Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/11/2012

Les perturbateurs endocriniens dans notre environnement

lu sur : http://presse-inserm.fr/dans-lactualite/synthese-de-presse/

 Les effets nocifs des retardateurs de flamme

Plusieurs études américaines rendent compte des risques pour la santé humaine des retardateurs de flamme, indique Le Figaro.

Certains polybromodiphényléthers (PBDE), utilisés par les industriels dans les produits courants (moquette, literie…), ont été par la suite interdits en raison de leurs effets cancérigènes, neurotoxiques et étant des perturbateurs endocriniens.

L’ensemble des Etats-Unis, mais aussi les pays européens, sont cependant encore aujourd’hui concernés par une pollution aux PBDE.

Une étude réalisée par l’université de Californie, à Berkeley, auprès de plus de 270 femmes enceintes et 270 enfants âgés de 7 ans, révèle « chez ces derniers un déficit d’attention et un manque de coordination des mouvements » en raison d’une forte concentration en PBDE, souligne le journal.

Une étude, menée en 2011 dans 16 habitations californiennes et publiée en ligne dans la revue Environmental Science and Technology, souligne par ailleurs que, même après avoir été interdit progressivement à partir de 2004 aux Etats-Unis et en Europe, le Penta BDE continue de polluer les habitations via les objets domestiques achetés avant l’interdiction.

Une pétition a été lancée en Californie afin d’obtenir l’abolition de la norme TB117 et de demander des produits sans retardateurs de flamme

Le Figaro, 30/11

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/11/29/19499-alertes-etats-unis-sur-lesretardateurs-flamme

Alertes aux États-Unis sur lesretardateurs de flamme

Mots clés :toxicologie
Par figaro iconYves Miserey - le 29/11/2012
 
Omniprésents dans les plastiques et les textiles depuis les années 1970 pour éviter les risques d'incendie, les polybromodiphényléthers (PBDE) provoquent des retards chez les enfants fortement exposés.

Plusieurs études américaines publiées cette semaine remettent sur le tapis la problématique des retardateurs de flammes et des risques qu'ils présentent pour la santé humaine. Toutes ont en commun d'avoir été conduites en Californie. En effet, en 1975, cet État américain a mis en place une norme très stricte pour limiter les risques d'incendie dans les habitations connue sous le sigle TB117. Cette réglementation a amené les industriels à intégrer des polybromodiphényléthers (PBDE) dans la literie, les moquettes, les appareils électroniques, les vêtements, les poussettes…

Quand des études ont montré que certaines de ces molécules permettant d'ignifuger les plastiques et les textiles sont cancérigènes, neurotoxiques ou font partie des perturbateurs endocriniens, elles ont été interdites. Mais il était déjà trop tard: la Californie et les États-Unis, qui avaient suivi le mouvement, comptent aujourd'hui parmi les régions du monde les plus polluées par les PBDE. Les pays européens sont concernés, eux aussi. On retrouve des PBDE partout, car ils circulent sous forme de poussières: dans l'atmosphère, dans l'eau et dans la chaîne alimentaire, jusque dans les zones arctiques. Une fois ingérés ou inhalés, ils s'accumulent dans les graisses.

Il est difficile de se débarrasser des PBDE

L'ingestion de PBDE a des conséquences sur la santé. Les enfants exposés à de fortes concentrations de PBDE, comme c'est le cas dans la région de Monterey, n'ont pas un développement cérébral normal (Environmental Health Perspectives, en ligne). Une étude conduite par l'université de Californie à Berkeley auprès de plus de 270 femmes enceintes et 270 enfants âgés de 7 ans montre chez ces derniers un déficit d'attention et un manque de coordination des mouvements. «Cette étude est très importante car elle confirme des recherches montrant l'impact des retardateurs de flamme sur le développement cognitif», souligne sur le site Web de l'Académie des sciences américaine Heather Stapleton, de l'université Duke, une des meilleurs spécialistes américaines de la question.

Problème, il est difficile de se débarrasser des PBDE. Le Penta BDE qui a été progressivement banni aux États-Unis et en Europe à partir de 2004, continue aujourd'hui encore de circuler dans les poussières des habitations. C'est ce que révèle une étude conduite en 2011 dans seize habitations californiennes et publiée en ligne dans la revue Environmental Science and Technology. Présent dans les objets domestiques achetés avant l'interdiction, le PBDE est relargué au fil du temps quand la moquette et le vieux canapé se dégradent un peu plus chaque jour. Les scientifiques sont particulièrement préoccupés pour les jeunes enfants. Ce sont eux potentiellement les plus exposés car ils marchent souvent à quatre pattes et mettent les doigts à la bouche.

Une pétition lancée en Californie

Les retardateurs de flammes comportent un très grand nombre de molécules et les industriels ne donnent aucune information sur la composition de leurs produits. La même étude a révélé la présence de 102 PBDE ainsi que d'un «nouveau» retardateur de flamme. Il s'agit du TDCPP (Tris-phosphate) qui a été détecté dans 75 % des habitations californiennes étudiées. Cette molécule qui avait été utilisée dans les pyjamas pour enfants, avait été retirée à la fin les années 1970, compte tenu de sa toxicité. Les scientifiques s'étonnent de la retrouver aujourd'hui intégrée à beaucoup d'objets domestiques. En 2011, l'agence californienne de santé avait demandé à ce qu'elle soit classée comme cancérigène.

Une pétition a été lancée en Californie pour abolir la norme TB117 et demander des produits sans retardateurs de flamme. En effet, des études ont montré qu'ils dégagent des fumées très toxiques en cas d'incendie. Les militants les plus virulents n'hésitent pas à faire le parallèle entre les industriels du tabac dans le passé et ceux des retardateurs de flamme aujourd'hui.

LIRE AUSSI:

» Des produits chimiques dans des sièges auto

---------------

et aussi :

http://pubs.acs.org/action/doSearch?action=search&searchText=PBDE&qsSearchArea=searchText&type=within&publication=40025991

Environ. Sci. Technol., 2012, 46 (13), pp 7373–7381
Publication Date (Web): June 1, 2012 (Article)
DOI: 10.1021/es3003487
Factors Associated with Serum Polybrominated Diphenyl Ether (PBDE) Levels Among School-Age Children in the CHAMACOS Cohort 

Polybrominated diphenyl ethers (PBDEs) are a class of flame retardants historically used in textiles, furniture, and electronic products. Recent studies have documented widespread PBDE exposure to humans, with higher levels measured in children than adults. We analyzed 10 tri- to hepta-BDE congener levels in blood collected from 7-year old Mexican-American children living in an agriculture community in California (n = 272). The most frequently detected PBDE congeners in child serum were BDE-47, -99, -100, and -153, all of which were measured in >99% of the children. We used multiple linear regression models to examine associations between child total PBDE levels (ng/g lipid) and determinants of exposure. Factors positively associated with higher PBDE levels in the children were total PBDE levels in maternal serum during pregnancy, duration of exclusive breastfeeding, and having no safe places to play in their neighborhood. Child BMI was inversely associated with serum PBDE levels (regression p-values <0.05). Our findings confirm that exposure to the penta-BDE mixture is ongoing, and that Mexican-American children living in California may be experiencing higher PBDE exposure from their environment compared to children sampled from the general U.S. population. Additional research is needed to assess the health impacts of these exposures.

--------------

résumé :

Determinants of Serum Polybrominated Diphenyl Ether (PBDE) Levels among Pregnant Women in the CHAMACOS Cohort

Environ. Sci. Technol., 2011, 45 (15), pp 6553–6560
Publication Date (Web): July 13, 2011 (Article)
DOI: 10.1021/es104295m
 
Determinants of Serum Polybrominated Diphenyl Ether (PBDE) Levels among Pregnant Women in the CHAMACOS Cohort 

We measured levels of 10 polybrominated diphenyl ether (PBDE) congeners in serum collected during pregnancy and at delivery from 416 pregnant, predominantly immigrant, women living in Monterey County, CA. The most frequently detected congeners were BDE-47, -99, -100, and -153, all components of the penta mixture, detected in >97% of samples. We used multivariable regression models to examine factors associated with exposure to individual PBDE congeners as well as their total summed concentration (ng/g lipid). Prenatal and delivery total PBDE levels were correlated between sampling times (n = 21; Pearson r = 0.99, p < 0.001). In multivariable models, total PBDE levels increased significantly with time residing in the U.S. (p < 0.001) and among women with ≥3 pieces of stuffed furniture in their homes (p < 0.05). Women’s total PBDE levels increased 4.0% (95% CI = 2.8, 5.3) for each additional year residing in the U.S., after adjustment for prepregnancy BMI, weight gain during pregnancy, and SES. Having ≥3 pieces of stuffed furniture in the home was associated with a 26.8% (95% CI = 2.0, 57.5) increase in women’s serum PBDE levels. Findings suggest PBDE indoor contamination in California homes is contributing to human exposures in a population of recent immigrants.

Les commentaires sont fermés.