Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/12/2014

Comme les "grands" : PAS DE TABLETTES NUMÉRIQUES POUR NOËL !

communiqué :

Image 1.png

 

Image 2.png

 

 

 

Image 3.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

--

 

 Voir :

Steve Jobs Was a Low-Tech Parent NYTimes.com 

www.nytimes.com/2014/09/.../steve-jobs-apple-was-a-low-tech-parent.html

10 Sep 2014 ... By NICK BILTON SEPT. 10, 2014 ... during the week, and her older children, 10 to 13, are allowed only 30 minutes a day on school nights.

When Steve Jobs was running Apple, he was known to call journalists to either pat them on the back for a recent article or, more often than not, explain how they got it wrong. I was on the receiving end of a few of those calls. But nothing shocked me more than something Mr. Jobs said to me in late 2010 after he had finished chewing me out for something I had written about an iPad shortcoming.

“So, your kids must love the iPad?” I asked Mr. Jobs, trying to change the subject. The company’s first tablet was just hitting the shelves. “They haven’t used it,” he told me. “We limit how much technology our kids use at home.”

I’m sure I responded with a gasp and dumbfounded silence. I had imagined the Jobs’s household was like a nerd’s paradise: that the walls were giant touch screens, the dining table was made from tiles of iPads and that iPods were handed out to guests like chocolates on a pillow.

Nope, Mr. Jobs told me, not even close.

Since then, I’ve met a number of technology chief executives and venture capitalists who say similar things: they strictly limit their children’s screen time, often banning all gadgets on school nights, and allocating ascetic time limits on weekends.

I was perplexed by this parenting style. After all, most parents seem to take the opposite approach, letting their children bathe in the glow of tablets, smartphones and computers, day and night.

Yet these tech C.E.O.’s seem to know something that the rest of us don’t.

Chris Anderson, the former editor of Wired and now chief executive of 3D Robotics, a drone maker, has instituted time limits and parental controls on every device in his home. “My kids accuse me and my wife of being fascists and overly concerned about tech, and they say that none of their friends have the same rules,” he said of his five children, 6 to 17. “That’s because we have seen the dangers of technology firsthand. I’ve seen it in myself, I don’t want to see that happen to my kids.”

The dangers he is referring to include exposure to harmful content like pornography, bullying from other kids, and perhaps worse of all, becoming addicted to their devices, just like their parents.

Alex Constantinople, the chief executive of the OutCast Agency, a tech-focused communications and marketing firm, said her youngest son, who is 5, is never allowed to use gadgets during the week, and her older children, 10 to 13, are allowed only 30 minutes a day on school nights.

Evan Williams, a founder of Blogger, Twitter and Medium, and his wife, Sara Williams, said that in lieu of iPads, their two young boys have hundreds of books (yes, physical ones) that they can pick up and read anytime.

So how do tech moms and dads determine the proper boundary for their children? In general, it is set by age.

Children under 10 seem to be most susceptible to becoming addicted, so these parents draw the line at not allowing any gadgets during the week. On weekends, there are limits of 30 minutes to two hours on iPad and smartphone use. And 10- to 14-year-olds are allowed to use computers on school nights, but only for homework.

“We have a strict no screen time during the week rule for our kids,” said Lesley Gold, founder and chief executive of the SutherlandGold Group, a tech media relations and analytics company. “But you have to make allowances as they get older and need a computer for school.”

Some parents also forbid teenagers from using social networks, except for services like Snapchat, which deletes messages after they have been sent. This way they don’t have to worry about saying something online that will haunt them later in life, one executive told me.

Although some non-tech parents I know give smartphones to children as young as 8, many who work in tech wait until their child is 14. While these teenagers can make calls and text, they are not given a data plan until 16. But there is one rule that is universal among the tech parents I polled.

“This is rule No. 1: There are no screens in the bedroom. Period. Ever,” Mr. Anderson said.

While some tech parents assign limits based on time, others are much stricter about what their children are allowed to do with screens.

Ali Partovi, a founder of iLike and adviser to Facebook, Dropbox and Zappos, said there should be a strong distinction between time spent “consuming,” like watching YouTube or playing video games, and time spent “creating” on screens.

“Just as I wouldn’t dream of limiting how much time a kid can spend with her paintbrushes, or playing her piano, or writing, I think it’s absurd to limit her time spent creating computer art, editing video, or computer programming,” he said.

Others said that outright bans could backfire and create a digital monster.

Dick Costolo, chief executive of Twitter, told me he and his wife approved of unlimited gadget use as long as their two teenage children were in the living room. They believe that too many time limits could have adverse effects on their children.

“When I was at the University of Michigan, there was this guy who lived in the dorm next to me and he had cases and cases of Coca-Cola and other sodas in his room,” Mr. Costolo said. “I later found out that it was because his parents had never let him have soda when he was growing up. If you don’t let your kids have some exposure to this stuff, what problems does it cause later?”

I never asked Mr. Jobs what his children did instead of using the gadgets he built, so I reached out to Walter Isaacson, the author of “Steve Jobs,” who spent a lot of time at their home.

“Every evening Steve made a point of having dinner at the big long table in their kitchen, discussing books and history and a variety of things,” he said. “No one ever pulled out an iPad or computer. The kids did not seem addicted at all to devices.”

29/03/2014

En France, deux morts par jour ...

lu sur :

www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/14/enfants...

L'enfance maltraitée, ce n'est pas seulement une succession de faits divers effroyables mais apparemment isolés, comme l'affaire de la petite Marina Sabatier, morte en 2009 à l'âge de 8 ans sous les coups de ses parents, ou celles de ces bébés retrouvés dans des congélateurs (trois cas depuis mars).
 

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

La maltraitance est "un phénomène de santé publique massif", estime l'épidémiologiste Anne Tursz, directrice de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Les conséquences sont graves, beaucoup d'enfants souffriront de handicaps, de troubles psychologiques – ou pourront à leur tour se livrer à la violence.

Le colloque organisé au Sénat vendredi 14 juin sous l'égide du sénateur (PS) André Vallini vise à faire comprendre l'enjeu. Mme Tursz, le pédopsychiatre Daniel Rousseau et la médecin Céline Raphaël, elle-même battue dans son enfance, tentent de faire reconnaître l'enfance en danger comme grande cause nationale. Les ministres de la justice Christiane Taubira, de l'éducation Vincent Peillon, de la famille Dominique Bertinotti et du droit des femmes Najat Vallaud-Belkacem, ainsi que Valérie Trierweiler, qui se consacre à la cause de l'enfance, seront présents.

Le nombre d'enfants concernés est considérable. Combien exactement ? Impossible à dire. Les spécialistes parlent de "chiffre noir". Chacun sait désormais qu'en France, une femme meurt tous les deux jours battue par son compagnon, une donnée qui a permis d'inscrire le sujet dans l'agenda des politiques. Rien de tel pour l'enfance en danger. L'Observatoire de l'action sociale décentralisée (ODAS) évaluait à 98 000 le nombre de mineurs en danger en 2006, dont 20 % d'enfants victimes de violences physiques, psychologiques ou d'abus sexuels, et 80 % "en risque" (violences conjugales, enfants laissés seuls…). Cette enquête n'existe plus.

DÉCÈS SUSPECTS

Elle devait être remplacée par des données plus précises produites par l'Observatoire national de l'enfance en danger (ONED), créé en 2007. Ces informations font défaut, faute d'harmonisation des procédures entre départements. On sait seulement que 273 000 mineurs étaient suivis par l'Aide sociale à l'enfance au 31 décembre 2010, soit un peu moins de 2 % des moins de 18 ans. Ces chiffres, très élevés, sont probablement sous-évalués : les enfants non repérés n'y sont pas inclus.

Un article publié dans la revue médicale The Lancet en janvier 2009 évaluait à 10% en moyenne la proportion d'enfants maltraités ou négligés dans différents pays développés. La définition du danger retenue est "extensive", reconnaît cependant Mme Tursz. "Tout dépend du contexte culturel, observe Gilles Séraphin, directeur de l'ONED. La frontière entre une éducation "à l'ancienne" et la maltraitance peut être ténue." En France, aucune étude effectuée à partir des déclarations des adultes sur leur enfance n'a jamais été réalisée.

L'Inserm s'est donc penché sur la manifestation la plus tragique de la maltraitance : les infanticides. Pendant cinq ans, une importante enquête sur les décès suspects d'enfants de moins d'un an a été menée par cinq chercheurs dans les hôpitaux et les tribunaux de trois régions françaises – le Nord - Pas-de-Calais, l'Ile-de-France et la Bretagne –, représentant un tiers des naissances en France. Ce travail de terrain a conclu à une sous-évaluation considérable des infanticides dans les statistiques officielles.

En extrapolant les résultats, Mme Tursz aboutit au chiffre de 400 à 800 homicides de mineurs par an. Soit près de deux enfants en moyenne qui meurent chaque jour de violences infligées par des adultes, en général leurs parents. "Beaucoup de morts d'enfants ne font pas l'objet d'investigations suffisantes", estime Mme Tursz.

« DISSIMULATION »

Une réalité confirmée par Anne Laurent-Vannier, médecin de la rééducation, spécialiste du syndrome du bébé secoué, un geste très violent "négligé et méconnu" selon elle. "Celui qui reçoit l'enfant à l'hôpital ne pense pas à la violence, qui est dérangeante, explique-t-elle. On préfère croire à la chute." Dans l'enquête de l'Inserm, seuls 50 % des nourrissons déclarés victimes de "mort subite" avaient été autopsiés. Pourtant, ce diagnostic ne devrait être posé qu'après une autopsie excluant d'autres causes.

Les mêmes raisons qui conduisent à sous-estimer les infanticides entraînent un déficit de signalement des soupçons de maltraitance : impossibilité d'y croire, refus de s'introduire dans l'intimité des familles, crainte de déclencher une machine administrative et judiciaire infernale. "Il y a encore un tabou énorme autour de ces questions", affirme Me Agathe Morel, avocate de l'association Enfance et partage, récemment déboutée de sa plainte contre l'Etat dans l'affaire Sabatier.

Certains cas sont en outre difficiles à repérer"On peut avoir affaire à des adultes dont la capacité de dissimulation est au-delà de ce qu'on imagine", analyse Marie-Agnès Féret, chargée d'étude pour l'enfance et la famille à l'ODAS. Ces raisons sont avancées pour expliquer une réaction trop tardive dans le cas de Marina, ou celui d'enfants découverts le 17 avril dans une cave insalubre des Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Comme l'amélioration de la connaissance du phénomène, le repérage précoce des enfants est une priorité pour les spécialistes réunis au Sénat. Les personnels de santé doivent être sensibilisés.

Alors que l'éducation nationale est la première source de signalements d'enfants à la justice, les médecins alertent peu, faute de formation. Le grand public, qui peut appeler le 119 (numéro anonyme et gratuit) en cas de doutes, est aussi visé. "Les enfants ne vont pas être immédiatement emmenés dans un foyer, affirme M. Séraphin. Appeler ce n'est pas dénoncer, c'est partager une inquiétude."

26/04/2013

Saborder le français pour laisser le champ libre à la sous-culture et à la conception anglo-saxonne d'une société néo-libérale ???

lu sur :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/04/25/refusons-le-sabordage-du-francais-par-claude-hagege_3166350_3232.html

"Refusons le sabordage du français",

par Claude Hagège - Le Monde

LE MONDE | 25.04.2013 à 11h59 • Mis à jour le 25.04.2013 à 17h11

Par Claude Hagège (professeur au Collège de France)

La France n'est certes que la source historique, et non la propriétaire exclusive de la langue française, que partagent avec elle, à travers le monde, les soixante-dix-sept Etats et gouvernements constituant ensemble l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Du moins jusqu'ici. Car le projet de loi Fioraso, qui veutimposer, en faveur de l'anglais, une très large extension des exceptions au principe du français langue de l'enseignement, des examens et des concours, pourrait avoir pour conséquence, du fait de la valeur symbolique d'un acte de sabordage du français par la France officielle elle-même, un doute croissant quant à la légitimité de la promotion de cette langue par les autres pays francophones. Heureusement, quelques espoirs subsistent : le directeur du Salon du livre du Beyrouth me disait, à la fin d'octobre 2009, en un français aussi classique que sa voix était sereine et teintée d'ironique mépris : "Laissez là vos alarmes : si la France torpille le français, d'autres pays seront toujours là pour le revigorer etgalvaniser sa diffusion !"

On se demande, pourtant, d'où peut bien venir, en France, cet acharnement contre la langue française. De la monarchie à la République, surtout aux heures les plus tragiques de cette dernière, tout illustre ce dicton : "C'est par sa langue que vit une nation." Les dirigeants de la nation française sont-ils donc saisis d'une pulsion d'autodestruction ? A supposer que tel ne soit pas le cas, tout francophone lucide ne peut qu'adresser aux gens de pouvoir à Paris et aux intellectuels malvoyants qui les inspirent, le message suivant : "N'entendez-vous pas s'esclaffer les étudiants étrangers que votre exorbitante et naïve assuranceprétend attirer dans vos universités et vos écoles par un enseignement en anglais, alors qu'il n'y est pas langue maternelle ? Ne voyez-vous pas que les mieux informés d'entre eux commencent à avoir pitié de votre dérisoire servilité face aux mécanismes du profit, et à se demander quelle déplorable aliénation vous torture, alors qu'ils respectaient jusqu'ici la culture et la langue françaises ? Allez-vous protéger enfin vos tympans contre les sirènes des universitaires liés par des conventions avec des établissements anglophones, et qui n'ont pas encore compris que c'est en utilisant le français qu'ils accroîtront le prestige de leurs travaux, et non en mordant le sol devant l'anglais ?"

Le français est depuis le XIIIe siècle une langue à vocation internationale, d'abord européenne, puis levantine, puis mondiale. Il est aujourd'hui la seule langue, avec l'anglais, qui soit présente sur les cinq continents. Chaque réunion de l'OIF montre que la promotion du français encourage celles de toutes les autres langues des pays membres. Madrid, Lisbonne-Brasilia, et maintenant Pékin dressent, face à la résistible domination de l'anglais, l'arme irrésistible de la diversité. Et c'est à ce moment même que la France, qui possède une longue antériorité historique dans l'illustration de sa langue, devrait sacrifier cette dernière aux pauvres pièges de l'argent ? !

Il est encore temps de réagir devant le burlesque en passe de devenir le consternant. Il est encore temps de se mobiliser avant qu'un projet de loi porteur du cancer ne soit proposé à la représentation nationale. Une partie grandissante du public bien informé est en train de se déprendre du vertige de l'américanisation déguisée en mondialisation. L'Académie française, elle aussi, dénonce un projet suicidaire.

Quant aux masses françaises, abreuvées de sous-culture américaine, elles ne manifestent aucun désir de substituer l'anglais au français dans l'enseignement en France. Ce sont donc les forces vivantes et majoritaires du pays que l'on insulte en plaçant l'anglais sur un piédestal dont il n'a que faire, surtout venant du gouvernement français. Battons-nous pour notre langue ! Car même si l'enjeu est aussi d'éviter, par solidarité civique, aux autorités de sombrer dans le grotesque en même temps que dans l'indignité, c'est de notre identité qu'il s'agit. Il n'est plus temps de clore nos paupières : nous sommes en guerre !

Lire le débat Université, pourquoi une nouvelle réforme ?, avec les contributions de Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche ; Valérie Pécresse, ancienne ministre de l'enseignement supérieur ; des prfosseurs d'économie ; Jean-Louis Fournel, professeur à l'université Paris-VIII et ancien président du collectif Sauvons l'université ! ; Claude Hagège, professeur au Collège de France ; Gilbert Béréziat, président honoraire de l'université Pierre-et-Marie-Curie...

Claude Hagège (professeur au Collège de France)

06/03/2013

Rythmes scolaires : l’Académie de médecine favorable à la semaine de 4,5 jours

lu sur :

http://presse-inserm.fr/dans-lactualite/synthese-de-presse/

Rythmes scolaires : l’Académie de médecine favorable à la semaine de 4,5 jours

L’Académie de médecine a apporté hier son soutien à la semaine de 4,5 jours que souhaite mettre en place le ministre de l’Education, Vincent Peillon, indique Aujourd’hui en France. Elle a expliqué que « la semaine de 4 jours est un contresens biologique qu’il faut abolir en aménageant le temps scolaire sur quatre jours et demi ».

Selon elle, la vie scolaire est « aujourd’hui un facteur déterminant de la fatigue exprimée par l’enfant, source de difficultés de concentration et d’apprentissage, d’irritabilité et d’agressivité, voire d’échec scolaire ».

L’Académie préconise que les enfants aient cours le samedi matin plutôt que le mercredi et demande de limiter « le temps de travail quotidien à l’école de 4h30-5 heures en fonction de l’âge de l’enfant ».

Elle estime par ailleurs que « les devoirs et les leçons actuellement faits à la maison doivent être inclus dans le temps scolaire ».

Aujourd’hui en France, 06/03

11/06/2012

Dyslexie sévère : une méthode simple pour apprendre à lire

lu sur : http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/

Une étude franco-italienne menée par Marco Zorzi et Johannes Ziegler, publiée le 4 juin dans la revue Proceedings of the National Academy of Science (PNAS), a découvert que « l’espacement des lettres d’un mot et des mots dans un texte permet à des enfants dyslexiques de lire 20% plus vite avec deux fois moins d’erreurs », rapporte l’édition Science & techno du Monde.

Les chercheurs ont testé, avec succès, cette méthode sur 94 enfants âgés de 8 à 14 ans avec une dyslexie sévère.

(Le Monde, édition Science & techno, 09/06)

13/09/2011

En France, le taux de scolarisation des 15-19 ans a baissé depuis quinze ans

Un jeune sur deux diplômé du supérieur ???

un article à lire sur le Monde :

En France, le taux de scolarisation des 15-19 ans a baissé depuis quinze ans

 

LE MONDE | 13 septembre 2011 | Maryline Baumard | 305 mots

Un jeune sur deux diplômé du supérieur.

L'objectif européen reste de mise, mais la France y va à pas comptés. 

12/09/2011

Manifeste contre le dépouillement de l’école

communiqué :

http://ecole.depouillee.free.fr/spip.php?article1

Manifeste contre le dépouillement de l’école

Nous, collectif contre le dépouillement de l’école, déclarons que les « réformes » appliquées à l’Éducation nationale n’ont de réforme que le nom, et qu’elles masquent en réalité, le plus insupportable, le plus dangereux des dépouillements. Aujourd’hui, selon une logique comptable et technocratique à courte vue, les fondements de l’école républicaine sont menacés, et l’idéal d’une éducation de qualité pour tous sapé à la base.

Nous proclamons aujourd’hui que « l’école est nue ».

Nue non seulement parce qu’elle est privée de moyens financiers, mais aussi et surtout parce qu’elle est amputée progressivement de son sens, expurgée de la visée humaniste qui, depuis les Grecs, lui donne son nom d’« école ».

L’école est dépouillée quand le gouvernement tarit les concours de recrutement de professeurs, quand il n’assure plus la relève des enseignants retraités, ni les remplacements de professeurs malades ou en congé, et qu’il fait appel à des « viviers de vacataires » non formés et corvéables à merci.

L’école est abandonnée, quand l’État se décharge de son financement sur les collectivités locales, supprime la carte scolaire et impose l’« autonomie des établissements », instaurant de telles inégalités entre académies, filières et élèves, qu’il bafoue ses principes républicains.

L’école est dégarnie, quand elle est vidée de sa présence humaine (surveillants, conseillers d’orientation-psychologues, médecins et infirmiers scolaires, assistants sociaux, assistants pédagogiques…), remplacés par des caméras de surveillance et autres portiques de sécurité.

Les professeurs sont démunis, placés devant des élèves sans formation pratique sérieuse quand ils débutent ; obligés, au détriment de la qualité de leurs cours, d’assumer des tâches de plus en plus nombreuses ; sommés, dans certaines filières « réformées », de se convertir à des disciplines qu’ils ne maîtrisent pas en l’espace de quelques semaines ; travaillant souvent sans manuel scolaire et sans savoir à quel examen ils préparent les élèves, car les nouveaux programmes sont appliqués dans la précipitation ; contraints de bricoler, de s’agiter, de faire semblant, de s’adapter à tout et surtout à n’importe quoi sous couvert d’innovation pédagogique.

Les professeurs sont destitués, désormais recrutés, selon leur conformité idéologique au modèle du « fonctionnaire responsable » davantage que pour leur maîtrise d’un savoir ; bientôt réduits à des employés lambda, privés de l’essentiel de leur liberté pédagogique, soumis à une concurrence absurde ; obligés pour mendier des moyens de vendre leurs « projets » comme une soupe, et de se battre contre d’autres professeurs pour conserver leurs heures de cours ou leur poste.

Les élèves sont spoliés, parqués à 35 ou 40 dans les classes, livrés à la loi des « flux », broyés dans la masse ; privés de centaines d’heures de cours dans les différentes disciplines, au profit d’activités-gadgets ; privés de dispositifs efficaces de soutien ; leurs familles rendues responsables de leur échec via des « contrats de réussite » ou des « stages d’été » inadaptés.

Les élèves sont appauvris parce qu’on leur refuse d’apprendre le latin et le grec, les langues dites « rares » (c’est-à-dire toutes hormis l’anglais), les arts et ce qui n’est pas « rentable » ; parce que les nouveaux programmes leur proposent de l’anglais sans Shakespeare, de l’histoire sans passé, du français sans grammaire, des mathématiques sans démonstration – toujours moins de culture, et plus de procédures.

Les élèves sont dépecés, eux que l’on doit calibrer avec des « items » selon les nouvelles « grilles de compétences », comme si l’intelligence humaine pouvait se découper en tranches ; eux à qui l’on doit inculquer un « socle commun de connaissances et de compétences » davantage fondé sur l’idéal de l’O.C.D.E que sur celui de Montaigne.

Aujourd’hui nous appelons tous les « dépouillés » de l’Éducation nationale à nous rejoindre. Professeurs, parents, élèves, citoyens, il est encore temps d’inverser le cours délétère des pseudo-« réformes » qui transforment l’école en garderie sociale et transfèrent ses missions vers le secteur privé, au profit des plus riches et des mieux informés. Il suffit d’une volonté politique, celle de démocratiser le savoir, jadis portée par un Condorcet, un Jules Ferry, ou le comité national de la Résistance (qui a produit la commission Langevin-Wallon). Nous en appelons aux responsables politiques français, pour qu’ils agissent résolument contre le dépouillement de l’Éducation nationale.

Signer le manifeste 

23/07/2011

Rien de rien ...

lu sur :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/07/22/a-normal-sup-une-journee-pour-disserter-autour-du-rien-scientifique_1551571_3224.html

A Normale Sup, une journée pour disserter autour du "rien" scientifique

Lors du festival Paris-Montagne ouvert au grand public ce samedi au 45, rue d'Ulm, jeunes chercheurs et étudiants proposent une approche décalée et citoyenne des sciences. 

Que faut-il entendre quand un enfant prononce cette phrase péremptoire : "Je ne comprends rien" ? Des blocages qu'il suffit de déjouer, selon l'association scientifique Paris-Montagne, dont le festival annuel, qui se déroule ce week-end rue d'Ulm à Paris (5e), promet de tout nous dire sur un thème étonnant : le "rien".

Depuis 2006, ce regroupement de jeunes chercheurs et d'étudiants propose une approche décalée et citoyenne des sciences. Etalé sur quatre jours, son festival accueille des enfants et des adolescents venus de MJC ou de centres culturels avant de s'ouvrir au grand public pour une journée, samedi 23 juillet.

Après une édition sur "l'erreur" en 2010, le festival, qui attend 1 500 à 2 000 personnes cette année, cultive sa différence avec des thèmes non traités par les musées, que Livio Riboli-Sasco, fondateur et porte-parole de l'association, qualifie en riant de "rock'n'roll". Comment définir "rien" ? En se passant de définition, peut-être, pour mieux tester le rapport des enfants au savoir.

"Ne rien comprendre" reste une situation vécue de manière si négative au quotidien que les organisateurs ont mené leur enquête auprès d'une cinquantaine de professeurs d'école primaire : comment gèrent-ils l'incompréhension des élèves ? L'angoisse et la peur du ridicule sont souvent des éléments de blocage importants : "malgré la bonne volonté des enseignants, on ne laisse pas toujours la place à l'élève de dire son incompréhension et de l'assumer comme quelque chose de positif", explique M. Riboli-Sasco, alors même que le problème peut souvent être résolu en reformulant ou à demandant à un autre enfant d'expliquer.

DÉMYSTIFIER LE MONDE DE LA RECHERCHE

Paris-Montagne cherche donc moins à faire découvrir des faits scientifiques qu'à permettre aux participants "de poser des questions, de se sentir à l'aise face à un manque de connaissances". Il fait la part belle cette année aux limites de la science, dans le but avoué d'"inspirer une curiosité" et de dédramatiser le savoir, et le thème du "rien" est l'occasion pour les scientifiques d'aborder le zéro mathématique ou les trous noirs sous forme d'activités ludiques et de spectacles décalés. Un clown des sciences mobilise ainsi l'air et le vent pour montrer qu'il y a "quelque chose" jusque dans le vide, tandis qu'un autre animateur guide douze enfants jusqu'à l'infiniment petit avec quelques énigmes : qu'est-ce qui est plus grand, une nanoparticule d'or ou une molécule d'eau ?

Y a-t-il quelque chose au-delà des quarks, la plus petite unité connue ? L'une des armes de ce festival, financé en grande partie par la Fondation Bettencourt Schueller, c'est également son essaim de jeunes bénévoles. Chercheurs en début de carrière, étudiants et associations partenaires se mélangent à l'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm, qui prête ses locaux, pour démystifier le monde de la recherche, et chaque groupe de 10 à 15 participants est encadré par un référent scientifique.

M. Riboli-Sasco revendique par ailleurs la gratuité de l'évènement pour tous : "on se veut d'abord une association sociale, et notre outil, la culture scientifique, est une façon de faire passer des messages forts en termes de citoyenneté ".

Laura Cappelle

 

02/03/2011

Éducation nationale : "appel des 47"

lu sur :

http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/03/01/education-le-mouvement-de-renvoi-des-palmes-academiques-s-amplifie_1486921_823448.html

 

Education : le mouvement de renvoi des Palmes académiques s'amplifie

LEMONDE.FR | 01.03.11 | 16h47  •  Mis à jour le 01.03.11 | 18h44

 

L'"appel des 47" a suscité des vocations. Dans une lettre au ministre de l'éducation nationale, rendue publique mi-février par Charlie Hebdo47 titulaires des Palmes académiques annonçaient qu'ils renvoyaient à Luc Chatel cette décoration pour protester contre les suppressions de postes et la politique d'éducation menée par le gouvernement.

"L'éducation nationale souffre de plus en plus d'une politique où la logique comptable et la notion de rendement ont pris le pas sur toute réflexion pédagogique et sociale", écrivaient les signataires. L'initiative a fait des émules, et quatre-vingts autres personnels de l'éducation ont également renvoyé cette distinction. La liste des 128 signataires sera publiée, mercredi 2 mars, sur le site de Charlie Hebdo, qui a centralisé les signatures.

Le site de l'hebdomadaire doit publier des lettres d'enseignants qui expliquent leur démarche, que Le Monde.fr a pu consulter. Comme les premières, elles émanent aussi bien d'enseignants que de documentalistes ou de proviseurs, de retraités que de personnels en activité. Parmi elles, plusieurs lettres venues l'étranger, de Madrid ou de Madagascar, de personnels de l'enseignement qui s'opposent à la politique actuelle en terme d'éducation. "Les conditions de travail dans lesquelles vous placez les professeurs sont si difficiles que vous les dégoutez de leur métier", écrit ainsi un professeur agrégé de lettres au lycée français de Madagascar, chevalier des palmes académiques.

"J'ai aimé mon métier passionnément", écrit une directrice d'école du Gers aujourd'hui retraitée, également chevalier, pour qui "moins de moyens [pour l'éducation], c'est sacrifier des enfants, semblable à celle que j'étais". Dans ce département, plusieurs titulaires des Palmes académiques se sont organisés pour renvoyer ensemble leurs distinctions, comme l'a raconté le quotidien régional Sud-Ouest.

Après la publication du premier appel, Luc Chatel avait réagi en assurant refuser"qu'on instrumentalise un ordre républicain aussi ancien (...). C'est un comportement qui n'est pas très digne vis-à-vis des dizaines de milliers de nos concitoyens dont on a reconnu le mérite."

Nabil Wakim

 

06/10/2010

Appel National pour l'École Publique

Une pétition sur :

http://www.appelpourlecolepublique.fr/.

 

L’École publique, laïque et gratuite crée le lien social indispensable pour faire face aux défis d’un monde en crise. C’est elle, et elle seule, qui permet de garantir la cohésion sociale. Elle est pourtant aujourd’hui menacée par des choix politiques qui favorisent le privé et encouragent le consumérisme éducatif.

Redonnons la Priorité à l’École laïque !

Le service public et laïque d’éducation doit garantir à chaque élève une scolarisation de qualité sur tous les territoires. Il doit permettre à chacune et chacun, quelle que soit son origine culturelle ou géographique, quelle que soit sa condition, quel que soit son handicap, de bénéficier d’une éducation et de s’approprier « le vivre ensemble » dans un espace où la liberté de conscience est strictement respectée.

Aujourd’hui, le service public et laïque d’éducation n’est plus une priorité de l’état.

Les nombreuses décisions ministérielles le montrent :

  • les dizaines de milliers de suppressions d’emplois qui ne cessent de le frapper durement, le fragilisent en zone rurale et l’asphyxient en zone urbaine,
  • les aides publiques concédées aux établissements privés (à 95% catholiques) qui n’ont jamais été aussi élevées. Il s’agit de près de 7 milliards d’Euros octroyés chaque année par l’État, auxquels viennent s’ajouter les participations obligatoires versées par les collectivités locales,
  • la loi Carle qui amplifie le financement de la concurrence au service public et conforte la logique de « marché » scolaire,
  • la suppression de la sectorisation, qui transforme les parents d’élèves en consommateurs d’école,
  • le développement du privé par le plan banlieue, là où les besoins du service public sont les plus criants, là où la ségrégation sociale est la plus forte,
  • les accords « Kouchner Vatican » (qui remettent en cause les règles de collation des grades universitaires au bénéfice des instituts catholiques) ainsi que les projets de financement par l’état de l’enseignement supérieur privé.

Nous, signataires de cette pétition, refusons l’affaiblissement organisé par l’État, de notre service public et laïque d’éducation.
L’éducation n’est pas une marchandise. La liberté de conscience doit être respectée partout et pour toutes et tous. L’argent de tous doit cesser de financer les choix de quelques-uns.

Nous exigeons une orientation politique qui fasse clairement le choix de l’École publique, laïque et gratuite.

Nous réaffirmons qu’il n’y a qu’une École de la République.

Nous demandons que l’effort éducatif de la Nation soit réservé au développement de l’École de la Nation.

04/08/2010

Dans les écoles rurales du Pérou, chaque enfant aura bientôt son ordinateur portable

lu sur :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/08/04/dans-les-ecoles-rurales-du-perou-chaque-enfant-aura-bientot-son-ordinateur-portable_1395521_3244.html

.

LEMONDE | 04.08.10 | 14h10  •  Mis à jour le 04.08.10 | 14h11

Arahuay (Pérou) Envoyée spéciale

Les salles de classe vétustes et une grande cour entourées de hautes montagnes : l'école d'Arahuay, perchée à plus de 2 500 mètres d'altitude, est à l'image de nombreux centres éducatifs des Andes péruviennes, isolés au coeur de régions rurales difficiles d'accès. Plus de quatre heures de route, dont la moitié de piste sinueuse en mauvais état, séparent le village d'Arahuay de la capitale, Lima, pourtant située à une centaine de kilomètres seulement.

Depuis quelques instants, le cours de mathématiques a commencé pour les élèves de 6e grade (équivalent du CM2). "On doit remplir un tableau à double entrée", confie Daniel, 10 ans, l'air préoccupé. Sur son bureau en bois usé se trouvent un cahier, des crayons et un ordinateur portable dont la couleur vert fluo contraste avec le bleu délavé des murs. "C'est mon laptop", dit fièrement le petit bonhomme qui, comme ses camarades, reprend le terme anglais pour désigner l'outil. "Je m'en sers pour faire mes devoirs", affirme-t-il. "Pour dessiner aussi et faire des recherches sur Internet", poursuit sa voisine, Yesenia.

Chacun des 44 élèves de primaire de l'école publique d'Arahuay a reçu un ordinateur portable qu'il gardera jusqu'à la fin de l'année scolaire. "Ils peuvent l'emporter le soir à la maison", souligne Oscar Becerra, directeur des technologies éducatives au ministère de l'éducation, à l'origine du programme "Un ordinateur portable par enfant", mis en place en 2007, avec l'aide de la fondation américaine du même nom (One laptop per child, OLPC).

Fondée par l'informaticien américain Nicholas Negroponte, cette organisation à but non lucratif aide les pays en voie de développement à acheter des ordinateurs portables à faible coût (142 euros dans le cas du Pérou) pour un usage strictement éducatif.

Depuis 2005, de nombreux pays, comme le Brésil ou le Nigeria, ont rejoint le projet d'OLPC. Le Pérou a commencé en 2007 avec un projet pilote, lancé à Arahuay. "En quelques jours, les enfants ont su utiliser les ordinateurs, les professeurs les ont intégrés à leur classe et les parents se sont montrés enthousiastes", se souvient M. Becerra.

Le gouvernement a dès lors décidé d'étendre l'opération à toutes les écoles primaires publiques rurales. Début 2010, le Pérou avait distribué près de 200 000 ordinateurs portables et en distribuera 400 000 autres durant les douze prochains mois.

En ville, chaque élève n'aura pas son laptop, mais le nombre d'ordinateurs portables devrait permettre qu'il y en ait, en moyenne, dans les classes primaires publiques, un pour cinq élèves. "Ce qui est la moyenne d'ordinateurs disponibles dans les classes des pays de l'OCDE", poursuit M. Becerra.

Il est encore trop tôt pour disposer d'évaluations des effets du programme statistiquement valables, mais à Arahuay, tous semblent convaincus. "Le laptop est un excellent outil éducatif", juge Sadit Yapo, une enseignante qui assure que l'ordinateur "motive" ses élèves de 8 et 9 ans et rend les cours plus "ludiques".

L'initiative est d'autant plus importante qu'il n'y a, à Arahuay, que quelques lignes téléphoniques, pas de téléphones portables et encore moins de bornes Internet. "Et il y a peu de livres à la bibliothèque. L'ordinateur portable est donc pour les enfants une fenêtre ouverte sur le monde", insiste l'institutrice, qui, comme 15 000 enseignants péruviens, a reçu une formation spécifique.

Nouveau venu dans le village, le directeur de l'école est surpris : "Jusque-là, j'enseignais dans une commune en tout point comparable à Arahuay, mais qui n'avait pas encore reçu les laptops. Les différences sont significatives, assure Victor Flores. Ici, les enfants me paraissent plus ouverts, plus dynamiques, et ont un meilleur niveau de lecture."

Les problèmes logistiques ont cependant suscité un certain nombre de critiques. A plusieurs reprises, des ordinateurs portables ont ainsi été livrés dans des villages non raccordés au réseau électrique. Pour corriger le tir, le ministère de l'éducation doit distribuer, dans les prochains mois, 90 000 panneaux solaires aux familles des élèves n'ayant pas l'électricité.

Le ministère a aussi pensé aux zones n'ayant pas accès à Internet : dans ce cas, les professeurs chargent sur les ordinateurs le contenu d'une clef USB permettant aux enfants d'avoir un accès off-line. "Cela les familiarise à l'interface d'un navigateur, et quand ils sont face à Internet, ils savent l'utiliser", explique Oscar Becerra.

A Arahuay, avant le projet OLPC, aucun élève de 6e grade n'avait un niveau acceptable de compréhension d'un texte écrit. Cinq mois après avoir reçu les ordinateurs, ils étaient 27 % à comprendre ce qu'ils lisaient.

06/12/2007

La maternelle doit se recentrer sur l'apprentissage du langage oral


18:50 Publié dans Éducation | Lien permanent | Commentaires (0)