Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/09/2012

Le Bisphénol A provoque une diminution du stock d’ovocytes et une détérioration de la qualité de ces ovocytes

lu sur : http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/

Une équipe américaine de l’université de Washington montre, dans une étude publiée dans les PNAS, que le bisphénol A « peut avoir des effets négatifs sur le système de reproduction de la femme », souligne Le Figaro.

En effet, les travaux, menés sur des singes rhésus, dont « le système reproducteur est très proche de celui de l’homme », confirment les recherches effectuées jusqu’alors chez les rongeurs qui ont montré les effets négatifs sur leur système reproductif.

Patricia Hunt, principale auteur de l’étude et généticienne à l’université de Washington, a constaté une diminution du stock d’ovocytes et une détérioration de la qualité de ces ovocytes chez les femelles singes qui recevaient « des doses quotidiennes de bisphénol A ou de très faibles doses en continu ».

(Le Figaro, 25/09)

-----------------

voir cette étude qui date du mois de mai 2012 :

http://www.pnas.org/content/early/2012/05/01/1120488109.abstract

Bisphenol A alters the development of the rhesus monkey mammary ...

  1. Andrew P. Tharpa,1,
  2. Maricel V. Maffinia,1,
  3. Patricia A. Huntb,
  4. Catherine A. VandeVoortc,
  5. Carlos Sonnenscheina, and
  6. Ana M. Sotoa,2

+ Author Affiliations

  1. aDepartment of Anatomy and Cellular Biology, Tufts University School of Medicine, Boston, MA 02111;
  2. bSchool of Molecular Biosciences and Center for Reproductive Biology, Washington State University, Pullman, WA 99164; and
  3. cDepartment of Obstetrics and Gynecology and California National Primate Research Center, University of California, Davis, CA 95616
  1. Edited* by Joan V. Ruderman, Harvard Medical School, Boston, MA, and approved April 2, 2012 (received for review January 3, 2012)                         

Abstract

The xenoestrogen bisphenol A (BPA) used in the manufacturing of various plastics and resins for food packaging and consumer products has been shown to produce numerous endocrine and developmental effects in rodents.

Exposure to low doses of BPA during fetal mammary gland development resulted in significant alterations in the gland’s morphology that varied from subtle ones observed during the exposure period to precancerous and cancerous lesions manifested in adulthood.

This study assessed the effects of BPA on fetal mammary gland development in nonhuman primates.

Pregnant rhesus monkeys were fed 400 μg of BPA per kg of body weight daily from gestational day 100 to term, which resulted in 0.68 ± 0.312 ng of unconjugated BPA per mL of maternal serum, a level comparable to that found in humans.

At birth, the mammary glands of female offspring were removed for morphological analysis. Morphological parameters similar to those shown to be affected in rodents exposed prenatally to BPA were measured in whole-mounted glands; estrogen receptor (ER) α and β expression were assessed in paraffin sections.

Student's t tests for equality of means were used to assess differences between exposed and unexposed groups.

The density of mammary buds was significantly increased in BPA-exposed monkeys, and the overall development of their mammary gland was more advanced compared with unexposed monkeys. No significant differences were observed in ER expression.

Altogether, gestational exposure to the estrogen-mimic BPA altered the developing mammary glands of female nonhuman primates in a comparable manner to that observed in rodents.     

---------------------------

voir aussi :

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/09/24/19137-nouvelle-etude-confirme-effets-nocifs-bisphenol

Par Marielle Court - le 24/09/2012

Il perturbe la fertilité de singes dont le système reproducteur est proche de l'homme.

Les nuages continuent de s'accumuler au-dessus du bisphénol A. Une étude publiée dans les PNAS (revue de l'Académie des sciences américaines) montre que ce composé peut avoir des effets négatifs sur le système de reproduction de la femme.

Si la dangerosité du bisphénol A comme perturbateur endocrinien était jusqu'à présent le fruit d'études ayant porté principalement sur des rats, celle menée par l'équipe américaine de l'université de Washington a été effectuée sur des singes rhésus. En s'appuyant ainsi sur des primates dont le système de reproduction est très proche de celui de l'homme, cette recherche confirme les travaux qui montrent des effets négatifs sur le système reproductif des rongeurs.

«Tous exposés»

Le bisphénol A se trouve aujourd'hui dans un très grand nombre d'objets en plastique mais aussi dans les films qui recouvrent l'intérieur des canettes de soda ou les boîtes de conserve ou encore les tickets de caisse… «La question est de savoir si ce produit auquel on est tous exposés pourrait augmenter le risque d'avortements ou le risque d'avoir des enfants qui naissent avec des anomalies congénitales telles que la trisomie 21», rappelle Patricia Hunt, principale auteur de l'étude et généticienne au sein de l'université de l'État de Washington.

La chercheuse et son équipe ont soumis plusieurs femelles singes au cours de leur grossesse à des doses quotidienne de bisphénol ou à de très faibles doses en continu et ont regardé quel impact cela avait sur le système reproductif des fœtus femelle. Ils ont constaté une diminution du stock des ovocytes. Dès lors la femelle produira moins d'ovules tout au long de sa vie reproductive. Par ailleurs la qualité de ces mêmes ovocytes est détériorée, ce qui peut être facteur d'avortement ou de malformations congénitales.

Cette nouvelle étude devrait s'ajouter à la liste déjà longue des travaux soulignant les risques potentiels du bisphénol A pour la santé humaine. La migration du bisphénol A vers des aliments se fait notamment lorsque l'objet est chauffé. C'est la raison pour laquelle plusieurs pays, dont la France, ont d'ores et déjà interdit son utilisation dans les biberons. Le gouvernement français a par ailleurs annoncé qu'il soutenait une proposition de loi déposée par Gérard Bapt, député PS de Haute-Garonne visant à interdire l'usage et la commercialisation du bisphénol d'ici à 2014. Reste à trouver des substituts non dangereux à ce produit très largement utilisé.

LIRE AUSSI:

» Un lien fort entre obésité et bisphénol A

» "Le remplacement du bisphénol A prendra 5 ans»                        

Les commentaires sont fermés.