Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/09/2011

Quelques information concernant la santé

lues sur :

http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/Mardi 20 septembre

Le bisphénol A augmente le poids de naissance des bébés

un titre bien inoffensif, mais il faut lire l'article ! Voir ci-dessous ( * )

Selon l’étude conduite par l’Inserm sur l’impact des phénols, 96% des femmes enceintes de Bretagne et des régions de Nancy et de Poitiers sont contaminées par ces substances chimiques. Cette enquête, publiée dans la revue américaine Environmental Health Perspectives, montre également que trois de ces produits chimiques modifient le poids des nouveau-nés de sexe mâle, ces molécules traversant la barrière placentaire. (Le Figaro, 13/09)

Du zinc utilisé par les cellules du système immunitaire

Les cellules du système immunitaire se servent du zinc, un métal toxique s’il est ingéré à forte dose, pour éliminer les microbes comme le bacille de la tuberculose ou la bactérie E. coli. Ce mécanisme de défense naturelle contre les infections vient d’être mis en évidence par une équipe internationale menée par des chercheurs d’institutions françaises (CNRS, Inserm, Institut Pasteur, Université Paul Sabatier/Toulouse, Centre d’immunologie/Marseille Luminy). Cette découverte, qui vient d’être publiée dans la revue spécialisée Cell Host & Microbe, permet d’envisager de nouvelles stratégies thérapeutiques et de tester de nouveaux candidats-vaccins, selon les chercheurs. (AFP, 15/09 Communiqué de presse)

Les résultats obtenus au Burkina Faso par un candidat vaccin contre le paludisme relancent l’espoir de vaincre un jour la maladie. Les données d’un essai réalisé en 2007 et publiées le 15 septembre dans le New England Journal of Medicine sur le vaccin MSP3 valident la démarche suivie depuis plus de 20 ans par l’équipe de Pierre Druilhe, ex-directeur du laboratoire de paludo-vaccinologie (PLV) de l’Institut Pasteur. (Le Figaro, La Croix, 15/09)

En bref

Selon Le Figaro du 14 septembre qui a révélé l’existence d’écoutes téléphoniques, Claude Griscelli, professeur de pédiatrie et de génétique, ancien directeur de l’Inserm (1996-2001), fait part à son interlocuteur Jean-Philippe Seta de son intervention sur le rapport du Sénat sur le Mediator publié en juin dernier. Il aurait, selon les propos rapportés dans le quotidien, minimisé les responsabilités du groupe Servier et mis en cause l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). (Le Figaro, 14/09, 15/09, La Croix, L’Humanité, Le Monde, 15/09)

Après le Canada, les Etats-Unis et toute une partie de l’Europe du Nord, la France adopte progressivement le concept « d’autopsie psychologique ».Gaëlle Encrenaz, épidémiologiste à l’Inserm, explique : « Ce genre d’étude nous amène à établir une sorte de biographie médico-psychologique des personnes ayant mis fin à leur jour afin d’avoir une idée beaucoup plus précise des facteurs de risques ». Cependant, ce nouvel outil divise épidémiologistes et psychiatres. (La Croix, 13/09)

Etude sur la pollution atmosphérique en Ile-de-France

Airparif a présenté, le 14 septembre, une étude réalisée en partenariat avec le laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (CNRS-CEA) sur la pollution atmosphérique en Ile-de-France. L’objectif de ce travail, qui a débuté en 2009, était notamment de différencier l’origine des poussières les plus fines (PM2,5) entre celles produites en Ile-de-France et celles provenant des régions avoisinantes (voire d’autres pays), après avoir été transportées par les vents. (Le Figaro, Le Parisien, 15/09)

( * )

lu sur:

http://www.lefigaro.fr/sante/2011/09/12/01004-20110912ARTFIG00681-le-bisphenol-a-augmente-le-poids-de-naissance-des-bebes.php

Le bisphénol A augmente le poids de naissance des bébés

Yves Miserey

En France, la quasi-totalité des femmes enceintes est imprégnée par les phénols. 

Voilà une étude épidémiologique sur l'impact des phénols qui va certainement faire du bruit. Ces substances dont le fameux bisphénol A présent encore l'an dernier dans les biberons en plastique sont en effet régulièrement accusées de perturber le système hormonal et le développement sexuel normal des enfants. Ils font partie de ce qu'on appelle les perturbateurs endocriniens. Or, la nouvelle étude conduite par l'Inserm montre que 96 % des femmes enceintes de Bretagne et des régions de Nancy et de Poitiers sont contaminées (imprégnées en termes savants) par ces substances chimiques. Mais elle montre aussi que trois de ces produits chimiques modifient le poids des nouveau-nés de sexe mâle, ces molécules traversant la barrière placentaire.

L'étude a été publiée la semaine dernière dans la revue américaine Environmental Health Perspectives. Les recherches sont basées sur les deux cohortes mères-enfants françaises Eden et Pélagie destinées à étudier l'impact de l'environnement durant la grossesse. Les femmes enceintes ont été recrutées entre 2002 et 2006.

«Le bisphénol A a des effets possibles sur la croissance du fœtus», confirme Rémy Slama, de l'université de Grenoble, qui a piloté les travaux. En effet, les chercheurs ont constaté une augmentation du poids des bébés et du périmètre crânien, d'autant plus marquée que le taux d'imprégnation est élevé. Les mesures ont été effectuées à partir de prélèvements urinaires par les CDC d'Atlanta. Ils sont légèrement supérieurs aux chiffres relevés dans les autres pays européens. «Ces résultats demandent à être confirmés, tempère le chercheur. Il faut savoir ce qui se passe chez les filles. Mais ce que nous avons trouvé est cohérent: les perturbateurs interagissent avec le système endocrinien et adipeux.»

Malformations génitales 

Un autre phénol, la benzophénone 3, est associé aussi avec une augmentation du poids de naissance des enfants. Cette substance est utilisée comme filtre anti-UV dans de nombreuses crèmes solaires. Ces résultats confirment ceux obtenus précédemment chez des femmes new-yorkaises ayant accouché de garçons.

Autres substances pointées du doigt par l'équipe de l'Inserm: les dérivés du 1,4-dichlorobenzène. Cette molécule était utilisée en France jusqu'en 2009 comme insecticide et déodorant, notamment dans les boules antimites. Mais au lieu d'augmenter le poids des garçons à la naissance, elle le fait diminuer. «L'association est nette», assure Rémy Slama. Généralement, un petit poids à la naissance est un facteur de risque d'obésité. «Il n'est pas facile de prédire quelles incidences ces perturbations peuvent avoir à long terme», reconnaît néanmoins le chercheur. La trajectoire de croissance des enfants va être suivie de près dans les prochaines années.

L'étude a concerné aussi les phtalates, une autre famille de perturbateurs endocriniens. Là, aucune augmentation ou diminution de poids n'a été relevée. «Cela ne veut pas dire qu'ils n'ont pas d'effet sur les garçons. Chez les rongeurs, les phtalates provoquent des anomalies des organes reproducteurs.» L es résultats concernant les malformations génitales constatées chez 72 des bébés ne seront publiés que l'an prochain.

Les phénols et les phtalates sont présents dans de nombreux produits industriels comme les bouteilles en plastique, le fond des boîtes de conserve, les films alimentaires, les peintures, les crèmes solaires, etc. Ils sont partout, dans l'eau, dans les poussières des habitations mais on peut néanmoins réduire l'exposition. Une étude américaine publiée dans le numéro de juillet de la revue Environmental Health Perspectives montrait qu'en arrêtant de manger des aliments en conserve, une famille voyait ses taux de bisphénol A dans les urines diminuer de moitié.

18/09/2011

Le Conseil d’Etat juge abusive l’autorisation du Cruiser 350 


lu sur :

http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4823

15/9/2011

Le Conseil d’Etat juge abusive l’autorisation du Cruiser 350

Hier, le Conseil d’Etat a finalement délibéré sur la légalité de l’autorisation de mise sur le marché (AMM) de l’insecticide Cruiser 350, délivrée par le ministre de l’agriculture, Bruno Le Maire, pour l’année 2010. Le rapporteur public, Monsieur Edouard Geffray, a conclu à l’annulation de l’AMM de ce pesticide. Il a également demandé la condamnation de l’Etat au profit de l’Union Nationale de l’Apiculture Française (UNAF), à l’origine de la demande d’annulation de l’AMM. 

De 2008 à 2011, le ministre de l’agriculture a renouvelé, année par année, des autorisations de mise sur le marché du Cruiser et du Cruiser 350, deux appellations commerciales distinctes pour désigner des produits identiques. Lors de l’audience du 14 septembre dernier, le Conseil d’Etat a réprouvé ces méthodes de délivrance insidieuses, reposant sur une dérogation renouvelable à l’infini. Ce système privant toute juridiction du temps nécessaire à l’évaluation d’une nouvelle AMM pour l’année suivante, le ministre de l’agriculture a donc accordé chaque AMM annuelle pour le Cruiser 350 en l’absence de preuves de l’innocuité du produit. Les mêmes pratiques ayant été mises à jour pour les AMM précédentes, le Conseil d’Etat avait déjà annulé les deux premières AMM du Cruiser début 2011. Selon toute vraisemblance, l’AMM du Cruiser 350 pour 2010 devrait subir le même sort. 

Pour Olivier Belval, président de l’UNAF : « Après le Gaucho en 1999, 2002 et 2003, le Régent en 2004, le Cruiser pour 2008 et 2009 et aujourd'hui le Cruiser 350 pour 2010, on voit le peu de cas qui est fait de la protection de l’environnement par les institutions publiques qui en sont les garantes et la difficulté pour nos juridictions de freiner la dérive ». Il est à espérer que les arrêts successifs rendus par le Conseil d’Etat dissuaderont le ministre de l’agriculture d’autoriser le Cruiser 350 pour la campagne 2012. 

Cécile Cassier

17/09/2011

Eau : une famille des Pyrénées orientales terrasse la SAUR en Cour de cassation

http://www.eauxglacees.com/VIDEO-une-famille-des-Pyrenees...

VIDEO : une famille des Pyrénées orientales terrasse la SAUR en Cour de cassation
par Marc Laimé, 11 septembre 2011 septembre 2011 

Cinq ans après s’être vus couper l’eau, des usagers d’un minuscule village pyrénéen ont gagné leur recours en cassation contre la multinationale française, qui avait auparavant multiplié les infractions à leur encontre. Dans un document video extraordinaire les usagers racontent leur lutte victorieuse.

En juin 2006, la SAUR, accompagnée du maire de la commune, coupait illégalement l’eau à une famille de Joch, un minuscule village situé à 390 mètres d’altitude dans les Pyrénées-orientales, au sud de Vinça, au centre d’un modeste territoire de 337 hectares.

Joch

Placé à la limite des terres irriguées et des terrasses sèches jadis cultivées, ce terroir se partage en deux : au sud la zone montagneuse schisteuse qui annonce le massif des Aspres ; au nord la plaine, bassin arrosé par les eaux de la Lentillà et sillonné depuis le moyen âge par un important réseau d’irrigation, avec notamment le Rec major, ou canal de Joch.

Cette plaine est à perte de vue plantée de pêchers, ce qui offre au printemps l’exceptionnel spectacle d’une mer en camaïeu rose s’étalant jusqu’aux premiers contreforts du Canigou.

Dans ce paysage idyllique, le cauchemar de notre famille a pris fin au terme de 5 ans de lutte, après que la Cour de Cassation leur ait donné raison par un arrêt en date du 6 juillet 2011.

Bruno, Jade et Xenia ont réalisé un documentaire extraordinaire sur leur bataille contre le géant de l’eau…

A diffuser très largement !

Contact :

Solarfuture

lien pour bien voir la vidéo :

http://www.eauxglacees.com/VIDEO-une-famille-des-Pyrenees...

Eau : une famille des Pyrénées orientales terrasse la SAUR en Cour de cassation

http://www.eauxglacees.com/VIDEO-une-famille-des-Pyrenees...

VIDEO : une famille des Pyrénées orientales terrasse la SAUR en Cour de cassation
par Marc Laimé, 11 septembre 2011 septembre 2011 

Cinq ans après s’être vus couper l’eau, des usagers d’un minuscule village pyrénéen ont gagné leur recours en cassation contre la multinationale française, qui avait auparavant multiplié les infractions à leur encontre. Dans un document video extraordinaire les usagers racontent leur lutte victorieuse.

En juin 2006, la SAUR, accompagnée du maire de la commune, coupait illégalement l’eau à une famille de Joch, un minuscule village situé à 390 mètres d’altitude dans les Pyrénées-orientales, au sud de Vinça, au centre d’un modeste territoire de 337 hectares.

Joch

Placé à la limite des terres irriguées et des terrasses sèches jadis cultivées, ce terroir se partage en deux : au sud la zone montagneuse schisteuse qui annonce le massif des Aspres ; au nord la plaine, bassin arrosé par les eaux de la Lentillà et sillonné depuis le moyen âge par un important réseau d’irrigation, avec notamment le Rec major, ou canal de Joch.

Cette plaine est à perte de vue plantée de pêchers, ce qui offre au printemps l’exceptionnel spectacle d’une mer en camaïeu rose s’étalant jusqu’aux premiers contreforts du Canigou.

Dans ce paysage idyllique, le cauchemar de notre famille a pris fin au terme de 5 ans de lutte, après que la Cour de Cassation leur ait donné raison par un arrêt en date du 6 juillet 2011.

Bruno, Jade et Xenia ont réalisé un documentaire extraordinaire sur leur bataille contre le géant de l’eau…

A diffuser très largement !

Contact :

Solarfuture

lien pour bien voir la vidéo :

http://www.eauxglacees.com/VIDEO-une-famille-des-Pyrenees...

Eau : une famille des Pyrénées orientales terrasse la SAUR en Cour de cassation

http://www.eauxglacees.com/VIDEO-une-famille-des-Pyrenees...

VIDEO : une famille des Pyrénées orientales terrasse la SAUR en Cour de cassation
par Marc Laimé, 11 septembre 2011 septembre 2011 

Cinq ans après s’être vus couper l’eau, des usagers d’un minuscule village pyrénéen ont gagné leur recours en cassation contre la multinationale française, qui avait auparavant multiplié les infractions à leur encontre. Dans un document video extraordinaire les usagers racontent leur lutte victorieuse.

En juin 2006, la SAUR, accompagnée du maire de la commune, coupait illégalement l’eau à une famille de Joch, un minuscule village situé à 390 mètres d’altitude dans les Pyrénées-orientales, au sud de Vinça, au centre d’un modeste territoire de 337 hectares.

Joch

Placé à la limite des terres irriguées et des terrasses sèches jadis cultivées, ce terroir se partage en deux : au sud la zone montagneuse schisteuse qui annonce le massif des Aspres ; au nord la plaine, bassin arrosé par les eaux de la Lentillà et sillonné depuis le moyen âge par un important réseau d’irrigation, avec notamment le Rec major, ou canal de Joch.

Cette plaine est à perte de vue plantée de pêchers, ce qui offre au printemps l’exceptionnel spectacle d’une mer en camaïeu rose s’étalant jusqu’aux premiers contreforts du Canigou.

Dans ce paysage idyllique, le cauchemar de notre famille a pris fin au terme de 5 ans de lutte, après que la Cour de Cassation leur ait donné raison par un arrêt en date du 6 juillet 2011.

Bruno, Jade et Xenia ont réalisé un documentaire extraordinaire sur leur bataille contre le géant de l’eau…

A diffuser très largement !

Contact :

Solarfuture

lien pour bien voir la vidéo :

http://www.eauxglacees.com/VIDEO-une-famille-des-Pyrenees...

Syrie : Il ne reste que la «lutte armée»

lu sur :

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/6ad2c582-e09e-11e0-b778-e4a1746f2af0|0

Il ne reste que la «lutte armée»

Rencontre sur la frontière libanaise avec des déserteurs de l’armée de Bachar el-Assad qui, dégoûtés, refusent de servir davantage la «machine à tuer» syrienne

Il a troqué son uniforme militaire contre une longue tunique blanche. Dans sa maison refuge de Wadi Khaled, au bord de la rivière Nahr el Kebir qui sépare, au nord, le Liban de la Syrie, Hassan Abdul Karim al-Hamad peut enfin parler à visage découvert. Loin des «ennuis», mais toujours proche de «l’action». Ce jour-là, l’ex-premier lieutenant syrien, exilé depuis deux mois au Pays du Cèdre, est en pleine discussion avec d’autres soldats déserteurs. Autour d’un café turc, ils parlent de «missions nocturnes» de l’autre côté de la frontière. «Je repars toutes les nuits à Homs pour protéger les manifestants et pour encourager d’autres militaires à lâcher le régime», nous confie, en aparté, le lieutenant repenti, aujourd’hui porte-parole de «l’armée syrienne libre».

Faut-il y voir l’ébauche d’une rébellion armée contre Bachar el-Assad, après six mois de révolte pacifique? Ces derniers jours, les rumeurs vont bon train sur des cargaisons d’armes qui traverseraient la frontière libanaise en direction de la Syrie. Plusieurs témoins évoquent également des combats opposant les forces loyalistes à des militaires insoumis, notamment dans les villes de Homs, Idlib et Deir es Zor. Pour des raisons sécuritaires, Hassan Abdul Karim al-Hamad est peu disert à ce sujet, préférant mettre l’accent sur les appels à la défection que son organisation ne cesse de faire circuler.

«Le régime nous a trompés»

«Une de nos tactiques consiste en l’enregistrement de vidéos de repentis, postées sur Internet et diffusées sur les chaînes satellitaires comme Al-Jazira», insiste l’homme à la barbe poivre et sel qui officia pendant vingt-neuf ans au sein des puissants services de renseignement syriens. Lui-même s’est prêté à l’exercice dès son arrivée, en plein été, au Liban. Face caméra, on le voit présenter sa carte d’identité militaire, avant d’égrener ses griefs contre Damas. «Quand je suis entré dans l’armée, mon objectif était d’assurer la sécurité de mon pays […], mais la révolution nous a prouvé que le régime nous a trompés avec ses slogans», s’emporte-t-il devant l’objectif, avant d’accuser ouvertement le pouvoir alaouite de «se faire épauler» par le Hezbollah libanais et les miliciens bassidjis d’Iran pour «tuer son propre peuple».

Cette ingérence iranienne, condamnée par la communauté internationale, est difficile à vérifier à cause des restrictions imposées à la presse en Syrie. Mais les descriptions supplémentaires offertes par Hassan Abdul Karim al-Hamad au Temps recoupent d’autres témoignages préalablement recueillis. «Quelques semaines après le début de la révolte, j’ai eu pour mission de diriger, à Homs, 27 membres du Hezbollah et 23 Iraniens. Ces derniers, connus pour être d’excellents tireurs d’élite, ne parlaient pas l’arabe. Par l’intermédiaire d’un traducteur, je devais leur indiquer les positions à partir desquelles ils devaient viser les protestataires. Au début, ils portaient des uniformes noirs. Puis on leur a donné des tenues militaires, pour qu’ils soient méconnaissables», raconte le lieutenant séditieux, dégoûté par ce «recours aux étrangers pour exécuter les basses œuvres». Mais c’est contre la «machine à tuer» syrienne dans son intégralité qu’il s’est rebellé en désertant l’armée.

«Le déclic, je l’ai eu avec le massacre de la place Se’a Jadida – la place centrale de Homs – à la mi-avril. Les autorités voulaient nous faire croire que les protestataires étaient des «terroristes extrémistes» qu’il fallait éliminer. En fait, ces gens-là étaient des civils. Durant cette opération meurtrière, 300 personnes ont été tuées, dont une vingtaine de soldats qui refusèrent de tirer sur la foule. Trop, c’était trop!», se souvient-il. Commence alors une course contre la mort, de Homs jusqu’aux montagnes du Nord-Liban, où il finit par se réfugier.

Depuis l’annonce de sa défection en juillet, Abdul Karim al-Hamad dit avoir convaincu 55 militaires de le rejoindre ici. D’autres ont pris le chemin de la Turquie et de la Jordanie. Selon lui, «des milliers de membres de l’armée, essentiellement des sunnites, ont tombé l’uniforme militaire». En réalité, le phénomène reste difficilement mesurable, la plupart des déserteurs craignant de se déclarer à cause des représailles, comme le récent enlèvement sur le territoire turc du colonel Hossein Harmouch, un des premiers à s’être dissocié de l’armée. Jeudi soir, ce déserteur – encore endeuillé par l’assassinat de son frère, quelques jours plus tôt – est soudainement réapparu à la télévision syrienne pour se livrer à des «aveux forcés».

Pour tirer sur la foule»

«Ce régime doit tomber!», s’emporte Eyad (nom d’emprunt). Croisé dans un centre de réfugiés de Wadi Khaled, cet ex-conscrit de 23 ans revient de loin. Evadé il y a vingt jours de sa caserne de Homs, il a perdu trois de ses six compagnons déserteurs. «Les forces de sécurité ont mis le feu à la maison d’un des villages où nous nous étions camouflés», dit-il. D’une traite, les souvenirs remontent à la surface: «Dès la révolution tunisienne, en janvier, on nous a retiré nos téléphones portables. A la caserne, il était interdit de regarder la télévision. Quand la Syrie s’est enflammée, en mars, on nous a déployés dans les rues pour tirer sur la foule. Derrière nous, les forces de sécurité et les shabiha [miliciens] nous surveillaient en permanence. Un jour, un de mes amis soldat a refusé d’obéir aux ordres. Il a été froidement tué d’une balle dans la tête. Quelques jours plus tard, quand un officier a réalisé que je me contentais de tirer en l’air, j’ai pris la fuite avant qu’il ne me tue.» D’un regard abattu, l’ex-soldat ajoute: «Aujourd’hui, il ne reste qu’une solution: la lutte armée!»

A ses côtés, Wassim, un autre déserteur, se dit lui aussi «prêt à rentrer en Syrie pour se battre». L’un et l’autre ont vaguement entendu parler de «l’armée syrienne libre». «Mais le problème, c’est que les déserteurs sont sous-équipés, et pas suffisamment organisés. Ils ne feront jamais le poids. A moins que les pays étrangers ne nous fournissent des armes», murmure Wassim.

14/09/2011

Propositions de Transparence International France aux candidats à la Présidentielle 2012

communiqué :

Bonjour,

 

Transparence International France lance aujourd'hui une grande action de mobilisation qui vise à prendre appui sur la campagne de l’élection présidentielle 2012 pour que les candidats s’engagent sur plusieurs propositions portant sur la transparence et l’intégrité de la vie publique.

Au travers de 7 mesures fortes, simples et emblématiques, nous espérons contribuer à jeter les bases d’une nouvelle gouvernance publique de nature à restaurer la confiance des Français dans leurs institutions. Nous proposons ainsi d’appeler à une nouvelle culture politique fondée sur l’égalité de tous devant la loi, une plus grande transparence de l’action publique et un engagement des élus et des responsables politiques à rendre compte complètement et loyalement de leurs actes et de leurs pratiques.

Ce projet est développé autour du blog  http://www.transparence-france.org/presidentielles2012, qui valorisera ces propositions tout au long de la campagne à travers divers initiatives et rebonds sur l’actualité.

 

Nous comptons sur votre participation pour susciter une véritable mobilisation citoyenne et conduire tous les candidats à s’engager.

 

Comment participer ?

-          en signant, directement sur le blog, la pétition de soutien à nos propositions

-          en encourageant tous vos contacts à signer et à relayer nos propositions (via email, facebook, twitter)

-          en interpellant les candidats désignés ou postulants (notamment ceux à la primaire socialiste), les responsables politiques et les élus européens, nationaux et locaux sur l’importance de s’engager sur ces sujets (laissez-vous guider par le blog qui détaille la marche à suivre)

-          en postant vos commentaires et contributions directement sur le blog qui a vocation à être un lieu de débat, tout au long de la campagne

 

Nous vous remercions par avance pour la part active que vous prendrez dans cette campagne.

 

Cordiales salutations,

 

L'équipe de TI France

 

 

Transparence International France

41, rue Ybry

92 200 Neuilly sur Seine

Tél : +33 1 55 61 37 90

www.transparence-france.org

------------------------------------------------

 

Voici les propositions de Transparence International France aux candidats à la Présidentielle 2012 :

1. En finir avec les conflits d’intérêts !
2. Un « Super Procureur » pour une justice réellement indépendante
3. Élu corrompu = 10 ans inéligible
4. Halte au cumul des mandats
5. Garantir la transparence et l’indépendance de l’expertise
6. Pleine lumière sur les lobbys
7. Déontologie : pour un contrôle citoyen !

Aidez-nous à les faire connaître ! Aidez-nous à faire en sorte que les candidats s’engagent à les mettre en œuvre !

Transparence International France appelle toutes les forces vives de la démocratie en France – citoyens, médias, organisations issues de la société civile (ONG, association, fondation, think tank) et personnalités qualifiées – pour déployer ensemble tous les moyens susceptibles de faire pression sur les candidats, notamment en :

  • signant, en appelant à signer et en relayant les propositions de Transparence International  France ;
  • contribuant à l’information (articles, vidéos, rapports, fiches, infographie…) et au débat sur la situation actuelle et la nécessité de mettre en place les propositions de Transparence International  France ;
  • interpellant les candidats désignés ou postulants, les responsables politiques et les élus européens, nationaux et locaux sur l’importance de s’engager sur ces sujets.

Apportez votre soutien à ces propositions

13/09/2011

En France, le taux de scolarisation des 15-19 ans a baissé depuis quinze ans

Un jeune sur deux diplômé du supérieur ???

un article à lire sur le Monde :

En France, le taux de scolarisation des 15-19 ans a baissé depuis quinze ans

 

LE MONDE | 13 septembre 2011 | Maryline Baumard | 305 mots

Un jeune sur deux diplômé du supérieur.

L'objectif européen reste de mise, mais la France y va à pas comptés. 

12/09/2011

Manifeste contre le dépouillement de l’école

communiqué :

http://ecole.depouillee.free.fr/spip.php?article1

Manifeste contre le dépouillement de l’école

Nous, collectif contre le dépouillement de l’école, déclarons que les « réformes » appliquées à l’Éducation nationale n’ont de réforme que le nom, et qu’elles masquent en réalité, le plus insupportable, le plus dangereux des dépouillements. Aujourd’hui, selon une logique comptable et technocratique à courte vue, les fondements de l’école républicaine sont menacés, et l’idéal d’une éducation de qualité pour tous sapé à la base.

Nous proclamons aujourd’hui que « l’école est nue ».

Nue non seulement parce qu’elle est privée de moyens financiers, mais aussi et surtout parce qu’elle est amputée progressivement de son sens, expurgée de la visée humaniste qui, depuis les Grecs, lui donne son nom d’« école ».

L’école est dépouillée quand le gouvernement tarit les concours de recrutement de professeurs, quand il n’assure plus la relève des enseignants retraités, ni les remplacements de professeurs malades ou en congé, et qu’il fait appel à des « viviers de vacataires » non formés et corvéables à merci.

L’école est abandonnée, quand l’État se décharge de son financement sur les collectivités locales, supprime la carte scolaire et impose l’« autonomie des établissements », instaurant de telles inégalités entre académies, filières et élèves, qu’il bafoue ses principes républicains.

L’école est dégarnie, quand elle est vidée de sa présence humaine (surveillants, conseillers d’orientation-psychologues, médecins et infirmiers scolaires, assistants sociaux, assistants pédagogiques…), remplacés par des caméras de surveillance et autres portiques de sécurité.

Les professeurs sont démunis, placés devant des élèves sans formation pratique sérieuse quand ils débutent ; obligés, au détriment de la qualité de leurs cours, d’assumer des tâches de plus en plus nombreuses ; sommés, dans certaines filières « réformées », de se convertir à des disciplines qu’ils ne maîtrisent pas en l’espace de quelques semaines ; travaillant souvent sans manuel scolaire et sans savoir à quel examen ils préparent les élèves, car les nouveaux programmes sont appliqués dans la précipitation ; contraints de bricoler, de s’agiter, de faire semblant, de s’adapter à tout et surtout à n’importe quoi sous couvert d’innovation pédagogique.

Les professeurs sont destitués, désormais recrutés, selon leur conformité idéologique au modèle du « fonctionnaire responsable » davantage que pour leur maîtrise d’un savoir ; bientôt réduits à des employés lambda, privés de l’essentiel de leur liberté pédagogique, soumis à une concurrence absurde ; obligés pour mendier des moyens de vendre leurs « projets » comme une soupe, et de se battre contre d’autres professeurs pour conserver leurs heures de cours ou leur poste.

Les élèves sont spoliés, parqués à 35 ou 40 dans les classes, livrés à la loi des « flux », broyés dans la masse ; privés de centaines d’heures de cours dans les différentes disciplines, au profit d’activités-gadgets ; privés de dispositifs efficaces de soutien ; leurs familles rendues responsables de leur échec via des « contrats de réussite » ou des « stages d’été » inadaptés.

Les élèves sont appauvris parce qu’on leur refuse d’apprendre le latin et le grec, les langues dites « rares » (c’est-à-dire toutes hormis l’anglais), les arts et ce qui n’est pas « rentable » ; parce que les nouveaux programmes leur proposent de l’anglais sans Shakespeare, de l’histoire sans passé, du français sans grammaire, des mathématiques sans démonstration – toujours moins de culture, et plus de procédures.

Les élèves sont dépecés, eux que l’on doit calibrer avec des « items » selon les nouvelles « grilles de compétences », comme si l’intelligence humaine pouvait se découper en tranches ; eux à qui l’on doit inculquer un « socle commun de connaissances et de compétences » davantage fondé sur l’idéal de l’O.C.D.E que sur celui de Montaigne.

Aujourd’hui nous appelons tous les « dépouillés » de l’Éducation nationale à nous rejoindre. Professeurs, parents, élèves, citoyens, il est encore temps d’inverser le cours délétère des pseudo-« réformes » qui transforment l’école en garderie sociale et transfèrent ses missions vers le secteur privé, au profit des plus riches et des mieux informés. Il suffit d’une volonté politique, celle de démocratiser le savoir, jadis portée par un Condorcet, un Jules Ferry, ou le comité national de la Résistance (qui a produit la commission Langevin-Wallon). Nous en appelons aux responsables politiques français, pour qu’ils agissent résolument contre le dépouillement de l’Éducation nationale.

Signer le manifeste 

11/09/2011

Fukushima : voici venu le temps de l'imposture scientifique

à lire sur :

http://www.rue89.com/planete89/2011/09/11/fukushima-voici-venu-le-temps-de-limposture-scientifique-221364

Fukushima : voici venu le temps de l'imposture scientifique

10/09/2011

Fukushima : trois fois plus de rejets radioactifs en mer qu'estimé

lu sur :

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/09/09/fukushima-trois-fois-plus-de-rejets-radioactifs-en-mer-qu-estime_1570109_3216.html

Fukushima : trois fois plus de rejets radioactifs en mer qu'estimé 

LEMONDE.FR avec AFP | 09.09.11 | 15h45   •  Mis à jour le 09.09.11 | 17h06

Le cumul des substances radioactives rejetées en mer par la centrale nucléaire de Fukushima serait environ trois fois plus important que ne le pensait l'opérateur du site, a affirmé, vendredi 9 septembre, la presse nippone. Des chercheurs japonais évaluent à présent à 15 000 térabecquerels la quantité d'éléments radioactifs dispersés dans l'océan Pacifique entre mars et avril, à la suite des explosions d'hydrogène et autres avaries survenues à Fukushima Dai-Ichi, complexe atomique endommagé par le séisme et le tsunami du 11 mars dans le nord-est de l'archipel.

L'opérateur de la centrale, Tokyo Electric Power (Tepco), avait estimé auparavant à 4 700 térabecquerels le total d'iode et césium radioactifs rejetés dans la mer, en fonction de prélèvements effectués début avril. Mais une équipe de chercheurs, dirigée par Takuya Kobayashi, de l'Agence de l'énergie atomique japonaise, a fondé ses estimations sur d'autres données, provenant notamment d'échantillons d'eau de mer pris entre le 21 mars et le 30 avril, selon plusieurs quotidiens japonais.

Selon les chercheurs, les particules radioactives sont arrivées en mer par divers canaux et d'autres, rejetées dans l'atmosphère, sont retombées dans l'eau de l'océan. Les bâtiments des réacteurs, qui ont été arrosés massivement pour être refroidis, ont laissé échapper des quantités d'eaux contaminées par les voies souterraines, tandis que des émissions radioactives ont accompagné les explosions d'hydrogène qui se sont produites dans plusieurs bâtiments de réacteurs durant les premiers jours suivant le désastre.

08/09/2011

En Amazonie, le bras de fer autour du barrage Belo Monte continue

lu sur :

http://ecologie.blog.lemonde.fr/2011/09/06/en-amazonie-le-bras-de-fer-autour-du-belo-monte-continue/

En Amazonie, le bras de fer autour du barrage Belo Monte continue

C'est un combat majeur qui se déroule en Amazonie depuis de nombreuses années : la bataille autour du Belo Monte, cet immense barrage qui doit voir le jour dans le nord-ouest du Brésil, sur le fleuve Xingu.

C'est un combat majeur qui se déroule en Amazonie depuis de nombreuses années : la bataille autour du Belo Monte, cet immense barrage qui doit voir le jour dans le nord-ouest du Brésil, sur le fleuve Xingu. Le feu vert définitif pour la construction de l'édifice hydroélectrique a été donné le 1er juin dernier par l’Institut brésilien de l'environnement. Mais les opposants au projet ne baissent pas les bras.

Fin août, des manifestations ont été organisées dans quinze pays — du Brésil à la France en passant par le Mexique, les Etats-Unis et le Canada — par plusieurs associations telles que France libertésSurvival ou Amazon Watch. "Préservons la forêt et l'humanité. Non à Belo Monte !", scandaient les opposants, comme ici à Sao Paulo, où une effigie en paille de la présidente brésilienne Dilma Rousseff a été brûlée.
La pétition lancée par le chef Raoni, connu pour ses combats en faveur de la forêt amazonienne et fer de lance de l'opposition au projet, a par ailleurs réuni plus de 100 000 signatures, tandis que des personnalités s'engageaient contre le barrage, comme le chanteur Sting ou le réalisateur James Cameron.

Car le Belo monte, c’est un barrage de 6 km de large avec ses canaux de dérivation et une zone d’inondation estimée à 500 km2 sur les berges du Xingu, dans l’ouest de l’Etat amazonien du Para. Conséquence :  16 000 personnes devront quitter leurs terres. L'ouvrage va par ailleurs porter un coup supplémentaire à la forêt amazonienne, déjà fortement touchée par la déforestation massive qui l'affecte depuis des années, menaçant la survie de centaines d'espèces animales et végétales. Enfin, le barrage devrait provoquer un dérèglement de l’équilibre du fleuve.

Selon les associations écologistes, le gouvernement brésilien bafoue par ailleurs la Constitution du pays et la Déclaration sur les droits des peuples autochtones des Nations Unies, qui affirment notamment que tout projet ayant un impact sur des territoires indigènes doit s’établir en concertation avec la population y vivant.

Mais pour l'Etat brésilien, pas question d'abandonner un barrage qui, avec une puissance prévue de 11 000 mega-watts, devrait  générer 11 % de l’électricité du pays et créer des dizaines de milliers d'emplois. Afin d'accompagner la croissance économique, le gouvernement s'est en effet fixé pour objectif de doubler la production nationale d'électricité d'ici 2019 — date à laquelle le barrage est censé être achevé. La capacité énergétique installée, qui est actuellement de 112 000 MW devrait ainsi atteindre 240 000 MW d'ici huit ans. D'un coût évalué à 11 milliards de dollars, Belo Monte sera le troisième plus grand barrage au monde, derrière celui des Trois-Gorges en Chine (18 000 MW) et celui d’Itaipu qui alimente le Brésil et le Paraguay (14 000 MW).

Sous couvert d'études rassurantes de l’Institut brésilien de l'environnement, organisme public, Dilma Rousseff ne semble pas vouloir faire marche arrière, même si sa cote de popularité en ressort affectée. Son prédécesseur Lula Da Silva, avait de la même façon relancé le projet, quitte à crisper certains de ses alliés, avec notamment la démission de la ministre de l'écologie Marina Silva de son poste de ministre de l’environnement en mai 2008.

Alors que le chantier a démarré, le bras de fer continue donc. Les porte-parole des peuples indigènes ont promis de nouvelles actions sans qu'aucune date ne soit encore fixée.

07/09/2011

ARRESTATION DE MICHEL BESSON EN ISRAËL

Depuis le lundi 5 septembre Michel Besson (coopérateur à Andines et chargé des relations internationales à Minga) est détenu de manière arbitraire au centre de rétention de l’aéroport de Tel Aviv. Il a été arrêté alors qu’il se rendait en Palestine pour visiter l’ensemble des partenaires économiques de la coopérative Andines.

Nous vous invitons à lire  le communiqué rédigé par l’équipe de la coopérative ANDINES. Nous ne manquerons pas de vous donner des nouvelles. 

Minga, le 7 septembre 2011

Pour lire le communiqué: http://www.andines.com/article.php3?id_article=1624

06/09/2011

Températures en hausse et sécheresses affecteront la croissance végétale

lu sur : http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4807

Températures en hausse et sécheresses affecteront la croissance végétale 

2/9/2011

Jusqu’à récemment, les recherches scientifiques soutenaient que les taux élevés de CO2 dans l'atmosphère favoriseraient la croissance végétale. Mais une nouvelle étude, réalisée par des chercheurs danois, est venue contredire ce postulat. Selon cette équipe scientifique, d'ici 2075, la hausse de températures générales entraîneront des sécheresses estivales, affectant la flore. Ainsi, même si une augmentation est prévue en terme de croissance végétale due à la quantité accrue de CO2 dans l'atmosphère, la hausse de températures et la sécheresse estivale limiteront cette croissance végétale.   

Selon le chercheur Klau Steenberg Larsen, issu de l'université technique Risø du Danemark (DTU) à Roskilde, « Les cas antérieurs de croissance végétale accrue observés dans des cas d'études contrôlées de concentrations de CO2 élevées s'expliquent par la simple raison que seule la concentration de CO2 a été modifiée ». Or, pour parvenir à des résultats probants, il est nécessaire de prendre en compte la combinaison des différentes variables climatiques, les plantes étant soumises à de multiples changements simultanés. Réalisée à même le terrain, l’étude danoise a ainsi démontré que l'assèchement du sol a un effet négatif sur la production d'azote, et donc sur la croissance végétale, même dans les régions exposées à une augmentation de CO2 et à un réchauffement. 

Cécile Cassier

03/09/2011

Obama cède sur la qualité de l'air

lu sur :

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2011/09/02/obama-cede-sur-la-qualite-de-l-air_1567146_3222.html

Obama cède sur la qualité de l'air

LEMONDE.FR |  2 septembre 2011 | Avec AFP | 251 mots

Le président américain Barack Obama a retiré vendredi un projet de réglementation prévoyant des normes de qualité de l'air plus strictes. Une telle mesure aurait pesé sur l'industrie dans une période de forte incertitude économique, a assuré Barack Obama.

Le président américain, qui dévoilera la semaine prochaine un plan de relance de la croissance devant le Congrès, subit la pression des républicains, pour qui la multiplication de ce type de réglementations porte atteinte à l'embauche dans les entreprises.

Dans un communiqué, le président a souligné "l'importance de réduire le fardeau des réglementations et l'incertitude qui y est liée, particulièrement au moment où notre économie poursuit son redressement". Pour autant, il a assuré qu'il continuerait "à soutenir le dur travail des hommes et des femmes de l'EPA, qui s'emploient chaque jour à demander des comptes aux pollueurs et à protéger les familles d'une pollution néfaste".

DURE PÉRIODE POUR LE PRÉSIDENT

Alors que vendredi, les mauvais chiffres de l'emploi américain faisaient chuter Wall Street, ainsi que les principales places boursières européennes, Obama, qui doit présenter ses solutions à la crise, est confronté à l'opposition farouche du Congrès et des républicains, déterminés à contrarier ses plans.

Dans un message électronique adressé mercredi soir à ses partisans, le président s'est dit "frustré""Cela fait longtemps que le Congrès ne s'est pas concentré sur ce que les Américains attendent de lui. Je sais que vous êtes frustrés par cela. Je le suis aussi", a-t-il écrit.

Les derniers sondages font état d'une chute dans l'opinion publique de la cote d'Obama, dont les chances de réélection en 2012 semblent peu à peu s'estomper.

02/09/2011

Les articles du jour

"Il faut plus de transparence sur les essais cliniques"Entretien

LE MONDE |  2 septembre 2011 | Propos recueillis par Paul Benkimoun | 346 mots
La journaliste américaine a écrit plusieurs livres, dont "Cobayes humains : le grand secret des essais pharmaceutiques" (Demopolis, 2007). La journaliste américaine Sonia Shah a écrit plusieurs livres, dont Cobayes humains : le grand secret des essais pharmaceutiques (Demopolis, 2007).
 
LE MONDE |  2 septembre 2011 | Paul Benkimoun | 1024 mots
Entre 1946 et 1948, des Guatémaltèques se sont vu inoculer des infections sexuellement transmissibles par des médecins américains. C'est l'un des épisodes les plus épouvantables qu'ait connus la médecine après la seconde guerre mondiale.
 
LE MONDE |  2 septembre 2011 | Isabelle Rey-Lefebvre | 591 mots
Les relations entre les concessionnaires filiales des groupes de BTP et leur tutelle, la direction des infrastructures du ministère des transports, ont toujours été tendues. Les relations entre les concessionnaires filiales des groupes de BTP et leur tutelle, la direction des infrastructures du...
 
LE MONDE |  2 septembre 2011 | Isabelle Rey-Lefebvre | 808 mots
Les concessionnaires, invoquant les besoins d'investissement, réclament à l'Etat des hausses de tarifs. Les comptes des groupes de travaux publics pour le premier semestre sont bons, voire excellents, et la bonne performance de leurs sociétés d'autoroutes n'est pas étrangère à ces résultats.

LE MONDE |  2 septembre 2011 | Michel Noblecourt | 653 mots
Ces experts, situés au centre gauche, estiment que le PS va devoir gouverner "au pire moment". C'est un livre en forme d'alerte. Si la gauche peut gagner en 2012, elle risque de l'emporter "au pire moment", celui où des Etats seront menacés de faire faillite ou d'être en défaut de paiement, où les...

LE MONDE |  2 septembre 2011 | Martine Valo | 639 mots
Un rapport d'étape sur les nuisances, remis à la ministre de l'écologie, est jugé incomplet et trop consensuel par les associations. La France compte plus de 65 millions de téléphones mobiles en activité. Leur usage massif se mesure aussi aux 37 000 antennes relais qui se dressent sur le territoire.

Le livre sur le gaz de schiste qui dérange le demi-frère Balkany

Les opposants aux gaz de schiste pensent avoir gagné une bataille avec le vote de la loi interdisant la fracture hydraulique. Mais « des forages auront lieu », « cette affaire ne fait que commencer », assure François Veillerette, coauteur du livre « Le Vrai Scandale des gaz de schiste ». La suite

.

Entre RFF et la SNCF, la bataille du rail se durcit

http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Economie/Entre-RFF-et-la-SNCF-la-bataille-du-rail-se-durcit-_NG_-2011-09-02-706621

Il faut passer à l'acte !

lu sur :

http://www.lemonde.fr/aujourd-hui/article/2011/09/02/faire-souvent-l-amour-permet-aussi-de-rallonger-son-esperance-de-vie_1566858_3238.html

Faire souvent l'amour permet aussi de rallonger son espérance de vie

 

Enquête | LEMONDE | 02.09.11 | 15h50   •  Mis à jour le 02.09.11 | 18h32

Faites l'amour et cætera. Le slogan antiguerre des années 1960 était presque tombé en désuétude. Le voici qui revient en force. Faire l'amour ne serait pas seulement bon pour le moral, mais aussi pour la santé et la longévité. Tout l'organisme profiterait des bienfaits d'une sexualité épanouie. A en croire de nombreuses études publiées depuis plus d'une dizaine d'années, il n'y aurait plus aucune raison d'appeler encore la chose "bagatelle".

En 2007, l'étude menée par le neuropsychologue britannique David Weeks, du Royal Edinburgh Hospital, montrait qu'une vie sexuelle active permet de retarder le processus de vieillissement. Les 3 500 femmes et hommes âgés de 20 à 104 ans y ayant participé avaient deux points en commun : une activité sexuelle plutôt intense et le fait de paraître tous beaucoup plus jeunes que leur âge.

Dans son livre La Vie et le Temps, publié au printemps aux éditions Flammarion (350 p., 20 €), Frédéric Saldmann, cardiologue et nutritionniste, le confirme, une impressionnante bibliographie à l'appui : "Il y a un lien entre sexualité, longévité et santé. La sexualité apporte du bien-être qui dope le bonheur et retarde le processus du vieillissement." Il précise : "Douze rapports sexuels par mois augmentent de dix ans l'espérance de vie."

Explication ? Les ocytocines - aussi appelés "hormones du câlin" -, libérées par l'orgasme, procurent apaisement, énergie et plénitude. Quant à la sérotonine et la dopamine, que produit le cerveau après l'acte sexuel, elles sont les heureuses messagères du plaisir et de l'euphorie. Plaisir qui libère ensuite la "fée" endorphine. Ce calmant naturel fait disparaître angoisses, stress et tensions. Plus d'insomnies ni de migraines. Adieu douleurs de dos et de la nuque... En prime : une énergie décuplée !

Du même coup, la tension artérielle augmente, apporte un afflux de sang oxygéné et d'hormones aux cellules et rejette mauvais sang et toxines. La stimulation cardio--vasculaire fait alors s'activer coeur et poumons, réduit le taux de cholestérol et brûle les calories. Avec, au moment de l'orgasme, une pointe allant jusqu'à 180 pulsations par minute. Un excellent exercice pour le muscle cardiaque qui doit travailler pour bien se porter, sous réserve de certaines contre-indications (notamment de graves pathologies cardiovasculaires)... Pratiquer le sexe rendrait aussi plus résistant contre toutes sortes de bobos (refroidissements, symptômes grippaux, etc.) et aurait une action extrêmement positive sur les muscles sollicités.

Mais ce n'est pas tout. Pour le docteur Saldmann, "les rapports sexuels réguliers freinent l'apparition de nombreuses maladies, notamment le cancer de la prostate chez l'homme et celui du sein chez la femme ou les affections cardio-vasculaires." "Cela est d'autant plus important, poursuit le spécialiste, que l'incidence de ces dernières augmente avec l'âge quand, justement, l'activité sexuelle diminue."

Grâce aux progrès médicaux qui favorisent, même sur le tard, le maintien d'une sexualité satisfaisante, "les gens reprennent goût à la vie. La sexualité, c'est un devoir de vacances que je prescris à tous mes patients, femmes et hommes, pour les inciter à aller plus vers les autres. Cela donne une autre dimension à la sexualité, moins cérémonieuse, plus détendue, plus gaie", souligne le docteur Saldmann.

Jean-Roger Dintrans, psychiatre et sexologue, chargé de cours à Paris-V, adhère à la prescription : "Mis à part certaines rares personnes qui vivent très bien sans, la sexualité est un formidable moyen d'expression par lequel passent énormément de pulsions et de besoins (affection, plaisir, émotion, humour et possession...) Comme la pratique d'un sport, elle permet de développer également le sentiment de conscience de soi, de renforcer à la fois l'identité et l'altérité."

Mais c'est aussi le seul terrain de jeu de l'adulte. "Dans les jeux des enfants, il y a des éléments constitutifs de l'excitation de la sexualité de l'âge adulte", poursuit-il. Toutefois, prévient Jean-Roger Dintrans, "Il ne faudrait pas que cet hymne à l'amour et cette mélodie du bonheur deviennent une injonction au plaisir et une norme performative."

"Sexe Game Book", par Denyse Baulieu (Assouline, 380 p., 30 €).
"La sexualité est une longue conversation", par Patricia Delahaie (Marabout, 256 p., 15 €).

 

Mélina Gazsi

01/09/2011

Quelques articles à lire dans le journal Le Monde

dans le Monde papier :

LE MONDE | 31 août 2011 | Catherine Rollot | 723 mots
Pour attirer une clientèle haut de gamme, la mairie de Leucate veut céder son camping à l'ex-PDG de Cartier. Les amoureux de ce terrain à 10 euros la nuit s'opposent au projet. Ici, on retrouve encore l'esprit camping.

LE MONDE | 29 août 2011 | Anne Devailly | 659 mots
Un rassemblement dans le Gard a montré que la méfiance restait de mise chez les militants. Si la majorité gouvernementale pensait avoir mis fin à la mobilisation contre l'exploitation des gaz de schiste en interdisant, par une loi promulguée le 13 juillet, le recours à la technique de la...
 
LE MONDE | 31 août 2011 | Gérard Davet et Fabrice Lhomme | 677 mots
La cour d'appel de Bordeaux a jugé illégales, jeudi 5 mai, les investigations du magistrat. Le désaveu, pour Philippe Courroye, le procureur de Nanterre, est cinglant. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux a considéré, dans un arrêt rendu jeudi 5 mai et dont Le Monde a eu...

LE MONDE |  1 septembre 2011 | Clément Lacombe | 628 mots
La hausse de la fiscalité sur les alcools en France va coûter 15 millions d'euros par an au groupe. Pernod Ricard tire de nouveau profit de son implantation précoce dans les pays émergents. Le groupe de vins et spiritueux, numéro deux mondial du secteur derrière le britannique Diageo, a indiqué,...

LE MONDE |  1 septembre 2011 | Frédéric Lemaître (Berlin, correspondant) | 363 mots
En raison d'un trop grand nombre d'erreurs, la police allemande a décidé d'abandonner, au moins provisoirement, les scanners corporels dans les aéroports. Deux d'entre eux, fabriqués par le constructeur américain L3 Communications, ont été testés entre septembre 2010 et juillet 2011 à l'aéroport de...

LE MONDE |  1 septembre 2011 | Joëlle Stolz | 664 mots
Les pratiques douteuses du groupe Telekom Austria, pendant les années du gouvernement "noir-bleu", ont gangrené l'économie du pays. Chaque jour apporte son lot de révélations sur les pratiques douteuses qui ont prospéré au sein de Telekom Austria (TA), poids lourd des télécommunications en...
 
LE MONDE | 31 août 2011 | Dominique Gallois | 619 mots
Le groupe américain remotorise son avion moyen-courrier, s'alignant sur la stratégie de son rival. Max contre Neo. Tel est le titre du nouvel épisode de la bataille du ciel entre Boeing et Airbus sur le marché des moyen-courriers, ces avions de 100 à 200 sièges, les plus demandés au monde.
 
LE MONDE | 31 août 2011 | Marc Roche | 840 mots
C'est une autre guerre, plus discrète, qui a commencé contre l'ancien régime Kadhafi : la traque de l'argent caché par le tyran et ses proches. Cette quête vise à rendre beaucoup plus difficile la cavale du clan et de ses hommes liges, ainsi qu'à aider à la reconstruction du pays.