Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/01/2012

Agriculteurs, méfiez-vous du Round Up !

lu sur :

http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4994

Le Round Up perturbe le fonctionnement hormonal 

22/01/2012

Fin juin 2009, une étude réalisée par l’équipe du professeur Gilles-Eric Séralini avait déjà mis en évidence l’impact de l’herbicide de Monsanto sur le fonctionnement des hormones sexuelles. Relayée par l’association Générations Futures, une nouvelle étude scientifique, dirigée par la même équipe, vient de démontrer des effets de perturbateurs endocriniens du Round Up chez des rats. Réalisée in vitro, celle-ci a montré, outre des nécroses sur les cellules testiculaires de rats, des effets de perturbation endocrinienne. Plus inquiétant, ces observations ont été faites à de très faibles doses de glyphosate et de Round Up, de l’ordre de 1 ppm (partie par million), soit 1 mg/kg. Or, comme le souligne l’association, de telles doses de ces substances ont déjà été observées dans les urines d’agriculteurs. D’après la récente publication, une perturbation hormonale des cellules testiculaires pourrait entraîner des perturbations de la reproduction et du nombre de spermatozoïdes.

Cécile Cassier

25/01/2012

Le projet de budget des Verts

lu sur :

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/01/25/quatre-economistes-donnent-un-satisfecit-au-projet-de-budget-d-eva-joly_1634090_1471069.html

Quatre économistes donnent un satisfecit au projet de budget d'Eva Joly

Les écologistes ont soumis les hypothèses de travail de leur "budget vert" à un audit de chercheurs indépendants.

Ras le bol d'être assimilés sans cesse à la seule défense des pâquerettes et du monde animal. Les écologistes ont beaucoup travaillé, et ce depuis des années, sur les questions économiques : croissance, chômage, économies d'énergie bien sûr, mais aussi diminution de la dette et redressement de la balance commerciale. Un travail effectué en pure perte pour le moment, puisque, dans l'opinion, si l'idée de transaction énergétique n'a cessé de marquer des points, celle d'une véritable économie verte fondée sur une croissance positive et des créations d'emplois ne convainc guère.

Conscients d'être dans une campagne électorale dominée par la réponse à apporter à la crise, les écologistes, évidemment soucieux de ne pas se laisser marginaliser, ont souhaité montrer que leurs propositions tenaient la route. Comme l'explique le député européen Pascal Canfin, l'expert économique d'Eva Joly, qui a travaillé sur le "budget vert", l'idée est de montrer que "les politiques écologiques sont meilleures pour l'économie et meilleures pour la planète".

Ils ont donc soumis le projet de budget présenté à la presse par Eva Joly le 4 octobre 2011 à quatre économistes de l'OFCE, sans lien avec Europe Ecologie-Les Verts (EELV),  pour mission de mesurer l'impact macro-économique d'un tel budget.

Les résultats de l'étude sont assez concluants. Les mesures budgétaires proposées par Eva Joly (réorientation de la fiscalité vers la fiscalité environnementale, avec l'instauration d'une contribution climat-énergie, augmentation des dépenses d'investissements publics, notamment dans les filières vertes et la construction de logements neufs, relèvement des prélèvements obligatoires sur les hauts salaires et les revenus du capital) constitueraient, selon les quatre économistes auteurs de l'étude, un modèle efficace pour sortir de la crise.

BON POiNT 

Comparé au budget de référence, qui est celui adopté par le projet de loi de finances de septembre 2011, et en considérant que les budgets suivants seraient identiques, l'instauration d'un "budget vert" permettrait la création de 400 000 emplois supplémentaires à l'horizon 2015. Ces créations d'emplois supplémentaires permettraient une baisse du taux de chômage à 8,3 % en 2015.

Par ailleurs, l'augmentation progressive de la fiscalité écologique couplée au plan d'économies d'énergies permettrait une baisse des émissions des gaz à effet de serre. La baisse des émissions de CO2 serait de 32 % d'ici à 2020, ce qui permettrait d'atteindre les objectifs préconisés par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

EMPLOIS VERTS

Un bon point également pour les écologistes en ce qui concerne la diminution de la dette, si l'on en croit les auteurs de l'étude, puisque les choix budgétaires d'Eva Joly permettent de ramener le déficit public sous les 3 % en 2014. Enfin, contrairement aux idées reçues, selon lesquelles les écologistes seraient tous des adeptes de la décroissance, le modèle soumis à l'audit des chercheurs aurait un effet positif sur la croissance.

Le mécanisme est simple : les créations d'emplois et les investissements verts créent un effet d'entrainement favorable à l'activité économique. Dès la première année d'instauration d'un "budget vert", les mesures préconisées auraient un impact positif de 0,9 point de produit intérieur brut (PIB) et de 1,8 point de PIB sur deux ans.

C'est la première fois qu'un parti politique, et qu'une candidate à l'élection présidentielle soumettent leurs hypothèses de travail à un audit effectué par des chercheurs indépendants. Les résultats obtenus devraient susciter débats et réflexions.

24/01/2012

Inquiétudes autour des lignes à très haute tension

lu sur :

http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/

Inquiétudes autour des lignes à très haute tension

Aujourd’hui en France rend compte de l’inquiétude et l’opposition de riverains, élus et associations écologistes concernant la construction, qui vient de débuter, de la ligne à très haute tension Cotentin-Maine (163 km de lignes, 420 pylônes), « l’un des plus gros chantiers jamais menés par RTE », la filiale d’EDF. Quatre départements sont concernés par ce projet : la Manche, le Calvados, la Mayenne et le l’Ille-et-Vilaine.

L’ancien garde des Sceaux et député Pierre Méhaignerie, président de la communauté de commune de Vitré (Ille-et-Vilaine), a déposé l’un des six recours effectués devant le Conseil d’Etat contre la ligne THT. Avant que cette dernière ne soit opérationnelle fin 2012, il souhaite, comme la plupart des associations, la réalisation d’une étude épidémiologique pour connaître les effets sanitaires des ondes émises par les pylônes.

Le quotidien souligne que certaines études ont déjà révélé « un risque de développer une leucémie de l’enfant 1,5 à 2 fois plus élevé » près d’une ligne à haute tension. 375 000 personnes seraient exposées en France à un champ magnétique au dessus de 0,4 microtesla, un seuil jugé potentiellement à risque. 

(Aujourd’hui en France, 23/01)

 

23/01/2012

Les ondes de la téléphonie mobile à la RATP et dans les trains

.

Communiqué de Presse de Robin des Toits :

 

Ondes :

les représentants du personnel traînés au Tribunal par la RATP

 

Les nouvelles technologies sont de plus en plus présentes à la RATP. Certaines d’entre elles génèrent des ondes électromagnétiques, mais sont-elles nocives pour la santé des travailleurs/euses et des citoyen-nes ?


En matière de normes, la RATP applique les directives européennes. Vu l’avancée des recherches scientifiques et des préconisations émises par le Conseil de l’Europe, l’association nationale Robin des Toits et le syndicat SUD estiment que les normes sont dépassées et présentent des risques sanitaires.

 

En effet, en Mai 2011, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) classait l’ensemble des radiofréquences en catégorie 2B (cancérogène possible) ; en Mai 2011, le Conseil de l’Europe dans sa Résolution 1815 préconise de revoir les fondements scientifiques des normes actuelles d’exposition aux Champs Electromagnétiques (CEM) et d’appliquer le principe de précaution, à savoir fixer un seuil de prévention n’excédant pas les 0,6 Volt par mètre.

 

Dans l’objectif d’obtenir une analyse fine d’exposition aux CEM pour les salarié(e)s et les usagers et de mettre en place une prévention adaptée si nécessaire, le syndicat SUD de la RATP a demandé une expertise par un cabinet indépendant, Mesures_ CQFD. Or, la RATP refuse justement une expertise « indépendante » et la conteste juridiquement – lui préférant une étude classique qui a  pour résultat la minoration de la réalité de l’exposition.

 

Le syndicat SUD, soutenu par Robin des Toits, s’étonne de cette décision de l’entreprise de service public et demande sans plus attendre d’appliquer le principe de précaution et de permettre, au même titre à tous les usagers, l’égalité d’accès au transport aux personnes atteintes du syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques.

MONSANTO cherche à contourner la loi

lu sur :

http://www.lepoint.fr/societe/des-militants-anti-ogm-investissent-un-site-de-monsanto-dans-l-aude-23-01-2012-1422413_23.php

Des militants anti-OGM investissent un site de Monsanto dans l'Aude

AFP publié le 23/01/2012 à 8h50

Une centaine de militants anti-OGM ont pénétré lundi à l'Aube sur un site du géant américain Monsanto à Trèbes, dans l'Aude, et ont vidé des sacs de maïs OGM Monsanto 810, dont ils réclament l'interdiction, a constaté un photographe de l'AFP.

Au dessus du tas de maïs répandu au sol, les militants de la Confédération paysanne et des Faucheurs volontaires ont déployé une banderole sur laquelle on pouvait lire: "zone OGM".

"On a fait une inspection citoyenne du centre de conditionnement de semences de Monsanto et on s'est rendu compte que Monsanto est en train conditionner du maïs OGM pour le vendre à ses clients, alors que le ministre nous a dit qu'il avait donné instruction aux semenciers de ne pas distribuer de semences OGM Mon 810 car le gouvernement allait l'interdire", a déclaré à l'AFP Jean Sabench, de la Confédération paysanne.

"On demande que le ministère de l'Agriculture prenne un arrêté immédiat interdisant le MON 810. Ils ont fait des déclarations en ce sens il y a deux mois, a-t-il rappelé, mais on ne voit rien venir".

Le représentant de la Confédération paysanne a souligné qu'il était urgent de déclarer l'interdiction car les semis doivent débuter dans un mois.

L'action surprise a été menée vers 06h30 dans un entrepôt du groupe d'agrochimie. Les protestataires ont réussi à entrer dans le site malgré la présence de quelques gendarmes postés à l'entrée.

Le moratoire sur les cultures OGM, lancé par la France en février 2008, a été récemment invalidé par la Cour européenne de justice de Luxembourg et le Conseil d'Etat. La France a par la suite annoncé son intention de décréter un nouveau moratoire.

Fin novembre, le chef de l'Etat avait affirmé que le gouvernement maintenait son opposition à la culture du maïs OGM Monsanto 810 sur le territoire français et qu'il avait chargé les ministres de l'Ecologie et de l'Agriculture de mettre en oeuvre l'interdiction pratique de la culture du Monsanto 810.

Le 6 janvier, une centaine d'apiculteurs avaient occupé pendant plusieurs heures un site de Monsanto à Monbéqui (Tarn-et-Garonne) pour exiger du gouvernement l'interdiction rapide du maïs OGM en France.

Après leur opération, les militants étaient rassemblés pacifiquement sous le hangar numéro 2 du site Monsanto de Trèbes, sous la surveillance de gendarmes arrivés en renfort.

-----------

sur le même sujet, lu sur :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/01/23/des-militants-anti-ogm-investissent-un-site-de-monsanto-dans-l-aube_1633064_3224.html

Des militants anti-OGM investissent un site de Monsanto dans l'Aude

"Zone OGM." C'est ce qui était inscrit sur la banderole déployée par une centaine de militants anti-OGM qui ont pénétré, lundi 23 janvier à l'aube, sur un site du géant américain à Trèbes, dans l'Aude, et ont vidé des sacs de maïs OGM Monsanto 810, dont ils réclament l'interdiction, a constaté un photographe de l'AFP. 

"On a fait une inspection citoyenne du centre de conditionnement de semences de Monsanto et on s'est rendu compte que Monsanto est en train de conditionner du maïs OGM pour le vendre à ses clients, alors que le ministre nous a dit qu'il avait donné instruction aux semenciers de ne pas distribuer de semences OGM Mon 810 car le gouvernement allait l'interdire", a déclaré Jean Sabench, de la Confédération paysanne. "On demande que le ministère de l'agriculture prenne un arrêté immédiat interdisant le MON 810. Ils ont fait des déclarations en ce sens il y a deux mois, a-t-il rappelé, mais on ne voit rien venir."

Le représentant de la Confédération paysanne a souligné qu'il était urgent de déclarer l'interdiction car les semis doivent débuter dans un mois. L'action surprise a été menée vers 6 h 30 dans un entrepôt du groupe d'agrochimie. Les protestataires ont réussi à entrer dans le site malgré la présence de quelques gendarmes postés à l'entrée. Après leur opération, les militants de la Confédération paysanne et des Faucheurs volontaires étaient rassemblés pacifiquement sous le hangar numéro 2 du site Monsanto de Trèbes, sous la surveillance de gendarmes arrivés en renfort.

Le moratoire sur les cultures OGM, lancé par la France en février 2008, a été récemment invalidé par la Cour européenne de justice de Luxembourg et le Conseil d'Etat. La France a par la suite annoncé son intention de décréter un nouveau moratoire.

A la fin novembre, le chef de l'Etat avait affirmé que le gouvernement maintenait son opposition à la culture du maïs OGM Monsanto 810 sur le territoire français et qu'il avait chargé les ministres de l'écologie et de l'agriculture de mettre en œuvre son interdiction pratique. Le 6 janvier, une centaine d'apiculteurs avaient occupé pendant plusieurs heures un site de Monsanto à Monbéqui (Tarn-et-Garonne) pour exiger du gouvernement l'interdiction rapide du maïs OGM en France.

22/01/2012

DURALEX (made in France) existe toujours, le saviez-vous ?

lu sur :

http://www.blog-orleans-valdeloire.fr/le_blog_dorlans_val_de_lo/2011/02/duralex.html

08 fév 2011

DURALEX, PHOENIX DE L'AGGLOMÉRATION ORLÉANAISE

« Duralex ne dira merci à personne ». L'entreprise voit enfin aujourd'hui le bout du tunnel, et c'est seule qu'elle l'a traversé. Duralex va mieux, bien même, mais cela n'a pas été sans mal.

Les années noires 
En 2005, la société est contrainte au dépôt de bilan. Elle est alors rachetée par un Turc, Sinan Solmaz. Mais, mal gérée, l’entreprise se déclare en cessation de paiement en avril 2008 puis est placée en liquidation judiciaire en juin 2008. En juillet 2008, le tribunal de commerce d'Orléans décide de confier les rennes de l'entreprise à Antoine Ioannidès, industriel franco-britannique, épaulé par deux cadres de Duralex.

La reprise

Après avoir injecté 3 millions d'euros dans l'entreprise en fonctionnement (réhabilitation des locaux, aménagement de l'entrepôt) et 6,2 millions d'euros en investissement, sans aucun soutien bancaire, Antoine Ioannidès et les autres repreneurs ont relancé l'entreprise sans licencier un seul employé. 210 personnes travaillent aujourd'hui pour la société.
« Ce sont des gens attachés à leur outil de travail. Pour certains, leur père, leur grand-père même, travaillaient ici avant eux... »
La mise en place d’une discipline industrielle a permis de faire diminuer de façon notable le nombre d'incidents techniques. Des services Achat, Logistique et Marketing ont été créés et l'équipe commerciale a été renforcée. 10 millions d'euros devraient être investis sur les trois prochaines années.

Aujourd'hui, les principaux débouchés commerciaux des produits Duralex sont le Proche et le Moyen-Orient, qui représentent près de la moitié du chiffre d'affaire de la société. Mais Duralex exporte ses produits dans une centaine de pays, et a envoyé tout récemment son premier container en Chine ! Un petit exploit sachant que 98 % des matières premières sont françaises. L'entreprise dispose d'un catalogue de 250 produits et innove en proposant de la vaisselle colorée (vermeil, créole, marine et bientôt rose). Dernière innovation en date : les saladiers empilables Lys carré munis de couvercles sans Bisphénol A.
Le saviez-vous ?
Le numéro au fond des verres Gigogne, qu'ont comparé des générations d'écoliers déjeunant à la cantine, correspond en fait au numéro de moule. Il y en a 48.

17:48 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0)

Plusieurs informations ...

Plusieurs informations méritant d'être lues :

Univers-nature
Edition de samedi

 

22-01-2012Le Round Up perturbe le fonctionnement hormonal
Fin juin 2009, une étude réalisée par l’équipe du professeur Gilles-Eric Séralini avait déjà mis en évidence l’impact de l’herbicide de Monsanto sur le fonctionnement des hormones ...

21-01-2012Europe : 90 millions de tonnes de nourriture à la poubelle par an
Dates de péremption dépassées, fruits et légumes oubliés dans le réfrigérateur etc., chaque citoyen jette entre 15 et 20 kg de nourriture par an, dont presque la moitié ne quitte jamais son emballage ...

20-01-2012Lac Tchad : la baisse des eaux ouvre de nouvelles perspectives agricoles
Autrefois considéré comme l’un des plus grands lacs au monde, le lac Tchad a vu sa surface passer de 20 000 km² il y a 50 ans à 2 000 km² aujourd’hui. Illustratif de l’impact du changement ...

19-01-2012OGM et autres cultures : une coexistence illusoire ?
Le 17 janvier dernier, le Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) a présenté l’avis rendu par son comité scientifique sur la coexistence entre les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) et les autres ...

18-01-2012Pollution de l’estuaire de la Loire en 2008 : Total reconnue coupable
Hier, le Tribunal correctionnel de Saint-Nazaire a finalement reconnu la culpabilité du groupe Total Raffinage Marketing dans l’affaire de pollution de l’estuaire de la Loire, survenue en 2008. Le 16 ...

21/01/2012

"Voulez-vous du bois illégal dans votre guitare ?"

lu sur :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/01/21/les-guitares-gibson-ont-trop-saigne-le-bois-malgache_1632729_3244.html

Les guitares Gibson ont trop saigné le bois malgache

Le légendaire fabricant d'instruments de musique est accusé de faire pression sur le Congrès américain pour qu'il annule certaines dispositions du Lacey Act, qui impose aux acquéreurs de déclarer la provenance de leur marchandise.

"Voulez-vous du bois illégal dans votre guitare ?", interpellait la chanteuse malgache Zaia Saïd à l'entrée du Convention Center d'Anaheim (Californie), où se réunissait la National Association of Music Merchants (NAMM), jeudi 19 janvier. Avec l'ONG Friends of the Earth, elle mène campagne contre le fabricant américain de guitares Gibson, qui utilise, selon elle, du bois de rose abattu illégalement sur l'île de Madagascar.

Le légendaire fabricant d'instruments de musique est aussi accusé de faire pression sur le Congrès américain pour qu'il annule certaines dispositions du Lacey Act. Cette loi, adoptée en 2008 pour prévenir l'importation de bois précieux illégalement abattus, impose aux acquéreurs de déclarer la provenance de leur marchandise et de prouver leur légalité. A défaut, ceux-ci risquent de lourdes amendes. En 2011, les usines Gibson de Nashville ont fait l'objet de "descentes" des services de contrôle des autorités fédérales. Le fabricant était soupçonné d'utiliser du bois d'ébène en provenance d'Inde.

Zaia Saïd a entamé son combat en 2007, de retour d'un voyage dans son village natal, Antalaha, devenu l'un des lieux du trafic de bois sur la Grande Ile. "Je voyais même des proches impliqués dans ce commerce souvent nocturne, se souvient-elle. Les profits étaientdémesurés, une palette de bois achetée 10 à 15 dollars se revendant jusqu'à 1 million de dollars (773 000 d'euros) !"

Pour alerter l'opinion, elle a lancé la pétition "Musicians Against Illegal Logging" ("musiciens contre la déforestation") et, en octobre 2011, elle a organisé Réveillez-vous Masoala, un festival qui a connu un grand succès auprès de ses compatriotes.

"Des milliers de gens ont marché cinq jours pour assister aux concerts à l'orée du parc national de Masoala, où la forêt est le plus en danger", raconte-t-elle. Les Amis de la Terre ont replanté 20 000 arbres, bois de rose, ébène, palissandre...

CONFISCATION

Au même moment, à Nashville, l'industrie du disque organisait sa riposte en tentant d'effrayer les musiciens sur la possible confiscation de leur instrument si le message de Zaia Saïd était entendu. Mais c'est mensonger, rétorque la chanteuse : "Les musiciens détenteurs de guitares Gibson ne seront jamais inquiétés, seul le fabricant sera visé par les autorités fédérales."

Devant cette querelle mettant à mal l'un de leurs principaux concurrents, des représentants des guitares Taylor, fabriquées à San Diego, commentent sereinement : "Il n'y a pas de bois illégal dans les guitares Taylor, notre direction a toujours été très soucieuse de l'environnement." Ce que les défenseurs de la forêt ne remettent pas en cause. Un marchand de guitares constate toutefois que, depuis le début de cette campagne, ses clients posent davantage de questions sur l'origine exacte du bois de leur cher instrument à cordes.

Claudine Mulard (Anaheim, Californie, envoyée spéciale)

20/01/2012

Quelques comportements innés

lu sur :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/01/19/l-illusion-d-optique-technique-de-seduction-dans-le-regne-animal_1631278_3244.html

L'illusion d'optique, technique de séduction dans le règne animal

Dans le règne animal, l'art du trompe l'œil est une affaire de mâles. Pour attirer les femelles, le jardinier à nuque rose, un oiseau australien, recourt à une illusion d'optique originale : la "perspective forcée".

L'illusion d'optique comme technique de séduction ne date pas du soutien-gorge push-up, ni même du corset. Elle n'est pas l'apanage de l'espèce humaine, et encore moins des femmes. Dans le règne animal, les rois du trompe l'œil sont les mâles.

Chez de nombreuses espèces d'oiseaux, comme la draine (une variété de grive de grande taille), le pigeon ou encore le perroquet gris, la sensibilité des femelles aux effets d'optique est décisive dans le choix du partenaire. Il s'agit avant tout pour les mâles d'induire en erreur les femelles ou de capter leur attention.

Les femelles préférant généralement les mâles à larges taches colorées, ces derniers recourent à des subterfuges pour altérer leur perception. Ils utiliseront tantôt l'illusion d'Ebbinghaus (deux cercles de même taille entourés, l'un d'objets de grande taille, l'autre d'objets plus petits, donneront l'impression d'être de tailles différentes)...

 

Illusion d'Ebbinghaus.

Illusion d'Ebbinghaus.DR

 

... tantôt celle de Wundt-Jastrow : deux arcs de cercle identiques sembleront de tailles différentes selon qu'ils sont placés au dessus ou en dessous l'un de l'autre :

 

Illusion de Jastrow.

Illusion de Jastrow.DR

 

Mais, lorsqu'il s'agit de séduire, le mâle du jardinier à nuque rose, une espèce de passereau endémique de l'Australie, se révèle un illusioniste hors pair,rapporte le magasine Science du 20 janvier. Afin d'attirer les femelles, il construit tout d'abord un "berceau", une allée de branches et de brindilles longue d'une soixantaine de centimètres, dont il décore l'entrée de fragments d'os, de coquillages, de pierres, de morceaux de verre, de goupilles d'aluminium et de divers objets gris ou blancs.

 

Le berceau du Jardinier à nuque rose décoré d'objets divers.

Le berceau du Jardinier à nuque rose décoré d'objets divers.L.A. Kelley/Science

 

Notre passereau passe des heures à arranger avec soin cet ensemble hétéroclite, appelé "gesso", devant une entrée du berceau. Lorsqu'une femelle intriguée se présente à l'entrée opposée, il prend des objets colorés tels qu'un morceau de fruit et les lui présente un par un. Jusqu'ici, rien que de très classique.

Là où le jardinier à nuque rose innove, c'est dans son art très particulier de la mise en perspective. Il placera en effet systématiquement les petits éléments du gesso près de l'entrée du berceau, et les gros éléments plus loin, de manière à créer une illusion d'optique, indiquent deux chercheurs australiens. Comme les objets apparaissent plus petits à distance, cette disposition du gesso crée l'impression que les objets ont à peu près la même taille. Cette illusion est appelée "perspective forcée".


 

Les scientifiques ont cherché à savoir si tous ces efforts de décoration étaient récompensés. Leurs travaux montrent que les femelles ont effectivement tendance à choisir les mâles dont la décoration produit la meilleure illusion. Le rapport entre l'effet visuel et le succès de l'accouplement n'est pas clair, mais il se pourrait qu'avec un gesso uniforme, les objets de couleur retiennent mieux l'attention de la femelle.

Les auteurs de l'étude indiquent que les illusions d'optique pourraient avoir une influence importante sur l'évolution des espèces à travers la sélection sexuelle.

Soren Seelow

09:06 Publié dans sciences | Lien permanent | Commentaires (0)

19/01/2012

Quelle note méritent les agences de notation ?

lu sur :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/01/19/quelle-note-meritent-les-agences-de-notation_1631924_3232.html

Quelle note méritent les agences de notation ?

Si scandale il y a dans cette affaire, il est à double détente. Que le jugement de ces sociétés de conseil privées, responsables de bourdes historiques, soit pris au sérieux ; et qu'il puisse avoir des conséquences sur l'existence même de la zone euro, sur la croissance mondiale et sur des centaines de milliers d'emplois.

"On a raté l'occasion d'en finir avec les agences au lendemain de la crise de 2008. Elles n'auraient jamais dû s'en remettre." L'homme qui se désole ainsi est un très haut fonctionnaire français, colbertiste mais convaincu des mérites du marché, et l'un des meilleurs économistes du pays.

Il parle des agences de notation, bien sûr - et notamment de Standard & Poor's, qui vient de dégrader la dette souveraine de plus d'une demi-douzaine de pays de la zone euro, dont la France.

Ce n'est pas tant la décision de S &P qui l'étonne, mais l'importance qu'on y attache. Si scandale il y a dans cette affaire, il est à double détente. Que le jugement de ces sociétés de conseil privées, responsables de bourdes historiques, soit pris au sérieux ; et qu'il puisse avoir des conséquences sur l'existence même de la zone euro, sur la croissance mondiale et sur des centaines de milliers d'emplois.

Car lesdites agences, et particulièrement S &P, auraient dû être totalement, ignominieusement déconsidérées par leur responsabilité dans le déclenchement de la crise financière de 2008. Durant des années, elles ont accordé la meilleure note, le mirifique AAA, aux obligations privées les plus pourries émises par le marché américain.

Elles ont adoubé, porté aux nues des produits financiers intégrant des crédits immobiliers à très hauts risques, que Wall Street dissémina aux quatre coins de la planète.

On connaît l'histoire : les subprimes, merveilleux produits d'épargne si chaudement recommandés par les merveilleuses agences de notation, ont provoqué la plus grave crise financière que le monde ait connue depuis les années 1930...

Cela aurait dû faire sombrer les agences dans un éternel discrédit. Elles sont coresponsables de la tragédie de 2008. Elles ont gravement manqué à leur mission, celle de conseiller les investisseurs sur la solidité des produits d'épargne. Pourquoi ?

Parce que le système est biaisé, pervers. Les agences conseillent à la fois les émetteurs et les acheteurs de produits d'épargne, qui les payent pour ce service. Comme l'expliquait une enquête du Nouvel Observateur (1er décembre 2011), les agences "étaient payées au prorata de ce qui était vendu par les banques, leurs premières clientes" ! Plus il se vendait de ces produits toxiques, auxquels elles avaient accordé leur glorieux imprimatur, plus elles gagnaient d'argent.

Dans l'un des grands livres écrits sur la crise de 2008 - The Big Short, Inside the Doomsday Machine, éd. W.W. Norton & Co., 2010 -, Michael Lewis détaille la collusion entre banques et agences. Ces dernières ont subi et répercuté de façon péremptoire la vulgate de l'époque : le marché de l'immobilier était censé ne jamais baisser. Il a flanché. Les agences se sont trompées : elles ont joué l'immobilier à la hausse.

Leur appréciation n'avait rien d'original et encore moins de scientifique. Elle n'était que le reflet de l'opinion dominante dans les milieux des marchés financiers, lesquels se racontaient des histoires de Bisounours sur l'évolution de l'immobilier.

Faut-il prendre les agences plus au sérieux quand elles émettent des jugements sur les obligations publiques ? Là, elles conseillent les investisseurs sur la solvabilité d'un Etat qui emprunte pour financer ses dettes. Et là, pas plus tard que cet été, S &P a aussi commis une bourde magistrale. Pour justifier sa dégradation de la note souveraine américaine, elle s'est trompée sur l'évolution du déficit de l'Etat fédéral. Pas une petite erreur de calcul, une erreur de 2 000 milliards de dollars !

Elle a reconnu sa faute, mais n'est pas revenue pour autant sur la dégradation de la note américaine. Ce qui a conduit l'un des secrétaires adjoints au Trésor, John Bellows, à s'interroger publiquement sur "la crédibilité et l'intégrité" de S &P en matière de notation des dettes publiques.

Mais s'il est toujours bon pour les nerfs de pointer la médiocrité du messager, cela n'explique pas l'importance qui reste attachée au message. Presse, Etats, marchés accordent la plus grande attention aux notations des agences. Pourquoi ?

Parce que les pouvoirs publics eux-mêmes - gouvernements et banques centrales - ont imposé, dans les réglementations financières et bancaires, des références aux notations des agences. En cela, les jugements portés par S &P comptent plus que ceux des journalistes ou des professeurs de finances, alors qu'ils relèvent du même cocktail : un mélange d'estimations chiffrées et d'a priori idéologiques, mâtiné d'une bonne dose de pifomètre ou de doigt mouillé.

"Si les jugements des agencesont un impact alors qu'ils ne le méritent pas, écrit le FinancialTimes dans un éditorial (le 14 janvier), c'est parce que les gouvernements les ont adoubées dans un rôle quasi public au travers des réglementations financières" - celles, par exemple, qui imposent à tel ou tel gestionnaire de l'épargne publique de n'investir que dans les produits les mieux notés par S &P et consoeurs.

Pire, poursuit le FT, certains responsables politiques ont "fétichisé" les notations des agences, à commencer par Nicolas Sarkozy, qui a longtemps "sanctifié" le AAA français.

Les notes des agences ne sont que des opinions. Mais les opinions ont des conséquences. Quand S &P choisit le moment où la situation s'améliore un peu dans la zone euro pour dégrader une demi-douzaine de pays de l'union monétaire, elle ne fait pas qu'émettre un jugement. Elle est un acteur - qui joue l'euro à la baisse, comme il avait joué l'immobilier à la hausse.

On peut chercher à se rassurer. On peut se dire, sans doute à raison, que le jugement de S &P sur l'euro est à peu près aussi pertinent que celui qu'elle porta sur les subprimes.

Mais on n'échappe pas à cette réalité : l'Etat lourdement endetté dépend des marchés - c'est encore plus vrai dans la zone euro que pour les autres Etats ; et l'humeur, parfaitement irrationnelle, desdits marchés dépend des agences de notation. Ce n'est pas la moindre des malédictions qui pèsent aujourd'hui sur la zone euro.

 

Le polyacrylate de potassium, les couches pour bébés et autres

lu sur :

http://www.lepoint.fr/science/l-eau-solide-19-01-2012-1420868_25.php?xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20120119

Cet homme qui a inventé l'eau solide

Le Point.fr - Publié le 19/01/2012 à 08:08 - Modifié le 19/01/2012 à 08:54

Un ingénieur chimiste a peut-être trouvé la solution pour résoudre le problème de sécheresse qui dévaste le nord du Mexique.

Sergio Rico, ingénieur chimiste mexicain, est l'inventeur de la pluie solide, un procédé très simple qui pourrait révolutionner l'agriculture. Cette technologie relève de l'irrigation agricole. Elle consiste à optimiser l'usage de l'eau de pluie. Depuis une dizaine d'années, le Mexique subit des sécheresses terribles dans le nord du pays. Sergio Rico, sensible aux problèmes de pauvreté, de famine et de migration, a cherché comment mieux utiliser les faibles pluies qui tombent malgré tout sur ces zones arides.

"En travaillant sur la récupération de l'eau de pluie, déclare Sergio Rico au Point.fr, nous avons trouvé le moyen de la solidifier pour lui donner une autre valeur. Je me suis inspiré des couches pour bébés qui permettent d'absorber un liquide dans un minimum d'espace, et c'est à partir de là que j'ai eu l'idée de transformer l'eau de pluie en la gardant sous forme moléculaire dans un acrylate très absorbant dont la caractéristique est d'emmagasiner jusqu'à 500 fois son poids en eau sans en modifier la structure chimique."

L'eau de pluie, captée des toits, est canalisée vers un réservoir dans lequel il suffit de verser une dose de 1,5 gramme de polyacrylate de potassium pour 1 litre d'eau. En 15 minutes, on assiste au processus de solidification de l'eau. Se produisent alors une ionisation et une précipitation qui permettent aux molécules d'eau de se coller aux polymères, ce qui donne de l'eau en grains, à l'état solide. Avec ce procédé, plus besoin de pompes, de tuyaux, d'énergie électrique, de camions-citernes pour transporter le liquide. L'eau solidifiée peut se mettre dans des sacs en plastique que l'on peut stocker facilement jusqu'à en avoir besoin.

Les plantes n'ont aucun stress

Le polyacrylate de potassium permet de gélifier les liquides et de les réhydrater autant de fois que l'on veut pendant huit à dix ans. C'est une sorte de poudre blanche qui ressemble à du sucre. Pour le mélange, le chimiste mexicain, qui connaît bien son pays, utilise comme unité de mesure la capsule de n'importe quelle bouteille de boisson gazeuse, car il sait que les paysans des hameaux ou des petits villages auxquels s'adresse en priorité cette technologie ne possèdent pas une balance précise permettant de peser 1,60 gramme de polyacrylate.

Une capsule pleine à ras bord est, par exemple, la dose nécessaire pour solidifier l'eau que réclament trois plants de tomates. Pour un champ de maïs, un sac de 25 kilos permet d'irriguer environ 1 hectare. Pour démontrer la fiabilité de son invention, Sergio Rico a comparé dans l'État du Sonora, où le thermomètre monte facilement au-dessus de 45 degrés, deux systèmes d'irrigation. Avec le système traditionnel, où le paysan attend la saison des pluies pour arroser son champ, le rendement est de 600 kilos de maïs pour un hectare. Dans le champ d'à côté, la même culture avec de la pluie solide a permis une récolte de 10 tonnes par hectare !

Ce système d'irrigation, à la différence des autres comme l'arrosage par aspersion ou le goutte-à-goutte, est le seul qui emploie de l'eau à l'état solide. Les résultats sont incroyables, car la racine des plantes est maintenue humide pendant plusieurs mois et se réhydrate chaque fois qu'il y a une ondée ou un petit arrosage. La plante n'a, d'autre part, aucun stress, car elle sait qu'elle peut compter sur l'exacte quantité d'eau qui lui est nécessaire sans qu'il y ait de déperdition, car l'eau solide ne s'infiltre pas dans la terre ni ne s'évapore. Sur son bureau, Sergio Rico nous montre une magnifique plante verte qui n'a pas été arrosée depuis 176 jours.

Nul n'est prophète en son pays

Sergio Rico améliore sa technique depuis cinq ans. Il a déposé un brevet dans le monde entier sous le nom de "Silos de Agua". Sa technique est déjà employée avec succès en Inde pour les cultures de fruits, de cacahuètes, de coton, de blé et palmes. Avec un système traditionnel, ces cultures requièrent une irrigation de 80 litres d'eau par semaine, avec l'utilisation de l'eau solide, il ne faut que 50 litres tous les 3 mois. Un même succès en Colombie, en Équateur, en Espagne et au Portugal où son procédé est utilisé pour les cultures en serres ou dans les programmes de reforestation. "Les agriculteurs, qui connaissent les coûts de production, sont les plus intéressés, car ils voient immédiatement les économies d'eau qu'ils vont faire avec notre produit." Silos de Agua est très bon marché puisque le sac de 25 kilos pour un hectare ne coûte que 400 euros et dure 10 ans.

Autre avantage, l'eau solide se transporte facilement, ce qui est très pratique pour les lieux difficiles d'accès, que ce soit à dos de mule ou en hélicoptère. Les grandes sociétés agricoles mexicaines commencent à s'habituer à cette nouvelle technologie et ont de plus en plus souvent un stock d'eau solide au cas où les pluies cesseraient avant la récolte. C'est également un produit idéal pour arrêter les incendies. En déposant à même le sol des sacs d'eau solide, les feux rencontrent une masse d'humidité qui ne s'évapore pas, ils s'éteignent d'eux-mêmes sans mettre en danger la vie des pompiers.

Le rêve de Sergio Rico serait bien sûr de convaincre le ministre de l'Agriculture du Mexique de lancer une campagne d'information et d'assistance technique pour permettre aux zones les plus touchées par le changement climatique d'optimiser l'usage de l'eau de pluie. Il aimerait voir sa technologie au service des paysans mexicains les plus démunis. Pour l'heure, il ne recueille que des applaudissements, des diplômes et de bonnes paroles. Nominé pour le Prix mondial de l'eau en 2011 par le Stockholm International Water Institute, Silos de Agua espère bien remporter la palme en 2012. Ce serait alors le coup de pouce nécessaire pour une application mondiale.

17/01/2012

BASF stoppe sa production d'OGM en Europe

lu sur :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/01/16/le-geant-de-la-chimie-basf-stoppe-sa-production-d-ogm-en-europe_1630200_3244.html

Le géant de la chimie BASF stoppe sa production d'OGM en Europe

Le groupe allemand a décidé de transférer le siège de son département recherche-développement en cultures transgéniques aux Etats-Unis.

Le numéro un mondial de la chimie, l'allemand BASF, a annoncé, lundi 16 janvier, qu'il renonçait au développement et à la commercialisation de nouveaux produits transgéniques destinés à l'Union européenne, face aux réserves de certains pays vis-à-vis de cette technologie.

"Nous sommes convaincus que les biotechnologies vertes sont cruciales pour le XXIe siècle. Mais elles ne sont pas suffisamment acceptées dans de nombreuses régions en Europe par la majorité des consommateurs, des agriculteurs et des responsables politiques", a estimé Stefan Marcinowski, membre du directoire de BASF, cité dans un communiqué. 

ARRÊT DE LA CULTURE D'AMFLORA

Le groupe, qui a décidé de transférer le siège de son département recherche-développement en cultures transgéniques aux Etats-Unis, va par ailleurs cesser la culture d'Amflora, sa pomme de terre renforcée en amidon destinée à l'industrie, qui avait été autorisée en Europe en 2010. Depuis son autorisation, Amflora inquiète parce qu'elle contient un gène de résistance à des antibiotiques. Des scientifiques craignent le transfert de ces gènes des plantes aux bactéries, risquant alors de rendre les traitements inefficaces chez l'homme. La pomme de terre n'a toutefois pas su s'implanter en Europe : Amflora était cultivée sur moins de 300 hectares, dans seulement trois pays de l'UE.

Le groupe a par contre laissé la porte ouverte pour ses pommes de terre transgéniques déjà développées Amadea, Modena et Fortuna : leurs demandes d'autorisation déjà lancées dans l'Union européenne vont se poursuivre.

La Commission européenne a pris acte lundi de cette décision, tout en précisant qu'elle n'autorisera aucun OGM avant d'avoir obtenu un accord sur les règles à suivre pour leur culture.

Comment le goût vient aux enfants

lu sur :

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/anne-jeanblanc/comment-le-gout-vient-aux-enfants-16-01-2012-1419810_57.php

Comment le goût vient aux enfants

Le Point.fr - Publié le 16/01/2012 à 17:24

Tout - ou presque - se jouerait pendant la grossesse et l'allaitement, selon des études récentes.

Pour faire aimer les carottes à leurs enfants, les femmes enceintes ont tout intérêt à boire du jus de ce légume au cours de leur troisième trimestre de grossesse. Vous n'y croyez pas ? C'est pourtant l'un des enseignements d'une récente étude présentée dans la revue Équation/nutrition de l'Agence pour la recherche et l'information en fruits et légumes frais. "Quand on sait que les préférences et les habitudes alimentaires se développent au cours de la prime enfance et que la qualité nutritionnelle de l'alimentation des tout-petits est loin d'être optimale, il apparaît vital d'intervenir très tôt", estime, en introduction, Lucie Cooke, du centre de recherche sur les comportements sains à l'University College de Londres.

Il est clairement établi désormais que la grossesse et l'allaitement constituent des périodes charnières dans le développement des goûts du bébé. De nombreuses expériences démontrent l'importance d'une exposition précoce à diverses saveurs pour faciliter l'apprentissage ultérieur de l'enfant. Néanmoins, "la prédilection pour un stimulus gustatif est très fortement influencée par des facteurs innés", rappelle le docteur Thierry Gibault, nutritionniste et endocrinologue à Paris. "Les herbivores et les omnivores montrent d'emblée une préférence pour les aliments sucrés, reflet de la présence de calories sucrées dans les plantes. Cette préférence est ensuite modulée par l'expérience."

Brocolis

À l'inverse, les saveurs amères ne sont guère appréciées et sont donc évitées. Les scientifiques ont une explication : elles signent la présence de composés potentiellement toxiques ou sont dotées de propriétés pharmacologiques (comme le thé ou le café). Mais elles peuvent finir par être appréciées avec le temps et l'expérience. Quant à la sensibilité et à la préférence pour le salé, elle se développe aux alentours de quatre mois et devient maximale vers deux ans. Mais si une femme enceinte vomit beaucoup (et perd du sel) pendant sa grossesse, il y a de fortes chances pour que son enfant ait un goût accentué pour le chlorure de sodium.

L'apprentissage du goût continue après la naissance. Que l'enfant soit alimenté au sein ou au biberon change tout. Le docteur Gibault relate des expériences qui ont consisté à nourrir des nouveau-nés avec du lait de vache maternisé ou avec des hydrolysats de protéines (substituts de lait au goût amer et aigre). "Si les nourrissons de trois à quatre mois consomment ces derniers sans aucun problème, ceux de cinq à six mois les rejettent, ce qui montre bien qu'une exposition précoce facilite l'acceptation d'un aliment", note-t-il. Et les jeunes qui ont été nourris avec ces hydrolysats apprécient ensuite plus les brocolis que les autres.

Fort heureusement, le plaisir de découvrir de nouvelles saveurs peut se faire tout au long de la vie. Mais les enfants qui ont été nourris au sein sont avantagés dans ce domaine. Le fait d'avoir connu très tôt un grand nombre d'arômes issus des aliments, boissons et épices consommés par leur mère conditionne leurs préférences gustatives futures. Ceux dont les mères ont mangé des pêches ou des carottes pendant la période de lactation les apprécient ensuite bien plus que les enfants nourris au lait maternisé. D'où l'intérêt pour les femmes enceintes d'avoir une alimentation diversifiée.

09:56 Publié dans sciences | Lien permanent | Commentaires (0)

Le pays le plus peuplé de la planète

lu sur :

http://www.lepoint.fr/monde/plus-de-citadins-que-de-ruraux-en-chine-17-01-2012-1419973_24.php?xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20120117

 Plus de citadins que de ruraux en Chine 

Le Point.fr - Publié le 17/01/2012 à 08:36

La Chine enregistre une envolée de l'urbanisation et un exode rural massif.

source AFP

Pour la première fois, le nombre d'habitants des villes a dépassé celui des campagnes en Chine, l'urbanisation effrénée et l'exode rural massif posant de multiples défis au pays le plus peuplé de la planète. Fin 2011, la Chine comptait 690,79 millions de citadins, contre 656,56 millions de ruraux, a annoncé mardi le Bureau national des statistiques (BNS). Les résidents des villes représentent 51,27 % de la population totale de 1,347 milliard de personnes. Il y a trente ans, seul un Chinois sur cinq habitait en ville. Selon le BNS, le nombre d'habitants dans les zones urbaines a connu une hausse de 21 millions de personnes sur un an. Celui dans les campagnes a chuté de 14,5 millions.

La Chine enregistre une envolée de l'urbanisation et un exode rural massif induits par la décollectivisation de l'agriculture, l'industrialisation du pays et l'attrait que représentent les villes auprès d'une main-d'oeuvre à faible coût. Cette tendance s'est accélérée ces vingt dernières années. Selon le Centre de recherches sur le développement et la population de la Chine, le pays recensait 26 % de citadins en 1990 et 36 % en 2000.

Cette population urbaine devrait continuer à croître et atteindre 800 millions de personnes en 2020, selon un rapport gouvernemental rendu public en octobre 2011. C'est-à-dire que plus de 100 millions d'habitants vont venir grossir la population des villes d'ici à la fin de la décennie. D'ici à 2025, prédit le cabinet d'études McKinsey & Company, la Chine aura 221 villes d'au moins un million d'habitants et 23 villes de plus de cinq millions d'habitants. L'Europe aujourd'hui compte moins de 40 villes d'un million d'habitants ou plus.

Urbanisation très rapide

"L'urbanisation est un processus irréversible", a expliqué Li Jianmin, un expert en démographie de l'université Nankai de Tianjin. "Ces vingt prochaines années, la population urbaine chinoise atteindra 75 % de la population totale. Cela aura inévitablement des conséquences très importantes sur l'environnement et le développement socio-économique de la Chine", a-t-il commenté. Le rythme échevelé de la croissance urbaine entraîne en effet des besoins colossaux en termes d'infrastructures, de transports, d'énergie, de traitements des eaux, entre autres.

Cette très rapide urbanisation ne va pas sans créer de tensions par ailleurs, alors que les ruraux chinois fraîchement installés en ville ne bénéficient pas des mêmes droits, notamment en matière d'accès aux services sociaux, de santé et d'éducation que les citadins détenteurs d'un certificat de résidence ("hukou") officiel. La situation est particulièrement tendue dans les régions où les migrants - dont le nombre dépasse les 220 millions - représentent une part importante, sinon la majorité de la population.

Tandis que de nombreuses villes petites ou de taille moyenne continuent à encourager activement la venue des ruraux, d'autres mégalopoles ont d'ailleurs changé de politique. "Des grandes villes comme Pékin et Shanghai ont déjà clairement établi qu'elles désiraient juguler l'augmentation de leur population", a assuré Li Jianmin. Comparée à d'autres pays, la Chine a pourtant mieux réussi l'intégration urbaine de millions de ruraux, relèvent d'autres spécialistes qui notent l'absence des vastes bidonvilles visibles en Inde ou en Amérique du Sud.

14/01/2012

Le plus petit vertébré connu

lu sur :

http://www.lepoint.fr/science/le-plus-petit-vertebre-du-monde-est-une-grenouille-12-01-2012-1418214_25.php

L'animal, qui a été découvert en Nouvelle-Guinée, ne mesure que 7,7 petits millimètres

12/01/2012 à 14:51

Le plus petit vertébré connu à ce jour sur la planète est une grenouille mesurant en moyenne 7,7 millimètres qui vient d'être découverte en Nouvelle-Guinée, ont annoncé mercredi des biologistes américains. Cette minuscule grenouille, appelée Paedophryne amauensis, qui appartient à une espèce jusqu'alors inconnue, détrône le poisson d'Indonésie, Paedocypris progenetica, qui était jusqu'alors considéré comme le plus petit vertébré du monde avec une taille moyenne d'un peu plus de huit millimètres.

Chris Austin, conservateur du département d'herpétologie (étude des reptiles et des batraciens) du musée d'histoire naturelle de Louisiane (sud) et professeur de biologie, a fait cette découverte avec d'autres chercheurs lors d'une expédition de trois mois en Nouvelle-Guinée, la plus étendue et la plus élevée des îles tropicales. "Cela n'a pas été facile de repérer cette grenouille, étant donné sa taille réduite et aussi le fait que le mâle a un cri d'insecte durant la période des amours", explique Chris Austin, principal auteur de l'étude publiée dans la revue américaine PLoS One datée du 11 janvier. "Mais cette découverte est formidable", ajoute-t-il, soulignant : "La Nouvelle-Guinée est un haut lieu de la biodiversité et tout ce que nous y découvrons fait avancer notre compréhension générale de la manière dont est générée et maintenue la biodiversité."

Avec une taille moyenne de 25 mètres, la baleine bleue est le plus grand animal parmi les 60 000 espèces de vertébrés connues. Certains biologistes pensaient que les extrêmes dans les tailles chez les vertébrés devaient être l'apanage des espèces aquatiques, l'eau paraissant propice au développement de mensurations très petites ou très grandes. Cette hypothèse a été remise en question avec la découverte de ces grenouilles minuscules qui vivent sur la terre ferme. "Nous pensons que ces créatures ne sont pas une bizarrerie biologique, mais qu'elles appartiennent à une famille écologique jusqu'alors inconnue, car elles occupent un créneau d'habitat que nul autre vertébré n'habite", explique Chris Austin. Cette recherche a été financée par la National Science Foundation américaine.

13/01/2012

Des mesures simples permettraient de limiter le réchauffement climatique

lu sur :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/01/12/quelques-mesures-simples-permettraient-de-limiter-le-rechauffement-climatique_1629180_3244.html#xtor=AL-32280308

Des mesures simples permettraient de limiter le réchauffement climatique

Quatorze mesures simples permettraient d'épargner des millions de morts prématurées et d'accroître la sécurité alimentaire.

Eviter plusieurs millions de morts prématurées chaque année tout en permettant de "gagner" un demi degré de réchauffement climatique à l'horizon 2050, ainsi qu'en améliorant la sécurité alimentaire mondiale ? Le tout grâce à la mise en œuvre de seulement quatorze mesures simples et techniquement, comme financièrement, abordables – ne concernant pas, de surcroît, le dioxyde de carbone (CO2) ? Ce n'est pas une plaisanterie, mais la conclusion d'une vaste étude internationale et pluridisciplinaire, publiée vendredi 13 janvier dans la revue Science.

Il n'y a nul tour de magie. Mais l'estimation des bénéfices climatiques, économiques et sanitaires de la limitation des émissions de deux produits des activités humaines : le méthane (CH4) d'une part et les suies d'autre part, ces poussières noires en suspension dans l'atmosphère, issues des combustions incomplètes. Le méthane est, outre un puissant gaz à effet de serre, le précurseur chimique de l'ozone (O3) troposphérique, qui joue un rôle non négligeable dans le réchauffement climatique et dégrade localement la qualité de l'air.

Quant aux suies, elles sont principalement émises dans les grands pays émergents comme l'Inde et la Chine. Elles sont largement issues des fourneaux fonctionnant au charbon, au bois et à d'autres combustibles traditionnels. Ces suies jouent un rôle important dans l'incidence de maladies respiratoires et cardiovasculaires de même qu'elles absorbent l'énergie solaire qu'elles reçoivent, jouant ainsi un rôle certain dans l'augmentation moyenne des températures.

QUATORZE MESURES SUR QUATRE CENTS

"Nous avons essayé de simuler, de la manière la plus réaliste possible, les effets du déploiement des technologies disponibles qui permettent d'améliorer à la fois la qualité de l'air et d'avoir un impact positif sur le climat", explique le climatologue Drew Shindell, chercheur au Goddard Institute for Space Studies et premier auteur de l'étude. Outre de jouer sur les deux aspects – santé publique et climat – l'intérêt de la démarche est que les deux polluants ciblés ont un temps de résidence faible dans l'atmosphère, au contraire du CO2 qui y demeure un siècle au moins. Si l'on cesse de les émettre, leur concentration atmosphérique décroît très vite et les effets bénéfiques sont rapidement sensibles.

Les auteurs ont d'abord introduit dans leurs modèles de simulation quatre cents mesures permettant de réduire toutes sortes d'émissions polluantes. Ils en ont retenu quatorze, les plus rapidement et fortement efficaces : toutes concernent la réduction des émissions de CH4 et de suies. En particulier : le déploiement de systèmes de récupération du méthane dans les mines de charbon ou les installations pétrolières, l'amélioration des réseaux de transport de gaz naturel, la gestion des effluents du bétail, le drainage régulier des rizières (culture très émettrice de méthane), la généralisation des filtres à particules dans les véhicules diesel, le remplacement des fourneaux traditionnels ou le bannissement de la culture sur brûlis...

GAGNER DU TEMPS

La limitation des émissions de suies a surtout un effet sanitaire fort. L'ozone troposphérique issu du méthane a pour sa part un effet important sur les rendements agricoles. Au total, les chercheurs estiment que si les quatorze mesures sélectionnées étaient scrupuleusement appliquées, ce seraient 700 000 à 4,7 millions de morts prématurées annuelles qui seraient évitées, principalement en Chine et en Inde. Par rapport à aujourd'hui, le monde ne se réchaufferait "que" de 0,8 °C d'ici à 2060, contre 1,3 °C anticipé... Dans le même temps, les gains de rendements agricoles permettraient une production mondiale annuelle – toutes cultures confondues – accrue de 35 millions de tonnes, à 135 millions de tonnes... Les marges d'incertitudes sont importantes mais les chiffres sont énormes.

"Il faut vraiment distinguer plusieurs problèmes qui sont un peu mélangés dans la présentation habituelle des enjeux climatiques, rappelle toutefois le climatologue français Hervé Le Treut, qui n'a pas participé à ces travaux. Le CO2 joue un rôle majeur à long terme à cause des quantités énormes qui sont émises et de sa longue durée de vie: il n'y a pas d'alternative à la réduction des émissions de CO2 si l'on veut se protéger d'un réchauffement de 4 °C ou plus, d'une fonte du Groenland ou de l'Antarctique qui se prolonge dans les siècles prochains."

En d'autres termes, les propositions de Drew Shindell sont surtout, comme les auteurs le rappellent eux-mêmes dans leur étude, un moyen de gagner du temps. Car il y a "une crainte forte et justifiée", poursuit M. Le Treut, que "la diminution des émissions de gaz qui restent moins longtemps dans l'atmosphère ne soit vue comme un substitut possible à la diminution du CO2".

12/01/2012

L'addiction aux jeux vidéo

lu sur :

http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/

L’Académie de médecine a traité, mardi, lors de sa séance hebdomadaire, des « nouvelles addictions », dont notamment celle des jeunes pour les jeux vidéo.

Selon une étude, réalisée à Singapour, auprès de 3 034 enfants d’écoles élémentaires et secondaires, 83% de ces jeunes jouaient de façon occasionnelle, contre 9,9% considérés comme des joueurs pathologiques (31 heures par semaine en moyenne).

Marie-France le Heuzey, pédopsychiatre à l’hôpital Robert-Debré à Paris, rend compte, dans le quotidien, des « signes d’alerte » que sont un enfant qui notamment « décroche de la vie familiale ou scolaire », « ne veut plus se lever le matin », « abandonne ses activités sportives ».

(Le Figaro, 12/01)

11/01/2012

Aspirine : bénéfices/risques

lu sur :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/01/10/l-aspirine-preventive-a-petites-doses-fait-plus-de-mal-que-de-bien_1627734_3244.html

L'aspirine préventive à petites doses fait plus de mal que de bien 

LEMONDE.FR avec AFP | 10.01.12 | 11h27   •  Mis à jour le 11.01.12 | 11h30

Les risques posés par la prise d'une faible dose d'aspirine chaque jour pour des personnes sans maladie cardiovasculaire dépassent les bénéfices en termes de prévention d'un accident cardiaque, selon une étude publiée mardi dans la revue spécialisée Archives of Internal Medicine.

L'étude dirigée par des chercheurs britanniques de l'université de Londres a examiné les données portant sur 100 000 participants à neuf essais cliniques. Les résultats montrent certes une diminution de 10 % du risque de maladie cardiovasculaire, sans conduire pour autant à une baisse significative des décès dus à un accident cardiovasculaire ou à un cancer. En revanche, la prise régulière d'aspirine à faible dose a entraîné un risque 30 % plus élevé de saignements internes mettant en danger la vie du patient.

L'étude conclut que pour des patients en bonne santé, sans pathologie cardiaque détectée, la prise d'aspirine à petite dose entraîne davantage de risques que de bénéfices. L'aspirine, qui prévient la formation de caillots, est administrée aux patients souffrant d'une maladie cardiovasculaire, par exemple après la pose d'un stent. Mais des médecins ont également commencé à prescrire la prise de faibles doses d'aspirine de façon préventive, sans pathologie connue.

Or, l'aspirine à long terme peut entraîner des saignements de type ulcère mais aussi des saignements oculaires. "L'effet bénéfique de l'aspirine dans la prévention des maladies cardiovasculaires pour des personnes ayant fait des attaques ou des AVC [accidents vasculaires cérébraux] est indiscutable", a estimé le docteur Rao Sehasai, de l'université de Londres-St George, engageant ces patients à poursuivre leur traitement.

"Mais les bénéfices pour des personnes qui n'ont pas ces problèmes sont beaucoup plus modestes qu'on le croyait, et un traitement à l'aspirine peut entraîner potentiellement des dégâts majeurs consécutifs à des saignements", a-t-il ajouté. L'étude n'a en outre pas trouvé de preuve que l'aspirine pouvait prévenir des décès par cancer. Plusieurs études précédentes publiées dans The Lancet ont fait état d'effets protecteurs de l'aspirine contre plusieurs cancers courants (colon, prostate, poumon).

09/01/2012

La botaniste Jeanne Baret (1740-1807), la première femme à avoir fait le tour du monde en bateau

.

lu sur:

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/01/06/le-nom-retrouve-de-jeanne-baret-premiere-circumnavigatrice-et-botaniste_1626379_3244.html

Le nom retrouvé de Jeanne Baret, première circumnavigatrice et botaniste

 

Nommer les choses est le privilège de l'humanité. L'un des charmes de notre planète est d'en receler encore des quantités qui semblent attendre que nous leur collions une étiquette. C'était le cas, jusqu'à cette semaine, d'une petite plante anodine poussant sur les hauteurs du sud du Pérou. Les Américains Eric Tepe, Glynis Ridley et Lynn Bohs la décrivent, pour la première fois, dans la revue Phytokeys du 3 janvier.

De la même famille que la pomme de terre ou la tomate, cette solanacée n'a rien d'extraordinaire, avec sa fleur à cinq pétales et son fruit orangé. Le genre Solanum auquel elle appartient est l'un des plus vastes au monde. Et, jusqu'à ce jour, il y a de fortes chances pour qu'on l'ait confondue avec l'espèce S. chimborazense équatorienne, presque identique.

Ce qui la distingue avant tout, c'est le nom latin que ses découvreurs ont choisi de lui donner : Solanum baretiae"en l'honneur de la botaniste Jeanne Baret (1740-1807), la première femme à avoir fait le tour du monde en bateau". Avec ses feuilles à la forme si variable, ont-ils estimé, elle porte un parfait tribut à cette héroïne oubliée. Son histoire, digne de romans - qu'elle a d'ailleurs récemment inspirés -, mérite d'être contée : Jeanne Baret (Barret ou encore Baré, selon les chroniqueurs), paysanne bourguignone ayant fini ses jours pensionnée par le roi, a traversé des aventures peu ordinaires.

Un valet au teint frais

Entre sa naissance à La Comelle (Saône-et-Loire), signalée sur le registre paroissial, et son entrée au service du naturaliste Philibert de Commerson (1727-1773) à Toulon-sur-Arroux, dans le Charolais, sa biographie est muette. Veuf, Commerson en fait sa maîtresse et sa compagne en botanique. Un fils mourra en bas âge. Ambitieux, Commerson gagne la capitale, où il se fait bientôt un nom. Recommandé par l'astronome Lalande (1732-1807), il est désigné comme naturaliste pour accompagner Bougainville (1729-1811) dans son voyage autour du monde.

Il n'embarque pas sur la Boudeuse, le navire amiral, mais sur la flûte l'Etoile, navire de charge, en 1767, avec un valet au teint frais, Jean, qui n'est autre que Jeanne. C'est le seul moyen que les amants ont trouvé pour contourner une ordonnance interdisant la présence de femmes à bord des navires du Roy. Pour entreposer ses herbiers, Commerson bénéficie de quartiers spacieux, avec toilettes privées, ce qui sera sans doute bien commode.

Mal en point, Commerson s'appuie sur son valet pour herboriser. C'est donc Jeanne aux seins bandés, sa "bête de somme", qui collectera, "des plus hautes montagnes du détroit de Magellan aux plus profondes forêts des îles australes", une bonne part des quelque 6 000 spécimens récoltés au cours du voyage. Est-ce elle qui a trouvé les plants qui passeront à la postérité sous le nom de bougainvillier, en l'honneur du chef de l'escadre ?

En tout cas, celui-ci se montre magnanime quand le pot-aux-roses est découvert, et il permet à Jeanne de poursuivre le voyage. Quand, au juste, a-t-elle été démasquée ? A-t-elle éveillé les soupçons dès le passage de l'équateur, en ne participant pas aux rituels scabreux qui l'accompagnent ? A-t-elle été démasquée par le capitaine de l'Etoile, à qui elle aurait dit être eunuque ? Par des membres de l'équipage, "ennemis de sa pudeur", selon les termes de Vivez, chirurgien de l'Etoile ? Ou encore par les Tahitiens, qui auraient vu en elle une "vahiné" au premier coup d'oeil ? Les versions varient selon les journaux de bord et les récits de voyage des participants au tour du monde.

A l'île de France (Maurice), le couple débarque, pour herboriser plus longuement dans les Mascareignes et à Madagascar. Commerson assiste l'intendant Pierre Poivre (1719-1786) dans ses efforts pour briser le monopole néerlandais sur les épices. Il meurt à Maurice en 1773, ayant légué une rente à Jeanne. Celle-ci se marie sur place avec un officier du nom de Dubernat.

Rentrée en France, elle vit le reste de son âge en Dordogne, bénéficiant, à compter de 1785, d'une pension royale pour avoir partagé, "avec le plus grand courage, les travaux et périls" de Commerson. Celui-ci avait reconnu son mérite en nommant Baretia le bois de quivi. Las, cet "arbrisseau charmant" avait déjà été baptisé, et l'appellation a disparu. Glynis Ridley, qui a publié en 2011 aux Etats-Unis une biographie controversée de Jeanne Baret, jugeait cette lacune injuste. Grâce à elle, la voilà comblée.

Hervé Morin

05/01/2012

Chevron devra payer pour avoir pollué l'Amazonie

lu sur :

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/01/04/chevron-devra-payer-pour-avoir-pollue-l-amazonie_1625391_3222.html

Chevron devra payer pour avoir pollué l'Amazonie

LEMONDE.FR |  4 janvier 2012 | avec AFP | 329 mots

La justice équatorienne a tranché : le groupe pétrolier américain Chevron devra payer 9,5 milliards de dollars pour des années de pollution sans contrôle en Amazonie. Il s'agit de l'amende la plus forte dans l'histoire du droit de l'environnement, qui dépasse notamment celle initialement infligée à ExxonMobil pour la marée noire de l'Alaska en 1989, de 4,5 milliards de dollars.

La cour de justice de la province de Sucumbios a ainsi confirmé en appel le jugement du 14 février 2011, contre lequel Chevron et les plaignants avaient fait appel. Le jugement rendu en appel ordonne aussi à Chevron de "présenter des excuses publiques aux victimes", et en cas de refus de verser le double du montant fixé.

A New York, Chevron a estimé que cette "décision défavorable" est "un autre exemple flagrant du biais politique et de la corruption de la justice équatorienne qui plombe ce dossier""Chevron continue de rechercher des recours par l'intermédiaire d'actions de justice en dehors de l'Equateur", a ajouté le géant pétrolier dans un communiqué.

Quelque 30 000 habitants de la province de Sucumbios, rassemblés en une association de victimes, avaient porté plainte contre Chevron pour les opérations en Equateur de la compagnie Texaco Petroleum, qu'elle a rachetée en 2001, qui a opéré entre 1964 et 1990 sur une concession d'un million d'hectares.

DÉCHETS PÉTROLIERS DANS DES FOSSES À CIEL OUVERT

Selon les plaignants, Texaco a causé des dégâts environnementaux très graves, notamment en versant dans des fosses à ciel ouvert ses déchets pétroliers, qui ont ensuite contaminé sols et rivières. Après le premier jugement, intervenant à la suite de dix-huit ans de bataille judiciaire aux Etats-Unis puis en Equateur, aucune des deux parties n'avait déclaré forfait.

Le groupe pétrolier américain avait estimé que ce jugement était "illégitime et inapplicable". Les plaignants avaient pour leur part introduit un recours en appel, jugeant "insuffisant" le montant des dédommagements.

Chevron indique aussi avoir engagé une procédure au tribunal fédéral de New York contre les représentants des plaignants du tribunal de Lago Agrio"sur la base d'une accumulation de preuves de fraude et de corruption".

Une mystérieuse épidémie il y a 25 siècles

lu sur :

http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/01/05/quelle-epidemie-a-ravage-la-ville-oedipe/

 Quelle maladie avait ravagé la ville d'Œdipe ?

Dans Œdipe Roi, une des pièces de théâtre les plus célèbres, le poète tragique grec Sophocle (env. 495 av. J.-C.-env. 406 av. J.-C.) met en scène une ville de Thèbes ravagée par une mystérieuse épidémie qui frappe bétail et humains. Les protagonistes, au premier rang desquels figure le roi de Thèbes, Œdipe, la prennent comme une manifestation de la colère des dieux : la ville a été souillée par le meurtre du roi précédent, Laïos, et les dieux exigent, par la "peste" qu'ils envoient, le châtiment du coupable. Celui-ci, comme chacun a dû l'apprendre à l'école ou ailleurs, n'est autre qu'Œdipe lui-même qui, sans le savoir, a tué son père et épousé sa mère, ajoutant l'inceste au parricide. La pièce, en plus des diverses interprétations, littéraires ou psychanalytiques, auxquelles elle a donné lieu, présente un intérêt historique et médical si l'on en croit une étude publiée dans le numéro de janvier de la revue Emerging Infectious Diseases. Pour l'équipe de médecins grecs qui en est l'auteur, l'épidémie décrite par Sophocle, même si elle n'est visible qu'en arrière-plan de la pièce, présente toutes les apparences d'une épidémie véritable, comme si le poète s'était plié par anticipation aux codes de l'école réaliste.

Vingt-cinq siècles après la composition d'Œdipe Roi, ces chercheurs ont donc mené une enquête médico-littéraire dans le texte, relevant le moindre fragment de phrase afférent au mystérieux mal fauchant les vies des Thébains. Leur but, voir si cette "peste" peut s'apparenter à celle qui a frappé Athènes en 430-429 av. J.-C. (peu de temps avant que Sophocle n'écrive sa pièce) et tenter d'en identifier l'agent pathogène. C'est surtout dans les premières scènes de l'œuvre qu'est évoquée l'épidémie. Dès sa deuxième phrase, Œdipe dit que "la ville est pleine tout ensemble et de vapeurs d'encens et de péans (NDLR : chants adressés à Apollon guérisseur) mêlés de plaintes". Le prêtre auquel il s'adresse entre dans le vif du sujet : "Thèbes, prise dans la houle, n'est plus en état de tenir la tête au-dessus du flot meurtrier. La mort la frappe dans les germes où se forment les fruits de son sol, la mort la frappe dans ses troupeaux de bœufs, dans ses femmes, qui n'enfantent plus la vie." Un peu plus loin, le chœur décrit l'hécatombe : "L'un après l'autre, on peut voir les Thébains, pareils à des oiseaux ailés, plus prompts que la flamme indomptable, se précipiter sur la rive où règne le dieu du Couchant (NDLR : Hadès, maître des Enfers). Et la Cité se meurt en ces morts sans nombre. Nulle pitié ne va à ses fils gisant sur le sol : ils portent la mort à leur tour, personne ne gémit sur eux. Epouses, mères aux cheveux blancs, toutes de partout affluent au pied des autels, suppliantes, pleurant leurs atroces souffrances."

 Les indices paraissent bien maigres. Ils n'en sont pas moins parlants selon les auteurs de l'étude. La maladie s'avère une zoonose, c'est-à-dire une maladie animale transmissible à l'homme (ou vice-versa) comme l'est par exemple la grippe aviaire. Son caractère hautement contagieux et mortel est lui aussi bien établi. Par ailleurs, le texte parle deux fois d'une "stérilité" de la population, mais en des termes qui évoquent plutôt des fausses couches ou des enfants morts-nés ("d'heureuses naissances ne couronnent plus le travail qui arrache des cris aux femmes"). A quelle maladie, présente dans la Grèce du Ve siècle av. J.-C. ces symptômes peuvent-ils bien se rapporter ? Le docteur House aurait adoré poser le diagnostic... Les auteurs de l'article paru dans Emerging Infectious Diseases ont passé en revue plusieurs maladies et, après un premier tri, se sont concentrés sur cinq d'entre elles. Quatre ont ensuite été écartées, ne collant pas assez bien avec la description de Sophocle : la tularémie (car portée essentiellement par des tiques de rongeurs et de lapins), la variole (qui ne se transmet pas au bétail), la leishmaniose (pas assez contagieuse) et la leptospirose (surtout portée par les rats et c'est aussi pour cette raison que la peste a été écartée).

Au terme de ce grand jeu par éliminationil n'est plus resté que la brucellose, maladie qui touche aussi bien les bovins que les hommes, présente dans le bassin méditerranéen depuis longtemps puisqu'elle était connue à l'époque d'Hippocrate, contemporain de Sophocle, réputée pour provoquer des fausses couches. Le seul hic, c'est que la mortalité entraînée par cette pathologie est généralement faible et que la contamination inter-humaine, de nos jours, l'est également. Il n'est cependant pas impossible que nous ayons aujourd'hui affaire à une souche moins virulente que celle sévissant il y a deux millénaires et demi, suggèrent les auteurs... Pour étayer leur thèse, ceux-ci ont trouvé plusieurs points communs entre le texte de Sophocle et la description spectaculaire que son contemporain, l'historien Thucydide fait de la mystérieuse "peste" d'Athènes – que j'ai signalée plus haut – dans sa Guerre du Péloponnèse. Le fléau qui touche Thèbes dans Œdipe Roi n'est probablement que le jumeau de celui qui avait tué les Athéniens en masse et que Sophocle avait vu directement à l'œuvre...

Cette enquête médico-littéraire, pour passionnante qu'elle soit, atteint assez vite ses limites en l'absence d'éléments plus concrets. Mais ceux-ci existent peut-être. En 2006, une autre étude grecque avait révélé avec un certain fracas que le mystère de la peste athénienne était élucidé : après la découverte d'une fosse commune datant d'environ 430 av. J.-C., l'analyse de la pulpe de quelques dents avait révélé la présence de la salmonelle responsable de la fièvre typhoïde. Même si ce résultat a ensuite été remis en cause (redonnant du sursis au mystère...) par une équipe américaine, laquelle a montré que le micro-organisme détecté était probablement une bactérie moderne installée dans le sol, une voie biologico-archéologique a été ouverte qui pourrait permettre de confirmer ou d'invalider l'hypothèse de la brucellose. On peut ainsi imaginer retrouver dans des squelettes antiques des bactéries du genre Brucella mais aussi repérer sur les os de ceux qui ont survécu à l'épidémie les traces que la maladie laisse au bout de quelque temps. Ce double constat vient d'être réalisé avec succès sur des squelettes du Moyen-Age mis au jour en Albanie. Pourquoi ne pas tenter l'expérience dans la ville de Sophocle et de Thucydide ?

Pierre Barthélémy

03/01/2012

Inquiétudes avec la pilule de dernière génération

lu sur :

http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/

Inquiétudes avec la pilule de dernière génération
Deux études suscitent des inquiétudes parmi les femmes qui prennent la pilule de dernière génération, indique Aujourd’hui en France.

Une étude danoise, réalisée sur 1,7 million de femmes entre 2001 et 2009, et publiée il y a quelques semaines dans le British Medical Journal, révèle que le risque de thrombose veineuse (formation de caillots dans le sang) est deux fois plus élevé sous une pilule de troisième génération que sous une pilule de deuxième génération, et quatre fois plus élevé que sans contraceptif hormonal.

Une autre étude de la Food and Drug Administration (FDA) confirme également le danger de la pilule de dernière génération. Malgré tout, souligne le quotidien, les cas de thrombose veineuse avec la pilule sont rares.

L’Agence française de sécurité sanitaire (Afssaps) estime que, pour 100 000 femmes, leur nombre se situe entre 20 et 40 cas par an chez les femmes sous contraceptif de troisième génération.

(Aujourd’hui en France, 03/01)

Alzheimer et gâteaux, biscuits, aliments frits

lu sur :

http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/

Une étude, publiée cette semaine dans la revue scientifique Neurology et réalisée sur 104 personnes d’une moyenne d’âge de 87 ans, souligne le rôle d’un régime riche en produits de la mer et en fruits et légumes pour lutter contre la réduction du volume du cerveau, phénomène souvent observé chez les personnes âgées touchées par la maladie d’Alzheimer.

En revanche, un régime trop riche en gâteaux, biscuits et aliments frits déclencherait plus rapidement ce processus de « rétrécissement » du cerveau. Cette étude, réalisée aux Etats-Unis et basée sur des tests cognitifs, est « la première à examiner précisément les niveaux sanguins des patients pour analyser l’effet d’un régime alimentaire (…) ». (20 Minutes, 03/01)

Le paradis Suisse

lu sur :

http://www.lepoint.fr/economie/la-suisse-montree-du-doigt-dans-la-lutte-contre-le-blanchiment-02-01-2012-1414563_28.php

La Suisse montrée du doigt dans la lutte contre le blanchiment

Par

Cela s'appelle l'Egmont Group, car créé au palais d'Egmont-Arenberg à Bruxelles en 1995. Cet organisme, fort peu connu du grand public, regroupe 127 cellules de renseignements sur le blanchiment d'argent. La France est représentée par Tracfin (Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins). À la fin de l'été, Egmont Group a adressé une missive à la Suisse, menaçant de la suspendre. Motif ? Le bureau de communication en matière de blanchiment d'argent (MROS, pour Money Laundering Reporting Office of Switzerland), représentant local d'Egmont Group, ne communiquerait pas d'informations financières à ses partenaires.

Cette menace de suspension n'a été révélée que le 1er janvier 2012 pour le journal dominical alémanique SonntagsZeitung, et confirmée par Danièle Bersier, porte-parole de l'Office fédéral de la police (Fedpol) à Berne. On peut imaginer que Nicolas Sarkozy était au courant de cette démarche lorsqu'il a dénoncé la Suisse en novembre dernier, à Nice, à l'occasion du dernier sommet du G20. Le président français reprochait à la Confédération de refuser de procéder à l'échange automatique d'informations avec les autres autorités fiscales.

Au nom du secret bancaire

C'est exactement ce que reproche l'Egmont Group à Berne : de s'opposer à l'échange d'informations sur des soupçons de transferts financiers douteux. Le problème, c'est que le MROS, correspondant suisse de l'Egmont Group, n'a tout simplement pas le droit d'échanger des informations financières, comme des numéros ou des relevés de comptes, avec ses 126 partenaires d'Egmont Group, car cela relève tout simplement du secret bancaire.

L'article 47 de la loi fédérale sur les banques, datant de 1934, condamne toujours celui qui aurait violé ce "secret professionnel" à un "emprisonnement pour six mois ou plus" ou à une "amende à concurrence de 50 000 francs" (*). Et la Suisse ne compte pas abolir cet article. Le MROS n'est pourtant pas inactif. En 2010, il a enregistré pas moins de 1 159 communications de soupçons en matière de blanchiment d'argent. Soit une augmentation de 29,4 % par rapport à l'année précédente. Malheureusement, les pays étrangers n'ont toujours pas le droit de profiter de ces informations.

Adhésion de l'Afghanistan et des Bahamas

Curieusement, le MROS, sur le site de la Confédération suisse consulté ce jour, se vante toujours de son adhésion au groupe Egmont, "dont le but est de créer les conditions nécessaires à un échange d'informations sécurisé, rapide et juridiquement admissible entre les cellules de renseignements dans les domaines de la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme". Suspendue, la Suisse ne pourrait plus exercer son droit de vote ni participer aux groupes de travail. Mais, surtout, cette décision porterait atteinte à l'image de la place financière helvétique, déjà fort malmenée. Certains esprits chagrins pourraient se demander si la présence de la Suisse est véritablement indispensable à l'Egmont Group. Mais, dans ce cas, que penser de l'adhésion de pays comme l'Afghanistan (dont le PIB dépend à plus de 50 % de la drogue), des Bahamas, des îles Caïmans ou du Liban ?

* Le secret bancaire de Sylvain Besson, collection Le savoir suisse, 2004


02/01/2012

Biais d'optimisme, refondation de la psychiatrie, stigmatisation des drogues

lu sur :

http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/

Tali Sharot, professeur en neurosciences et psychologie à l’University College de Londres a publié dans la revue Current Biology un article où elle explique que l’excès d’optimisme, qui concernerait 80% des êtres humains, est dû à la suractivation de deux zones du cerveau, impliquées dans les émotions et la motivation. Ce phénomène est appelé le « biais d’optimisme », précise Le Figaro dans un article consacré à ces travaux. Ces deux régions cérébrales sont aussi celles qui sont anormalement peu actives chez les sujets dépressifs. (Le Figaro, 31/12)

Hervé Bokobza, psychiatre et membre du Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire, signe dans Libération un article où il prône « une refondation de la psychiatrie », qu’il décrit comme une discipline « en grave péril » que « seul un changement radical de politique permettrait d’éviter le risque de désastre sanitaire auquel nous étions confrontés ». Le spécialiste critique la mise en place de « protocoles aliénants » et déplore que « beaucoup de lieux d’accueil de la souffrance disparaissent pour laisser place à des endroits indignes des valeurs humaines qui ont fondé la psychiatrie moderne ». (Libération, 02/01)

Jean-Michel Costes, ancien directeur de l’observatoire français des drogues et des toxicomanies, signe dans Le Monde un article où il souligne que la politique actuelle, « par sa posture répressive (…), renforce la stigmatisation des usagers de drogues, considérés comme ‘ coupables ‘ et accentue leur précarisation, liée à une moindre accessibilité aux dispositifs de prévention et de soin qu’induit la pénalisation de leur comportement ». Il explique que « dépénaliser ce comportement rendrait plus efficace les dispositifs sanitaires sociaux. Mais, dépénaliser les  usages ne veut pas dire supprimer l’interdit sur les drogues. »  (Le Monde, 31/12)

La population franchit le cap des 64 millions d'habitants

lu sur :

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0201818562069-la-population-franchit-le-cap-des-64-millions-d-habitants-269773.php

02/01 | 07:00 | Stéphane Dupont

La France a encore gagné plus de 342.000 habitants en 2008, selon les dernières données du recensement publiées vendredi par l'Insee. Les régions du sud du pays et de la façade atlantique se montrent les plus dynamiques sur le plan démographique.

La crise n'y fait rien. Contrairement à l'économie, la démographie reste très dynamique en France. La population s'est encore accrue de près de 342.641 habitants sur un an, selon les derniers chiffres du recensement publiés hier par l'Insee. Ce qui la porte à 64.304.500 pour la métropole et les départements d'outre-mer. Il s'agit des chiffres des populations légales au 1 er janvier 2009 (dernières données disponibles) qui prendront effet le 1 er janvier 2012. Par rapport au 1 er janvier 2008, la hausse de la population se monte à 0,5 %. L'Insee ne donne pas le détail, mais comme les années précédentes, cette belle progression devrait être imputable pour un gros quart au solde migratoire et pour le reste à l'accroissement naturel (différence entre les naissances et les décès).

Avec un taux de fécondité de 2 enfants par femme, la France est le pays d'Europe qui fait le plus de bébés. Et l'espérance de vie ne cesse de grimper. Par rapport au 1 er janvier 1999, la France a gagné plus de 4 millions habitants.

Estimation 2012 : 65 millions

Toutes les régions métropolitaines voient leur population progresser dans les dernières statistiques dévoilées vendredi par l'Insee, à l'exception, une nouvelle fois, de Champagne-Ardenne, en perte de vitesse depuis un bon moment sur le plan démographique.

Outre-mer, la Guadeloupe et la Martinique perdent aussi des habitants, quand la Guyane et La Réunion continuent, elles, d'en gagner.

Sur dix ans, les régions du pourtour méditerranéen, la Corse, Midi-Pyrénées et l'Aquitaine se montrent les plus dynamiques avec des hausses de population supérieures parfois à 10 %. Le littoral atlantique tire aussi son épingle du jeu. Tandis que les régions septentrionales marquent quelque peu le pas, avec des progressions inférieures à 5 %.

L'Ile-de-France n'en demeure pas moins la région la plus peuplée, de très loin, avec 11,7 millions d'habitants au 1 er janvier 2009, devant Rhône-Alpes (6,2 millions) Paca (4,9 millions), les Pays de la Loire (3,5 millions) et Midi-Pyrénées (2,9 millions). La Corse (305.000) et le Limousin (741.000) ferment la marche en métropole. Parmi les départements, le Nord arrive toujours en tête avec 2,6 millions d'habitants, devant Paris (2,2 millions), les Bouches-du-Rhône (2 millions), le Rhône (1,7 million) et les Hauts-de-Seine (1,5 million)

L'Insee publiera dans le courant du mois son estimation de la population au 1 er janvier 2012 à partir des chiffres au 1 er janvier 2009 publiés vendredi. Elle devrait être pour la première fois supérieur à 65 millions d'habitants.

STÉPHANE DUPONT