Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/01/2013

Dérogations pour la qualité de l'eau du robinet

lu sur :

http://www.lemonde.fr/sante/article/2013/01/21/la-qualite-de-l-eau-deroge-aux-seuils-sanitaires-dans-419-communes_1820014_1651302.html

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

La qualité de l'eau déroge aux seuils sanitaires dans 419 communes

LE MONDE | 21.01.2013 à 14h54 Par Martine Valo

eau:communes.png
















L'eau du robinet que nous buvons est-elle toujours d'une qualité irréprochable ? Manifestement pas. En France, lorsque l'eau potable subit une nette détérioration, sa consommation est interdite. Mais, si les teneurs en nitrates, arsenic, atrazine, glyphosate et autres polluants ne dépassent les normes acceptables pour la santé "que" dans une certaine limite, sa distribution peut rester autorisée par dérogation préfectorale sans que le consommateur n'en soit averti.

C'est la carte de ces dérogations (consultable sur le site www.prixdeleau.fr.) qu'ont rendu publique l'association 60 Millions de consommateurs et la Fondation Danielle-Mitterrand- France Libertés, vendredi 18 janvier. Elle a été réalisée à partir des données fournies par le ministère et les agences régionales de la santé.

A l'automne 2012, on dénombrait ainsi plus d'un millier de dérogations. Celles-ci sont accordées pour trois ans et peuvent être renouvelées deux fois, le temps pour le syndicat distributeur d'eau d'améliorer ses performances : 419 communes sont concernées.

"L'AMBITION DE FAIRE RÉAGIR LES USAGERS"

Ce recensement souligne quelques situations problématiques, notamment en Seine-et-Marne. Les auteurs s'interrogent aussi sur le cas de certains départements agricoles gros consommateurs de pesticides comme l'Oise, où aucune dérogation n'apparaît. La qualité de l'eau est-elle bien mesurée ? La carte montre par ailleurs que la Bretagne a redressé la situation : l'eau du robinet y est redevenue potable... au prix de la fermeture de plusieurs points de captage.

"Nous rendons accessibles ces données avec l'ambition de faire réagir les usagers, commente Emmanuel Poilâne, directeur de France Libertés. On doit de plus en plus traiter l'eau pour la rendre potable et les coûts grimpent. Le jour où l'ouest de la France devra s'alimenter dans le Massif central, on y arrivera plus !"

Ce travail, lancé à l'été 2012, se poursuivra en mars par la publication, d'analyses inédites qui prendront en compte de "l'effet cocktail" des microdoses de substances chimiques et des résidus médicamenteux.

Les commentaires sont fermés.