Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/05/2017

«L’usage de pesticides de synthèse devrait être un tabou»

«L’usage de pesticides de synthèse devrait être un tabou»

Par , publié le

#05 «L’usage de pesticides de synthèse devrait être un tabou»
Directeur du laboratoire de biodiversité du sol à l’Université de Neuchâtel, Edward Mitchell fait partie du comité d'initiative pour une Suisse libre de pesticides de synthèse. Il détaille la démarche

17/03/2017

Production d'électricité au niveau local

à lire sur BASTAMAG :

Des petits barrages hydroélectriques, écolos et rentables, pour - Basta

www.bastamag.net › Inventer

10 mars 2017 - Des petits barrages hydroélectriques, écolos et rentables, pour produire une électricité de proximité. par Sonia (Lutopik) 10 mars 2017 ...

Deux-mille petits barrages hydroélectriques sont abandonnés en France, depuis la domination de l’électricité nucléaire. Ercisol, une société à statuts coopératifs, a décidé d’investir dans ces énergies renouvelables de proximité et de réhabiliter plusieurs barrages dans les Vosges, tout en limitant au maximum les contraintes pesant sur l’environnement des rivières. Un seul de ces barrages peut alimenter en électricité un village de quelques centaines d’habitants.

Cet article a initialement été publié dans le journal Lutopik.

07/03/2017

Malbouffe et planète

lu sur :

Le soja et les fast-foods contribuent massivement à la déforestation ...

lirelactu.fr/source/le-monde/1c0c8e8f-7557-4150-ab34-56b90538e358

 

Entre le fast-food du coin et la destruction accélérée des forêts d'Amérique du Sud, il existe un rapport que le consommateur n'a pas forcément en tête. Les militants de l'ONG Mighty Earth ont décidé de lui ouvrir les yeux sur la chaîne qui relie la monoculture dévastatrice du soja au hamburger ou au poulet pané.
Après avoir visité une trentaine de sites au Brésil et en Bolivie, avec la fondation Rainforest de Norvège, cette organisation américaine vient de lancer une campagne d'opinion qui cible la chaîne Burger King et ses 15 000 restaurants, qui vendent 11  millions de hamburgers par jour dans une centaine de pays. L'enseigne se retrouve sur le gril pour son manque d'exigence vis-à-vis de ses fournisseurs, parmi lesquels on compte des géants de l'agrobusiness.
Ces derniers sont en effet d'énormes consommateurs de soja, la première source de protéines dans l'alimentation animale. Ces vingt dernières années, les récoltes de cette légumineuse – en majorité génétiquement modifiée – ont été multipliées par deux pour dépasser les 300  millions de tonnes, dix fois plus que dans les années 1960.
Si aux Etats-Unis, premier producteur mondial, le soja gagne même sur des terres précédemment vouées au maïs,il est devenu en Amérique latine, avec l'élevage de bétail, la cause déterminante de destruction de la forêt amazonienne. La monoculture galopante y a mis à nu 4  millions d'hectares entre 2001 et 2010, dont 2,6  millions au Brésil, le principal exportateur de soja. Ces ravages ont déclenché la forte opposition de plusieurs ONG décidées à sauver la forêt et ses populations autochtones.Un moratoire en 2006
Greenpeace en particulier a mené campagne pendant quinze ans, prenant pour cible McDonald's en tant que responsable indirect. En  2006, un moratoire est finalement décrété sous l'auspice d'ONG et d'industriels – McDonald's le signe rapidement –, puis par le gouvernement brésilien. Cet accord exclut des circuits commerciaux les cultivateurs qui auraient planté sur des parcelles nouvellement conquises sur la forêt.
Un succès : selon Greenpeace, le soja, qui comptait pour 30  % dans la déforestation de l'Amazonie brésilienne en  2006, ne représentait plus que 1,25  % en  2016. Mais son expansion n'en est pas freinée pour autant. Elle s'opère désormais davantage sur des terres déjà défrichées et dans les régions voisines. Le moratoire, en effet, ne couvre que le cœur de l'Amazonie. La savane arborée du Cerrado brésilien, du Chaco argentin, des basses terres de Bolivie, de la forêt atlantique du Paraguay, connaissent à leur tour une métamorphose accélérée de leurs territoires.
Quatre enquêteurs de Mighty Earth et de Rainforest se sont rendus dans le Cerrado et en Bolivie. " Grâce à des drones, nous avons suivi des tracteurs alors qu'ils éventraient d'anciennes savanes et vu les cultivateurs de soja recourir méthodiquement aux incendies pour défricher les terrains ", rapportent-ils. En Bolivie, ils ont rencontré les Ayoreo, qui vivaient autrefois à l'abri de la canopée et se retrouvent désormais isolés au milieu de gigantesques parcelles de soja. " Le chef du village - nous - a décrit la terreur ressentie par sa communauté lorsque les avions volent au-dessus de leurs têtes pour répandre des pesticides ", racontent-ils.
Après avoir analysé images satellite et données agricoles, les enquêteurs constatent qu'ils sont en présence des mêmes acteurs de l'agroalimentaire qu'en Amazonie, en particulier des deux multinationales Cargill (150 000 collaborateurs dans 150 pays, dont 2 300 en France, et 107  milliards de dollars de revenus en  2016) et Bunge (32 000 personnes dans 40 pays). En Amérique du Sud, ils fournissent semences, engrais et matériels aux exploitants, achètent leurs récoltes de soja, les stockent, les transportent par cargos entiers et les vendent à l'export. Au bout de la chaîne, les fast-foods sont parmi les plus gros clients.
Entre 2011 et 2015, près de 568 000  hectares de forêt ont disparu dans les 29 communes du Cerrado où Bunge avait des silos, indique le rapport de Mighty Earth ; dans 24 communes où Cargill exploitait ses propres centres de stockage, 130 000  hectares étaient défrichés." Il ne reste rien "
L'ONU estime pour sa part les pertes annuelles en Bolivie à 289 000  hectares par an en moyenne de 2010 à 2015. Mais une autre étude du Centre de documentation et d'information, une ONG bolivienne, évoque 350 000  hectares à partir de 2011.
" Dans le Mato Grosso - centre du Brésil - , il ne reste rien des paysages de forêt tropicale, témoigne Arnaud Gauffier, du WWF. C'est le Paraguay qui nous inquiète leplus : il n'y a aucune prise de conscience des autorités. " En réaction à cette campagne née aux Etats-Unis, Cargill France a répondu par écrit qu'elle avait " pris l'engagement de mettre fin à la déforestation dans ses filières agricoles d'ici à 2030, avec un objectif de réduction de moitié d'ici à 2020. Pour ce faire, le groupe travaille en concertation avec plusieurs organisations qui partagent cette priorité. "
Cependant, le trader n'étant guère connu des consommateurs, c'est son client Burger King – propriété du fonds d'investissement brésilien 3G Capital – que les ONG ont mis sur la sellette. " 500 000 personnes ont signé notre pétition en deux jours contre le roi de la déforestation ", assure Etelle Higonnet, de Mighty Earth – la version française a obtenu 240 000 signatures. " Le 29  avril, nous allons organiser des marches contre lui. Burger King est tellement loin derrière ses concurrents ! Nous attendons toujours qu'il tienne les promesses exprimées il y a sept ans. "
Cette contre-publicité tombe mal pour la filiale française de fast-food. Elle a en effet acquis les restaurants Quick en décembre  2015 et annoncé vouloir les convertir progressivement en Burger King. Par ailleurs, la loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères donneuses d'ordre qui vient d'être adoptée, le 21  février, impose aux grandes entreprises de  veiller aux activités de leurs fournisseurs.


Martine Valo

03/03/2017

Ondes des téléphones mobiles ...

Ondes des antennes de téléphonie mobile: Paris devient la métropole la plus protectrice d'Europe
Ville de Paris ·
 

Ondes des antennes de téléphonie mobile: Paris devient la métropole ...

www.paris.fr/.../ondes-des-antennes-de-telephonie-mobile-paris-devient-la-metropole-...

20/02/2017

De la qualité de l'air dans la région

à lire sur :

Investigations » Commune de Frontignan - Centre ... - Analytika

www.analytika.fr/investigations/frontignan/

Nombreuses substances toxiques (dont cancérigènes et perturbateurs endocriniens) dans l'air urbain de la commune et sur l'ancien site industriel LAFARGE, ...

Hérault : pollution toxique dans l'air de Frontignan - Midi Libre

www.midilibre.fr/.../une-analyse-de-l-air-de-frontignan-conclut-a-une-contamination-ch...
3 févr. 2017 - Elle a été réalisée, en deux campagnes, par le laboratoire Analytika à la demande de la ville de Frontignan. On doit aux membres du Collectif ...

16/11/2016

Déchets plastiques dans l'océan : comment les éliminer ?

lu sur :

Dutch prototype clean-up boom brings Pacific plastics solution a step ...

https://www.theguardian.com › Environment › Plastics
22 juin 2016 - Dutch prototype clean-up boom brings Pacific plastics solution a step closer. If tests of the 100 metre-long barrier that collects rubbish on the ...

01/10/2016

Informations sur l'environnement et la santé

une publication en accès libre :

Environmental Health Perspectives

ehp.niehs.nih.gov/

A peer-reviewed open access journal published by the National Institute of Environmental Health Sciences.
OCTOBER 2016 | VOLUME 124 | ISSUE 10
View this email in your browser
 
Focus
TSCA 2.0: A New Era in Chemical Risk Management
Charles W. Schmidt | A182
Science Selections
A Strong Case for Prudent School Siting: The West Fertilizer Company Explosion
Carrie Arnold | A187
Also see Tinney et al., p. 1493

Toward a Better Beauty Regimen: Reducing Potential EDC Exposures from Personal Care Products
Carrie Arnold | A188
Also see Harley et al., p. 1600

Red Meat and Colorectal Cancer: Exploring the Potential HCA Connection
Carol Potera | A189
Also see Le et al., p. 1529

PM2.5 Exposure and Intrauterine Inflammation: A Possible Mechanism for Preterm and Underweight Birth
Nate Seltenrich | A190
Also see Nachman et al., p. 1608

Phthalates in Fast Food: A Potential Dietary Source of Exposure
Wendee Nicole | A191
Also see Zota et al., p. 1521
Commentaries
School Siting Near Industrial Chemical Facilities: Findings from the U.S. Chemical Safety Board’s Investigation of the West Fertilizer Explosion
Veronica A. Tinney, Jerad M. Denton, Lucy Sciallo-Tyler, and Jerome A. Paulson | 1493
Also see Science Selections, p. A187

Scientific Issues Relevant to Setting Regulatory Criteria to Identify Endocrine-Disrupting Substances in the European Union
Rémy Slama, Jean-Pierre Bourguignon, Barbara Demeneix, Richard Ivell, Giancarlo Panzica, Andreas Kortenkamp, and R. Thomas Zoeller | 1497

The Importance of the Biological Impact of Exposure to the Concept of the Exposome
Kristine K. Dennis, Scott S. Auerbach, David M. Balshaw, Yuxia Cui, Margaret Daniele Fallin, Martyn T. Smith, Avrum Spira, Susan Sumner, and Gary W. Miller | 1504
Reviews
Ten-Year Monitored Natural Recovery of Lead-Contaminated Mine Tailing in Klity Creek, Kanchanaburi Province, Thailand
Tanapon Phenrat, Ashijya Otwong, Aphichart Chantharit, and Gregory V. Lowry | 1511
Research
Recent Fast Food Consumption and Bisphenol A and Phthalates Exposures among the U.S. Population in NHANES, 2003–2010
Ami R. Zota, Cassandra A. Phillips, and Susanna D. Mitro | 1521
Also see Science Selections, p. A191

A Prospective Analysis of Meat Mutagens and Colorectal Cancer in the Nurses’ Health Study and Health Professionals Follow-up Study
Ngoan Tran Le, Fernanda Alessandra Silva Michels, Mingyang Song, Xuehong Zhang, Adam M. Bernstein, Edward L. Giovannucci, Charles S. Fuchs, Shuji Ogino, Andrew T. Chan, Rashmi Sinha, Walter C. Willett, and Kana Wu | 1529
Also see Science Selections, p. A189

Nanoscale Particulate Matter from Urban Traffic Rapidly Induces Oxidative Stress and Inflammation in Olfactory Epithelium with Concomitant Effects on Brain
Hank Cheng, Arian Saffari, Constantinos Sioutas, Henry J. Forman, Todd E. Morgan, and Caleb E. Finch | 1537

Long-Term Fine Particulate Matter Exposure and Major Depressive Disorder in a Community-Based Urban Cohort
Kyoung-Nam Kim, Youn-Hee Lim, Hyun Joo Bae, Myounghee Kim, Kweon Jung, and Yun-Chul Hong | 1547

Temperature Variability and Mortality: A Multi-Country Study
Yuming Guo, Antonio Gasparrini, Ben G. Armstrong, Benjawan Tawatsupa, Aurelio Tobias, Eric Lavigne, Micheline de Sousa Zanotti Stagliorio Coelho, Xiaochuan Pan, Ho Kim, Masahiro Hashizume, Yasushi Honda, Yue Leon Guo, Chang-Fu Wu, Antonella Zanobetti, Joel D. Schwartz, Michelle L. Bell, Ala Overcenco, Kornwipa Punnasiri, Shanshan Li, Linwei Tian, Paulo Saldiva, Gail Williams, and Shilu Tong | 1554

Assessing the Association between Thermotolerant Coliforms in Drinking Water and Diarrhea: An Analysis of Individual Level Data from Multiple Studies
James Hodge, Howard H. Chang, Sophie Boisson, Simon M. Collin, Rachel Peletz, and Thomas Clasen | 1560

Temporal Trends of Secondhand Smoke Exposure: Nonsmoking Workers in the United States (NHANES 2001–2010)
Binnian Wei, John T. Bernert, Benjamin C. Blount, Connie S. Sosnoff, Lanqing Wang, Patricia Richter, and James L. Pirkle | 1568

Total Effective Xenoestrogen Burden in Serum Samples and Risk for Breast Cancer in a Population-Based Multicase–Control Study in Spain
Roberto Pastor-Barriuso, Mariana F. Fernández, Gemma Castaño-Vinyals, Denis Whelan, Beatriz Pérez-Gómez, Javier Llorca, Cristina M. Villanueva, Marcela Guevara, José-Manuel Molina-Molina, Francisco Artacho-Cordón, Laura Barriuso-Lapresa, Ignasi Tusquets, Trinidad Dierssen-Sotos, Nuria Aragonés, Nicolás Olea, Manolis Kogevinas, and Marina Pollán  | 1575

Reducing Emergency Department Visits for Acute Gastrointestinal Illnesses in North Carolina (USA) by Extending Community Water Service
Nicholas B. DeFelice, Jill E. Johnston, and Jacqueline MacDonald Gibson | 1583

Advancing Exposure Science through Chemical Data Curation and Integration in the Comparative Toxicogenomics Database
Cynthia J. Grondin, Allan Peter Davis, Thomas C. Wiegers, Benjamin L. King, Jolene A. Wiegers, David M. Reif, Jane A. Hoppin, and Carolyn J. Mattingly | 1592
Children's Health
Reducing Phthalate, Paraben, and Phenol Exposure from Personal Care Products in Adolescent Girls: Findings from the HERMOSA Intervention Study
Kim G. Harley, Katherine Kogut, Daniel S. Madrigal, Maritza Cardenas, Irene A. Vera, Gonzalo Meza-Alfaro, Jianwen She, Qi Gavin, Rana Zahedi, Asa Bradman, Brenda Eskenazi, and Kimberly L. Parra | 1600
Also see Science Selections, p. A188

Intrauterine Inflammation and Maternal Exposure to Ambient PM2.5 during Preconception and Specific Periods of Pregnancy: The Boston Birth Cohort
Rebecca Massa Nachman, Guangyun Mao, Xingyou Zhang, Xiumei Hong, Zhu Chen, Claire Sampankanpanich Soria, Huan He, Guoying Wang, Deanna Caruso, Colleen Pearson, Shyam Biswal, Barry Zuckerman, Marsha Wills-Karp, and Xiaobin Wang | 1608
Also see Science Selections, p. A190

Particulate Oxidative Burden as a Predictor of Exhaled Nitric Oxide in Children with Asthma
Caitlin L. Maikawa, Scott Weichenthal, Amanda J. Wheeler, Nina A. Dobbin, Audrey Smargiassi, Greg Evans, Ling Liu, Mark S. Goldberg, and Krystal J. Godri Pollitt | 1616

Acute Impact of Hourly Ambient Air Pollution on Preterm Birth
Shanshan Li, Yuming Guo, and Gail Williams | 1623

Neurodevelopmental Deceleration by Urban Fine Particles from Different Emission Sources: A Longitudinal Observational Study
Xavier Basagaña, Mikel Esnaola, Ioar Rivas, Fulvio Amato, Mar Alvarez-Pedrerol, Joan Forns, Mònica López-Vicente, Jesús Pujol, Mark Nieuwenhuijsen, Xavier Querol, and Jordi Sunyer | 1630

Adverse Associations of both Prenatal and Postnatal Exposure to Organophosphorous Pesticides with Infant Neurodevelopment in an Agricultural Area of Jiangsu Province, China
Ping Liu, Chunhua Wu, Xiuli Chang, Xiaojuan Qi, Minglan Zheng, and Zhijun Zhou | 1637

Bisphenol A and Adiposity in an Inner-City Birth Cohort
Lori A. Hoepner, Robin M. Whyatt, Elizabeth M. Widen, Abeer Hassoun, Sharon E. Oberfield, Noel T. Mueller, Diurka Diaz, Antonia M. Calafat, Frederica P. Perera, and Andrew G. Rundle | 1644

Urinary Concentrations of Bisphenol A and Phthalate Metabolites Measured during Pregnancy and Risk of Preeclampsia
David E. Cantonwine, John D. Meeker, Kelly K. Ferguson, Bhramar Mukherjee, Russ Hauser, and Thomas F. McElrath | 1651

Lactational Exposure to Polybrominated Diphenyl Ethers and Its Relation to Early Childhood Anthropometric Measurements
Kate Hoffman, Michelle Mendez, Anna Maria Siega-Riz, Amy H. Herring, Andreas Sjödin, and Julie L. Daniels | 1656
Brief Communications
Public Health Stops at the School House Door
Jerome A. Paulson and Claire L. Barnett | A171

Managing and Mitigating the Health Risks of Climate Change: Calling for Evidence-Informed Policy and Action
Shilu Tong, Ulisses Confalonieri, Kristie Ebi, and Jorn Olsen | A176

The Water Quality in Rio Highlights the Global Public Health Concern Over Untreated Sewage
Joseph N.S. Eisenberg, Jamie Bartram, and Timothy J. Wade | A180

Facebook

Twitter

Website

Email
As an open-access journal, all EHP content is available free online. EHP is published with support from the National Institute of Environmental Health Sciences as a fully independent peer-reviewed scientific journal.

8.44 Impact Factor  (2014 Journal Citation Reports®)
You elected to receive this e-mail by signing up for e-mail alerts from EHP.

Need to update your email? Click here to update your information in our system:
Update Subscription Preferences

Click here to remove yourself from the EHP Table of Contents e-mail:
Unsubscribe From This List  

 

27/09/2016

Les émissions de CO2 de l'aviation civile

Attac France‎ - 

Calculateur d'émissions de CO2 de l'aviation: DGAC

http://eco-calculateur.aviation-civile.gouv.fr/

22/09/2016

Accident nucléaire : Consultation publique sur le projet de décret relatif aux zones qui seraient contaminées en cas d'accident

Consultation publique sur le projet de décret relatif à la protection contre les dangers des rayonnements ionisants  :  ATTENTION : date limite 30/09/2016

Une consultation dont les médias n'ont pas parlé et qui ne dure (n'a duré) qu'un mois : du 31/8 au 30/9/2016 !


La CRIIRAD appelle à se mobiliser contre l’adoption de niveaux de référence très élevés pour la gestion des accidents nucléaires et de leurs conséquences.

Transposition de la directive Euratom 2013/59 : Niveaux d ... - Criirad

www.criirad.org/euratom/euratom2013-59-niveaux-exposition.html


Les autorités françaises s’apprêtent à fixer les critères de gestion des zones contaminées après un accident nucléaire (ou après un attentat affectant une installation nucléaire). Quel niveau d’exposition aux rayonnements, et donc de risque, sera pris en référence pour décider de la nécessité ou non d’engager telle ou telle action pour protéger la population ? Très concrètement : jusqu’à quel niveau de risque serez-vous condamné à vivre en zone contaminée ? À partir de quel niveau de risque pourrez-vous espérer être indemnisé et relogé dans un environnement sain ?

Les autorités françaises ont retenu les niveaux de dose efficace les plus élevés possible : 100 mSv pour la phase accidentelle et 20 mSv/an pour la phase poste accidentelle (alors que pour le public, la limite maximale de dose est normalement de 1 mSv/an et que cette valeur correspond déjà à un niveau de risque élevé). Plus les limites sont élevées, moindre sont les dépenses liées à la protection et à l’indemnisation des dommages. Ce choix est malheureusement cohérent avec le plafonnement des indemnités pour les victimes d’un accident nucléaire majeur. Le nucléaire est dispensé de l’application du principe pollueur-payeur : ce sont ses victimes qui supporteront les conséquences sanitaires et économiques de la catastrophe.
Cette décision n’arrive pas par hasard. Elle est le fruit de 20 ans d’efforts du lobby nucléaire, et plus précisément du lobby nucléaire français via son cheval de Troie, le CEPN[1]. L’idée clef est de convaincre les populations que l’on peut tout-à-fait vivre en zone contaminée. Il suffit d’un peu de formation et d’équipement pour contrôler son environnement, ses aliments. Ces experts ont juste « oublié » le problème central de la dégradation de l’état de santé des habitants, et tout particulièrement des enfants.
Si vous êtes choqué par l’image de ces enfants japonais qui portent autour du cou un dosimètre en guise de pendentif, si ce n’est pas l’avenir que vous souhaitez pour vos enfants, agissez !
Le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer a lancé une consultation sur le projet de décret relatif à la Directive 2013/59.. Cette consultation est une opportunité pour dénoncer les propositions que nous jugeons inacceptables et manifester d’ores et déjà nos exigences. Nous avons tardivement pris connaissance de cette consultation qui se terminera le 30 septembre.
 
Participez à la consultation publique
et dites NON à l’obligation de vivre en zone contaminée !

Comment participer à la consultation publique ?

Pour participer à la consultation, rendez-vous sur le site http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-de-decret-relatif-a-la-protection-sanitaire-a1504.html ou cliquez sur ce lien pour accéder à la page de présentation et donner votre avis.

Il vous faudra inscrire : un titre, un message, votre nom (ou pseudonyme) et votre adresse mail.

Vous pouvez rédiger vos propres messages ou utiliser des extraits de notre présentation ci-après :

Proposition de titre : « Accident nucléaire : des niveaux de référence inacceptables »

Proposition de message :

« Le projet de décret retient des niveaux de référence excessivement élevés pour la gestion des situations accidentelles et post-accidentelles. Je demande qu’ils soient fixés à la borne inférieure et non pas supérieure de l’intervalle défini par la directive 2013/59/Euratom sur la base des recommandations de la CIPR :

<![if !supportLists]>-          <![endif]>20 mSv et non pas 100 mSv pour la phase d’urgence
<![if !supportLists]>-          <![endif]>1 mSv/an et non pas 20 mSv/an pour la phase post-accidentelle.
Je demande également qu’une limite et non pas une simple référence soit établie pour la gestion des territoires contaminés et que des garanties spécifiques soient définies pour les enfants et les femmes enceintes.

Je refuse d’être contraint de vivre et de laisser vivre mes enfants  dans un environnement aussi dangereux pour notre santé. Si les pouvoirs publics ne peuvent pas garantir un niveau de risque plus faible, il est impératif de mettre à l’arrêt les installations nucléaires susceptibles de conduire à cette situation. »

 

Attention, vos commentaires doivent être déposés d’ici le 30 septembre !

Merci de nous adresser un message une fois que vous aurez déposé votre commentaire sur le site du ministère à l’adresse contact@criirad.org !

La Directive traite de nombreux sujets que nous analyserons plus avant. D’autres actions seront mises en place dans les semaines qui viennent. Nous comptons d’ores et déjà sur votre aide pour les relayer !

En savoir plus sur les valeurs proposées par le décret    


Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité


CRIIRAD

29 Cours Manuel de Falla 26000 VALENCE- 04 75 41 82 50


asso@criirad.org – www.criirad.org

--------------------

Pour participer à la consultation, rendez-vous sur le site

http://www.consultations-publiques.developpement-durable....

ou cliquez sur ce lien pour accéder à la page de présentation et donner votre avis

20/09/2016

Rassemblement à Notre-Dame-des-Landes le 8 octobre 2016

communiqué :

   
Notre-Dame-des-Landes le 8 octobre 2016 : « Que résonnent les chants de nos bâtons ! »
Qui ? Attac France
Quand ? Samedi 8 octobre de 10h00 à 18h00
Où ? Notre-Dame-des-Landes
Acculé par les mobilisations massives des 9 janvier et 27 février, le gouvernement a organisé en juin une consultation biaisée. Se croyant forts du résultat de cette mascarade, les pro-aéroport et le premier ministre ont confirmé leur intention de procéder cet automne à l’évacuation et à la destruction de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, de ses cultures, de sa faune et de sa flore, de ses habitats et activités ainsi que des liens entre toutes celles et ceux qui se sont attaché.es à ce bocage. Ces déclarations font fi de la situation juridique du dossier puisqu’entre autres les autorisations de travaux ne sont toujours pas accordées.

lire en ligne

Notre-Dame-des-Landes le 8 octobre 2016 : « Que résonnent les ...

https://france.attac.org/.../notre-dame-des-landes-le-8-octobre-2016-que-resonnent-les...

18/08/2016

Nature, plantes sauvages, survie

Une émission à écouter, du 18/8/16 :

 

Des fleurs et des fusils - ON NE PARLE PAS LA BOUCHE PLEINE

www.franceculture.fr/emissions/ne-parle-pas-la-bouche-pleine/des-fleurs-et-des-fusils

Alain Kruger · Écouter ... Les plantes sauvages ont permis aux hommes de ne pas mourir en temps de guerre depuis Charlemagne. ... Gourmand et cuisinier, George Oxley est l'auteur de : La Fleur Au Fusil, Gallimard, col. .... Ecouter le direct •.

19/07/2016

À propos de pollution

lu sur :

La Commission européenne inflige une amende record au «cartel des camions»
Le Figaro -
 
Entre 1997 et 2011, les constructeurs de poids lourds européens se sont entendus sur les prix et le calendrier d'introduction des technologies pour diminuer les émissions polluantes.

La note est particulièrement salée pour le «cartel des camions». Daf Trucks, Daimler, Scania, Volvo (auquel appartient le Français Renault Trucks), Iveco, MAN... Au total, six constructeurs vont devoir payer 2,93 milliards d'euros à Bruxelles pour entente illicite entre 1997 et 2011, a indiqué la Commission européenne ce mardi, confirmant ainsi les informations du journal Le Monde. Il s'agit de l'amende la plus élevée infligée par l'Union européenne. La précédente, d'un montant de 1,47 milliard d'euros, concernait les fabricants de téléviseurs à tubes cathodiques, en 2012.

»» Lire aussi:
Émissions polluantes: une enquête allemande pointe des irrégularités ...
www.lefigaro.fr › ECONOMIE


Dans les faits, les constructeurs de poids lourds européens étaient soupçonnés de s'être entendus, au préalable, sur le calendrier et le niveau de la hausse des prix consécutive à l'introduction de nouvelles technologies de réduction des émissions de CO². Durant quatorze ans, le «cartel des camions» a ainsi retardé le processus, jusqu'à ce que Bruxelles se mette à prêter attention à leurs activités, en 2011. Cette année-là, la Commission européenne et la Direction générale de la concurrence mènent des «contrôles surprises», confirmant les soupçons. Les émissions de CO² des camions ont progressé de 36%, entre 1990 et 2010, selon la Commission.

DAF a provisionné 850 millions d'euros pour payer l'amende

Les constructeurs européens semblent s'être organisés pour limiter l'impact de cette amende. Daimler a ainsi provisionné 600 millions d'euros depuis deux ans, et DAF a mis de côté 850 millions d'euros. Quant à Iveco et Volvo, ils auraient respectivement prévu une somme de 500 et 650 millions. Outre cette sanction pécuniaire, ces entreprises vont devoir rendre des comptes à leurs clients. Elles représentent en effet 95% du marché européen, «qui a oscillé de 200.000 à 300.000 véhicules immatriculés par an» entre 1997 et 2011, rappelle Le Monde. Les activités du cartel ont pu avoir une influence sur le prix des camions mais également sur les tarifs de transports.

Cette décision s'inscrit dans la lutte de Bruxelles contre les émissions de CO². Un combat qui avait été quelque peu entaché par le scandale du Dieselgate. En septembre 2015, Volkswagen a avoué avoir équipé ses modèles diesel d'un logiciel capable de tromper les tests de mesure anti-pollution des autorités. Des faits connus par l'UE depuis 2013.

»» Lire aussi: Climat: l'Europe réduit ses émissions polluantes à petits pas

La Commission européenne devrait proposer de limiter les émissions polluantes des poids lourds, qui représentent le quart des émissions du transport routier, rapportait Reuters, jeudi dernier. L'UE a déjà introduit une limite de 95 grammes de CO² par kilomètre d'ici 2021, mais elle ne concerne que les véhicules légers.

La rédaction vous conseille

L'Autorité de la concurrence épingle le cartel du yaourt
Materne, Andros... enquête sur un cartel de la compote
361 millions d'euros d'amende pour un cartel de lessive
Un cartel des loueurs de voitures épinglé
 
sur le même sujet :
 
Plus d'actualités pour "cartel des camions"

Cartel des camions : Bruxelles inflige une amende record de 2,93 ...

www.lemonde.fr/.../cartel-des-camions-bruxelles-s-apprete-a-prononcer-une-amende-rec...
Il y a 13 heures - Six constructeurs se voient reprocher de s'être entendus pour retarder l'introduction de technologies limitant les émissions de dioxyde de ...

Cartel des camions: une amende record de 2,93 milliards d'euros

www.latribune.fr › Entreprises & Finance › Services › Transport & Logistique

Il y a 7 heures - C'est l'amende historique que la Commission européenne a infligé ce mardi au cartel des constructeurs de camions, pour avoir "enfreint les ...

26/05/2016

Jusqu'ici, tout va bien ... Jusqu'ici, tout va bien ... Jusqu'ici, tout va bien ...

Vous connaissez l'histoire de la personne qui tombe d'un gratte ciel ?

à lire sur :

Le Monde

Le président de l'Autorité de sûreté nucléaire française, Pierre-Franck Chevet, s'inquiète ...

 

22/05/2016

La pollution des navires de croisière

à lire sur :

The world's largest cruise ship and its supersized pollution problem ...

www.theguardian.com › Environment › Pollution

Traduire cette page

When the gargantuan Harmony of the Seas slips out of Southampton docks on Sunday afternoon on its first commercial voyage, the 16-deck-high floating city will switch off its auxiliary engines, fire up its three giant diesels and head to the open sea.

But while the 6,780 passengers and 2,100 crew on the largest cruise ship in the world wave goodbye to England, many people left behind in Southampton say they will be glad to see it go. They complain that air pollution from such nautical behemoths is getting worse every year as cruising becomes the fastest growing sector of the mass tourism industry and as ships get bigger and bigger.

According to its owners, Royal Caribbean, each of the Harmony’s three four-storey high 16-cylinder Wärtsilä engines will, at full power, burn 1,377 US gallons of fuel an hour, or about 96,000 gallons a day of some of the most polluting diesel fuel in the world.

In port, and close to US and some European coasts, the Harmony must burn low sulphur fuel. But, says Colin MacQueen, who lives around 400 yards from the docks and is a member of new environment group Southampton Clean Air, the fumes from cruise liners and bulk cargo ships are “definitely” contributing to Southampton’s highly polluted air.

“We can smell, see and taste it. These ships are like blocks of flats. Sometimes there are five or more in the docks at the same time. The wind blows their pollution directly into the city and as far we can tell, there is no monitoring of their pollution. We are pushing for them to use shore power but they have resisted.”

“The liners pollute, but the road traffic that they and the cargo ships generate is also huge,” he adds.

14/04/2016

... plus facile ... (le ROUNDUP)

Roundup : le pesticide divise l'Union européenne et l'OMS

www.lemonde.fr/.../roundup-le-pesticide-divise-l-union-europeenne-et-l-o...


28 mars 2016 - Lire aussi : Le bénéfice des cultures « Roundup ready » en question .... limité » (limited evidence) de la cancérogénicité du glyphosate… Limité ...

Le Parlement européen demande une réautorisation limitée du glyphosate
Le Monde‎ - Il y a 23 heures

31/03/2016

Du plutonium dans la Loire

communiqué:

C'est bien arrivé : du plutonium dans la Loire !

www.sortirdunucleaire.org/C-est-bien-arrive-du-plutonium-dans-la-Loire


En 1980, un accident grave à la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) a conduit à un déversement de plutonium dans la Loire. 36 ans après, on vient de retrouver cette substance radioactive dans les sédiments du fleuve ! Nous interpellons les autorités pour dénoncer les risques pour les habitants de la vallée de la Loire.

 

 

29/03/2016

Gaz de schiste : les risques sismiques

 
Gaz et pétrole : 7 millions d’Américains menacés de séismes liés à la fracturation hydraulique
 
Dans un rapport publié lundi, l’Institut américain de géophysique a identifié 21 endroits ayant connu ces dernières années un accroissement des secousses sismiques provoquées par cette méthode.

13/03/2016

Errare Humanum Est, Perseverare Diabolicum !

(comprenne qui pourra ... ou voudra ... fouchtra ! )

lu sur :

EDF chief executive warns France over Hinkley costs - The ...


www.theguardian.com › Business › EDF Energy
Traduire cette page
Il y a 2 jours - Jean-Bernard Lévy says nuclear project will not go ahead without more financial backing from French government.


One analyst earlier this week described the Hinkley project as “insane” because of the problems EDF and Areva had experienced at similar schemes at Flamanville in Normandy and Olkiluoto in Finland.

The Japanese prime minister at the time of the Fukushima nuclear accident has warned that nuclear power is unsafe and too expensive to justify building new plants anywhere in the world.

Speaking on the fifth anniversary of the disaster on Friday, Naoto Kan said he was against the idea of Japanese manufacturers such as Hitachi and Toshiba building nuclear plants in the UK.

“Nuclear power is not safe. In the worst case scenario up to 50 million people would have had to be evacuated. Nuclear power is not a suitable technology and renewable power is much better,” Kan told the Guardian.

01/03/2016

L'exposition aux pesticides en zone rurale

lu sur :

Les riverains des champs sont exposés à un cocktail de pesticides

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Martine Valo
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/03/01/les-riverains-des-champs-sont-exposes-a-un-cocktail-de-pesticides_4874095_3244.html#hCK2dSrkCLJ8rZ5g.99

« Quand on voit notre voisin agriculteur sur son tracteur traiter ses pommiers sans protection particulière, on se dit que ça va. Mais quand il arrive en tenue de cosmonaute, on se dépêche de faire rentrer les enfants ! » C’est ainsi que Marie Pasquier résume la cohabitation quotidienne de sa famille avec les arboriculteurs du Rhône, au sud de Lyon, dont les vergers les plus proches sont à cinq mètres de ses fenêtres. Elle dénombre « 20 épandages par saison, entre mars à septembre », qui la dissuadent d’avoir son propre jardin, car « ce n’est pas la peine d’essayer de cultiver des légumes bio par ici. » Elle ne sait pas quelle est la teneur des pulvérisations qui laissent un dépôt jaune sur sa terrasse. Sa famille a toujours vécu là, et elle a commencé à se documenter sur la question des pesticides après le décès de son père, mort d’un lymphome.

La maison des Pasquier fait partie d’un panel d’habitations examinées par Générations futures. L’association spécialisée dans le domaine des pesticides livre, mardi 1er mars, les résultats de tests menés dans 22 logements situés à proximité de vignes, de cultures de céréales ou de vergers. Les résultats sont édifiants.

En juillet 2015, les participants à l’enquête de Générations futures ont traqué les résidus de produits phytosanitaires chez eux, armés d’un aspirateur équipé d’un kit de prélèvement fourni par le laboratoire Kudzu Science. Les analyses qui ont suivi ont révélé qu’ils vivent dans un « bain de poussière aux pesticides » préoccupant, selon François Veillerette et Nadine Lauverjat, de Générations futures.

Douze perturbateurs endocriniens potentiels

En moyenne, 20 produits différents ont été détectés par habitation : 14 dans celles installées près de parcelles de grandes cultures céréalières, 23 près de vergers, 26 près de vignes. Douze sont de probables perturbateurs endocriniens. En quantité, ces molécules, qui sont suspectées d’influencer notre système hormonal, représentent même 98 % des échantillons : 17,3 milligrammes sur les 17,6 mg de résidus recensés par kilo de poussière.

L’enquête confirme que les inquiétudes des riverains d’exploitations agricoles intensives sont fondées. Ils sont bel et bien exposés à un ensemble de produits chimiques dont on connaît mal l’effet cocktail.

En plus des molécules de perméthrine qui pourraient provenir de bombes insecticides domestiques, le laboratoire a trouvé dans la totalité des échantillons du tebuconazole, un fongicide, et du dimethomorphe, utilisé contre le mildiou, un champignon qui affecte les cultures. Les experts ont aussi quantifié à plus de 90 % des fongicides – azoxystrobine et spiroxamine –, ainsi qu’un herbicide, le diflufenican. Ils ont décelé une proportion importante de chlorpyrifos, un insecticide, et même du diuron, un autre herbicide relevé chez la plupart des participants alors qu’il est interdit en France depuis 2008. Enfin, une deuxième série de prélèvements effectuée en janvier 2016 montre que la concentration de ces molécules chute fortement en hiver, après les pics des épandages estivaux.

Lire aussi :   Les secrets de « l’effet cocktail » mis au jour

Tergiversations

Sur les 61 substances actives analysées, 39 sont des perturbateurs endocriniens potentiels. Pour établir ce résultat, Générations futures s’est fiée au recensement établi à l’initiative de la scientifique Theo Colborn, une référence à la matière. Il n’existe en effet aucune liste officielle à ce jour. Les perturbateurs endocriniens sont pourtant suspectés d’être liés à certains cancers (prostate, testicule, sein), à des perturbations du système hormonal (obésité, diabète), de la reproduction et de la fertilité précoce chez les filles, ainsi que des troubles de développement du fœtus. Censée adopter une définition précise de ces contaminants le 14 décembre 2013 au plus tard, la Commission européenne tarde à s’exécuter. L’association espère que son étude viendra raviver la volonté du gouvernement français d’exiger que Bruxelles tergiverse un peu moins sur cette question et aboutisse enfin.

Lire aussi :   Pesticides : le laxisme de l’Europe épinglé

Le faible nombre d’échantillons recueillis pourrait être opposé à cette enquête. Elle s’explique par le manque de moyens de l’association, répond Nadine Lauverjat. « Voilà dix ans que nous travaillons sur les victimes des pesticides, rapporte-t-elle. L’une d’entre elles s’était lancée dans l’analyse des poussières de son logement à Léognan, en Gironde, nous avons trouvé que l’idée était bonne. Nous nous sommes donc adressés aux 400 personnes avec lesquelles nous sommes en contact à ce sujet, 80 ont répondu, mais nous avons dû exercer une sélection. Question de coûts. »

Vessela Renaud, l’une des participantes de l’enquête de Générations futures, témoigne de ses difficultés à cohabiter avec des cultures céréalières en Seine-Maritime. « Une  fois, la rampe de notre voisin agriculteur pulvérisait à 2 ou 3 mètres des enfants qui jouaient, j’ai crié… Mais il ne voit pas où est le problème, il répond que lui et son père, l’ancien maire, utilisent des pesticides depuis soixante-dix ans, rapporte-t-elle. Alors j’écris des lettres, je prends des photos… »

En Gironde, l’inquiétude des riverains grandit. Le 1er mars, Marie-Lyse Bibeyran, l’une des figures du combat sur les pesticides dans ce département, doit remettre au préfet une pétition, forte de plus de 84 000 signatures, appelant à convertir à la culture bio « toutes les zones agricoles proches des établissements et infrastructures sportives et culturelles accueillant des enfants. »

Lire aussi :   A Bordeaux, une manifestation contre les pesticides dans les vignobles


 Martine Valo
journaliste Planète Suivre Aller sur la page de ce journaliste Suivre ce journaliste sur twitter


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/03/01/les-riverains-des-champs-sont-exposes-a-un-cocktail-de-pesticides_4874095_3244.html#e85fxDShT53ilDJu.99

08/02/2016

On n'arrête pas le progrès ! (chimie et environnement: vers une prise de conscience ?) suite

lu sur :

Pourquoi le ministère de l'Agriculture continue-t-il d ... - Basta

www.bastamag.net › Décrypter

Il y a 3 jours - Qu'en est-il des alternatives à ces molécules chimiques de ... Quant à l'agriculture bio, sans pesticides, elle n'est pas .... Si vous souhaitez connaître le détail des cinq pesticides dangereux les .... NET, le portail des copains.

extrait :

L’enquête de Cash Investigation diffusée le 2 février rappelle un scandale sanitaire toujours à l’œuvre : les pesticides cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques qui sont déversés par milliers de tonnes chaque année, dans tous les départements. Qu’en est-il des alternatives à ces molécules chimiques de synthèse ? La loi d’avenir agricole de juillet 2014 devait favoriser la commercialisation des préparations naturelles comme le vinaigre blanc, le sucre ou l’argile. Or, le décret permettant leur mise sur le marché traîne au milieu des piles de dossiers du ministère... À ce jour, pulvériser sur ses cultures une tisane de plantes reste passible de poursuites. Quant à l’agriculture bio, sans pesticides, elle n’est pas suffisamment soutenue.

La France reste le premier consommateur de pesticides en Europe et le troisième au niveau mondial. Selon les informations recueillies par les équipes de Cash Investigation et de francetv info, près de 100 000 tonnes de pesticides très toxiques sont épandus en France dans les champs, les vignes ou les vergers. Sur la base de données confidentielles provenant du ministère de l’Écologie, Cash Investigation a identifié 71 substances jugées « dangereuses » ou « potentiellement dangereuses » par différents organismes [1]. C’est en Gironde, dans la Marne et en Loire-Atlantique qu’est épandue la plus grande quantité de pesticides (en noir sur la carte) [2] :

07/01/2016

On n'arrête pas le progrès ! (un exemple : le méthane en Californie)

lu sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/01/07/etat-d-urgence-en-californie-apres-une-fuite-massive-de-methane_4842896_3244.html#TRJQSKxJHqJPxDwj.99

 (les surlignages sont de moi)

Le gouverneur de Californie a déclaré l’état d’urgence autour de Los Angeles, mercredi 6 janvier, à cause d’une fuite de méthane massive dans un puits gazier qui a forcé des milliers de résidents de la banlieue de Porter Ranch à évacuer. L’entreprise à l’origine de la fuite, Southern California Gas Company (SoCalGas), a estimé qu’entre 30 000 et 58 000 kilogrammes de méthane, un gaz inodore, étaient répandus par heure dans l’air.

Les autorités affirment que la fuite depuis le site d’Aliso Canyon de SoCalGas, qui avait été détectée le 23 octobre par des employés à plus de 2 400 mètres de profondeur, ne pose pas de danger sérieux pour la santé des riverains. Les additifs nauséabonds destinés à signaler les fuites de méthane ont tout de même provoqué chez beaucoup d’habitants des environs des nausées, saignements de nez et maux de tête.

Mais c’est surtout l’impact environnemental de cette fuite qui pourrait, lui, être dévastateur. L’autorité de la qualité de l’air en Californie (California Air Resources Board) estime que la fuite est si massive qu’elle correspond à une augmententation de la production de gaz à effet de serre pour toute la Californie de près de 25 %. « Nous ne pourrons évaluer son impact que lorsque la fuite sera définitivement arrêtée et que nous bénéficierons de chiffres », a déclaré un porte-parole de l’agence.

Cette fuite est « sans comparaison, catastrophique » car c’est du méthane, un gaz à effet de serre « 80 fois plus puissant que le CO2 à l’échelle de vingt ans, et qui agit beaucoup plus rapidement », dénonce Stephanie Pincetl, professeure de sciences environnementales, interrogée par l’AFP. C’est « l’équivalent de trois quarts des émissions de toutes les raffineries de pétrole de la Californie en un an », souligne Mme Pincetl.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/01/07/etat-d-urgence-en-californie-apres-une-fuite-massive-de-methane_4842896_3244.html#TRJQSKxJHqJPxDwj.99

21/09/2015

Charité bien ordonnée ... (pétrole)

lu sur :

Le Monde - 

Selon l’OCDE, les Etats dépensent trop de milliards en faveur des énergies fossiles

Le Monde | 21.09.2015 à 10h37 • Mis à jour le 21.09.2015 à 12h00 |

Par Martine Valo

Réduire par tous les moyens l’usage des énergies fossiles émettrices de gaz à effet de serre (GES) : la lutte contre le changement climatique est à ce prix. Pétrole, gaz et charbon sont responsables de 80 % des émissions mondiales de CO2 et 67 % des émissions de gaz à effet de serre. Et pourtant les Etats continuent massivement à subventionner ces énergies polluantes.

Dans un rapport rendu public lundi 21 septembre, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) chiffre à environ 500 milliards de dollars par an (442 millions d’euros) les moyens fournis par les gouvernements dans le monde pour en encourager la consommation et la production. Si l’on prend en compte les 34 pays membres de cette institution plus le Brésil, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, la Russie et l’Afrique du Sud, entre 2010 et 2014, ce sont 141 à 177 milliards d’euros qui sont allés chaque année au soutien du gaz (qui reçoit 10 % du total), du charbon (8 %) et surtout des produits pétroliers (82 %).

Lire aussi : Cinq cartes qui montrent l’impact du charbon en Europe

Pour parvenir à ces sommes faramineuses, les Etats font preuve de créativité dans le registre fiscal. L’OCDE a recensé pas moins de 800 mesures diverses : exemptions, réduction de TVA, bons d’essence pour les ménages à faible revenu, aides directes, etc. Qui en bénéficie ? Il y a les coups de pouce appuyés sous forme, par exemple, de détaxes supplémentaires pour les habitants des outre-mers français ou bien pour le personnel des administrations américaines et… de l’OCDE. Mais, dans la majorité des 40 pays étudiés sont aussi concernés les agriculteurs, les pêcheurs et la foresterie, ainsi que les taxis, les compagnies aériennes sur leurs vols internationaux, les familles qui chauffent leur logement au fioul ou au gaz, les automobilistes, les routiers… bref à peu près tout le monde.

Infléchissement

La production reçoit sa part de soutien : financement de terminaux charbonniers ou gaziers, de la recherche et de l’exploration, crédit d’impôt pour de lourds investissements. « La suppression multilatérale et coordonnée des subventions à la consommation dans les pays en développement et émergents réduirait les émissions mondiales de GES de 3 % à l’horizon 2020 par rapport à un scénario de référence », rappelle l’OCDE. La consommation est pourtant lourdement encouragée et absorbe les quatre cinquièmes du montant total des aides diverses.

Mais chez les pays producteurs, la proportion des aides consacrées à la production reste forte : dans la Fédération de Russie, cette part représente 78 % ; aux Etats-Unis, 42 % ; et au Canada, 38 %. L’Allemagne continue de subventionner ses mines de houille pour 1,5 milliard d’euros, mais c’est toutefois trois fois moins qu’en 1998. L’inventaire OCDE des mesures de soutien pour les combustibles fossiles de 2015 et des données complémentaires vont être mis en ligne lundi, afin que « les gens puissent s’informer et débattre », espère Jehan Sauvage, principal auteur de cette étude.

POUR PARVENIR À CES SOMMES, LES ETATS FONT PREUVE DE CRÉATIVITÉ DANS LE REGISTRE FISCAL : EXEMPTIONS, RÉDUCTION DE TVA, AIDES DIRECTES…

« Ces mesures de soutien sont coûteuses, privent les Etats de recettes fiscales au détriment d’autres dépenses, comme celles de santé et d’éducation, détournent artificiellement les investissements qui pourraient sinon se diriger vers d’autres secteurs plus propres. Enfin, en encourageant la consommation de carburants notamment, elles accroissent les coûts humains de la pollution et contribuent au changement climatique. Pour toutes ces raisons, il est important que les contribuables soient mieux informés », résume l’analyste.

Le résultat du travail de transparence de l’OCDE ne désigne ni champion ni dernier de la classe, les comparaisons entre des taxes aussi différentes se révélant délicates. Les auteurs décèlent néanmoins une certaine tendance à la baisse depuis le dernier pic en date, celui de 2012.

Cet infléchissement n’est pas seulement dû à la chute des cours internationaux du pétrole, auxquels nombre de décotes fiscales sont liées, mais aussi au fait que certains pays ont commencé à lever le pied. Au chapitre des bons élèves, les Pays-Bas, par exemple, ont mis fin en janvier 2013 à la réduction du droit d’accise sur le gazole pour les activités agricoles et pour le chauffage au nom de la défense de l’environnement. L’Autriche et la Slovaquie ont enclenché le même processus. Quant à la France, sa « contribution climat-énergie », une taxe carbone introduite en 2014 sur le gaz naturel, n’a pas encore produit d’effet observable.

Appel à réviser la fiscalité

Les principaux reculs des sommes consenties aux énergies fossiles proviennent de pays comme le Mexique, qui a mis progressivement fin au soutien à l’achat d’essence et de gazole commercialisés par deux marques nationales. Conjuguées à la chute des prix du pétrole, ces évolutions ont ramené en deux ans les dépenses mexicaines de 13 milliards d’euros à 1,8 milliard d’euros. L’Indonésie a aussi cessé toute subvention à l’essence au début de 2015 et plafonné les aides pour le gazole.

Lire aussi : Charbon : noir c’est noir

Les deux tiers de ces 800 aides ont été adoptées avant l’an 2000. Certaines datent des années 1970, une période de croissance où la sécurité énergétique passait bien avant la conscience écologique. L’OCDE en conclut que les Etats feraient bien de réviser de temps en temps leur fiscalité en la matière. Ce rapport devrait les y aider. L’organisation conclut : « Il existe à l’évidence de réelles possibilités d’économiser des ressources budgétaires et d’améliorer l’état de l’environnement, à la fois dans les économies avancées et dans les émergentes. »

Le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, prévient les Etats : « Pour relever le défi du changement climatique, nous devrons réduire à zéro, d’ici à la fin du siècle, les émissions nettes dues aux combustibles fossiles dans le monde. A défaut, la hausse des températures est inexorable. »

Martine Valo 
journaliste Planète

17/09/2015

On n'en parle guère dans la presse hexagonale ...

Olympic organisers destroy 'sacredSouth Korean forest to create ski ...

www.theguardian.com/.../olympic-organisers-destroy-sacred-south-korean-forest-to-create-ski-run

7 hours ago ... 

Green campaigners say recent removal of 500-year-old virgin forest is an ecological disaster and dismiss officials’ ‘patronising’ offer to restore habitat

 

31/07/2015

Le coût de la pollution de l’air en France

lu dans la revue de presse de l'INSERM :

Le coût de la pollution de l’air évalué

La Commission d’enquête du Sénat sur le coût de la pollution de l’air publie aujourd’hui son rapport final, intitulé « Pollution de l’air : le coût de l’inaction », qui doit « chiffrer l’impact global de cette pollution et proposer des mesures pour y remédier », rapportent l’AFPLe Parisien et Libération. Selon les informations du Parisien, ce coût pourrait atteindre entre 68 et 97 milliards d’euros annuels. Ramenée à la population française, la pollution de l’air coûterait donc entre 1 100 et 1 600 euros par an et par habitant. Les particules, un des principaux polluants atmosphériques, augmentent le risque de développer des maladies comme l’asthme, des cancers ou des troubles cardiovasculaires. La prise en charge des frais médicaux liés à ces maladies, a été évaluée récemment entre 1 et 2 milliards d’euros par an par des chercheurs de l’Inserm et de l’Université Pierre et Marie-Curie.

 

Retrouvez le C’est dans l’air « Le coût de la pollution atmosphérique sur la santé estimé entre 1 et 2 milliards par an » sur la salle de presse de l’Inserm.

 

AFP, 14/07, Le ParisienLibération, 15/07

21/06/2015

Pesticides : le poids de l’agro-business

à lire sur BASTAMAG :

.

.

.

.

BASTA !

AGRICULTURE

Pourquoi tous les gouvernements échouent à réduire la présence des pesticides... - Basta

www.bastamag.net/Pourquoi-la-consommation-de-pesticides-continue-a- augmenter

 

par Nolwenn Weiler - 30 mars 2015

Réduire de moitié l’usage des pesticides : telle est l’ambition affichée par les ministres de l’Agriculture depuis une décennie. Pourtant, le recours à ces produits toxiques et cancérogènes ne cesse d’augmenter. Malgré les discours sur « l’agriculture raisonnée », malgré la progression des cultures bio, malgré l’effort des consommateurs qui achètent de plus en plus de produits sans pesticides, malgré les résultats obtenus par plusieurs agriculteurs qui réduisent drastiquement le recours à la chimie… En cause : le poids de l’agro-business qui freine tout changement d’ampleur. Et l’absence de véritables sanctions contre les fraudeurs qui continuent d’utiliser des produits pourtant interdits.

Enquête sur une aberration.

... 

Pourquoi tous les gouvernements échouent à réduire la présence des pesticides - Basta !.pdf

28/05/2015

Boues rouges en Méditerranée : vers un arrêt des rejets ?

(lu dans le Canard de cette semaine)

J'adore !

Bravo Ségolène !

boues rouges.png

09/05/2015

BTP Vinci à Toulouse, sur un ancien site industriel ...

à lire sur BASTAMAG (lien ci-contre) :

 

PROJET IMMOBILIER

Quand Vinci veut construire immeubles, crèches et espaces verts sur un terrain pollué au plomb et à l’arsenic

ERIC DOUREL

A Toulouse, le géant du BTP Vinci veut édifier un ensemble immobilier écolo-compatible, avec espaces verts, jardins partagés, une résidence senior, une crèche, des bureaux et logements collectifs. Petit problème, les sols et la nappe phréatique sont pollués aux hydrocarbures et aux métaux lourds, surtout au plomb. Mais de la mairie à la préfecture, personne ne semble s’inquiéter de la construction de centaines de logements sur un ancien site industriel. Et sans alerte de la part de riverains ou de citoyens, aucun compte ne sera demandé à Vinci sur les éventuels travaux de dépollution. Enquête.

 

[Lire la suitede Quand Vinci veut construire immeubles, crèches et espaces verts sur un terrain pollué au plomb et à l’arsenic]

11/04/2015

Environnements : Actualités concernant le Bassin de Lacq

quelques liens  :

    1. Actualités correspondant à bassin lacq comptes
  1. du bassin de Lacq (64) : la Cour des comptes s'en mêle - Sud Ouest
  2. www.sudouest.fr/.../bassin-de-lacq-la-cour-des-comptes-s-en-mele-1886908- 4635.php
  3. il y a 26 minutes ... Reconversion « à risques » du bassin de Lacq (64) : la Cour des La circulation sur les voies privées reste l'un des points faibles de la ...
  4. La Cour des comptes pointe les risques du bassin chimique de Lacq ...
  5. https://fr.news.yahoo.com/cour-comptes-pointe-risques-bassin-chimique-lacq -133711840.html
  6. il y a 3 heures ... L'avertissement de la Cour des comptes aux pouvoirs publics est clair. Il faut améliorer la sécurité, encadrer et mieux prévenir les risques ...
  7. La sécurité sanitaire sur le bassin de Lacq pointée par un rapport ...
  8. www.larepubliquedespyrenees.fr/.../securite-sanitaire-le-bassin-de-lacq-pointe -par-un-rapport,1244769.php
  9. il y a 11 heures ... C'est sur la base d'un rapport ancien que la Cour des comptes vient de publier ... sanitaire et environnementale sur la zone du bassin de Lacq.
  10. Bassin de Lacq: la Cour des comptes pointe des risques sur la ...
  11. www.connaissancedesenergies.org/.../bassin-de-lacq-la-cour-des-comptes- pointe-des-risques-sur-la-securite-sanitaire-et-lenvironnement-150...
  12. il y a 1 jour ... La Cour des comptes pointe les risques sur la sécurité sanitaire et environnementale dans la zone industrielle du bassin de Lacq ...
  13. Bassin de Lacq: la Cour des Comptes épingle les ... - France Bleu
  14. www.francebleu.fr/...comptes/bassin-de-lacq-la-cour-des-comptes-epingle-les -pouvoirs-publics-2272017
  15. il y a 1 jour ... La Cour des comptes vient de publier un rapport trés sévère sur le bassin de Lacq. Elle pointe des risques sur la sécurité sanitaire et ...
  16. Bassin de Lacq: la Cour des comptes pointe des ... - Notre Temps
  17. www.notretemps.com/.../bassin-de-lacq-la-cour-des-comptes,i83089
  18. il y a 1 jour ... La Cour des comptes pointe les risques sur la sécurité sanitaire et environnementale dans la zone industrielle du bassin de Lacq ...
  19. La gestion publique de la mutation industrielle du bassin de Lacq / A ...
  20. https://www.ccomptes.fr/.../La-gestion-publique-de-la-mutation-industrielle- du-bassin-de-Lacq
  21. il y a 1 jour ... La gestion publique de la mutation industrielle du bassin de Lacq ... L'activité de ce bassin industriel, qui compte 20 installations classées pour ...
  22. La Cour des comptes pointe les risques du bassin chimique de Lacq ...
  23. www.frequenceterre.com/.../la-cour-des-comptes-pointe-les-risques-du-bassin -chimique-de-lacq/
  24. Critique de http://www ... - 11 avr. 2015
  25. La Cour des comptes pointe les risques du bassin chimique de Lacq. 1 heureil y a 24 Viewed Robot Automatique Commentaires fermés ...
  26. Bassin de Lacq: la Cour des comptes pointe des risques sur la ...
  27. www.techniques-ingenieur.fr/.../bassin-de-lacq-la-cour-des-comptes-pointe- des-risques-sur-la-securite-sanitaire-et-l-environnement-article_29...
  28. il y a 1 jour ... La Cour des comptes pointe les risques sur la sécurité sanitaire et environnementale dans la zone industrielle du bassin de Lacq ...
  29. à risques » du bassin de Lacq (64) : la Cour des comptes s ... - Niooz.fr
  30. infos.niooz.fr/reconversion-laquo-a-risques-raquo-du-bassin-de-lacq-64-la- cour-des-comptes-s-en-mele-2947052.shtml
  31. il y a 1 heure ... Son président, Didier Migaud, demande une vigilance particulière sur les nouvelles activités du bassin industriel. Le 26 janvier dernier, Didier ...
  32. à risques » du bassin de Lacq (64) : la Cour des comptes s ... - Niooz.fr
  33. free.niooz.fr/reconversion-laquo-a-risques-raquo-du-bassin-de-lacq-64-la- cour-des-comptes-s-en-mele-2947052.shtml
  34. il y a 1 heure ... Son président, Didier Migaud, demande une vigilance particulière sur les nouvelles activités du bassin industriel. Le 26 janvier dernier, Didier ...
  35. Bassin de Lacq: la Cour des comptes pointe des ... - Romandie.com
  36. www.romandie.com/.../Bassin-de-Lacq...comptes.../582854.rom
  37. il y a 1 jour ... Paris - La Cour des comptes pointe les risques sur la sécurité sanitaire et environnementale dans la zone industrielle du bassin de Lacq ...
  38. Bassin de Lacq: la Cour des comptes relève des ... - Romandie.com
  39. www.romandie.com/.../Bassin-de-Lacq...comptes.../582846.rom
  40. il y a 1 jour ... Paris - La Cour des comptes pointe du doigt les risques concernant la sécurité sanitaire et environnementale dans la zone industrielle du ...
  41. Bassin de Lacq: la Cour des comptes relève des ... - Romandie.com
  42. www.romandie.com/.../Bassin...Lacq...comptes...-/582846.rom
  43. il y a 1 jour ... Paris - La Cour des comptes pointe du doigt les risques concernant la sécurité sanitaire et environnementale dans la zone industrielle du ...
  44. Bassin de Lacq: la Cour des comptes pointe des ... - Romandie.com
  45. www.romandie.com/.../Bassin-de-Lacq...comptes.../582854.rom
  46. il y a 1 jour ... Paris - La Cour des comptes pointe les risques sur la sécurité sanitaire et environnementale dans la zone industrielle du bassin de Lacq ...
  47. Bassin de Lacq: la Cour des comptes relève des ... - Romandie.com
  48. www.romandie.com/.../Bassin-de-Lacq...comptes.../582846.rom
  49. il y a 1 jour ... Paris - La Cour des comptes pointe du doigt les risques concernant la sécurité sanitaire et environnementale dans la zone industrielle du ...
  50. Le bassin industriel de Lacq, près de Pau, est-il ... - France 3 Régions
  51. france3-regions.francetvinfo.fr/.../le-bassin-industriel-de-lacq-pres-de-pau-est -il-suffisamment-securise-701725.html
  52. il y a 1 jour ... Les experts de la Cour des Comptes ont examiné la gestion publique du site. Un meilleur plan de prévention des risques sanitaires et ...

09/04/2015

Environnement : l'opinion publique peut être prise en compte. Un exemple en Australie

à lire sur :

Australie : trois banques françaises renoncent à un vaste ...
Australie : trois banques françaises renoncent à un vaste projet minier Le Point - Publié le 08/04/2015 à 15:33.

Selon une ONG, "c'est la première fois que les ...
www.lepoint.fr/environnement/australie-trois-ba

extrait :

AFP

Trois banques françaises - Société généraleBNP Paribas et Crédit agricole - ont décidé de ne pas participer au financement d'un vaste projet minier près de la Grande Barrière de corail, en Australie, a-t-on appris mercredi de sources concordantes. Elles se sont engagées à ne financer aucun des projets de mines de charbon et d'infrastructures associées dans le bassin de Galilée, dans l'État du Queensland (est), a indiqué Lucie Pinson de l'ONG Les Amis de la Terre.

"C'est la première fois que les banques s'engagent à ne pas financer les projets de toute une région en raison de leurs impacts environnementaux et climatiques", a souligné l'ONG dans un communiqué. "Leurs engagements vont donc au-delà de celui des huit autres banques internationales" qui s'étaient, pour la plupart, seulement engagées à ne pas financer l'extension du port d'Abott Point, nécessaire à l'exportation du charbon, souligne-t-elle.

Interrogées, les trois banques françaises ont confirmé cette information, BNP précisant que sa décision s'inscrit dans une politique de financements responsables mise en place depuis plusieurs années

Australie _ trois banques françaises renoncent à un vaste projet minier - Le Point.pdf

07/04/2015

Boues rouges en Méditerranée : vers un arrêt des rejets

à lire sur :

Le Monde -
C'est un nouveau revers pour le groupe industriel Alteo, dans le dossier des boues rouges qu'il rejette en plein cœur du parc national des ...
 
sur le même sujet :
 

Affaire des boues rouges — Wikipédia

fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_boues_rouges
Le déversement des « boues rouges » en Méditerranée a commencé en mai 1972 : après un accord donné par les autorités italiennes, à titre expérimental et  ...
 

Selon une étude indépendante, les boues rouges de Gardanne ...

france3-regions.francetvinfo.fr/.../selon-une-etude-independante-les-bouesrouges-de-gardanne-seraient-bien-toxiques-610952.html
11 déc. 2014 ... C'est la première étude complètement indépendante sur les boues rouges. Elle montre qu'il y a du titane, du chrome et du vanadium en teneur ...
 

Ségolène Royal dit « non » au rejet de boues rouges dans les ...

www.la-croix.com/.../Segolene-Royal-dit-non-au-rejet-de-boues-rouges-dans -les-calanques-2014-09-21-1209640
21 sept. 2014 ... La ministre de l'écologie, Ségolène Royal, n'accordera pas en l'état d'autorisation de rejets en mer de boues rouges produites par l'usine Alteo ...