Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/04/2015

Alcool et Grossesse etc ...

lu dans la synthèse de presse de l'INSERM :

Alcoolisation fœtale : les troubles seraient sous-estimés

Dans son édition Science & MédecineLe Monde explique que « les troubles causés par l’alcoolisation fœtale (TCAF), c’est-à-dire l’ensemble des manifestations qui peuvent survenir après une exposition prénatale à l’alcool, demeurent un problème méconnu de santé publique ». En France, l’exposition prénatale à l’alcool provoque des troubles chez 8 000 nouveau-nés chaque année, « dont 800 avec la forme la plus spécifique, le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) », indique le journal. Selon Denis Lamblin, président de l’association SAF France, un « réel plan de prévention » doit être mis en place. Le Monde rappelle notamment les travaux de Valérie Mezger (CNRS) et Pierre Gressens (Inserm). Ces derniers ont montré, en 2014, chez la souris, que ces anomalies impliqueraient la modification par l’alcool des protéines HSF, mises en jeu dans les réponses au stress cellulaire.
 

Le Monde, édition Science & Médecine, 02/04

 

EN BREF

 
Dans son émission « Allô, Docteurs », France 5 s’est penchée hier sur les vaccins contenant des sels d’aluminium. Utilisés pour « renforcer la réponse immunitaire », ces derniers resteraient « présents pendant plusieurs années dans le corps ». Une persistance qui pourrait, selon Romain Gherardi, Unité Inserm U955, expliquer les symptômes de la myofasciite à macrophages (douleurs musculaires et articulaires, importante faiblesse musculaire, …). Dans cette unité, on a découvert que l’aluminium injecté à des souris pourrait migrer dans les ganglions lymphatiques, le foie, la rate mais aussi le cerveau.
 

 France 5, 01/04

Selon une étude américaine, publiée dans Nature Neuroscience et reprise par Le Monde, dans son édition Science & Médecine, il existerait un lien entre « niveau de revenu, surface du cerveau et capacités cognitives ». 1 099 individus âgés de 3 à 20 ans, « dont la morphologie du cerveau a été enregistrée par IRM », ont été « soumis à divers tests de mesure de l’intellect », explique le journal. Selon ces travaux : « Le revenu était logarithmiquement associé à l’étendue de la surface du cerveau ».
 

 Le Monde, édition Science & Médecine, 02/04

Les commentaires sont fermés.