabonnes.lemonde.fr%2fproche-orient%2farticle%2f2011%2f03%2f14%2fapres-une-tuerie-israel-relance-la-colonisation_1492809_3218.html

Après une tuerie, Israël relance la colonisation

LE MONDE | 14 mars 2011 | Laurent Zecchini | 501 mots

Une famille a été massacrée dans une colonie.

Le gouvernement israélien a répliqué, samedi 12 mars, à l'assassinat de cinq membres d'une même famille, dans une colonie de Cisjordanie, en approuvant la construction de plusieurs centaines de logements dans les territoires palestiniens occupés.

lu sur :

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/03/13/le-gouvernement-isrealien-accelere-la-colonisation-en-reaction-a-la-tuerie-d-itamar_1492534_3218.html

 

Le gouvernement isréalien accélère la colonisation en réaction à la tuerie d'Itamar

LEMONDE.FR | 13 mars 2011 | avec AFP | 506 mots

Le gouvernement israélien a élevé dimanche 13 mars le niveau d'alerte de la police de crainte de représailles après l'assassinat de cinq Israéliens dans une colonie de Cisjordanie. Par ailleurs, il a donné son feu vert à la construction de centaines de logements dans ce territoire palestinien.

Les funérailles de la famille Fogel, les parents et trois enfants, dont un bébé, poignardés à mort dans leur lit vendredi soir dans la colonie d'Itamar (nord de la Cisjordanie), se déroulait en début d'après-midi à Jérusalem, en présence de milliers de personnes, dans un pays sous le choc. Sur le terrain, soldats et services de sécurité israéliens ont poursuivi leur chasse à l'homme dans la région de Naplouse. Aucune revendication crédible de l'attaque n'a été annoncée.

"En tant que ministre de la défense, je suis certain que la main de fer de l'armée et du Shin Bet va rapidement capturer les meurtriers. Ils seront pris et devront rendre des comptes", a assuré Ehoud Barak. La police israélienne a rehaussé son niveau d'alerte de crainte d'actes de vengeance anti-palestiniens de la part d'extrémistes juifs. Des colons en colère sont entrés dans la nuit de samedi à dimanche dans le village palestinien de Burin, un foyer de tension près de Naplouse, jetant des pierres et incendiant une maison, selon des habitants. Des incidents ont été recensés autour et dans la ville palestinienne d'Hébron.

 CENTAINES DE NOUVEAUX LOGEMENTS

Le premier ministre Benyamin Netanyahou a exhorté les Israéliens à faire preuve de "retenue". "J'appelle tous les Israéliens à agir de façon responsable, avec retenue et à ne pas se faire justice eux-mêmes. Lorsque quelqu'un se fait justice, il n'y plus de justice. C'est seulement à l'armée et aux forces de sécurité d'assumer cette responsabilité", a proclamé M. Netanyahou. La situation s'était vivement tendue ces dernières semaines entre paysans palestiniens et colons juifs extrémistes autour de Naplouse, une région agricole où cohabitent, dans un climat permanent de violences, paysans palestiniens et colons juifs, dont certains réputés pour leur extrémisme.

Le Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, UE, Russie et ONU) a condamné"dans les termes les plus forts possibles" la tuerie d'Itamar en qualifiant"d'inacceptables" les attaques contre les civils. Il s'est félicité de "la ferme condamnation de cette attaque" par l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas. Sur le front politique, le gouvernement israélien a réagi à l'attaque en donnant son feu vert à la construction de "centaines de logements" dans des colonies de Cisjordanie.

"La commission ministérielle chargée des implantations a décidé hier (samedi) la construction de quelques centaines d'unités de logements à Gush EtzionMaale Adoumim, Ariel et Kyriat Sefer", a annoncé le bureau de M. Netanyahou dans un communiqué. Ces quatre colonies sont parmi les plus peuplées de Cisjordanie et font partie de ce que les responsables israéliens appellent des "blocs d'implantations" qui doivent, selon eux, être annexés dans tout accord de paix avec les Palestiniens.

Le dirigeant de Yesha, la principale organisation de colons, Danny Dayan, s'est félicité de "ce petit pas dans la bonne direction", en appelant Benjamin Netanyahouà approuver d'autres permis de construire en Cisjordanie occupée. En revanche, l'Autorité palestinienne a "condamné fermement" la décision du gouvernement israélien et averti qu'elle conduirait à de "sérieux problèmes".

Petite histoire polynésienne

... sur la folie des grandeurs de ceux qui obtiennent nos votes !

lu sur :

http://www.lepoint.fr/societe/l-avion-de-gaston-flosse-vendu-au-royaume-du-bhoutan-13-03-2011-1305761_23.php

Le Point.fr - Publié le 13/03/2011 à 11:55

L'avion de Gaston Flosse vendu au royaume du Bhoutan

L'ATR 42-500 de la présidence de la Polynésie française semble enfin avoir trouvé preneur. Acquis en 2003 pour une douzaine de millions d'euros, il avait été surnommé "Air Flosse One" par analogie avec l'Air Force One américain. À l'époque, Gaston Flosse régnait sur Tahiti. Ses successeurs ont trouvé que ces dépenses étaient démesurées. Imaginez une ville de 260 000 habitants entretenant un tel avion de ligne prévu pour transporter cinquante passagers. Certes, la Polynésie française et ses îles couvrent un territoire grand comme l'Europe, mais la compagnie locale Air Tahiti en assure parfaitement la desserte avec des vols au moins quotidiens, sauf aux Australes, très peu peuplées.

En vente depuis plus d'un an, l'ATR 42 immatriculé F-OITQ "faisait du béton" sur l'aéroport de Faaa, près de Papeete. Cette activité réduite s'affiche au compteur d'heures de vol avec seulement 3 072 heures. Un bi-turbopropulseur de cette catégorie exploité par une compagnie aérienne totaliserait plus de 15 000 heures.

Cap sur l'Himalaya

Aussi l'acquéreur fait-il une bonne affaire en l'achetant 6,2 millions d'euros. MK Tek Europe, une société de maintenance, a remporté l'appel d'offres. Ce broker est spécialiste du négoce d'ATR et de Brasilia. Le client final est Drukair, la compagnie nationale du royaume du Bhoutan. Quelques travaux sont nécessaires pour adapter la cabine de l'avion. Du temps de Flosse, elle ne comptait que vingt-deux sièges et un luxueux salon pour huit personnes.

Coincé entre l'Inde et la Chine, le royaume du Bhoutan lance cette petite compagnie aérienne Drukair, qui va s'équiper également de deux Airbus A319, outre cet ATR adapté aux pistes très courtes accrochées aux contreforts de l'Himalaya d'où partent les amateurs de trekking. Les conditions météo y sont extrêmes au point que la compagnie précise contractuellement qu'elle peut annuler sans préavis et demande aux passagers de prévoir des billets flexibles en cas de correspondance. Fini les eaux turquoise des lagons, l'ATR va désormais voler au-dessus des neiges éternelles et négocier des itinéraires pour contourner des sommets inaccessibles.

13/03/2011

DIMANCHE 13 MARS À 18 H 30 Place du Trocadéro - Métro : lignes 6 et 9

communiqué :

UNE NOUVELLE CATASTROPHE NUCLÉAIRE EST EN COURS AU JAPON
APPEL À RASSEMBLEMENT CE SOIR À PARIS

DIMANCHE 13 MARS À 18 H 30
Place du Trocadéro - Métro : lignes 6 et 9

Face à l'extrême gravité de la situation nucléaire au Japon,
le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle à un rassemblement pour demander la sortie du nucléaire et soutenir la population japonaise.

Une banderole géante "Le nucléaire tue l'avenir" sera déployée à cette occasion.

Pour suivre toute l'actualité sur l'accident nucléaire en cours
et connaitre les autres rassemblements ailleurs en France (Tourcoing, Cadarache, Flamanville...) :

http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/alerte-nucleai...

Hygiène alimentaire, surpêche, pesticides, agroécologie

lu sur : http://www.univers-nature.com/inf/inf_rech1.cgi

Univers-nature   L'édition de samedi

12-03-2011 - Intoxication alimentaire : l’hygiène alimentaire mise en cause
L’association de protection des consommateurs Que Choisir a vivement réagi suite au récent décès d’une adolescente de 16 ans dû à une intoxication alimentaire, dont l’origine supposée serait un repas ...

11-03-2011 - Surpêche du maquereau : l’Espagne sanctionnée
En raison d’un dépassement de son quota de capture de maquereaux de près de 20 000 tonnes, soit 80 % de plus que son quota initial, l’Espagne va se voir appliquer des pénalités par la Commission ...

10-03-2011 - Epandages de pesticides : des pomiculteurs relaxés « au bénéfice du doute »
En 2008, Fabrice Micouraud, un particulier ayant créé une association régionale dans le limousin (ALLASSAC ONGF) contacte l’association Générations Futures pour l’aider à lutter contre des pulvérisations ...

09-03-2011 - Augmenter la production alimentaire mondiale grâce à l’agroécologie
Dans un récent rapport de l’ONU paru le 8 mars dernier, le Rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation, Olivier De Schutter, a estimé que les petits fermiers pourraient doubler leur production alimentaire ...

12/03/2011

Europe: gaz de schiste; surpêche;

 

 

lu sur :

http://energie-climat.greenpeace.fr/hydrocarbures-de-schistes-ni-gaz-ni-petrole-ni-ici-ni-ailleurs

http://oceans.greenpeace.fr/lunion-europeenne-epingle-lespagne-pour-sa-surpeche

Gaz de schiste, pétrole de schiste : même combat !

Le danger des hydrocarbures non conventionnel s'étend. Il est temps de demander des clarifications et d'obtenir l'abrogation de tous les permis.
Lire la suite

L'Union européenne épingle l'Espagne pour sa surpêche...

La Commission européenne va pénaliser l'Espagne pour avoir dépassé son quota de capture de maquereau de près de 20 000 tonnes, soit 80% de plus que son quota initial.
Lire la suite

11/03/2011

Biogaran est une filiale de Servier

lu sur :

http://www.lepoint.fr/societe/biogaran-sarkozy-la-rumeur-qui-fait-fantasmer-la-toile-05-02-2011-136035_23.php

Biogaran-Sarkozy, la rumeur qui fait fantasmer la Toile

Le Point.fr - Publié le 05/02/2011 à 17:36 - Modifié le 05/02/2011 à 17:37

La rumeur se propage sur les blogs depuis deux jours. Le frère benjamin de Nicolas Sarkozy, François, serait le P-DG de Biogaran, la filiale spécialisée dans les médicaments génériques de... Servier, pointé du doigt pour avoir caché la nocivité de son Mediator. Pur fantasme. Le président de Biogaran s'appelle Pascal Brière, et il est en poste depuis sa création en 1996. Son directeur général est Emmanuel Le Doeuff, selon le site gratuit d'informations sur les entreprises, societe.com. "Il y a eu une confusion entre Biogaran et BioAlliance", dont François Sarkozy était le vice-président jusqu'en avril 2010, regrette Pascal Brière. De son côté, le frère du président de la République dément fermement "les délires et la médisance d'Internet". "C'est complètement débile. Je n'ai rien à voir avec cette société. Ça ne mérite que le dédain."

La fausse information date en réalité de 2008. Sa réapparition soudaine début 2011 inquiète suffisamment Biogaran pour que cette filiale de Servier ait mis en place une cellule de veille sur le sujet. Elle a constaté une inflation invraisemblable du nombre d'occurrences que les mots "François Sarkozy" et "Biogaran" généraient sur Google : plus de 4 600. Son président, Pascal Brière, a appelé personnellement François Sarkozy vendredi soir pour le mettre au courant et lui demander de réagir.

Ce retour de rumeur intervient tandis que l'affaire du Mediator éclabousse les autorités. Jacques Servier, fondateur du groupe éponyme, n'a-t-il pas reçu la grand-croix de la Légion d'honneur des mains mêmes du président de la République ? Et le cabinet d'avocats d'affaires auquel appartenait le chef de l'État a eu Servier pour client. Quant à François Sarkozy, il est membre du comité exécutif d'AES partners, qui conseille, entre autres laboratoires pharmaceutiques, Servier. 

Augmenter la production alimentaire mondiale grâce à l’agroécologie

lu sur :

http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4601

9/3/11

Augmenter la production alimentaire mondiale grâce à l’agroécologie

Dans un récent rapport de l’ONU paru le 8 mars dernier, le Rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation, Olivier De Schutter, a estimé que les petits fermiers pourraient doubler leur production alimentaire sur les 10 prochaines années en recourant à des pratiques agroécologiques. Justifiant ce constat, le rapport explique que l’agroécologie (1) permet une meilleure conservation des sols et, par voie de conséquence, de produire plus sur le long terme. En 2007, un précédent rapport de la FAO (2) avait déjà souligné les sérieux atouts de l’agriculture biologique face à la pression d’une demande alimentaire croissante.

Outre une meilleure qualité des sols, la réduction, voire l’absence, de l’utilisation de pesticides se traduit par de substantielles économies pour les agriculteurs. C’est notamment le cas de projets conduits en Indonésie, au Viet Nam et au Bangladesh, où la réduction de l’utilisation d’insecticides a généré d’importantes économies pour les paysans.
Selon l’expert, divers projets agroécologiques ont d’ores et déjà prouvé leur efficacité. Ainsi, dans 57 pays en développement, la production a augmenté de 80 %, avec une moyenne de 116 % dans les projets mis en œuvre en Afrique. De récents projets menés dans plus de 20 pays africains ont, en effet, permis de doubler les récoltes sur une période de 3 à 10 ans.  

Mais ce passage à l’agroécologie a besoin de leviers. En ce sens, le rapport souligne le rôle décisif à jouer des Etats et des donateurs dans la mesure où les entreprises privées ne gaspilleront pas de temps ou d’argent dans des pratiques qui ne leur assureront ni la vente de leurs produits, ni l’ouverture de marchés à conquérir.  
Face à l’actuelle flambée des prix des denrées alimentaires, la sécurité alimentaire apparaît de plus en plus problématique. Mais pour Olivier De Schutter, le problème de la faim dans le monde ne se résoudra pas avec l’établissement de grandes fermes industrielles, bien au contraire. Soulignant l’urgence d’adapter l’agriculture afin de nourrir les 9 milliards d'êtres humains attendus en 2050, il a conclu que : « Nous devons faire vite si nous voulons éviter des catastrophes alimentaires et climatiques au 21e siècle ». Abondant en ce sens, l’association Générations Futures a appelé à une « révolution agricole » afin de sortir du schéma d’une agriculture intensive qui asphyxie tant les agriculteurs que l’environnement, notamment via des intrants (3) coûteux et nuisibles.

Cécile Cassier

1- Selon le Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement ), l’agroécologie repose sur « des systèmes de culture attractifs, rentables, protecteurs de l'environnement et durables, basés sur le semis direct sur couverture végétale permanente (SCV). Dans ces systèmes, le sol n'est jamais travaillé et une couverture morte ou vivante est maintenue en permanence. Les pailles proviennent des résidus de cultures, de cultures intercalaires ou de cultures dérobées utilisées comme « pompes biologiques ». Ces plantes ont des systèmes racinaires puissants et profonds et peuvent recycler les nutriments des horizons profonds vers la surface, où ils peuvent être utilisés par les cultures principales. Ils produisent aussi rapidement une importante biomasse et peuvent se développer en conditions difficiles comme durant les saisons sèches, sur des sols compactés, et sous une forte pression des adventices ».
2- Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.
3- Engrais et pesticides.

Des femmes enceintes exposées à l’herbicide atrazine via l’eau de boisson

lu sur :

http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4598

7/3/11

Des femmes enceintes exposées à l’herbicide atrazine via l’eau de boisson

 

Bien qu’interdit d’utilisation depuis quelques années, l’atrazine (1) reste le pesticide le plus présent dans les eaux en France. Or, cette substance active représente une réelle menace, plus particulièrement pour les femmes enceintes, si l’on en croit une récente étude scientifique française. De 2002 à 2006, une équipe de chercheurs menée par Cécile Chevrier, chercheuse à l’Inserm, a suivi un groupe de femmes enceintes en Bretagne afin d’évaluer leur éventuelle exposition à l’atrazine. Effectué avant la 19ème semaine de grossesse, un prélèvement d’urine a révélé la présence d’atrazine ou de l’un de ses métabolites (2) chez certaines des femmes examinées. Celles-ci ont probablement été exposées à ces substances par l’environnement, et notamment par absorption d’eau de boisson.

S’interrogeant sur l’impact sur les nourrissons de cette exposition, les chercheurs ont mis en évidence une augmentation des risques de faible poids et de faible circonférence crânienne à la naissance chez les nourrissons des mères exposées à l’atrazine. En effet, les femmes ayant des traces d’atrazine ou de l’un de ses métabolites dans les urines ont 50 % de risque supplémentaire d’avoir un enfant ayant un faible poids à la naissance et 70 % de risque supplémentaire d’avoir un enfant ayant une faible circonférence crânienne à la naissance.
Comme le souligne Générations Futures, cette étude démontre ainsi que l’exposition environnementale prénatale à ce pesticide, même à des doses très faibles, peut avoir des conséquences sur le développement du fœtus, et donc sur l’état futur de l’enfant. Y voyant « une réponse cinglante aux actuelles tentatives de négations du risque sanitaire posé par les pesticides », l’association réclame que l’ensemble des pesticides pour lesquels un effet perturbateur endocrinien a été démontré soient retirés du marché.  
Cécile Cassier

1- L’atrazine (C8H14ClN5) est un herbicide de synthèse de la famille chimique des triazines. Cette substance active fut couramment utilisée en France sur les cultures de maïs entre 1960 et 2001. Son interdiction fut décidée en 2001 mais les dates limites de distribution et d’utilisation se prolongèrent respectivement jusqu’au 30 septembre 2002 et jusqu’au 30 septembre 2003. (INERIS).
2- Atrazine mercapturate, desethylatrazine, hydroxyatrazine, hydroxydesethylatrazine.