Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/01/2015

Préserver l'unité architecturale dans les villes anciennes ...

 Nota Bene :

les personnes qui lisent les notes mises sur ce blog ont sans doute remarqué la présence d'un bandeau publicitaire dans le haut de l'écran. Cette publicité, mise par le MIDI LIBRE, n'existait pas auparavant ; elle est apparue il y a quelques jours. 

Il faut savoir que cette publicité est extrêmement gênante pour l'enregistrement des notes et ralentit considérablement leur mise en page. 

De plus, je suis par principe opposé à toute publicité.

J'envisage donc de trouver un autre hébergeur pour ce blog.

L'adresse vous en sera donnée en temps voulu.

 

... l'architecture contemporaine, basée exclusivement sur le coût et la facilité d'exécution avec les techniques et matériaux actuels (acier, béton, verre = surfaces planes, formes parallélélipédiques plus ou moins décorées) est-elle adaptée et vieillira-t-elle aussi bien que ce qui a été fait auparavant ?

à lire sur le NYT (pour voir les illustrations, aller à l'article original à l'aide du lien :

Charleston Is Torn Over New Buildings

Accustomed to basing its identity on its grand old buildings, the South Carolina city now finds it almost impossible to agree on how to build new ones as its economy and its population grow.

In Stately Old Charleston, the New Buildings on the Block Are Struggling to Fit In

 

By RICHARD FAUSSETJAN. 23, 2015

 

CHARLESTON, S.C. — The elegant buildings from different eras strut across Charleston’s downtown neighborhoods like notes on a major scale: the Gothic churches, the Greek Revival storefronts, the homes in vivid pastels exuding Queen Anne grace, Georgian symmetry and Italianate grandeur.

But these are days of bum notes and dissonance in historic Charleston, which is enjoying a robust economy and one of the most transformative regional population booms since the Civil War. Long accustomed to basing its reputation on the grandeur of its old buildings, the city now finds it almost impossible to agree on how to build new ones.

In recent months, traditionalists have blocked efforts to introduce contemporary architecture in the historic core, which was the first in the nation to be covered by a preservation ordinance.

Modernists are rolling their eyes at new buildings that copy traditional styles, arguing that they pervert a record of architectural progress long documented in mortar and stone.

Photo
 
Details of the Palmer House, left, and Victorian style architecture in Charleston's historic district.
Credit

Stephen Morton for The New York Times

 

And both sides agree that many of the buildings approved by the city’s Board of Architectural Review in recent years have been duds that tried, and failed, to have it both ways.

“Well, they’re just not beautiful,” Mayor Joseph P. Riley Jr., said of the new buildings in an interview at Charleston City Hall, which was completed in 1804 and is attributed to a local architect, Gabriel Manigault. “The materials, the execution — you don’t feel excellence there. They’re not special. You don’t walk by and say, ‘I’m glad that got built.’”

Such problems may seem trivial to the Detroits of the world, and reflect more universal tensions in the realms of architecture and historic preservation. But they are particularly acute in Charleston, where new arrivals and a diverse economy threaten to transform a merely beautiful metropolis into an economically important one.

The resurgence of greater Charleston as an economic power, with its bustling port and a proliferation of new manufacturing plants — led by the Boeing facility that produces the 787 Dreamliner airplane — has fueled a residential and commercial building boom. The population of the three-county metro area has grown 11 percent in the last five years, according to the Charleston Metro Chamber of Commerce.

At the same time, the essential $2.8 billion tourism sector lives or dies on the city’s ability to remain charming.

“Charleston is a city that looks back, and rarely does the city look forward, because so much of what the city is, is steeped in what it has been,” said Ray Huff, director of the Clemson Architecture Center here.

But with the new growth pressure, Mr. Huff said, “We can’t be the slow-paced, sleepy town that I grew up in anymore.”

No one is more aware of these realities than Mayor Riley, a slight, formal, bespectacled man who, in his nearly 40 years in office, has established himself as something of an aesthete-in-chief. Many here credit the mayor with wisely shepherding Charleston through its recent renaissance with an emphasis on the importance of shared public spaces.

In conversation, he is prone to speaking in the language of design, criticizing as extraneous the light-blocking louvers of one downtown building, while praising the “void-to-solid ratio” of another.

Mr. Riley, 72, has promised that this year will be his last in office, and in what many here view as a legacy move, he has prodded the city to hire Andrés Duany, a Miami-based architect and urban planner, to suggest changes to the city’s architectural review process.

“The question really is, how does a building enhance the city?” the mayor said. “How does it enhance the street?”

Charleston is a city of 128,000 people, but locals are quick to note that it was the fourth-largest port city in the Colonies in 1770, and many of its finest 18th- and 19th-century buildings were built with money from the trade of indigo, rice and slaves.

That sense of self-importance did not waver as other cities surpassed it. Indeed, it may have been bolstered after Charleston emerged from the 20th-century era of urban renewal with its historic core largely intact. The historic downtown neighborhoods have been further burnished by waves of wealthy newcomers who have lovingly restored many old homes — while sending real estate prices soaring.

Beyond the center, greater Charleston has its share of unremarkable suburban development. But aesthetics and the built environment remain central to the civic conversation.

On a recent afternoon, Robert Behre, the architecture columnist for The Post and Courier of Charleston, drove through downtown, pointing out newish anonymous buildings that could have been built in Atlanta or Orange County, Calif., the ungainly new government buildings, and the dull boxes dressed up with the occasional row of columns.

“It’s not blatantly bad,” he said. “It’s just kind of meh.”

New buildings proposed for the historic district must be approved by the Board of Architectural Review, but it does not dictate a specific architectural style. Critics of newer buildings offer a range of theories as to why they fail to impress, from the need to build in hurricane- and earthquake-resistant features that eat up construction budgets, to the suspicion that builders prefer to submit the designs that are least likely to provoke or offend.

The hiring of Mr. Duany, who could not be reached for comment for this article, has only stirred more controversy. He is a leading proponent of the New Urbanism, the idea that neighborhoods should be dense and walkable. His best-known project, the planned community of Seaside, Fla., was the backdrop for the 1998 film “The Truman Show.” And unfairly or not, there is a lingering concern among critics here that Mr. Duany will impose a movie-set uniformity in Charleston.

“That’s what gives me great pause in a city like Charleston, because the city is so diverse, and presents so many eras and fashions,” said Whitney Powers, a local architect.

In November, the Clemson Architecture Center, an outpost of the upstate university, withdrew plans for an ultramodern building in the heart of the historic district designed by the contemporary architect Brad Cloepfil.

Preservation and neighborhood groups sued to stop it on procedural grounds. But the opposition was also driven, in part, by a philosophical aversion to contemporary architecture in the city core: Harry B. Limehouse III, a Republican state representative, likened the concrete, glass and aluminum design to a sardine can.

The city, meanwhile, is nearing completion of a $142 million renovation of an auditorium and office building called the Gaillard Center that is heavy on limestone and neo-Classical columns.

“It’s going to be beautiful, cherished and loved 100 years from now,” Mayor Riley said.

 

The mayor is among those who believe that contemporary architecture also has its place in Charleston — he noted that a planned International African American Museum would have a contemporary design — but he is aware that he has constituents who are still wary of advances in architecture from about 1919 on.

Among them is Reid Burgess, a designer of traditional houses. The Clemson building, Mr. Burgess argued, was a “parasite” that took advantage of its location to draw attention.

For the Gaillard, Mr. Burgess had nothing but praise. Even if it eventually goes to seed, he said, “It’ll look like a beautiful ruin.”

 

20/07/2012

Histoire de dessous

lu sur :

http://www.lepoint.fr/societe/on-a-retrouve-l-ancetre-du-soutien-gorge-20-07-2012-1487586_23.php

On a retrouvé l'ancêtre du soutien-gorge !

Le Point.fr - Publié le 20/07/2012 à 13:49 - Modifié le 20/07/2012 à 14:19

Le Point.fr - Publié le 20/07/2012 à 13:49 - Modifié le 20/07/2012 à 14:19 

Des chercheurs viennent de mettre au jour de la lingerie vieille de 600 ans. Cette découverte bouleverse les connaissances historiques. 

Voilà une trouvaille qui chamboule le monde de la lingerie : le soutien-gorge n'est pas une invention moderne. Des archéologues de l'université d'Innsbruck en Autriche ont annoncé qu'ils avaient retrouvé dans le château de Lengberg quatre soutiens-gorge datant du Moyen Âge.

Les historiens de la mode s'accordaient généralement pour affirmer que l'apparition de ce sous-vêtement remontait à l'abandon du corset, il y a plus de 100 ans. Si le prototype a été breveté en 1859 à New York, l'appellation "soutien-gorge" apparaît en 1904 dans le dictionnaire Larousse et en 1912, sous le nom de "brassière", dans l'Oxford. Le diminutif "bra" ne commencera à être utilisé dans les pays anglophones qu'au cours des années 1930.

Mais il est donc désormais certain que le soutien-gorge a précédé le corset dans l'histoire de la lingerie féminine. Un des spécimens a en particulier retenu l'attention des spécialistes : il "ressemble exactement à un soutien-gorge moderne", explique Hilary Davidson, conservatrice de la mode du London Museum, au Daily Mail. "C'est une découverte étonnante", précise-t-elle.

Bouleversement historique

Les sous-vêtements ont été retrouvés parmi plus de 2 700 fragments textiles dans une voûte sous le plancher d'une chambre au deuxième étage du château, un lieu suffisamment sec pour éviter leur dégradation. Quatre de ces pièces en lin ressemblent à des soutiens-gorge modernes, avec des bonnets séparés, et l'un d'eux en particulier ressemble beaucoup à ce qui se fait aujourd'hui, avec deux larges bretelles pour les épaules et peut-être une ceinture dans le dos, non conservée, mais dont les bords partiellement déchirés sont visibles.

Autre ressemblance avec l'époque moderne, la lingerie n'était pas uniquement à vocation fonctionnelle. Elle était très finement décorée de dentelle et autres ornementations, dont la vocation était manifestement de plaire. Un autre sous-vêtement de lin trouvé ressemble fortement à un caleçon pour homme, car les femmes au Moyen Âge ne portaient que des jupons ouverts sous leur robe. "Les culottes étaient considérées comme une marque de la dominance et de la puissance masculines", explique Beatrix Nutz de l'université d'Innsbruck. Des dessins médiévaux montrent souvent un homme et une femme s'en disputer la possession dans un combat symbolique pour savoir qui, littéralement, allait porter la culotte...

La découverte ne date pas, en réalité, de cette année. L'équipe de Beatrix Nutz a, en fait, mis au jour ces sous-vêtements en 2008, mais il a fallu un certain temps pour que les recherches et la datation au carbone 14 apportent des réponses. Si Beatrix Nutz a donné une conférence l'année dernière, le retentissement n'a pas dépassé le milieu universitaire, jusqu'à l'article du BBC History Magazine paru ce mois-ci. On connaissait déjà, par la peinture, les façons de s'habiller de l'époque. Mais on ne savait rien sur les dessous. Cette trouvaille vient combler un manque. 

25/04/2012

Blog "Équateur: Archéologie et Diplomatie"

communiqué :     

Mesdames, Messieurs:

      Nous vous invitons à visiter la première actualisation de notre blog "Équateur: Archéologie et Diplomatie", qui comprend des contributions en français et en espagnol, ainsi que la création d'une bibiliothèque virtuelle de plus de 80 ouvrages équatoriens.

      Nous vous attendons sur  http://www.arqueologia-diplomacia-ecuador.blogspot.com/

      Bonne lectureet d’avance merci pour sa diffusion!

Claude et Catherine Lara

18/02/2012

J'adore ce récit de pompes funèbres !

lu sur :

http://www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/1899-une-fellation-presidentielle-a-l-elysee-16-02-2012-1431920_494.php

1899 : une fellation présidentielle à l'Élysée

Le Point.fr - Publié le 16/02/2012 à 00:05 - Modifié le 16/02/2012 à 14:00

Félix Faure ne résiste pas à la petite gâterie offerte par sa maîtresse dans le salon bleu du palais de l'Élysée. 

Félix Faure, président de la République depuis quatre ans, fait honneur à la patrie. Comme tout bon Français de sexe mâle, il a pris une maîtresse. Elle s'appelle Marguerite Steinheil, elle a 26 ans et, en bonne Parisienne, change d'amant comme de chapeau. Son mari, le peintre Steinheil, qui poursuit ses propres amours, ne trouve rien à y redire. Au contraire même, la nouvelle relation de son épouse lui vaut plusieurs commandes officielles. La fonction du bon Félix Faure étant stressante, il a pris l'habitude de faire venir Mme S. au palais de l'Élysée à chaque fois qu'il a besoin d'une séance de relaxation. Le matin du 16 février 1899, il lui fait savoir qu'il la recevra avec plaisir à 17 heures, après ses dernières obligations. Quelques minutes avant qu'elle ne soit introduite, dans le salon bleu, bien sûr, il avale un excitant pour raffermir sa chair pendouillante. À 56 ans... Elle arrive, enfin. Belle, vive. Il n'y a pas de temps à perdre. Elle ouvre son corsage pour lui offrir une magnifique poitrine qui ne doit rien à une prothèse mammaire PIP.

Connaissant la chanson, elle entame les préliminaires ; soudain, elle sent la main de son amant se crisper sur sa tête. Elle s'apprête à interrompre sa prestation quand il se met à crier : "J'étouffe ! J'étouffe ! Je n'y vois plus." Elle se relève, s'affole, sonne les domestiques et s'enfuit par un escalier dérobé sans même prendre le temps de se rhabiller entièrement. Parvenue dans la rue de Marigny, elle hèle un fiacre, le torse encore nu sous sa jaquette. Pendant ce temps, les domestiques de l'Élysée découvrent le président allongé sur le divan, en pleine crise. Le médecin qui accourt est impuissant à le sauver. Vers 10 heures, il meurt d'une congestion cérébrale, comme on dit à l'époque. Lorsque le prêtre mandé pour lui administrer les derniers sacrements se présente, quelques heures plus tard, il demande à un garde du palais : "Le président a-t-il encore sa connaissance ?", s'attirant la réponse mythique : "Non, elle vient de s'enfuir par l'escalier de service."

La nouvelle de la mort de Félix Faure se répand rapidement. Le Journal du peuple écrit qu'il est mort d'avoir trop "sacrifié à Vénus". Tout Paris comprend l'allusion. Les journalistes, apprenant que le président est mort durant une fellation prodiguée par sa maîtresse Mme S., surnomment celle-ci "la Pompe funèbre". Le sobriquet fait fureur. Cette réputation attire même à la belle de nouveaux amants, parmi lesquels Aristide Briand et le roi du Cambodge.

La fin de Marguerite est moins glorieuse que son entrée dans le monde. Le 30 mai 1908, elle est retrouvée ligotée et bâillonnée dans son lit. Son époux a été étranglé et sa mère est morte d'une crise cardiaque. Soupçonnée d'être l'instigatrice du crime de son mari, elle est cependant acquittée. Elle épousera ultérieurement un baron anglais et s'éteindra à 85 ans, on ne l'invente pas... dans le Sussex.

18/10/2011

Un musée militaire désarmant

lu sur :

http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/10/17/un-musee-militaire-desarmant_1589053_3214.html

Un musée militaire désarmant

Dresde, détruite par un bombardement en 1945, a inauguré un musée de l'armée dont on peut dire qu'il n'est pas franchement un outil de propagande à la gloire de la chose militaire.

Grâce notamment à la Frauenkirche restaurée, au chef-d'oeuvre de l'art baroque qu'est le musée du Zwinger et à l'opéra construit par Semper, Dresde ne manquait déjà pas d'atouts pour attirer les touristes. Depuis samedi 15 octobre, la "Florence de l'Elbe" possède une nouvelle corde à son arc : le musée de la Bundeswehr, l'armée allemande.

Si la Grande-Bretagne et la France peuvent se permettre d'avoir un musée vantant les mérites de leurs armées (encore que...), le nazisme interdit à l'Allemagne d'en faire autant. De fait, le moins que l'on puisse dire est que le musée qui vient d'ouvrir ses portes n'est pas franchement un outil de propagande à la gloire de la chose militaire.

Comment pourrait-il en être autrement ? Le lieu même l'interdit. Bombardée le 13 février 1945 par les forces britanniques et américaines, Dresde est devenue un symbole de l'absurdité et de la cruauté de la guerre. En quelques heures, 3 000 tonnes de bombes y tuèrent environ 35 000 personnes. Pour l'exemple. Pour achever de démoraliser les Allemands et précipiter la chute du régime nazi.

Le choix de l'architecte retenu il y a une dizaine d'années pour transformer en musée l'arsenal construit à la fin du XIXe siècle ne laissait pas non plus place au doute. Né en 1946 dans une famille juive polonaise, Daniel Libeskind est célèbre en Allemagne pour avoir conçu le bouleversant musée juif de Berlin. A Dresde, l'architecte a rompu l'harmonie classique du bâtiment existant en y enfonçant un "coin", un immense triangle de verre et d'acier de près de 30 mètres de haut dont la pointe la plus élevée attire le regard vers le ciel, là où les bombardiers lâchaient leur cargaison. "Mon intention n'était pas de préserver la façade du musée et de simplement ajouter par-derrière une extension invisible. Je voulais créer une césure audacieuse, une dislocation fondamentale. Pénétrer l'arsenal historique et créer une nouvelle expérience. L'architecture va engager le public à réfléchir sur la question fondamentale de la violence organisée et sur l'imbrication de l'histoire militaire et du destin d'une ville", explique l'architecte.

Le contenu de l'exposition suit cette logique. Loin de n'être consacré qu'à la guerre, le musée entend proposer une vision anthropologique de la violence. Ses 10 000 m2 et plus de 10 000 objets exposés peuvent se résumer à l'installation vidéo de l'artiste Charles Sandison. Projetée dès l'entrée du musée, celle-ci bombarde le visiteur de deux mots : "amour" et "haine". Et non pas "guerre" et "paix". Passé ce mur d'images, le visiteur a le choix : suivre dans l'ancien bâtiment un parcours chronologique classique - l'armée des origines à nos jours - ou dans le "coin Libeskind" onze parcours thématiques dont les intitulés suffisent à décrire l'originalité : "Guerre et mémoire", "Politique et violence", "L'armée et la mode", "La guerre et les jeux", "Armée et langage", "Armée et musique", "La formation des corps", "L'animal et l'armée", "La guerre et la souffrance", "L'armée et la technologie", "Protection et destruction". Des missiles balistiques, un mouton à trois pattes, victime d'une mine alors qu'il servait d'éclaireur à un régiment, la carcasse d'un véhicule militaire allemand attaqué en Afghanistan en 2004..., le musée multiplie la présentation d'objets (et de documents) qui font froid dans le dos.

L'architecture de Daniel Libeskind offre une hauteur sous plafond qui permet d'exposer des objets bien trop grands pour un musée traditionnel, comme un missile V2 conçu par les nazis, un hélicoptère Alouette ou un ensemble de 23 bombes et missiles qui semblent s'abattre sur les visiteurs. Les objets spectaculaires ne sont pas toujours les plus effrayants. En témoignent ce livre pour enfants intitulé Les Champignons vénéneux, assimilant les juifs à de véritables poisons, cette boîte de pilules permettant aux soldats de se tenir éveillés plusieurs dizaines d'heures d'affilée ou encore ce petit film montrant les effets d'un gaz de combat testé sur un chat enfermé dans une boîte transparente.

Bref, bien que les organisateurs s'en défendent et que sept militaires fassent partie du comité scientifique, difficile de ne pas qualifier cette exposition d'antiguerre. Pas à une provocation près, les responsables ont prévu d'ouvrir en 2013 une exposition temporaire sur le thème "Armée et sexualité".

Encore marqués par le refus de Berlin de participer aux opérations de l'OTAN en Libye, les Occidentaux verront dans ce musée une manifestation supplémentaire du pacifisme allemand. Cela ne correspond pourtant qu'à une partie de la réalité. Non seulement la Bundeswehr est très engagée dans certaines opérations de l'OTAN, notamment en Afghanistan, mais, discrètement, son industrie de la défense est en train de tailler des croupières à ses rivales, notamment la française.

Fin juin, le gouvernement a ainsi pris la décision très contestée de livrer plus de 200 chars à l'Arabie saoudite, rompant avec une politique consistant à ne pas livrer d'armes dans une région en guerre. Et quelques jours avant l'inauguration du Musée de Dresde, l'armée de l'air prenait livraison d'un premier drone d'EADS, un bijou de technologie d'1,3 milliard d'euros capable de voler 40 heures d'affilée à plus de 20 000 mètres d'altitude. Nous voilà rassurés : à l'avenir, le musée aura toujours de quoi épater les visiteurs.

lemaître@lemonde.fr
Frédéric Lemaître
 

28/07/2011

Aujourd'hui, j'ai appris quelque chose :

Le « Wilhelm scream » : ce « Arrgh ! » dont le cinéma raffole

 

Cri Wilhelm - Wikipédia

09:19 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

21/07/2011

Habla usted portunhol ?

lu sur :

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2011/07/20/la-langue-de-la-triple-frontiere_1550839_3222.html

La langue de la triple frontière

Le "portugnol" combine les deux langues en toute liberté : un article espagnol précède un nom portugais, un verbe portugais détermine un complément espagnol.

.

Lettre d'Amérique du Sud | LEMONDE | 20.07.11 | 14h39   •  Mis à jour le 20.07.11 | 14h45

 

Son nom - le "portunhol" - ("portugnol", en version française) - résume son identité : un langage hybride empruntant aux deux grandes soeurs, le portugais et l'espagnol, qui règnent à peu près également sur les populations d'Amérique du Sud.

Commerce, voyages, tourisme obligent : le portugnol est en vogue dans le sous-continent. Il multiplie les adeptes, qu'il séduit à sa manière - spontané, chaleureux, créatif.

Il ne prétend pas être une langue à part entière. Mais le rabaisser à l'état de sabir serait trop dédaigneux. C'est un dialecte sauvage qui s'invente chaque jour au gré des rencontres, de la volonté d'échange et du désir de communiquer.

Le portugnol a vu le jour au fil du temps, comme un outil dont on use entre peuples voisins de bon aloi, dans la région baptisée "de la triple frontière" (Argentine, Brésil, Paraguay), autour des célèbres chutes d'Iguaçu. Une "langue de confluence", disent les experts, enfant naturelle de la géographie et du négoce, pimentée de guarani - la vieille langue amérindienne - et d'un peu d'anglais.

Plus au sud, aux confins de l'Uruguay et du Brésil, on l'appelle fort justement "fronterizo", là où se touchent deux villes jumelles, Rivera d'un côté, Santana do Livramento de l'autre, qui le pratiquent de longue date. Ce "riverense portunhol" a pris ici sa forme la plus structurée, au point de nourrir le travail minutieux des linguistes, tableaux descriptifs à l'appui.

Au-delà des contingences frontalières, le portugnol répond à l'envie de comprendre et de se faire comprendre, chez tous ceux qui ne peuvent ou ne veulent apprendre la langue de l'autre. Chacun fait semblant d'en être familier, tout en ne connaissant d'elle que ce qui la différencie très sommairement de sa propre langue.

Dans ce simulacre un rien prétentieux, fruit d'une quête inaccomplie du bilinguisme, le portugnol a trouvé son destin. Il doit évidemment sa bonne fortune à ses deux matrices latines, si cousines par leurs syntaxes, leurs grammaires et leurs vocabulaires, qu'elles s'entremêlent et s'hybrident sans effort.

Avec son orthographe fantaisiste, son lexique accueillant et sa richesse phonétique, le portugnol est un langage primesautier qui, fier de sa liberté, innove et s'improvise dans la bouche de ses locuteurs les plus divers : hommes d'affaires, touristes, commerçants, chauffeurs de taxi, petits vendeurs, et jusqu'aux stars du foot latino, champions sans frontières.

Il combine les deux langues en toute liberté : un article espagnol précède un nom portugais, un verbe portugais détermine un complément espagnol. Pour s'exprimer en portugnol "classique", un hispanisant commence par remplacer ses "b" par des "v", ses "lo" par des "o", etc. Il se familiarise avec les voyelles nasales, inexistantes dans sa langue.

Né dans la rue, le portugnol a engendré un petit mouvement littéraire qui aurait ravi un Kafka ou un Joyce, attentifs aux "langues mineures". L'oeuvre fondatrice, un roman du Brésilien Wilson Bueno (1949-2010), date de 1992. Elle s'intitule Mar Paraguayo ("Mer au Paraguay").

Ce livre, observe le philologue américain John Lipski, est un récit fait pour "être lu à haute voix, aisément compréhensible par quiconque maîtrise le portugais ou l'espagnol". Dans la préface, le sociologue argentin Nestor Perlongher souligne : "L'effet du portunhol, avec ses caprices et ses écarts, est immédiatement poétique. Il y a entre les deux langues, un vacillement, une tension et une oscillation permanents - l'une est "l'erreur" de l'autre - où tout devient possible et improbable."

Wilson Bueno a fait des émules. Le poète brésilien Douglas Diegues, 45 ans, a écrit plusieurs livres en portugnol dont un recueil de sonnets, et fondé une maison d'édition, Yiyi Jambo, qui diffuse son langage favori. D'autres écrivains brésiliens l'accompagnent dans cette entreprise de divulgation, comme Xico Sa ou Joca Terron. Tous privilégient l'aspect ludique et surréaliste de leurs créations littéraires.

Internet a donné un immense élan au portugnol. Des centaines de sites, en majorité brésiliens, lui sont voués, sur lesquels des écrivains en herbe postent leur prose ou leurs vers. Des poèmes, des hymnes, des chansons fleurissent en portugnol sur le réseau mondial. Une journée internationale le célèbre chaque dernier vendredi d'octobre.

Ses adeptes ont leur drapeau, à l'effigie de la chanteuse de samba luso-brésilienne Carmen Miranda (1909-1955). Leur glorieuse marraine, disent-ils, est connue pour avoir propagé, notamment aux Etats-Unis, "un parfait portugnol".

Ils ont tenu leur premier congrès en septembre 2009 à Rio de Janeiro. L'artiste uruguayen Diego de los Campos y a présenté sa "machine à parler portugnol", qui débite en permanence des mots portugais et espagnols, mélangés et remixés pour "reproduire la confusion linguistique" régnant sur la "triple frontière". Objectif atteint, selon les témoins.

Le portugnol a aussi quelques ennemis au Brésil, qui déplorent la "prostitution" de leur langue, ou craignent qu'elle soit victime d'un "effet de succion" par l'espagnol. Ils recommandent qu'on développe plutôt le bilinguisme à l'école.

Quant à l'auteur de ces lignes, dont c'est ici l'ultime "Lettre d'Amérique du Sud", il préfère dire "au revoir !" à ses lecteurs dans les deux langues "régionales" : "hasta luego !" et "até logo !".

langellier@lemonde.fr           Jean-Pierre Langellier

08/07/2009

ARLES : festival photo jusqu'au 13 septembre

lu sur :

http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/07/07/les-images-de-brian-griffin-presentent-le-monde-du-travail-comme-un-univers-de-fiction_1216265_3246.html#ens_id=1214109

 

Critique

Les images de Brian Griffin présentent le monde du travail comme un univers de fiction

LE MONDE | 07.07.09 | 15h55  •  Mis à jour le 07.07.09 | 15h55

ARLES (BOUCHES-DU-RHÔNE) ENVOYÉE SPÉCIALE

 

Non, le monde de l'entreprise n'est pas aussi morne qu'il y paraît. Cachés sous l'uniformité des costumes gris et des bleus de travail, des tragédies se jouent, des drames se nouent. C'est ce que dévoilent les photographies de Brian Griffin : ce Britannique est exposé aux Rencontres de la photographie d'Arles, organisées jusqu'au 13 septembre. Le plus ancien festival de photo du monde fête ses 40 ans et change de président : à partir de 2010, François Barré sera remplacé par Jean-Noël Jeanneney, ancien président de la Bibliothèque nationale de France. Parmi les soixante-six expositions présentées, les images de Brian Griffin méritent qu'on s'y arrête pour leur originalité et leur fraîcheur.

Le reste de la sélection est rassembleuse : plutôt que les découvertes, le festival privilégie surtout le passé, en jetant un regard rétrospectif sur une longue histoire faite de "rencontres" et de "ruptures". Or les pionniers d'autrefois sont devenus des classiques : tels l'éditeur défricheur Robert Delpire, le fondateur du festival d'Arles Lucien Clergue, couronné photographe académicien, ou l'humaniste Willy Ronis, salué par une rétrospective.

Même les révolutions ont été digérées. L'Américaine Nan Goldin avait fait arriver le scandale à Arles en 1987 avec un journal intime photographique touchant, La Ballade de la dépendance sexuelle (Le Monde daté 5-6 juillet). Invitée à établir sa programmation, elle est revenue cette année entourée de ceux qui partagent son goût pour l'introspection impudique. Mais JH Engström, qui expose le double placenta de sa femme, ou Leigh Ledare, avec les ébats sexuels incestueux de sa mère, font à peine lever le sourcil des festivaliers. La seule exposition qui retourne les tripes, finalement, est un document historique : on y voit des lynchages de Noirs dans le Sud des Etats-Unis. A une époque pas si lointaine, ces images insoutenables étaient éditées en cartes postales et collectionnées comme des trophées de chasse.

Dans l'oeuvre de Brian Griffin, au contraire, il n'y a ni sexe ni sang. Ce Britannique volubile et décontracté s'est spécialisé dans un sujet "ennuyeux au possible" : le monde du travail. Mais il le photographie de façon inattendue, comme un univers de fiction. Dans Team, sa série sur la construction du tunnel sous la Manche réalisée pour la compagnie de chemin de fer britannique LCR, on découvre des ouvriers transformés en statues grandioses, quand les dirigeants américains tout raides en costume sombre semblent fomenter un complot. "Je dirige mes personnages comme des acteurs, explique Brian Griffin. Je les manipule afin de faire naître des histoires. J'aime bien travailler avec un homme en costume, c'est comme faire du nu. C'est neutre, on ne le voit pas."

Au départ, Brian Griffin n'avait pas du tout prévu de photographier le monde des bureaux. "Au contraire, je voulais en sortir ! Je pensais que la photo serait une échappatoire... je voulais devenir photographe de mode, mais j'ai commencé à Management Today dans les années 1970. Cela m'a forcé à regarder et à inventer." L'arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher, en 1979, marque un tournant. "A l'époque, je photographiais surtout les rock-stars... mais tout à coup le monde des affaires est devenu sexy. Et tout le monde a fait appel à moi ! Certains responsables de la communication étaient très audacieux." Même si le résultat les déstabilise. "Mes commanditaires aiment rarement les images que je leur livre, soupire-t-il. Et en Grande-Bretagne personne ne s'intéresse à la photographie. Les photos de Team n'ont même pas été exposées dans la gare."

 

LUMIÈRE ARTIFICIELLE

Pour composer ses images surprenantes, Brian Griffin pioche dans toutes les disciplines : le cinéma, la photo de mode, la peinture - expressionnisme allemand, surréalisme et même... réalisme soviétique. Dans Team, les ouvriers sont photographiés individuellement, en contre-plongée, le regard lancé vers un avenir meilleur. Le résultat est assez ambigu : est-on encore dans le documentaire ? Le photographe est-il moqueur, admiratif ? "Je n'ai pas de sous-entendu politique, dit-il, mais j'ai du respect pour le travail manuel. Je suis issu d'un milieu ouvrier et j'ai vu mes parents se faire maltraiter à l'usine. Du coup j'essaie de faire des travailleurs des stars." Il y a d'ailleurs un côté cinématographique dans ses images : pour Team, Brian Griffin a installé un studio sur un parking, pour éclairer les modèles avec de la lumière artificielle.

Avec son projet The Water People, lui aussi exposé à Arles, le photographe est allé encore plus loin, quittant la réalité pour de bon : à partir d'une commande pour Reykjavik Energy, il a inventé des lieux surnaturels, une planète lointaine peuplée d'hommes et de femmes étranges aux yeux de poisson. La compagnie islandaise a pourtant utilisé les images pour ses documents institutionnels.

"Team", "The Water People" et une rétrospective projetée, de Brian Griffin, Atelier de maintenance, parc des ateliers, Arles. Rencontres de la photographie d'Arles, 66 expositions, jusqu'au 13 septembre. De 5 € à 7 € ; forfait toutes expositions 35 €. Catalogue 556 p., 44 euros. Sur Internet : www.rencontres-arles.com.

 

Claire Guillot

Article paru dans l'édition du 08.07.09

 

voir aussi :

http://www.lemonde.fr/culture/portfolio/2009/07/03/arles-40-ans-de-d-histoires-photographiques_1212921_3246.html#ens_id=1214109

 

et aussi :

lu sur :

http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/07/04/nan-goldin-le-miracle-devrait-se-reproduire-a-arles_1215270_3246.html#ens_id=1214109

Nan Goldin, le miracle devrait se reproduire à Arles

LE MONDE | 04.07.09 | 15h22  •  Mis à jour le 07.07.09 | 12h25

 

En cette soirée de début juillet 1987, les 3 000 personnes assises dans le Théâtre antique d'Arles ont le bonheur ou l'effroi - c'est selon - de découvrir, sur grand écran, une projection de photos avec musique comme ils n'en ont jamais vu. Le titre intrigue : The Ballad of Sexual Dependency. La ballade de la dépendance sexuelle.

Son auteur a pour nom Nan Goldin, ce qui ne dit pas grand-chose au public. C'est la première fois que cette Américaine qui a alors 35 ans montre ses photos en France. Sa projection, elle la trimballe avec elle depuis 1978, dans les bars enfumés, les cinémas minables, des lieux alternatifs de New York.

Vingt-deux ans après, le 11 juillet, ce diaporama en musique sera redonné dans le même lieu, toujours dans le cadre des Rencontres photographiques d'Arles. Et ce sera une toute autre histoire. Car Nan Goldin est devenue une des rares stars de la photo au monde. Et cette ballade sexuelle, si elle a en partie fait son malheur dans la vie, a fait son triomphe dans l'art.

Il faut imaginer le choc. Arles est le temple de la belle image. Et là, individuellement, les photos en couleur ne sont pas terribles. Ce sont des instantanés, avec un côté amateur, sauf que les sujets ne sont pas ceux qui animent les soirées diapos de papa. On voit bien que l'auteur a plus important à faire qu'à soigner son cadrage.

Ce qui défile sur l'écran, c'est la vie de Nan Goldin. Il y a beaucoup à raconter quand on quitte la maison à 14 ans, mais ce n'est pas toujours beau à voir. Sa jeunesse, ses amis, ses amours, ses douleurs. Sa famille qu'elle retrouve. La drogue, la violence, l'alcool, et beaucoup d'amour aussi. Le milieu homosexuel, le sida qui frappe nombre de ses amis.

Des autoportraits rythment la projection. Certains sont magnifiques d'apaisement, mettent en valeur sa chevelure bouclée et rousse, son visage fragile, son corps désirable. D'autres sont plus durs. Jusqu'à ce portrait qui saisit d'effroi le théâtre antique en plein été : Nan Goldin le visage ensanglanté par les coups de son amant.

Sur une autre photo, dominée par cette couleur ambrée et chaude qui est sa marque, Nan Goldin est couchée sur un lit alors que son amant, le corps massif et nu, fume une cigarette en l'ignorant. On se demande qui a pris la photo, si elle déclenche à distance, confie l'appareil à quelqu'un. Nan Goldin invente le journal intime en images. Elle parle d'elle mais elle évoque aussi une époque, une communauté marginale qui brûle sa vie dans les années 1970 et 1980 - la majorité des gens qu'on voit sur l'écran sont morts aujourd'hui. C'est aussi une oeuvre sur la guerre entre les hommes et les femmes.

S'il n'y a pas de paroles dans ce diaporama, on a pourtant l'impression d'assister à un film. Que Nan Goldin nous raconte une histoire qu'elle ne peut pas dire avec des mots. C'est dû au rythme, à l'ordre des photos. Mais aussi beaucoup à la musique. Là encore on n'a jamais entendu une musique qui fait autant vibrer les photos. Des chansons d'amour et de sexe Tu t'laisses aller, d'Aznavour, Fais-moi mal, Johnny, Johnny, de Boris Vian, James Brown, la Callas, Eartha Kitt, Nico... On comprend alors ce terme musical de ballade, qui joue sur la musique, le récit, le souvenir, les chemins de traverse.

A un moment, alors que le temps file vite tant nous sommes pris par la projection, un incident survient. A cette époque, la photo est argentique, ce sont des diapositives qui sont projetées. Tout à coup, les photos sautent hors de leur boîtier. Les techniciens n'arrivent pas à réparer. Le théâtre antique gronde, la projection est suspendue. Nan Goldin est blême.

 

ALLER BOIRE UN VERRE

François Hébel, le directeur du festival - c'est encore lui qui fait revenir Nan Goldin cette année - propose au public d'aller boire un verre sur la place du Forum, le temps de réparer. Vers minuit trente, le public revient. A la fin, l'ovation l'emporte sur les sifflets.

Cette projection arlésienne de 1987 est historique. Car c'est à ce moment, en ce lieu magique, qu'elle trouve son format quasi définitif : 45 minutes (contre 1 h 30 au début), plus de 700 images montées à l'avance alors qu'elle les projetait à la main, comme une performance. Chaque photo défile toutes les trois secondes sur un écran unique et carré. C'est aussi à partir d'Arles que cette projection en musique, support alors jugé ringard, va se répandre dans le monde de l'art contemporain.

La ballade est l'oeuvre de sa vie pour Nan Goldin, qui l'a présentée des centaines de fois, dans des musées et galeries du monde entier. Le sujet existe aussi en livre, dès 1986 (Aperture), mais il est bien plus fort sur le mur avec la musique. A Arles, cette année, le changement vient justement de la musique. Le groupe anglais Tiger Lillies jouera en direct, en regardant les images défiler, et en essayant de les suivre. Cette performance a déjà été donnée à la Tate Modern de Londres, il y a un an. Ceux qui seront dans le Théâtre antique auront de la chance.

 

Nan Goldin, "Invitée spéciale" aux Rencontres d'Arles 2009.

Projection de "The Ballad of Sexual Dependency" avec Tiger Lillies, Théâtre antique, samedi 11 juillet, 22 h 15.

L'exposition "Soeurs, Saintes et Sibylles" et la collection de photos sont à voir à l'Eglise des Frères Prêcheurs. Ses invités sont exposés à l'Atelier de mécanique. Du 7 juillet au 13 septembre. Rencontres d'Arles. Tél. : 04-90-96-76-06.

Michel Guerrin

Article paru dans l'édition du 05.07.09

15:41 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : culture

07/05/2009

"Vous pouvez profiter du bon air après avoir uriné de manière civilisée"

lu sur : http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-39232396@7-37,0.html

Un amoureux des mots se bat pour sauver le "chinglish"

AFP 07.05.09 | 12h10

Les autorités chinoises le considèrent comme un anglais truffé de barbarismes destiné à être éradiqué, mais pour l'Allemand Oliver Radtke, le "chinglish" est surtout une langue à préserver.

La première rencontre de ce producteur multimédia avec ce langague -- né de la fusion entre deux des langues les plus parlées au monde, le chinois et l'anglais -- remonte à 2000, dans un taxi de Shanghai.

Un écriteau conseillait: "Don't forget to carry your thing" ("N'oubliez pas de porter votre chose").

Depuis, il est devenu l'un des plus grands défenseurs du "chinglish", ayant même écrit un livre référence sur le phénomène, où il présente de nombreux exemples tirés de menus de restaurants, panneaux dans la rue ou enseignes de magasins. Il dispose aussi d'un blog spécialisé.

"Il y a beaucoup de +chinglish+ qui est beaucoup plus que du mauvais anglais", soutient Radtke, 32 ans, qui vit à Pékin et parle chinois.

"Beaucoup de mots du +chinglish+ contiennent une certaine notion chinoise qui enrichit l'anglais et rend l'anglais plus chinois dans la mesure où il y a une saveur chinoise, une manière de penser chinoise", explique-t-il.

Il donne un exemple recueilli dans des toilettes: "You can enjoy the fresh air after finishing a civilised urinating" ("Vous pouvez profiter du bon air après avoir uriné de manière civilisée").

"En Occident, on n'utilisera jamais le mot +urinating+ dans des toilettes publiques, mais les Chinois n'ont pas ces convenances, leur approche est très directe", dit le spécialiste.

"Cela vous questionne comme occidental et vous amène à vous demander pourquoi nous évitons soigneusement l'usage de certains mots. Pourquoi nous avons ces convenances? Pourquoi stigmatise-t-on presque l'usage de certains mots dans l'espace public?", ajoute-t-il.

D'autres expressions du "chinglish" sont ainsi politiquement incorrectes, comme "Cripple's lane" ("Route pour les estropiés") ou "Deformed man toilet" ("Toilettes pour les personnes difformes").

D'autres semblent poétiques, prêtant par exemple des émotions à une pelouse ou aux incendies: "Our life will be ceased if you step hard" ("Notre vie finira si vous marchez trop fort"), dans la ville de Kunming (sud-ouest), ou "Do not forget the fire is heartless" ("N'oubliez pas que le feu est sans pitié"), près d'une partie touristique de la Grande Muraille.

Cependant, non seulement pour les autorités mais aussi pour beaucoup de Chinois, le "chinglish" est une honte, qui doit être combattue. Avant les jeux Olympiques, Pékin s'était ainsi lancée dans la chasse à ces mots impropres.

Ce qui explique que la défense du "chinglish" par Radtke n'est pas toujours comprise en Chine.

"La première réaction de beaucoup de Chinois était plutôt négative. Ils pensaient que je me moquais d'eux", raconte-t-il.

"C'est une question très intéressante: la difficulté pour un étranger en Chine d'écrire de manière critique sur certains phénomènes sociaux", ajoute-t-il.

Mais Radtke affirme que désormais il est soutenu par de plus en plus de gens. Et il n'est guère inquiet de l'impact des campagnes officielles.

"Je suis pessimiste quand il s'agit des panneaux officiels dans les grandes villes. Mais les restaurants, les entreprises, les institutions privés et les petits magasins seront toujours une source inépuisable de +chinglish+", se réjouit-il.

14:06 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : société

24/11/2008

La bibliothèque numérique européenne

lu sur lemonde.fr :

http://www.lemonde.fr/archives/article/2008/11/20/l-union-europeenne-lance-sa-bibliotheque-numerique_1120978_0.html

La bibliothèque numérique européenne victime de son succès
LE MONDE | 20.11.08 | 15h40 • Mis à jour le 21.11.08 | 16h29

La France est le premier contributeur (52 %) du projet de bibliothèque numérique européenne, Europeana, lancé jeudi 20 novembre à Bruxelles par José Manuel Barroso, président de la Commission européenne et Viviane Reding, commissaire en charge de la société de l'information, avec les ministres de la culture de l'Union européenne. Le projet constitue le point d'orgue culturel de la présidence française de l'Union européenne. Mais, victime de son succès, le site (*) a dû fermer juste après son ouverture. Une version plus robuste est désormais annoncée pour mi-décembre.
Europeana a pour ambition de devenir un portail en ligne multilingue qui permettra de rassembler sur un seul site tous les trésors culturels numérisés des bibliothèques, musées et centres d'archives des vingt-sept pays membres. D'où la comparaison avec la mythique bibliothèque d'Alexandrie, qui avait réuni tous les savoirs de l'Antiquité, avant de brûler.
La bibliothèque Europeana, dont le prototype avait été lancé en mars 2007 par les Français, en association avec les Portugais et les Hongrois, avant d'être adopté par les Vingt-Sept, est conçue comme une réponse au projet de numérisation pharaonique lancé par le moteur de recherche américain Google. Le géant américain annonce avoir déjà numérisé 7 millions de livres à travers son programme Google Book Search.
Deux millions d'objets culturels numérisés (des livres, mais aussi des peintures, des photos, des films, de la musique....) seront consultables gratuitement sur Internet.

DES PARTENARIATS PRIVÉS OU PUBLICS

En France, la Bibliothèque nationale de France (BNF), présidée par Bruno Racine, s'est associée à l'Institut national des archives (INA), à la Cité de la musique, à l'Institut de recherche et coordination acoustique-musique (Ircam) et au portail culture.fr. L'équipe d'Europeana s'est installée dans les locaux de la bibliothèque royale des Pays-Bas.
Les données numérisées seront accessibles dans les 21 langues de l'UE. Pour le moment, ce contenu ne représente que 1 % du fonds de toutes les bibliothèques européennes. "L'objectif est d'atteindre, voire de dépasser 10 millions d'objets culturels d'ici à 2010", a annoncé la commissaire européenne, lundi 17 novembre, lors du Forum d'Avignon (Le Monde du 20 novembre).
La Commission ne finance pas la numérisation des données, mais elle a revanche prévu une enveloppe de 120 millions d'euros sur 2009 et 2010 pour en améliorer les techniques et de 40 millions pour aider au multilinguisme et investir dans les programmes de traduction automatique.
C'est aux Etats de nouer des partenariats privés ou publics pour mettre en oeuvre la numérisation. Avec les 8 millions d'euros attribués par le Centre national du livre, la France a montré l'exemple. L'avenir dira si la crise économique ne va pas réduire les ambitions du projet européen.

Alain Beuve-Méry
Article paru dans l'édition du 21.11.08

(*) http://www.europeana.eu/portal/

03/12/2007

Enfer !


18:16 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)