Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/07/2012

Huiles et gaz de schiste : les ambigüités de Delphine Batho

lu sur : 

http://www.stopgazviganais.org/index.php?option=com_content&view=article&id=187:les-ambiguites-de-delphine-batho&catid=126:ao-citoyens&Itemid=524

   Les ambigüités de Delphine Batho

Plusieurs organes de presse, ainsi que des opposants au gaz de schiste, semblent se réjouir, du moins se dire rassurés par les propose que la Ministre de l'écologie Delphine Batho a tenu le 20 juillet sur RMC et BFMTV. Elle y affirme en effet son opposition à l'exploitation du gaz de schiste :"Le gouvernement maintient clairement et nettement sa position sur l'interdiction de l'exploitation des gaz de schiste", en contradiction avec des déclarations récentes d'Arnaud Montebourg, pour qui la question devait à nouveau être posée.

Mais il faut l'écouter de plus près, et lire entre les lignes.

Elle n'évoque que le gaz de shiste, sans parler de l'huile de schiste, qui constituerait un Eldorado dans le sous-sol du Bassin parisien, et pour lequel des forages d'exploration ont commencé et vont continuer tout à fait officiellement. Gaz ou huile, les techniques sont les mêmes, tout aussi sales et dangereuses. C'est peut-être un oubli de sa part...

Elle utilise (RMC) le terme de "fracture hydraulique" au lieu de fracturation. Ce n'est pas très grave, on comprend quand même, ça peut détendre l'atmosphère d'une réunion, mais ça fait un peu amateur pour un Ministre, qui a du lire ses dossiers trop rapidement.

Elle n'évoque que l'interdiction de l'exploitation, en oubliant l'exploration. Oubli involontaire ? Le journaliste insiste, lui demande de répondre à la question sur l'exploration, mais elle s'en sort par une pirouette ("j'ai déjà répondu" !). On se demande pourquoi les foreurs iraient explorer à 2500m. sous terre, si ce n'est pour exploiter ensuite. Si la Ministre veut interdire d'exploiter, autant prévenir et arrêter les recherches d'exploration. C'est peut-être un oubli de sa part...

Elle ne dit pas un mot des 60 permis de recherche déjà accordée ni de ceux qui sont en instruction. Pourtant, le PS, et ses candidats aux législatives, avaient promis de les abroger. Un projet de loi PS-EELV, cosigné notamment par J.M. Ayrault, déposé en juillet 2011 allait aussi dans ce sens. Les ministres d'aujourd'hui oublient ce qu'ils disaient hier comme députés. On aurait pu attendre, au minimum, un moratoire jusqu'à la fin des débats nationaux sur le code minier et sur la politique énergétique. C'est peut-être un oubli de sa part...

A propos de cette "transition énergétique", justement, qu'elle qualifie de "mutation de civilisation", (!) qu'en dit-elle exactement ? Rien, ou si peu : il faudra faire des économies d'énergie, notamment en isolant les logements. Ce n'est pas nouveau, tout le monde le sait et le dit depuis des dizaines d'années (déjà, dans le "programme commun de la gauche" après le premier choc pétrolier de 1974... et ce fut un élément du plan de développement du chauffage électrique et du parc nucléaire en France). Mais on ne saurait s'en contenter. Lorsque le journaliste insiste, elle renvoie plusieurs fois au travail du député François Brottes, qui nous prépare un rapport sur le sujet pour l'automne. Espérons qu'il connaît mieux ce dossier que la Ministre.

Le risque est cependant qu'on propose à la fameuse conférence environnementale (12 et 13 septembre) un document déjà bien ficelé, résumant des positions plus ou moins consensuelles PS-UMP sur l'énergie. Il pourrait se référer par exemple au rapport Percebois-Mandil de la Commission Energie 2050 ( février 2012), à celui du Sénat (juillet 2012), qui préconisent de continuer à peu près sur la lancée actuelle, avec un peu plus d'énergies renouvelables. Le précédent gouvernement avait l'habitude de décider avant de discuter. Espérons qu'il n'en ira plus de même..

Interrogée sur les augmentations du prix du gaz et du prix de l'électricité, qui font régulièrement polémique, la Ministre affirme qu'il n'y aura pas de hausse importante. Et pourtant, il suffit de lire le rapport du Sénat publié le 7 juillet 2012 : il annonce (ou préconise) une augmentation des tarifs de 33% à 50% d'ici 2020. Ce rapport est cosigné par des députés PS. Le rapport de la Cour des comptes, présidée par un socialiste, sur la filière électro-nucléaire (janvier 2012) allait dans le même sens. La Ministre les a-t-elle lus ?

On peut d'ailleurs se demander en quoi le blocage des prix de l'électricité, du gaz, voire de l'essence, sont des mesures qui vont inciter les français à plus de "sobriété énergétique". On a du mal à suivre.

Mauvaise foi, mauvais esprit de notre part ? En tout cas peu rassurés.

D'autant que le lobby pétrolier continue depuis plusieurs mois une offensive médiatique tous azimuts, et truste les fonctions de conseil et de décision, au coeur même du Ministère.

Dernier exemple : le 19 juillet 2012, un rapport de la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) nous alarme, par la voix de P.F. Chevet, en expliquant que les français sont en précarité énergétique ( sous-entendu : ce serait utile d'exploiter gaz et pétrole de shiste en France !). La ministre de l'écologie a déjà changé une fois, quand Nicole Bricq prétendait retarder les forages en Guyane.

Mais pas le Directeur de la DGEC. Il était déjà en place en 2007. Il a été confirmé en juin 2012. Pour ceux que ça intéresse, voici quelques éléments de sa vie professionnelle (cf Wikipedia).

 

Pierre-Franck Chevet,(...) est depuis février 2007 directeur général de l'énergie et du climat (ex-DGEMP) au sein du Ministère de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. Il est également administrateur de l’ADEME, de GDF Suez, de la Poste, de l'Institut français du pétrole et représentant de l’Etat au Conseil de surveillance d'Areva. Il est également Commissaire du gouvernement auprès de Areva NC, de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs et de la Commission de régulation de l'énergie (CRE)2 et membre du Comité interministériel des Parcs nationaux de France.

Pierre-Franck Chevet est diplômé de l'école Polytechnique, de l'École nationale de la statistique et de l'administration économique et du Corps des Mines3.

Pierre-Franck Chevet a occupé différents postes au Ministère de l’Industrie de 1986 (année de la catastrophe de Tchernobyl) à 1995, dont celui adjoint d’André-Claude Lacoste, en charge de l'Autorité de contrôle de la sûreté nucléaire de l’ensemble des réacteurs nucléaires français (y compris Superphénix).

De 1995 à 1999, Pierre-Franck Chevet a été délégué régional de l’ANVAR et directeur de la Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement (DRIRE) Alsace. De 1999 à 2005, il est Directeur de la DRIRE du Nord-Pas-de-Calais et Directeur de l’École des mines de Douai.

De 2005 à 2007, il est conseiller pour l’industrie, la recherche, l’environnement et l’énergie au cabinet du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin puis Dominique de Villepin.

Nous avions déjà Pierre Cunéo, issu de l'institut ASPEN, organe de réflexion et de conseil proche des milieux patronaux, comme directeur de cabinet de Delphine Batho.

Notre avenir énergétique est entre de bonnes mains, dormez tranquilles !

DidierS.

Les commentaires sont fermés.