Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/01/2013

Requins et champs électriques

lu sur :

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/01/10/l-embryon-de-requin-etre-sensible_1815127_1650684.html

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

L'embryon de requin, être sensible

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | 10.01.2013 à 15h32 • Mis à jour le 10.01.2013 à 18h35 Par Hervé Morin - ZOOLOGIE

Pour éviter un requiem prématuré, les embryons de requin bénéficient semble-t-il d'un sens très particulier qui leur sert à échapper aux prédateurs - et qu'ils utiliseront, à l'inverse, une fois adulte, pour détecter leurs proies.

Ce sens, c'est l'électroréception, la capacité de capter les champs électriques émis par l'activité des êtres vivant alentour. Rien là de réellement mystérieux : tout mouvement musculaire se traduit par un influx électrique, comme celui enregistré à l'électrocardiogramme, produit par les battements du coeur.

L'électrocardiographe du requin s'appuie sur les ampoules de Lorenzini. Ces pores situés sur la face des squales, reliés à leur système nerveux, leur permettent de ressentir d'infimes variations de la tension électrique dans leur environnement. Le rôle de ces ampoules, décrites au XVIIe siècle par un savant italien, n'a été clairement compris que dans les années 1960.

Une étude australienne, publiée dans la revue PLoS One, le 9 janvier, suggère que ces capteurs pourraient être opérationnels très tôt chez le requin bambou (Chiloscyllium punctatum), avant même sa naissance. Ryan Kempster, Nathan Hart et Shaun Collin (université d'Australie de l'Ouest, Crawley) ont montré que, chez cette espèce ovipare, les embryons encore dans leur oeuf - une capsule de collagène libérée dans le milieu marin - se figent immédiatement lorsqu'ils sont mis en présence d'un faible champ électrique.

Pour mettre en évidence ce comportement, l'équipe australienne a suspendu tour à tour, dans un aquarium, onze embryons à divers stades de développement. La surface de l'oeuf qui les emprisonnait a été préalablement grattée pour qu'il soit possible d'observer leurs réactions lorsque des champs électriques de diverses intensités étaient appliqués.

MÉCANISME DE DÉFENSE PASSIVE

Au stade 34 (proche de l'éclosion), les chercheurs ont constaté que les embryons répondaient à ce stimulus par un arrêt immédiat des mouvements des branchies, suivi d'un rapide enroulement de la queue autour du corps. Cette immobilité était maintenue jusqu'à ce que l'animal soit contraint de respirer de nouveau, mais par des mouvements réduits de branchies. Ce comportement était aussi présent à des stades plus précoces, mais n'était induit que par les champs électriques les plus puissants. Comme si le système électroréceptif était encore en cours de maturation.

En outre, les réponses les plus marquées "correspondaient aux signaux respiratoires naturels produits par leurs prédateurs potentiels", notent les chercheurs australiens, qui y voient le signe qu'il s'agit bien d'un mécanisme de défense passive. Ils constatent aussi que, soumis à des stimulations répétées, les embryons finissent par perdre leur comportement réflexe. Comprendre les mécanismes de cette habituation "pourrait être utile dans le développement de systèmes électriques de protection contre les requins", concluent-ils.

"Ces travaux sont très intéressants, car l'électroréception reste mal connue, note Sylvie Mazan, biologiste à la station biologique de Roscoff. Les poissons qui servent classiquement de modèles animaux ne sont guère étudiés sous cet angle." Son équipe travaille sur le développement précoce des requins en s'appuyant sur la roussette, pour laquelle une structure d'élevage et de collecte des oeufs et des embryons a même été mise en place. Une alternative, comme le requin bambou, à l'"aristocratie des modèles animaux", la mouche, la souris ou le poulet...

Les commentaires sont fermés.