Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/03/2016

Irlande : un siècle ...

Insurrection de Pâques 1916 — Wikipédia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Insurrection_de_Pâques_1916

Malgré tout, cet événement fait partie de la mémoire collective des Irlandais .... Cet acte, presque 100 ans après les événements, symbolise la normalisation des ...

L'Irlande célèbre le centenaire de « l'Insurrection de Pâques »

Le Monde‎ -

Irlande. 100 ans après l'insurrection

Le Télégramme‎ -

Irlande: célébration des 100 ans du soulèvement qui a mené à son indépendance

i24news‎ -

 

01/02/2015

Réchauffement climatique et activité volcanique

 

 Nota Bene :

 

les personnes qui lisent les notes mises sur ce blog ont sans doute remarqué la présence d'un bandeau publicitaire dans le haut de l'écran. Cette publicité, mise par le MIDI LIBRE, n'existait pas auparavant ; elle est apparue il y a quelques jours. 

 

Il faut savoir que cette publicité est extrêmement gênante pour l'enregistrement des notes et ralentit considérablement leur mise en page. 

 

De plus, je suis par principe opposé à toute publicité.

 

J'envisage donc de trouver un autre hébergeur pour ce blog.

 

L'adresse vous en sera donnée en temps voulu.

 

---------------------------------------------------------------------

 

lu sur :

Climate change is lifting Iceland – and it could mean more volcanic ...

www.theguardian.com/.../climate-change-lifting-iceland-volcanic-eruptions

 

Climate change is lifting Iceland – and it could mean more volcanic eruptions

Land moving upward faster than researchers expected at 1.4in every year, allowing ‘hot potato’ rocks to rise

Iceland is rising because of climate change, with land freed by the melting of the ice caps rebounding from the Earth at a rate of up to 1.4in per year.

The downside? Researchers believe the extra uplift could be behind an increase in volcanic activity, with three Icelandic eruptions in the last five years shutting down flights and spewing ash in the air.

In new research published in Geophysical Research Letters, scientists from the University of Arizona and the University of Iceland found the earth’s crust rising at a much faster rate amid the greater warming of the last 30 years.

At some sites in south and south-central Iceland, where five of the largest ice caps are located, ice loss resulting from that warming produced an uplift of 1.4in per year, the researchers said.

Researchers have known for some time that land freed from the weight of ice sheets tends to rise. But they did not anticipate just how swiftly the bounce in Iceland was occurring.

“It’s similar to putting weights on a trampoline. If you take the weights off, the trampoline will bounce right back up to its original flat shape,” said Richard Bennett, a geologist at the University of Arizona and one of the authors of the new research.

The bigger bounce was due to increased warming over the last 30 years, mathematical models showed.

“What we found is that the uplift is increasing. It’s faster and faster everywhere because of the accelerated loss of ice mass,” said Bennett.

The researchers relied on 62 GPS devices, deployed on rocks throughout Iceland, to track the changes in position. Some of the GPS receivers had been in position since 1995.

The danger is that increased melting and uplift could lead to a further uptick in volcanic activity. Iceland has experienced three eruptions in the last five years. When Eyjafjallajökull blew in 2010, flights across Europe were disrupted for a week.

The entire chain reaction of melting ice caps, rising earth surface and volcanic activity is still not entirely understood, Bennett said. But as the surface of the earth rises, so do rocks at depth, released from the pressure of the ice.

“They transport the heat like a hot potato as they move from high pressure to lower pressure and enter into conditions that promote melting,” Bennett said. And that creates conditions that are ripe for eruptions.

-------------------

quelques explications :

Le diamètre moyen de la Terre est de 12742 km et l'épaisseur moyenne de la croûte terrestre continentale est de 35 km. ( l'épaisseur du fond des océans est beaucoup plus fine : 7km environ )

Pour donner une idée , si la terre était représentée par une sphère d'environ 12cm de diamètre (une grosse orange), l'épaisseur de la croûte terrestre sur laquelle nous vivons ne serait que de 1/3 de mm (même pas l'épaisseur d'un ongle, pour fixer les idées).

Si les calottes glaciaires fondent, les plaques tectoniques sur lesquelles elle reposent sont allégées du poids de la couche de glace qui disparaît et elles se soulèvent (plus exactement : elles basculent), et le magma en fusion passe entre les fentes, et ... il y a des éruptions volcanique. C'est ce qui se passe en Islande.

Qui dit éruption volcanique dit cendres dans l'atmosphère, d'où possibilité d'un refroidissement climatique par occultation du rayonnement solaire. 

Avec des conséquences qui peuvent être importantes. Voir à ce sujet :

Lakagígar — Wikipédia

fr.wikipedia.org/wiki/Lakagígar
Les Lakagígar, toponyme islandais signifiant littéralement en français « les ... Les aérosols créés provoquèrent alors un refroidissement dans tout .... et à la famine, un des facteurs importants qui provoquèrent la Révolution française en 1789. 

 

24/01/2015

Préserver l'unité architecturale dans les villes anciennes ...

 Nota Bene :

les personnes qui lisent les notes mises sur ce blog ont sans doute remarqué la présence d'un bandeau publicitaire dans le haut de l'écran. Cette publicité, mise par le MIDI LIBRE, n'existait pas auparavant ; elle est apparue il y a quelques jours. 

Il faut savoir que cette publicité est extrêmement gênante pour l'enregistrement des notes et ralentit considérablement leur mise en page. 

De plus, je suis par principe opposé à toute publicité.

J'envisage donc de trouver un autre hébergeur pour ce blog.

L'adresse vous en sera donnée en temps voulu.

 

... l'architecture contemporaine, basée exclusivement sur le coût et la facilité d'exécution avec les techniques et matériaux actuels (acier, béton, verre = surfaces planes, formes parallélélipédiques plus ou moins décorées) est-elle adaptée et vieillira-t-elle aussi bien que ce qui a été fait auparavant ?

à lire sur le NYT (pour voir les illustrations, aller à l'article original à l'aide du lien :

Charleston Is Torn Over New Buildings

Accustomed to basing its identity on its grand old buildings, the South Carolina city now finds it almost impossible to agree on how to build new ones as its economy and its population grow.

In Stately Old Charleston, the New Buildings on the Block Are Struggling to Fit In

 

By RICHARD FAUSSETJAN. 23, 2015

 

CHARLESTON, S.C. — The elegant buildings from different eras strut across Charleston’s downtown neighborhoods like notes on a major scale: the Gothic churches, the Greek Revival storefronts, the homes in vivid pastels exuding Queen Anne grace, Georgian symmetry and Italianate grandeur.

But these are days of bum notes and dissonance in historic Charleston, which is enjoying a robust economy and one of the most transformative regional population booms since the Civil War. Long accustomed to basing its reputation on the grandeur of its old buildings, the city now finds it almost impossible to agree on how to build new ones.

In recent months, traditionalists have blocked efforts to introduce contemporary architecture in the historic core, which was the first in the nation to be covered by a preservation ordinance.

Modernists are rolling their eyes at new buildings that copy traditional styles, arguing that they pervert a record of architectural progress long documented in mortar and stone.

Photo
 
Details of the Palmer House, left, and Victorian style architecture in Charleston's historic district.
Credit

Stephen Morton for The New York Times

 

And both sides agree that many of the buildings approved by the city’s Board of Architectural Review in recent years have been duds that tried, and failed, to have it both ways.

“Well, they’re just not beautiful,” Mayor Joseph P. Riley Jr., said of the new buildings in an interview at Charleston City Hall, which was completed in 1804 and is attributed to a local architect, Gabriel Manigault. “The materials, the execution — you don’t feel excellence there. They’re not special. You don’t walk by and say, ‘I’m glad that got built.’”

Such problems may seem trivial to the Detroits of the world, and reflect more universal tensions in the realms of architecture and historic preservation. But they are particularly acute in Charleston, where new arrivals and a diverse economy threaten to transform a merely beautiful metropolis into an economically important one.

The resurgence of greater Charleston as an economic power, with its bustling port and a proliferation of new manufacturing plants — led by the Boeing facility that produces the 787 Dreamliner airplane — has fueled a residential and commercial building boom. The population of the three-county metro area has grown 11 percent in the last five years, according to the Charleston Metro Chamber of Commerce.

At the same time, the essential $2.8 billion tourism sector lives or dies on the city’s ability to remain charming.

“Charleston is a city that looks back, and rarely does the city look forward, because so much of what the city is, is steeped in what it has been,” said Ray Huff, director of the Clemson Architecture Center here.

But with the new growth pressure, Mr. Huff said, “We can’t be the slow-paced, sleepy town that I grew up in anymore.”

No one is more aware of these realities than Mayor Riley, a slight, formal, bespectacled man who, in his nearly 40 years in office, has established himself as something of an aesthete-in-chief. Many here credit the mayor with wisely shepherding Charleston through its recent renaissance with an emphasis on the importance of shared public spaces.

In conversation, he is prone to speaking in the language of design, criticizing as extraneous the light-blocking louvers of one downtown building, while praising the “void-to-solid ratio” of another.

Mr. Riley, 72, has promised that this year will be his last in office, and in what many here view as a legacy move, he has prodded the city to hire Andrés Duany, a Miami-based architect and urban planner, to suggest changes to the city’s architectural review process.

“The question really is, how does a building enhance the city?” the mayor said. “How does it enhance the street?”

Charleston is a city of 128,000 people, but locals are quick to note that it was the fourth-largest port city in the Colonies in 1770, and many of its finest 18th- and 19th-century buildings were built with money from the trade of indigo, rice and slaves.

That sense of self-importance did not waver as other cities surpassed it. Indeed, it may have been bolstered after Charleston emerged from the 20th-century era of urban renewal with its historic core largely intact. The historic downtown neighborhoods have been further burnished by waves of wealthy newcomers who have lovingly restored many old homes — while sending real estate prices soaring.

Beyond the center, greater Charleston has its share of unremarkable suburban development. But aesthetics and the built environment remain central to the civic conversation.

On a recent afternoon, Robert Behre, the architecture columnist for The Post and Courier of Charleston, drove through downtown, pointing out newish anonymous buildings that could have been built in Atlanta or Orange County, Calif., the ungainly new government buildings, and the dull boxes dressed up with the occasional row of columns.

“It’s not blatantly bad,” he said. “It’s just kind of meh.”

New buildings proposed for the historic district must be approved by the Board of Architectural Review, but it does not dictate a specific architectural style. Critics of newer buildings offer a range of theories as to why they fail to impress, from the need to build in hurricane- and earthquake-resistant features that eat up construction budgets, to the suspicion that builders prefer to submit the designs that are least likely to provoke or offend.

The hiring of Mr. Duany, who could not be reached for comment for this article, has only stirred more controversy. He is a leading proponent of the New Urbanism, the idea that neighborhoods should be dense and walkable. His best-known project, the planned community of Seaside, Fla., was the backdrop for the 1998 film “The Truman Show.” And unfairly or not, there is a lingering concern among critics here that Mr. Duany will impose a movie-set uniformity in Charleston.

“That’s what gives me great pause in a city like Charleston, because the city is so diverse, and presents so many eras and fashions,” said Whitney Powers, a local architect.

In November, the Clemson Architecture Center, an outpost of the upstate university, withdrew plans for an ultramodern building in the heart of the historic district designed by the contemporary architect Brad Cloepfil.

Preservation and neighborhood groups sued to stop it on procedural grounds. But the opposition was also driven, in part, by a philosophical aversion to contemporary architecture in the city core: Harry B. Limehouse III, a Republican state representative, likened the concrete, glass and aluminum design to a sardine can.

The city, meanwhile, is nearing completion of a $142 million renovation of an auditorium and office building called the Gaillard Center that is heavy on limestone and neo-Classical columns.

“It’s going to be beautiful, cherished and loved 100 years from now,” Mayor Riley said.

 

The mayor is among those who believe that contemporary architecture also has its place in Charleston — he noted that a planned International African American Museum would have a contemporary design — but he is aware that he has constituents who are still wary of advances in architecture from about 1919 on.

Among them is Reid Burgess, a designer of traditional houses. The Clemson building, Mr. Burgess argued, was a “parasite” that took advantage of its location to draw attention.

For the Gaillard, Mr. Burgess had nothing but praise. Even if it eventually goes to seed, he said, “It’ll look like a beautiful ruin.”

 

28/12/2014

1214 / 2014 : 8 siècles !

Bouvines, 27 juillet 1214

il y a 8 siècles !

Et toujours cet affrontement entre pays anglo-saxons et la France, sur le plan économique et sociétal aujourd'hui.

Aviez-vous entendu parler de la commémoration ? Moi pas !

S'agit-il d'une volonté des médias et de leurs maîtres pour passer sous silence ce rappel historique ?

Il serait utile d'envisager une Union des pays Méditerranéens pour s'engager dans une autre voie que celle du libéralisme mercantile anglo-saxon. 

Voici quelques liens :

Par François-Guillaume LorrainLe Point - Publié le 22/12/2014 à 00:00 - Modifié le 22/12/2014 à 08:53

Bataille de Bouvines — Wikipédia

La bataille de Bouvines est une bataille qui se déroula le dimanche 27 juillet 1214 près de Bouvines, dans le comté de Flandre (aujourd'hui dans le ...

Bouvines 2014 | Célébration du 800è anniversaire de la bataille de ...

20/12/2014

Noël Noël ! Les bonbons ...

lu sur Le Temps :

Les bonbons, patrimoine mondial à croquer

Les sucreries bariolées, de forme et signification variées, «reflètent les singularités culturelles de chaque région ou pays», selon les chercheurs responsables du Candy Project. (Andy Roberts/Getty Images/OJO Images RF)

 

Une étude internationale s’attache à la cartographie de la guimauve et du caramel mou. Futile, croyez-vous? Faux: le berlingot est riche de sens sociaux, culturels, anthropologiques…

ÉTUDE Samedi 20 décembre 2014

Une étude internationale s’attache à la cartographie de la guimauve et du caramel mou. Futile, croyez-vous? Faux: le berlingot est riche de sens sociaux, culturels, anthropologiques…

Des mous, des durs, des bombés ou d’autres cubiques, des creux, des secs, des protéiformes et des ectoplasmiques, des pétaradants, des longilignes et d’autres qui pétillent sur la langue. Certains en forme d’animaux, d’objets ou de joujoux, d’autres anthropomorphes, à base de fruits, de légumineuses, de farine ou même de poisson séché. Souvent colorés, généralement sucrés quoique pas toujours, tous ont en commun un même parfum de reviens-y, d’enfance et de cours de récré, de nostalgie, de monnaie d’échange parfois. De récompense souvent.

Ils se nomment berlingot, sottise, dragée, sucre d’orge, angélique, nonpareille, bêtise… mais leur sens est loin d’être aussi simplet que leurs appellations le suggèrent. Certains sont issus de légendes, de rituels ou de formules magiques, de recettes jalousement gardées dans le secret de placards d’alchimistes. Les bonbons, univers méconnu, mésestimé, souvent injustement dénigré, sont depuis peu l’objet d’une étude internationale tout ce qu’il y a de sérieux…

A l’origine du Candy Project, un des chefs les plus créatifs du moment, le Basque Andoni Luis Aduriz (Mugaritz), s’est intéressé à ces doux petits riens à la faveur de ses voyages. En Colombie, il découvre que le bocadillo n’a rien à voir avec un sandwich mais est traditionnellement fait de pâte de goyave et de sucre de canne, avant d’être enveloppé dans des feuilles de palmier. Plus étonnant, il goûte aux calaveras mexicains: des crânes en pâte à sucre, voire en chocolat ou en graines d’amarante éclatants de couleurs et de fantaisie, traditionnellement confectionnés pour le Jour des morts.

Au Tatarstan, en Russie, les chak-chak sont semblables à de grosses frites moulées en pâte à pain et enrobées de miel, alors que les petits Japonais sont friands de bâtonnets de poisson séché aux graines de sésame. En Inde, berceau supposé des bonbons, les enfants affectionnent les jalebi confectionnés à base de lentilles blanches fermentées, frites et enrobées de sirop 
de sucre…

Le répertoire semble infini, prodigieux, fascinant. Aduriz prend langue avec des chercheurs. Quand et à quelle occasion consomme-t-on ces petites gâteries? Comment sont-elles produites et quelles en sont les saveurs et les textures dominantes? Lesquelles ont marqué notre enfance? L’étude vise notamment à répondre à ces questions. 

Des chercheurs issus de l’Université du Pays basque et l’Université des Sciences gastronomiques de Pollenzo se sont attelés à la mettre en forme et à produire un questionnaire détaillé que chacun peut compléter sur le site dédié. Iñaki Martinez de Albeniz, sociologue à l’Université du Pays basque, et Gabriella Morini, spécialiste de la chimie du goût à l’Université des Sciences gastronomiques de Pollenzo, sont mandatés pour conduire l’étude. Pour recenser, étudier et cataloguer ce vaste patrimoine mondial immatériel, ils comptent sur le formidable réseau international du mouvement Slow Food, implanté dans plus de 170 pays.

L’étude comportera deux volets. Le premier, théorique, entend retracer l’histoire universelle et les techniques de fabrication des bonbons. Le second, plus pratique, décodera les significations sociales de ces douceurs et leur utilisation dans un contexte gastronomique… «La signification du bonbon diffère selon le contexte social et reflète les singularités culturelles de chaque région ou pays», explique Gabriella Morini.

Quelle est ici l’incidence de la mondialisation et de la production de masse? L’industrie a souvent pris le pas sur la fabrication artisanale de spécialités, notamment celles à base de fruits séchés dans les pays les plus pauvres. Y aurait-il menace sur le bonbon? Appauvrissement de certaines traditions? Slow Food relève ce nouveau défi. On mésestime le caramel, on le diabolise, on l’accuse de moult maux modernes – obésité, caries, diabète, malbouffe? Pourtant, il résiste, se remet au goût du jour, voire se réinvente. On en voudra pour preuve la renaissance récente de la marque suisse mythique du Tiki, voire le succès mondial des bonbons aux herbes Ricola.

Si la guimauve habite notre imaginaire collectif, elle est aussi riche en informations sur les mécanismes et l’apprentissage du goût. «La notion de récompense n’est pas la même selon la culture, relève la chercheuse: les petits Coréens reçoivent par exemple des morceaux de calamar séché, les enfants nippons des confiseries à base de farine de poisson. Le goût du sucré est certes universel, mais sa généralisation via les bonbons, en guise de reward ne date que de 200 à 300 ans, du fait de la mondialisation.»

Les premières douceurs données à de jeunes enfants ont ainsi une incidence sur la formation du goût et des préférences alimentaires que l’étude devrait permettre de mieux cerner. La collecte des données du Candy Project devrait être achevée courant 2015: les fabricants sont également appelés à se manifester afin de pouvoir esquisser la géographie mondiale des bonbons. De quoi dessiner une nouvelle carte du tendre et du doux.

thecandyproject.org 

16/12/2014

Démographie galopante et agriculture inadaptée ...

lu sur :

Tikaljoyau maya victime de son expansion - LeTemps.ch

ARCHÉOLOGIE Mardi 16 décembre 2014
Denis Delbecq

La déforestation des alentours de la cité de Tikal au profit de la culture intensive du maïs a amplifié les sécheresses et a poussé les habitants à abandonner les lieux à partir du IXe siècle. (National Geographic/Getty Images)

La déforestation des alentours de la cité de Tikal au profit de la culture intensive du maïs a amplifié les sécheresses et a poussé les habitants à abandonner les lieux à partir du IXe siècle. (National Geographic/Getty Images)

Une étude retrace les événements ayant conduit à la chute d’un des plus grands centres urbains de la civilisation maya . Démographie galopante et agriculture inadaptée auraient amplifié un changement climatique en Amérique centrale, conduisant la cité à sa perte

Pendant des siècles, probablement près de mille ans, Tikal était une cité florissante de la civilisation maya. Mais en quelques décennies, à la fin du IXe siècle, la ville s’est vidée de ses habitants. Il n’en reste que ruines, au cœur de la presqu’île du Yucatan, dans le Guatemala d’aujourd’hui. «Tikal jouait un rôle clé dans l’économie maya, raconte David Lentz, biologiste à l’Université de Cincinnati (Ohio, Etats-Unis), le principal auteur d’une étude publiée aujourd’hui dans la revue PNAS. C’était un carrefour pour le transport des marchandises, qui reliait les côtes Est et Ouest de la presqu’île du Yucatan. On a ainsi retrouvé du charbon de bois de pin, une preuve que les Mayas en faisaient commerce puisqu’il n’y a pas de pins dans la région de Tikal.» A son apogée, au début du IXe siècle, Tikal comptait environ 45 000 habitants.

Pour comprendre comment une telle ville a pu se développer puis disparaître, le groupe de David Lentz a mené deux longues campagnes de plusieurs mois sur le terrain. Les scientifiques ont fouillé, creusé, analysé les sols et les vestiges, collecté des sédiments au fond des lacs, étudié la végétation par satellite et cartographié le sol et le sous-sol. Un travail de titan, mêlant l’expertise d’une quinzaine de chercheurs en géographie, biologie, géologie, agronomie, physique, anthropologie, informatique, etc. «Cela ne ressemble en rien à l’image décrite dansIndiana Jones d’un explorateur solitaire qui fouille la jungle à la recherche d’une cité perdue», sourit David Lentz. Son armada scientifique a permis de vérifier que les Mayas avaient développé à Tikal une agriculture très sophistiquée, dont l’étendue a fini par peser sur l’environnement.

A Tikal, le climat connaît, tous les six mois, une alternance entre saison sèche et humide, qui se retrouve quand on étudie les sols anciens. C’est dans ces sols aussi, dans les parties les plus basses du site, qu’apparaissent des vestiges de l’agriculture maya: des signes indiscutables d’une irrigation qui a démarré vers l’an 485. «Les Mayas avaient compris qu’en stockant l’eau d’une saison à l’autre, ils pourraient irriguer et produire deux récoltes annuelles au lieu d’une», explique David Lentz.

Des vestiges de quatre immenses réservoirs sont encore présents sur le site. Et un faisceau de preuves laisse penser qu’ils étaient utilisés pour l’irrigation, et non pour la consommation. «Nous avons analysé les sédiments déposés au fond d’un réservoir; ils montrent que les Mayas s’en servaient aussi comme dépotoirs. Autrement dit, ils ne buvaient pas cette eau. De plus, on constate que le point le plus bas des réservoirs est plus haut que le point le plus haut des terrains qui étaient cultivés autour.» Il suffisait donc de laisser l’eau s’écouler, de temps à autre, pour inonder les cultures.

A Tikal, les Mayas cultivaient principalement du maïs, selon le groupe de David Lentz, qui a conduit une analyse minutieuse des anciens sols cultivés pour en extraire de la matière organique, vestige des plantes qui poussaient dans le passé. Il existe trois familles de plantes, classées suivant la manière dont elles utilisent la photosynthèse pour capter le CO2 dans l’air et en extraire le carbone. Chacune est caractérisée par une «signature» distincte, une composition du carbone bien précise dans ses racines, tiges et feuilles. «Quand on étudie le carbone dans le sol des anciens champs de Tikal, à une profondeur qui correspond à l’époque maya classique, on voit un net changement dans la composition du carbone, qui montre l’apparition soudaine de la famille «C4», dans laquelle on retrouve les plantes herbacées, dont le maïs.» A cette époque, donc, le maïs a commencé d’être semé. «Il pourrait aussi s’agir d’herbes qui se seraient installées spontanément sur un terrain défriché et abandonné, explique David Lentz. Mais si c’était le cas, on retrouverait probablement des plantes «C4» sur le site aujourd’hui, or il n’y en a pas. Nous avons donc la quasi-certitude que ces champs étaient plantés de maïs.»

La précieuse plante était cultivée sur des terrains gagnés sur la forêt tropicale. D’après les calculs du groupe de David Lentz, la ville de Tikal étendait son emprise sur un territoire d’environ 1100 km 2 , aux trois quarts recouvert de forêt, le reste étant formé de zones tour à tour sèches ou humides au fil des saisons. «Le développement démographique a provoqué une forte pression sur les forêts alentour, explique David Lentz. On estime que la population a rasé de 60 à 70% de la végétation pour développer l’agriculture et construire.» Une estimation qui repose sur des données concrètes. «En prélevant des carottes de sédiments au fond des lacs, nous avons pu étudier les pollens qui se déposent au fil des années, justifie David Lentz. Dans ces sédiments, on voit que la quantité de pollen d’arbres a fortement diminué, ce qui nous a permis d’évaluer l’ampleur de la déforestation

Aux VIIe et VIIIe siècles, les pluies abondantes ont permis d’accompagner la démographie galopante et l’agriculture de Tikal. Mais entre 820 et 870, la région a connu un climat beaucoup plus sec, empêchant le remplissage des réservoirs d’irrigation. Une aridité qui a probablement été amplifiée par la déforestation. «Dans une forêt pluviale, raser les arbres revient à supprimer une gigantesque éponge de 40 mètres d’épaisseur. Faute de disposer d’eau en quantité suffisante pour subvenir à ses besoins, la population a fini par partir.» Une destinée qu’ont subie de nombreuses cités mayas au cours des siècles qui ont suivi, obligeant la population à se disperser autour d’emplacements plus accueillants, et mettant un terme à la civilisation maya. Alors que les négociations climatiques internationales sous l’égide de l’ONU ont une nouvelle fois accouché d’une souris ce week-end à Lima (Pérou), les travaux du groupe de David Lentz viennent à point nommé rappeler à quel point une société non durable est vouée à disparaître.

15/01/2014

Agriculture=céréales=souris=chats !

lu sur:

www.lemonde.fr/a-la-une/article/2014/01/13/le-chat...

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | 13.01.2014 à 16h29 • Mis à jour le 14.01.2014 à 07h41 |Par Catherine Mary
 
Dans l'Egypte antique, le chat était vénéré sous la forme de la déesse Bastet, et il est aussi représenté à côté d'un homme portant une baguette d'éleveur sur la tombe d'un roi, Baket III, datant d'environ 1950 avant J.-C. Les archéologues ont donc longtemps pensé que le chat avait été domestiqué du temps des pharaons.

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Les os de chats découverts ces dernières années sur des sites néolithiques raconteraient-ils une histoire plus ancienne encore ?

C'est l'hypothèse défendue par les auteurs d'une étude parue le 16 décembre, dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), et relatant la découverte de tels os dans un village d'agriculteurs néolithiques (vers – 5 300) à Quanhucun, dans le centre de la Chine. L'homme, devenu agriculteur, aurait attiré le chat auprès de lui pour lutter contre les rongeurs qui dévalisaient ses stocks. Il l'aurait nourri en échange de ses bons et loyaux services.

UN TROISIÈME POINT SUR LA CARTE

« Après le Croissant fertile et Chypre, cette découverte nous apporte un troisième point sur la carte du monde où ce scénario s'est déroulé, explique Jean-Denis Vigne, du CNRS et du Muséum national d'histoire naturelle, qui fut l'un des premiers à étayer cette hypothèse. partir du moment où l'agriculture démarre, les souris se multiplient et les chats sont là. »

En février 2004, son équipe décrivait, dans la revue Science, la découverte à Chypre d'un squelette de chat dans une tombe humaine d'un village d'agriculteurs ayant vécu vers 9 500 ans avant J.-C. « Le chat était positionné en miroir de l'homme, et leur association dans l'au-delà indique que l'homme avait un lien étroit avec ce chat », poursuit-il.

L'étude des isotopes de carbone et d'azote présents dans le collagène des os de chats découverts à Quanhucun fournissent des informations complémentaires. « Elle montre que ces chats mangeaient des rongeurs qui, eux-mêmes, mangeaient des graines de millet », commente Fiona Marshall, de l'université Washington à Saint Louis aux Etats-Unis et coauteure de l'étude chinoise. « La forme des récipients découverts sur le site, conçus pour protéger les céréales, révèle aussi que ces fermiers avaient des problèmes avec les rongeurs, et il est fort probable que leur relation avec ces chats se soit fondée sur la base d'un intérêt mutuel. »

Au total, huit os ont été retrouvés parmi des débris de poteries, d'outils et d'ossements d'autres animaux. Leur analyse a également permis de montrer que l'un des chats était âgé de 6 ans, une longévité inhabituelle à l'état sauvage. Selon Jean-Denis Vigne, « elle ne s'explique que si ce chat a été nourri par l'homme. »

LIEN PRIVILÉGIÉ AVEC L'HOMME ?

Des arguments néanmoins mis en doute par Carlos Driscoll, du National Institute of Health aux Etats-Unis, dont les travaux en génétique ont permis d'authentifier Felis silvestris lybica, une sous-espèce de chat proche-orientale et africaine, comme l'ancêtre de nos chats domestiques. « Les chats sont de mauvais prédateurs contre les rongeurs, et rien dans cette étude ne prouve qu'ils aient eu un lien privilégié avec les hommes. Ils peuvent aussi bien avoir été utilisés pour leur fourrure, commente-t-il. Mais cette étude est intéressante car elle ouvre des perspectives sur l'étude des chats domestiques. Si les os trouvés en Chine sont de la sous-espèce Felis silvestris lybica, cela signifie que les chats ont été importés depuis le Proche-Orient. Sinon, cela impliquera que d'autres sous-espèces aient pu être domestiquées. »

Les études génétiques et morphologiques en cours devraient permettre d'élucider la question de leur origine.

23/08/2013

Le repos dominical et ses dérogations

lu sur :

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/08/23/le-repos-dominical-une-histoire-millenaire_3465333_3234.html

Le repos dominical, une histoire millénaire

LE MONDE | 23.08.2013 à 09h11 • Mis à jour le 23.08.2013 à 11h39 |Par Michel Noblecourt

Le 10 août 2009, depuis Le Lavandou (Var) où il se repose, Nicolas Sarkozy promulgue une loi "réaffirmant le principe du repos dominical et visant à adapter les dérogations à ce principe dans les communes et zones touristiques et thermales ainsi que dans certaines grandes agglomérations pour les salariés volontaires". Avec ce texte de quatre articles, le président de la République relance un débat vieux comme le monde... C'est, en effet, le 3 juillet 321 que Constantin, premier empereur romain à s'être converti au christianisme institué religion d'Etat, fait du dimanche un jour de repos légal.

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Le dimanche, dit jour du soleil, est le premier jour de la semaine, celui où, raconte la Bible, Dieu s'est reposé après avoir créé le monde. Pour les chrétiens, il symbolise aussi la résurrection du Christ.

Comme le souligne l'historien Robert Beck, dans son livre Histoire du dimanche de 1700 à nos jours (Editions de l'Atelier, 1997), le repos dominical est d'abord une tradition chrétienne. Au Moyen Age, comme sous la Renaissance, des conciles et des ordonnances royales rappellent l'obligation d'assister à la messe du dimanche.

En 1598, l'édit de Nantes d'Henri IV réaffirme ce principe. Un règlement de police en date du 8 novembre 1782 impose aux employeurs et aux salariés l'observance des fêtes de l'Eglise. Peu à peu, dans les classes populaires, les hommes délaissent les vêpres pour les guinguettes et les artisans et commerçants choisissent de chômer le "Saint-Lundi". Montesquieu et Voltaire s'en prennent aux effets pervers, moraux ou économiques, de ce jour oisif...

BONAPARTE MAINTIENT

La Révolution change la donne. Le 5 octobre 1793, la Convention instaure un calendrier républicain qui divise l'année en douze mois de trente jours auxquels s'ajoutent des jours complémentaires.

Fabre d'Eglantine s'inspire des saisons pour baptiser les mois (vendémiaire, brumaire, pluviôse...). Les semaines sont converties en décades de dix jours, débutant avec le primidi et s'achevant avec le décadi. Exit le dimanche ! La loi du 17 Thermidor an VI (juillet 1798) prévoit toutefois que le décadi, "les boutiques, magasins et ateliers seront fermés", ce qui mécontente les ouvriers qui n'ont plus que 36 jours de repos dans l'année.

Un arrêté du 7 Thermidor an VIII restreint l'obligation de repos aux fonctionnaires mais indique que "les simples citoyens ont le droit de vaquer à leurs affaires en prenant du repos suivant leur volonté, la nature et l'objet de leur travail".

Lorsque Bonaparte, premier consul, promulgue la loi du 8 avril 1802 relative à l'organisation des cultes, il maintient le repos dominical pour les serviteurs de l'Etat mais refuse de suivre les conseils de Jean-Etienne-Marie Portalis, qui voulait l'étendre à tous les salariés.

LE REPOS DOMINICAL RESURGIT À LA RESTAURATION

Avec la Restauration, le repos dominical resurgit. Par la loi du 18 novembre 1814 "pour la sanctification du dimanche", Louis XVIII restaure cette obligation mais la limite aux activités visibles et audibles des commerçants et artisans.

Après la révolution de 1830, le système sera assoupli, seules les entreprises dépendant de l'Etat ou de fonds publics étant astreintes à la fermeture. La loi du 22 mars 1841 sur le travail des enfants interdit à ceux de moins de 16 ans de travailler le dimanche.

Après son coup d'Etat du 2 décembre 1851, Louis-Napoléon Bonaparte ne touche pas à la loi de 1814 mais laisse le repos dominical à la liberté de chacun. Dans une circulaire du 15 décembre 1851, le duc de Morny, ministre de l'intérieur, estime "le repos du dimanche nécessaire à la santé et au développement intellectuel des classes ouvrières""Chaque individu, conclut-il, reste libre d'obéir aux inspirations de sa conscience mais l'Etat, l'administration et les communes peuvent donner l'exemple du respect des principes."

En décembre 1879, après la victoire électorale des républicains, un député radical dépose une proposition de loi pour abroger la loi de 1814. Les royalistes s'y opposent en mettant en avant la nécessité pour l'Etat d'intervenir en faveur des plus démunis. "Le faible, le pauvre qui a besoin de protection, s'insurge le sénateur du Morbihan, Armand Fresneauvoilà la victime de la disparition des temps de repos, de ce repos sacré que l'on supprime tout en se jouant."

Le 8 mai 1880, l'abrogation est votée par 165 voix contre 106, le repos dominical étant maintenu pour les fonctionnaires. Promulguée par le président de la République, Jules Grévy, la loi du 12 juillet 1880 précise qu'il n'est "porté aucune atteinte" à celle de 1802 permettant aux catholiques de pratiquer leur culte le dimanche.

Dès lors, à l'exception des ateliers urbains, de nombreux employeurs accordent un jour de repos hebdomadaire en souhaitant qu'une loi généralise ce droit pour éviter les inégalités entre entreprises. En 1889, un "congrès international du repos hebdomadaire" se tient à Paris et note le retard de la France par rapport à d'autres pays (Grande-BretagneAllemagne, Etats-Unis, Japon) qui ont légalisé ce repos.

QUATRE ANS DE DÉBATS

Le 27 mars 1902, un député socialiste indépendant de l'Isère, Alexandre Zévaès, propose un repos obligatoire d'un jour par semaine. Les débats dureront quatre ans. Au Sénat, le rapporteur, Alcide Poirier, en fustige tant le principe, "contraire à la liberté individuelle, contraire à la liberté du travail à la fois du patron et de l'ouvrier", que son caractère dominical, les autres religions devant pouvoir opter pour un autre jour que celui des catholiques.

Le climat change le 13 mars 1906 lorsque, quelques jours après la catastrophe minière de Courrières dans le Nord (1 099 morts), le député radical Ferdinand Sarrien devient président du Conseil.

Les manifestations des employés des grands magasins et la campagne de la CGT pour la journée de 8 heures attisent les tensions. Il faut jouer l'apaisement. Le Sénat se rallie au choix du dimanche "parce qu'avec les moeurs actuelles, le grand intérêt est de permettre à tous les membres d'une famille de se trouver réunis en ce jour de repos".

Le président de la République, Armand Fallières, promulgue la loi du 13 juillet 1906 qui "interdit d'occuper plus de six jours par semaine un même employé ou ouvrier" et dispose que "le repos hebdomadaire doit être donné le dimanche". Dans onze secteurs d'activité, les entreprises auront le droit de "donner le repos hebdomadaire par roulement".

La CGT ne s'estime pas quitte et réclame la "semaine anglaise", avec le samedi après-midi, introduite en Grande-Bretagne en 1854. Une affiche de la CGT montre le bonheur d'une vie de famille où des enfants cueillent des fleurs avec leurs parents.

Une brochure de la maison des fédérations CGT argumente : "Tenue au travail toute la semaine, la femme pourra, avec la liberté du samedi après-midi, faire les travaux de propreté, rendre le logis plaisant et attrayant, se reposer le dimanche avec les siens, réparer les forces dépensées pendant la semaine..." C'était il y a plus d'un siècle.

02/01/2013

Louis XIV n'est pas le fils du cardinal Mazarin

lu sur :

http://www.lepoint.fr/culture/la-tete-d-henri-iv-a-encore-parle-31-12-2012-1607264_3.php?xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20130102

La tête d'Henri IV a encore parlé 

Le Point.fr - Publié le 31/12/2012

Source AFP

Coup double pour une équipe de scientifiques franco-espagnole rassemblée autour de Philippe Charlier : ils ont trouvé un profil génétique commun entre la tête momifiée d'Henri IV et du sang séché provenant de son descendant, Louis XVI, validant l'authenticité des deux restes royaux. Ces travaux, dont les résultats sont publiés lundi en ligne par la revue Forensic Science International, "montrent qu'Henri IV et Louis XVI ont le même patrimoine génétique passant par les pères", a expliqué le docteur Charlier, médecin légiste à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches, en région parisienne, et grand spécialiste des énigmes historiques. En confirmant par la génétique "la véracité de l'arbre généalogique entre Henri IV et Louis XVI", l'étude apporte un argument supplémentaire à l'authentification de la tête d'Henri IV, contestée par certains.

 
 

Retrouvée en 2008, après plusieurs siècles de pérégrinations, la tête du roi Henri IV avait été authentifiée en 2010, sur la base de nombreux recoupements scientifiques et historiques, par une équipe d'une vingtaine de spécialistes conduite par le docteur Charlier. Mais ils avaient alors échoué à extraire l'ADN. Quant au sang attribué à Louis XVI, analysé en 2011 par une équipe italo-espagnole pilotée par Carles Laluela-Fox (Institut de biologie évolutive de Barcelone), il a été récupéré dans une sorte de gourde possédée par une famille aristocratique italienne. Cette gourde aurait contenu un mouchoir qui avait trempé dans le sang royal, le jour où Louis XVI fut guillotiné, le 21 janvier 1793.

"L'enfant du miracle"

Sept générations séparent ces deux rois de France au destin tragique, Louis XVI descendant en ligne directe paternelle d'Henri IV, assassiné par Ravaillac le 14 mai 1610. C'est précisément l'ADN "paternel", l'ADN du chromosome Y, qui a parlé, balayant les derniers doutes sur l'authenticité de la tête d'Henri IV, selon le Dr Charlier. L'Institut de biologie évolutive de Barcelone a travaillé sur un échantillon "provenant du plus profond de la gorge de l'individu" et a pu extraire un ADN partiellement exploitable.

La tête d'Henri IV a été séparée de son corps en 1793, sous le régime de la Terreur, lors de la profanation de la basilique de Saint-Denis, nécropole des rois de France. Elle n'est réapparue qu'au XIXe siècle dans une collection privée d'un comte allemand, avant d'être acquise en 1919 par un antiquaire de Dinard, puis revendue à un couple de retraités passionnés d'Histoire. Ceux-ci l'ont léguée au chef actuel de la maison de Bourbon, Louis de Bourbon. La confirmation de la lignée paternelle entre Henri IV et Louis XVI apporte aussi indirectement une réponse aux historiens qui pouvaient douter que Louis XIV soit bien le fils de Louis XIII, et non de Mazarin. "L'enfant du miracle" était né plus de 20 ans après le mariage de Louis XIII, le premier fils d'Henri IV, avec Anne d'Autriche.

"Indiana Jones des cimetières"

Des parcelles du coeur de Louis XIII et de celui de Louis XIV sont conservées à la basilique Saint-Denis, mais l'équipe du docteur Charlier n'a pas été autorisée à les étudier. Parfois surnommé "l'Indiana Jones des cimetières", le docteur Charlier a notamment révélé l'empoisonnement au mercure d'Agnès Sorel, favorite de Charles VII. Plus récemment, il a travaillé sur des fragments du coeur de Richard Ier d'Angleterre, dit Richard Coeur de Lion. "Les résultats sont imminents", a-t-il déclaré, avant son départ pour la Transylvanie où il doit étudier des squelettes de prétendus vampires.

Quant à l'équipe de Carles Lalueza-Fox, maintenant qu'elle a la confirmation que le sang séché est bien celui de Louis XVI, elle pourrait tenter de déchiffrer le génome complet du dernier monarque absolu de l'histoire de France et en tirer des informations sur la famille royale, comme la consanguinité ou la susceptibilité aux maladies.

22/12/2012

Pérou : la cité de Morococha est en passe de disparaître

lu sur :

http://www.lemonde.fr/international/article/2012/12/21/perou-la-bataille-de-la-mine_1809529_3210.html

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Pérou : la bataille de la mine

LE MONDE GEO ET POLITIQUE | 21.12.2012 à 12h33 • Mis à jour le 21.12.2012 à 15h25 Par Chrystelle Barbier - Lima, correspondance

Nichée à 4 600 mètres d'altitude au coeur des Andes péruviennes dans une vallée noircie par des siècles d'exploitation minière, la cité de Morococha est en passe de disparaître. En l'espace de deux mois, les centaines de familles qui l'habitaient ont fait place à des agents de sécurité armés travaillant pour le géant minier chinois Chinalco, qui compte faire de l'endroit une des plus grandes mines de cuivre à ciel ouvert du Pérou.

Premier producteur mondial d'argent, deuxième pour le zinc et le cuivre, troisième pour l'étain, sixième pour l'or, le Pérou est l'un des plus gros fournisseurs de minerais du monde. Le pays est courtisé par les plus grands groupes internationaux, qui investissent des milliards de dollars dans différentes régions des Andes et d'Amazonie.

Dans le cas de Morococha, Chinalco a prévu d'investir 2,2 milliards de dollars (1,66 milliard d'euros), dont 50 millions ont été destinés à bâtir la "nouvelle Morococha", une ville construite à 7 kilomètres de l'ancienne cité, pouvue de services en électricité, eau et assainissement dont certains logements ne bénéficiaient pas jusque-là. Prévue depuis deux ans, la relocalisation de la localité a débuté fin octobre et de nombreux mineurs ont déjà rejoint leur nouveau foyer. Un groupe refuse cependant de déménager tant que l'entreprise chinoise ne se sera pas engagée à donner du travail à tous les habitants. Il critique aussi les conditions dans lesquelles se déroule la relocalisation. Une situation qui a donné lieu, en novembre, à de violents affrontements entre les habitants de Morococha, divisés face au géant minier. 

Source de revenus sans équivalent (les exportations minières représentent plus de 60 % du total des exportations péruviennes), le secteur minier est aussi à l'origine de conflits sociaux, dont le nombre ne cesse d'augmenter au fil des ans. Selon le Défenseur du peuple, un organe de l'Etat chargé de la défense des droits de la population, deux tiers des 150 conflits socio-environnementaux aujourd'hui recensés au Pérou sont liés à l'activité minière.

Dans de nombreux cas, l'entreprise est accusée de polluer ou de mettre en danger les ressources hydriques régionales, comme à Cajamarca (Nord), où des milliers d'agriculteurs s'opposent au projet minier Conga qui prévoit d'assécher des lagunes et de les remplacer par des réservoirs artificiels. Après des mois de manifestations, qui ont fait un mort, le programme financé par l'américain Newmont a été suspendu en cours d'année, mais la tension reste palpable.

Dans les Andes comme dans la jungle, de nombreux Péruviens reprochent aussi aux entreprises minières de ne pas suffisamment participer au développement local. Le gouvernement péruvien espère toutefois calmer les nombreux mécontentements grâce à la loi dite de "consultation des peuples". Le texte, entré en vigueur en avril, prévoit que la population soit davantage informée et consultée sur de possibles projets miniers.

Voir le porfolio.

Sur Lemonde.fr

10/12/2012

Patrimoine de l'Humanité : les robes nuptiales algériennes de Tlemcen

lu sur :

http://www.letemps.ch/Facet/print/Uuid/8be37bfc-40ad-11e2-873d-bef3b1aee34d/Une_mari%C3%A9e_cousue_dhistoire

samedi 8 décembre 2012

Une mariée cousue d’histoire


Pour la première fois, un vêtement est entré au patrimoine immatériel de l’Unesco. Valérie Fromon t déploie l’itinéraire des robes de mariée algériennes de Tlemcen,à contempler comme une fresque historique brodée au fil d’or

«Grâce à vous, une robe a passé dans ma vie», murmurait Cyrano de Bergerac à Roxane.

Ce mercredi 5 décembre, l’Algérie a fait entrer un costume nuptial sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco. Et ce vêtement-là, peut-être plus que tous les autres, contenait un monde. C’est la première fois qu’un costume figure sur cette liste. Aux côtés du théâtre d’ombres chinoises, du flamenco, du repas gastronomique des Français et de la marche des sonneurs de cloche du carnaval annuel de la région de Kastav, il est venu élargir les rangs de ces pratiques et expressions qui témoignent de l’importance de la diversité du patrimoine culturel immatériel.

Mercredi s’est donc tenue la septième session du Comité intergouvernemental chargé d’examiner les 36 candidatures (pour l’année 2012) dignes de figurer sur la Liste représentative. Dans la salle XII du siège parisien, gris et monumental de l’Unesco, les experts ont tendu l’oreille pour entendre le bruissement des tissus de soie brodés de fil d’or, le cliquetis des innombrables rangs de perles baroques destinés à protéger la fertilité de la mariée contre les esprits malfaisants, et le chant des femmes qui accompagnent ces rituels si particuliers associés à la tradition du costume nuptial de Tlemcen – petite ville algérienne qui fut la capitale du pays jusqu’au XVIe siècle.

Une victoire pour cette communauté, toutes classes sociales confondues, pour qui ce costume et ces rites nuptiaux représentent un élément central de la culture, de l’histoire, du vivre ensemble et du savoir-faire artisanal.

«Le fait que les mariées soient belles ce jour-là se reflète sur la communauté tout entière. Pour les Tlemcéniens, chaque mariage est le mariage de toute la ville, c’est leur manière de perpétuer leurs traditions», raconte Leyla Belkaïd, designer, chercheuse en anthropologie du costume et de la mode, ancienne directrice du Master de Management du luxe à la Haute Ecole de Gestion à Genève également, auteur de plusieurs livres, notamment sur les costumes d’Algérie.

La seconde victoire, inscrite en filigrane, c’est de voir accepté, pour la première fois, un ensemble vestimentaire sur cette liste du patrimoine culturel immatériel. Ce qui est évident pour les chants et les danses, ou même pour la gastronomie, ne l’est pas pour ce qui se rapporte à l’apparat. Même si certains éléments vestimentaires comme le Batik indonésien ou la dentelle d’Alençon ont déjà conquis leurs lettres de noblesse auprès de l’Unesco, le tissu ne fait pas partie du même registre discriminatoire.

«Lorsque nous avons envoyé notre projet sous sa première forme, se souvient Leyla Belkaïd, nous avons senti qu’il y avait un doute par rapport à la pertinence de ce type de forme culturelle. Trop «matériel», trop luxueux, trop ostentatoire… Les a priori sont nombreux. Mais si ces objets-là sont beaux, c’est avant tout parce qu’ils reflètent tout l’inconscient, l’imaginaire, la poésie, l’histoire, le parcours d’une communauté à travers le corps, qui est notre interface à la fois la plus intime et la plus parlante.»

Dans la trame d’un vêtement, c’est tout un paysage qui se donne à voir – géographique, humain, spirituel. On y ressent la cohérence et la magie de ce lien qui se met en place entre une production et un lieu, lorsqu’il façonne les mains et les regards des artisans. Tlemcen, là où les robes de mariée façon pièce montée en faux satin polyester made in China n’ont pas encore avalé les traditions.

«Si on prête attention à ce costume-ci, d’autres pays vont suivre, estime Leyla Belkaïd. C’est un signal qui démontre qu’une initiative de ce type est faisable, valide et pertinente. Il faudrait que les Indiens se préoccupent de protéger le sari, les Japonais le kimono, les Coréens le hanbok, les Sardes leurs costumes villageois, avant que la globalisation ne finisse par effacer irrémédiablement cette forme fragile de patrimoine.»

Image 3.png


Image 2.png



















Image 4.png





20/07/2012

Histoire de dessous

lu sur :

http://www.lepoint.fr/societe/on-a-retrouve-l-ancetre-du-soutien-gorge-20-07-2012-1487586_23.php

On a retrouvé l'ancêtre du soutien-gorge !

Le Point.fr - Publié le 20/07/2012 à 13:49 - Modifié le 20/07/2012 à 14:19

Le Point.fr - Publié le 20/07/2012 à 13:49 - Modifié le 20/07/2012 à 14:19 

Des chercheurs viennent de mettre au jour de la lingerie vieille de 600 ans. Cette découverte bouleverse les connaissances historiques. 

Voilà une trouvaille qui chamboule le monde de la lingerie : le soutien-gorge n'est pas une invention moderne. Des archéologues de l'université d'Innsbruck en Autriche ont annoncé qu'ils avaient retrouvé dans le château de Lengberg quatre soutiens-gorge datant du Moyen Âge.

Les historiens de la mode s'accordaient généralement pour affirmer que l'apparition de ce sous-vêtement remontait à l'abandon du corset, il y a plus de 100 ans. Si le prototype a été breveté en 1859 à New York, l'appellation "soutien-gorge" apparaît en 1904 dans le dictionnaire Larousse et en 1912, sous le nom de "brassière", dans l'Oxford. Le diminutif "bra" ne commencera à être utilisé dans les pays anglophones qu'au cours des années 1930.

Mais il est donc désormais certain que le soutien-gorge a précédé le corset dans l'histoire de la lingerie féminine. Un des spécimens a en particulier retenu l'attention des spécialistes : il "ressemble exactement à un soutien-gorge moderne", explique Hilary Davidson, conservatrice de la mode du London Museum, au Daily Mail. "C'est une découverte étonnante", précise-t-elle.

Bouleversement historique

Les sous-vêtements ont été retrouvés parmi plus de 2 700 fragments textiles dans une voûte sous le plancher d'une chambre au deuxième étage du château, un lieu suffisamment sec pour éviter leur dégradation. Quatre de ces pièces en lin ressemblent à des soutiens-gorge modernes, avec des bonnets séparés, et l'un d'eux en particulier ressemble beaucoup à ce qui se fait aujourd'hui, avec deux larges bretelles pour les épaules et peut-être une ceinture dans le dos, non conservée, mais dont les bords partiellement déchirés sont visibles.

Autre ressemblance avec l'époque moderne, la lingerie n'était pas uniquement à vocation fonctionnelle. Elle était très finement décorée de dentelle et autres ornementations, dont la vocation était manifestement de plaire. Un autre sous-vêtement de lin trouvé ressemble fortement à un caleçon pour homme, car les femmes au Moyen Âge ne portaient que des jupons ouverts sous leur robe. "Les culottes étaient considérées comme une marque de la dominance et de la puissance masculines", explique Beatrix Nutz de l'université d'Innsbruck. Des dessins médiévaux montrent souvent un homme et une femme s'en disputer la possession dans un combat symbolique pour savoir qui, littéralement, allait porter la culotte...

La découverte ne date pas, en réalité, de cette année. L'équipe de Beatrix Nutz a, en fait, mis au jour ces sous-vêtements en 2008, mais il a fallu un certain temps pour que les recherches et la datation au carbone 14 apportent des réponses. Si Beatrix Nutz a donné une conférence l'année dernière, le retentissement n'a pas dépassé le milieu universitaire, jusqu'à l'article du BBC History Magazine paru ce mois-ci. On connaissait déjà, par la peinture, les façons de s'habiller de l'époque. Mais on ne savait rien sur les dessous. Cette trouvaille vient combler un manque. 

09/01/2012

La botaniste Jeanne Baret (1740-1807), la première femme à avoir fait le tour du monde en bateau

.

lu sur:

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/01/06/le-nom-retrouve-de-jeanne-baret-premiere-circumnavigatrice-et-botaniste_1626379_3244.html

Le nom retrouvé de Jeanne Baret, première circumnavigatrice et botaniste

 

Nommer les choses est le privilège de l'humanité. L'un des charmes de notre planète est d'en receler encore des quantités qui semblent attendre que nous leur collions une étiquette. C'était le cas, jusqu'à cette semaine, d'une petite plante anodine poussant sur les hauteurs du sud du Pérou. Les Américains Eric Tepe, Glynis Ridley et Lynn Bohs la décrivent, pour la première fois, dans la revue Phytokeys du 3 janvier.

De la même famille que la pomme de terre ou la tomate, cette solanacée n'a rien d'extraordinaire, avec sa fleur à cinq pétales et son fruit orangé. Le genre Solanum auquel elle appartient est l'un des plus vastes au monde. Et, jusqu'à ce jour, il y a de fortes chances pour qu'on l'ait confondue avec l'espèce S. chimborazense équatorienne, presque identique.

Ce qui la distingue avant tout, c'est le nom latin que ses découvreurs ont choisi de lui donner : Solanum baretiae"en l'honneur de la botaniste Jeanne Baret (1740-1807), la première femme à avoir fait le tour du monde en bateau". Avec ses feuilles à la forme si variable, ont-ils estimé, elle porte un parfait tribut à cette héroïne oubliée. Son histoire, digne de romans - qu'elle a d'ailleurs récemment inspirés -, mérite d'être contée : Jeanne Baret (Barret ou encore Baré, selon les chroniqueurs), paysanne bourguignone ayant fini ses jours pensionnée par le roi, a traversé des aventures peu ordinaires.

Un valet au teint frais

Entre sa naissance à La Comelle (Saône-et-Loire), signalée sur le registre paroissial, et son entrée au service du naturaliste Philibert de Commerson (1727-1773) à Toulon-sur-Arroux, dans le Charolais, sa biographie est muette. Veuf, Commerson en fait sa maîtresse et sa compagne en botanique. Un fils mourra en bas âge. Ambitieux, Commerson gagne la capitale, où il se fait bientôt un nom. Recommandé par l'astronome Lalande (1732-1807), il est désigné comme naturaliste pour accompagner Bougainville (1729-1811) dans son voyage autour du monde.

Il n'embarque pas sur la Boudeuse, le navire amiral, mais sur la flûte l'Etoile, navire de charge, en 1767, avec un valet au teint frais, Jean, qui n'est autre que Jeanne. C'est le seul moyen que les amants ont trouvé pour contourner une ordonnance interdisant la présence de femmes à bord des navires du Roy. Pour entreposer ses herbiers, Commerson bénéficie de quartiers spacieux, avec toilettes privées, ce qui sera sans doute bien commode.

Mal en point, Commerson s'appuie sur son valet pour herboriser. C'est donc Jeanne aux seins bandés, sa "bête de somme", qui collectera, "des plus hautes montagnes du détroit de Magellan aux plus profondes forêts des îles australes", une bonne part des quelque 6 000 spécimens récoltés au cours du voyage. Est-ce elle qui a trouvé les plants qui passeront à la postérité sous le nom de bougainvillier, en l'honneur du chef de l'escadre ?

En tout cas, celui-ci se montre magnanime quand le pot-aux-roses est découvert, et il permet à Jeanne de poursuivre le voyage. Quand, au juste, a-t-elle été démasquée ? A-t-elle éveillé les soupçons dès le passage de l'équateur, en ne participant pas aux rituels scabreux qui l'accompagnent ? A-t-elle été démasquée par le capitaine de l'Etoile, à qui elle aurait dit être eunuque ? Par des membres de l'équipage, "ennemis de sa pudeur", selon les termes de Vivez, chirurgien de l'Etoile ? Ou encore par les Tahitiens, qui auraient vu en elle une "vahiné" au premier coup d'oeil ? Les versions varient selon les journaux de bord et les récits de voyage des participants au tour du monde.

A l'île de France (Maurice), le couple débarque, pour herboriser plus longuement dans les Mascareignes et à Madagascar. Commerson assiste l'intendant Pierre Poivre (1719-1786) dans ses efforts pour briser le monopole néerlandais sur les épices. Il meurt à Maurice en 1773, ayant légué une rente à Jeanne. Celle-ci se marie sur place avec un officier du nom de Dubernat.

Rentrée en France, elle vit le reste de son âge en Dordogne, bénéficiant, à compter de 1785, d'une pension royale pour avoir partagé, "avec le plus grand courage, les travaux et périls" de Commerson. Celui-ci avait reconnu son mérite en nommant Baretia le bois de quivi. Las, cet "arbrisseau charmant" avait déjà été baptisé, et l'appellation a disparu. Glynis Ridley, qui a publié en 2011 aux Etats-Unis une biographie controversée de Jeanne Baret, jugeait cette lacune injuste. Grâce à elle, la voilà comblée.

Hervé Morin

07/03/2011

Carthage : tout change, rien ne change

lu sur :

http://www.lepoint.fr/monde/le-clan-ben-ali-livre-le-site-de-carthage-a-la-speculation-immobiliere-07-03-2011-1303416_24.php?xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20110307

Le clan Ben Ali livre le site de Carthage à la spéculation immobilière

Le gendre et le beau-frère du président se sont emparés de trois terrains classés au patrimoine mondial de l'humanité. 
De notre envoyé spéciale à Carthage, Ian Hamel

Non loin des citernes romaines, construites sous l'empereur Hadrien pour alimenter Carthage en eau, un panneau planté sur le bord de la route annonce le chantier des "Résidences de Carthage", un ensemble de haut standing composé de villas individuelles et de petits immeubles. Pourtant, avec ses monuments, ses vestiges et ses trésors encore enfouis dans le sous-sol, le site de Carthage est inconstructible puisque classé depuis 1979 au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco !

Cela n'a pas empêché des proches de l'ancien président Ben Ali, plus précisément son gendre Sakhr el-Materi et son beau-frère Belhassen Trabelsi, de faire main basse sur 12,5 hectares entre septembre 2006 et avril 2007. Ils ont d'abord fait déclasser un terrain d'une superficie de 9 hectares, puis deux terrains de 2,5 et de 1 hectare. Le tout sans que le ministère de la Culture, les Domaines de l'État, l'Institut national du patrimoine ou la mairie de Carthage soient consultés. Sur ces 12,5 hectares, ils ont donc créé le lotissement "Les Résidences de Carthage", dont chaque mètre carré est vendu à prix d'or à la bourgeoisie tunisienne (1 380 euros le mètre carré).

Les travaux se poursuivent

"C'est inimaginable de s'en prendre ainsi à notre histoire, à notre patrimoine. Ben Ali n'a pas spolié uniquement les Tunisiens, mais tous les habitants de la planète", s'insurge Olfa Belhassine, journaliste à La Presse de Tunisie, qui a révélé ce scandale dans un reportage intitulé Le dossier secret d'un déclassement.

L'une des premières décisions du nouveau gouvernement tunisien, après la fuite du dictateur, a été de prendre un arrêté le 16 février 2011 afin de suspendre "la validité de tous les permis de bâtir relatifs aux terrains à caractère archéologique et historique dans le périmètre du site de Carthage-Sidi Bou Saïd". Mais en allant sur place, Le Point a pu constater que l'arrêté restait lettre morte et que les travaux de construction allaient toujours bon train aux Résidences de Carthage. On peut également s'en rendre compte en consultant le site dédié (*). La publicité vante l'architecture puisée "dans le patrimoine méditerranéen et carthaginois" et "la micromosaïque d'inspiration romaine". Sur un site que le Centre du patrimoine mondial de l'Unesco s'apprêtait, en 2011, à classer sur la liste du patrimoine en péril...

(*) http://www.residences-carthage.com/fr/

Image 2.png

11/12/2010

Pouchkine l'africain : histoire passionnante

lu sur :

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/6795bc64-04a6-11e0-a54f-19ee9847ec84|0

ll a trouvé l’origine de Pouchkine. Pas la gloire

révélation samedi 11 décembre 2010

Serge Michel


Etudiant béninois à Moscou dans les années 1980, Dieudonné Gnammankou est l’auteur méconnu d’un scoop historique et littéraire sur Hannibal, le bisaïeul du plus grand poète russe. Lequel vient du... Cameroun

L’époque était au doute. Mais celui qui s’est glissé vers la fin des années 1980 dans l’esprit d’un étudiant béninois à Moscou n’avait rien à voir avec l’effondrement imminent de l’empire soviétique, du mur de Berlin et des idéologies. Il touche plutôt aux origines du plus grand poète russe et à la place des Africains dans l’histoire européenne.

On est en 1986. Le jeune Dieudonné Gnammankou a quitté depuis deux ans le Bénin pour étudier la littérature russe à l’Université Patrice Lumumba de l’Amitié entre les peuples, gigantesque campus de 35 000 étudiants dans le sud de Moscou. Or il n’y a pas de littérature russe sans Alexandre Pouchkine (1799-1837). L’un des cours aborde donc son roman historique inachevé, Le Nègre de Pierre le Grand . Celui-ci, dont seuls sept chapitres ont été écrits, raconte la vie d’un personnage qui a joué un rôle majeur, à la fois pour la Russie et pour le poète, puisqu’il s’agit de son arrière-grand-père, dont Pouchkine est très fier: Abraham Petrovitch Hannibal. La légende veut qu’il soit le fils d’un prince abyssin enlevé en 1703 par les Ottomans, à l’âge de 7 ans, réduit en esclavage à la cour du sultan Ahmed III à Constantinople puis envoyé clandestinement au tsar russe Pierre le Grand, qui l’a affranchi et presque adopté comme son propre fils. Formé en France, Hannibal allait devenir un général auquel la Russie conquérante du XVIIIe siècle doit une grande partie de sa doctrine militaire et de ses fortifications.

Or à l’université Lumumba, le professeur traite Le Nègre de Pierre le Grand en passant comme chat sur braise sur l’africanité du héros. «Ce qu’on nous enseignait, c’est que le personnage principal du livre était le tsar et non Hannibal, se souvient Dieudonné Gnammankou. Et que l’ouvrage parlait de la Russie en marche, en train de se réformer grâce au tsar.» Et ce n’est là qu’un seul des malentendus qui accompagnent cette œuvre de Pouchkine. L’autre est une question de vocabulaire. Le terme russe pour désigner les Africains, «arap», a été confondu par les Européens avec «arabe» et souvent traduit par «maure» jusqu’au titre de son roman, Le Maure (au lieu du nègre) de Pierre le Grand. «On n’a donc pas imaginé que le personnage pouvait être Noir», relève le chercheur.

Dieudonné Gnammankou se lance alors dans une thèse sur la présence africaine en Russie de 1670 à 1917 et se passionne pour Hannibal, dont il entreprend une biographie. «Logiquement, mon premier chapitre était consacré à son enfance éthiopienne, dit-il. Je me suis mis à lire des documents pour comprendre le fonctionnement de la société éthiopienne de l’époque et étudier sa ville, dont il avait donné le nom, Logone. Elle était censée régner sur trois cités et se trouver au bord d’un fleuve. Et c’est là où j’ai commencé à avoir de gros doutes, car je n’arrivais pas à localiser cette ville en Ethiopie et aucun des faits de l’époque ne correspondait à ceux utilisés en Russie pour expliquer les conditions de l’enlèvement d’Hannibal.»

Au fil de ses lectures, Dieudonné Gnammankou s’aperçoit que tous les ouvrages citent le même auteur, le géographe et anthropologue Dimitri Anouchine, qui avait produit pour le centenaire de Pouchkine en 1899 une série d’articles sur les origines d’Hannibal. Un auteur qui fait froid dans le dos: il défend la thèse de la hiérarchie des races et estime que Pouchkine, qui se décrivait comme «nègre», se trompait sur ses propres origines. Il ne pouvait pas être descendant de Noirs, ces «sauvages», mais devait venir d’Ethiopie, «seul pays présentable en Afrique» parce qu’il est impérial et chrétien orthodoxe comme la Russie. Laquelle, en cette fin de XIXe siècle, veut consolider son nationalisme autour de la figure de Pouchkine.

Trente ans plus tôt, un autre auteur n’a pas supporté le racisme d’Anouchine: Vladimir Nabokov, qui aborde les origines de Pouchkine dans la préface de sa traduction d’Eugène Onéguine. Il faudra pourtant à Gnammankou attendre de sortir de Russie, où Nabokov est proscrit, pour découvrir que l’auteur de Lolita a été à deux doigts de trouver la dernière pièce du puzzle. Il évoque la cité de Logone, au sud du lac Tchad, mais renonce à cette hypothèse parce que les habitants de cette région sont musulmans alors qu’Hannibal était chrétien. «Si Nabokov avait étudié l’histoire de la principauté de Logone, dit Gnammankou, il aurait su qu’elle s’est convertie à l’islam à la fin du XVIIIe siècle, longtemps après la mort d’Hannibal». Lui-même tombe en 1995 sur cette ancienne capitale d’une principauté divisée entre le Cameroun, le Nigeria et le Tchad sur les bords du fleuve Logone, côté camerounais. Il trouve aussi les traces des razzias d’un sultan voisin, soutenu par les Ottomans, qui aurait kidnappé le fils du prince de Logone et l’aurait conduit en Tripolitaine, d’où le garçon a été livré à Constantinople.

Tout est là. Il ne manquerait qu’un test ADN pour comparer les descendants d’Hannibal à ceux de la dynastie du sultan de Logone, toujours en place. Seul problème: les généticiens britanniques qui ont approché Dieudonné Gnammankou ont besoin d’un descendant d’Hannibal par la branche mâle. Or les 500 encore vivants en Russie le sont tous par les femmes sauf un, qui fut soldat en Perse durant la première guerre mondiale et qui est resté sur place, dans la future ville pétrolière d’Abadan. S’il a eu des descendants mâles et que ces derniers lisent cet article, qu’ils s’annoncent.

Dieudonné Gnammankou publie alors sa découverte dans le journal russe Rossiiyskie Vesti en juin 1995. Et fait sensation. Les médias se précipitent, un éditeur le prend sous contrat mais les menaces de mort affluent et les skinheads se déchaînent. Car entre-temps, les Africains de l’université Lumumba ne sont plus seulement traités de «singes», comme d’ailleurs Pouchkine l’avait aussi été. Ils doivent former des comités d’autodéfense sur le campus et s’abstenir de sortir les soirs de match. Gnammankou lui-même se fera tabasser, près de la Place Rouge, en 1999. En plus du racisme violent qui émerge en Russie, une puissante mafia russo-éthiopienne ne supporte pas d’être dessaisie de son héros.

Dieudonné Gnammankou, lui, s’installe en France. Où la reconnaissance se fait attendre, malgré la thèse unanimement saluée. Ses travaux sont pillés par d’autres, qui s’en arrogent la gloire, et la plupart des médias le snobent. «Il est surprenant que je n’aie pas de chaire d’enseignement, dit-il. Ces deux dernières années, je suis chercheur associé à la Sorbonne, mais je n’ai que quelques heures. On ne peut pas en vivre. Des discriminations existent dans le milieu universitaire. En France, dans les études américaines, russes et même australiennes, le taux de chercheurs originaires des régions étudiées est de 15%. Sauf dans le domaine des études africaines, où il n’y a que 2% d’Africains». La solution, adoptée par la quasi-totalité des collègues de Dieudonné Gnammankou? Aller enseigner aux Etats-Unis. Il a d’ailleurs reçu de nombreuses invitations d’universités comme Yale ou Harvard. «J’ai des enfants en bas âge, j’ai préféré rester. J’ai peut-être fait une erreur», dit-il. Les Etats-Unis, après l’Afrique, la Russie et la France, c’est peut-être trop pour un seul homme.

 

 

05/10/2010

Une nouvelle langue

lu sur :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/10/05/une-langue-inconnue-decouverte-en-inde_1420736_3244.html

.

Une langue inconnue découverte en Inde

Cette langue, non écrite, est en danger d'extinction, puisque parlée par seulement 800 personnes environ, dont peu ayant moins de vingt ans. Le koro appartient à la famille linguistique tibéto-birmane, qui regroupe environ 400 langues et dialectes, dont le tibétain et le birman.

 

LEMONDE.FR avec AFP | 05.10.10 | 17h39  •  Mis à jour le 05.10.10 | 17h42

Des linguistes ont identifié une langue, le koro, dans une région reculée du nord-est de l'Inde, qui était totalement inconnue de la science jusqu'alors, selon leur recherche, révélée mardi 5 octobre.

Cette langue, non écrite, est en danger d'extinction, puisque parlée par seulement huit cents personnes environ, dont peu ayant moins de 20 ans. Le koro appartient à la famille linguistique tibéto-birmane, qui regroupe environ quatre cents langues et dialectes, dont le tibétain et le birman.

Les linguistes à l'origine de cette découverte ont pris part à une expédition du National Geographic dans le cadre d'un projet d'identification et de préservation du patrimoine linguistique mondial baptisé "The Enduring Voices" (les voix qui perdurent). Bien que cent cinquante langues tibéto-birmanes soient parlées en Inde, ces linguistes n'ont pas pu identifier une seule d'entre elles proche du koro.

L'équipe de chercheurs, conduite par Gregory Anderson, directeur de l'Institut des langues vivantes et des langues en danger, dans l'Oregon, et K. David Harrison, professeur de linguistique au Swarthmore College, en Pennsylvanie, avait choisi la région isolée de l'Etat de l'Arunachal Pradesh, dans le nord-est de l'Inde parce qu'elle est connue pour la richesse et la diversité de ses langues.

Un grand nombre de ces langues ne sont pas écrites, sont peu étudiées ou documentées. "D'un point de vue purement quantitatif, le koro n'est qu'une langue de plus qui s'ajoute à la liste des 6 909 langues répertoriées à ce jour dans le monde", relève K. David Harrison. Mais, ajoute-t-il, "la contribution linguistique du koro est en fait beaucoup plus grande que cela, car cette langue donne une perspective entièrement différente en matière d'histoire, de mythologie, de technologie et de grammaire".

Une étude scientifique portant sur la découverte du koro paraîtra dans la revue indienne Indian Linguistics. K. David Harrison relate également cette découverte dans un ouvrage, The Last Speakers, qui vient d'être publié par le National Geographic. Cette institution américaine privée publie la célèbre revue mensuelle du même nom.

19:18 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : société, sciences

07/02/2010

Chirurgie à l'âge de pierre

lu sur :
http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/02/05/archeologie-a-l-aube-de-la-chirurgie_1301621_3244.html#ens_id=1301708
.
Enquête
Archéologie : à l'aube de la chirurgie
LE MONDE | 05.02.10 | 15h36  •  Mis à jour le 05.02.10 | 20h03


a pièce à conviction est enfermée en lieu sûr, dans un coffre de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Trop fragile pour être exposée. Trop précieuse. Il ne s'agit pourtant que d'un os - un vieil humérus -, comme les gratteurs de terre en ont exhumé des milliers. Mais celui-là prouve que, voilà 7 000 ans, un homme a subi une amputation et a survécu à l'opération. Il constitue le plus ancien témoignage d'un tel acte chirurgical jamais découvert en France. Et l'un des très rares attestés dans la préhistoire.

Pour reconstituer la scène, Anaïck Samzun, responsable des fouilles menées de 2003 à 2005, en vue de l'extension d'une carrière de sable, sur le site de Buthiers-Boulancourt (Seine-et-Marne), à 70 km au sud de Paris, exhibe d'autres fragments du squelette de l'amputé : un crâne poli par le temps, un maxillaire édenté, une poignée de vertèbres, un fémur, un tibia, un péroné, l'humérus droit, banal celui-là.

Nous sommes au début du néolithique - la datation des ossements au carbone 14 donne une fourchette comprise entre 4 900 et 4 700 avant notre ère -, à la fin de la culture dite de Blicquy-Villeneuve-Saint-Germain, juste après la civilisation du Rubané, caractérisée par les motifs à rubans de ses poteries. Les premières communautés agropastorales, cultivant le blé et l'orge, élevant des porcs et des moutons, prennent alors la place des derniers chasseurs-cueilleurs du paléolithique.

Sur le site actuel de Buthiers-Boulancourt vivent quelques dizaines de ces paysans, dans sept grandes maisons de type danubien, faites de bois enduit de pisé, dont ont été retrouvés les trous de poteaux et plusieurs fours domestiques. A proximité des habitations, deux ensembles de sépultures individuelles en pleine terre, où ont été ensevelis cinq cadavres. Et, très inhabituel pour l'époque, un vase contenant les restes charbonneux d'un corps incinéré.

L'une des fosses intrigue les archéologues. Creusée dans un calcaire très dur, de forme oblongue, elle est de dimensions atypiques : 2,5 mètres de long, 1,6 mètre de large et 1,5 mètre de profondeur, alors que les autres tombes, ajustées à la taille du défunt, ne sont profondes que de 30 cm. L'individu qui y repose est couché sur le flanc gauche en position fléchie, genoux surélevés, le corps aligné d'est en ouest, la tête tournée vers le sud. Une posture caractéristique des inhumations de cette période. Une première analyse anthropologique révèle qu'il s'agissait d'un homme, âgé, perclus d'arthrose et ayant perdu toutes ses dents.

Elément insolite, un jeune agneau, ou cabri, a été déposé à ses pieds, offrande ou viatique pour l'au-delà. Un mobilier funéraire exceptionnel l'accompagne : un grand pic en silex disposé en travers de son bras gauche, et une longue lame de hache en schiste placée derrière son crâne. Des attributs qui lui valent, au sein de l'équipe de fouilles, le surnom de "Rocco". Et qui, plus sérieusement, font penser qu'il jouissait d'un statut important dans le groupe.

Là n'est pas le plus étonnant. L'avant-bras et la main gauches manquent à l'inventaire, alors que la sépulture ne paraît pas avoir été perturbée par des animaux fouisseurs, l'érosion ou des labours ultérieurs. En outre, le membre supérieur gauche, sectionné au-dessus de l'articulation, présente un bord anormalement rectiligne. Les investigateurs pensent d'emblée à une amputation. Mais, sur des ossements aussi vieux, le diagnostic est difficile à poser.

Il faudra une auscultation au scanner, avec reconstruction de l'humérus en trois dimensions, pour le confirmer et publier la trouvaille dans la revue Antiquity de décembre 2009. "L'examen écartant l'hypothèse d'une malformation congénitale, il semble que l'homme ait d'abord subi un traumatisme - coup de hache, accident... - qui a partiellement arraché l'avant-bras en brisant les os, décrit Anaïck Samzun. Les parties encore en place ont alors été sciées intentionnellement, sans doute avec une lame de silex. La découpe s'est effectuée de la face antérieure vers la face postérieure de l'os, et le poids de l'avant-bras en extension, ou peut-être la traction exercée par le chirurgien, ont rompu les derniers millimètres."

Il y a mieux. Les radios montrent que l'humérus a cicatrisé, donc que l'amputé a survécu - quelques mois ou quelques années - à l'intervention. Cela, sans trace d'infection. Ce qui signifie que le manieur de bistouri "savait aussi stopper une hémorragie et possédait une bonne pratique de l'asepsie".

Deux cas seulement d'amputation étaient jusqu'ici connus, en Europe, pour le néolithique ancien. Tous deux dans la culture du Rubané, c'est-à-dire un peu plus vieux que celui de Buthiers-Boulancourt : l'un à Sondershausen, en Allemagne, l'autre à Vedrovice, en Moravie (République tchèque). Ce n'étaient sans doute pas les premiers : la possibilité d'une telle opération a été suggérée pour deux Néandertaliens du paléolithique moyen, l'un, en Irak, doté d'un humérus atrophié, l'autre, en Croatie, privé d'une main. Mais ces exemples restent rarissimes.

Les cas de trépanation, en revanche, sont beaucoup mieux documentés, surtout pour le néolithique récent. On en recense, dans la seule Europe, près de six cents. Et, sur le site pakistanais de Mehrgarh, dans une nécropole vieille de 9 000 ans, a été exhumé un jeu de molaires dans lesquelles, pour traiter des caries sans doute, des apprentis dentistes avaient pratiqué des perforations, à l'aide de perçoirs en bois à pointe de silex probablement actionnés par un archet. Une technique empruntée aux artisans bijoutiers.

"Les hommes du néolithique, et vraisemblablement leurs aînés déjà, possédaient un savoir-faire médical et chirurgical dont nous n'avons que très peu de traces, de surcroît sur des ossements souvent mal conservés, commente la chercheuse. Quand ces interventions étaient pratiquées sur les parties molles du corps, il ne nous en reste plus aucun témoignage." Pour soulager les maux, poursuit-elle, "ils disposaient sans doute d'une pharmacopée à base de plantes, dont on sait peu de chose".

Des graines et des pollens ont été retrouvés sur de nombreux sites. Mais rien ne permet de savoir s'ils provenaient de plantes ou de fruits à usage alimentaire, ou dotés de vertus médicinales.

 

Pierre Le Hir
Article paru dans l'édition du 06.02.10

10:39 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire

03/07/2009

La plus ancienne poterie

lu sur :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/07/03/vieille-de-18-000-ans-la-plus-ancienne-poterie-est-chinoise_1214780_3244.html#ens_id=1214869

 

Vieille de 18 000 ans, la plus ancienne poterie est chinoise

LE MONDE | 03.07.09 | 15h18  •  Mis à jour le 03.07.09 | 15h18

 

Des tessons de céramiques découverts dans la grotte Yuchanyan, en Chine méridionale (Hunan), viennent d'être datés de 18 000 ans. Ce qui fait de cette poterie la plus ancienne jamais découverte. De précédents travaux avaient permis la mise au jour, dans la même région, de tels objets d'argile cuite plus récents de 2 000 à 3 000 ans. Ces résultats, publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), s'appuient sur la datation au radiocarbone (carbone 14) de charbons et de collagène d'ossements animaux retrouvés dans la même couche stratigraphique. L'ensemble des datations effectuées sur les vestiges animaux du site indique une occupation de la grotte remontant à 21 000 ans environ. Des assemblages d'ossements animaux et des outils lithiques ont également été découverts sur le site.

Les chercheurs sont parvenus à réunir suffisamment de tessons pour reconstituer ce que devait être l'aspect de la céramique. D'aspect conique, celle-ci devait mesurer une trentaine de centimètres de hauteur. En outre, la qualité de sa facture laisse supposer que les artisans qui l'ont façonnée devaient être dépositaires d'un savoir-faire acquis de longue date.

La présence de telles céramiques à des époques aussi hautes pose question à la communauté scientifique. Elle suggère que la transition du paléolithique au néolithique s'est faite, en Asie de l'Est, sur de très longues périodes.

Au contraire, au Proche-Orient, le passage d'un mode de vie de nomades chasseurs-cueilleurs se fait relativement vite. Et ce n'est qu'autour du Xe millénaire avant notre ère que l'on retrouve de telles céramiques, sur des sites occupés par des populations déjà sédentarisées et maîtrisant les techniques agricoles. Une statuette en céramique datée d'environ 25 000 ans - la célèbre Vénus de Dolní Vestonice - a bien été mise au jour en Moravie (République tchèque) au début du XXe siècle, mais jamais aucun récipient remontant à des époques aussi anciennes n'a jamais été découvert.

Et pour cause : les chercheurs s'interrogent sur l'utilité de ces poteries primitives pour des populations ne maîtrisant pas encore l'agriculture - comme on le présume de celles occupant le site de Yuchanyan il y a 18 000 ans. Cependant, le site a également livré de rares restes de grains de riz. D'où ces questions : y avait-il plus de riz à l'origine qu'on n'en exhume aujourd'hui ? Ce riz était-il totalement sauvage ou déjà le fruit d'un embryon d'agriculture, dans une région réputée être le berceau de la domestication de cette céréale, à la base des régimes alimentaires de l'ensemble de l'Asie... Enfin, des questions se font également jour sur la nature de l'habitat qu'aurait représenté la grotte pour ses occupants d'il y a 18 000 ans.

 

Stéphane Foucart

Article paru dans l'édition du 04.07.09

19:12 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, préhistoire

13/04/2009

Science et Société : un peu d'histoire

Source : http://www.pileface.com/sollers/article.php3?id_article=554
à partir de : http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Needham

Sans Dieu ni science, la Chine

Pourquoi le pays qui a tout inventé des siècles avant l’Occident sans jamais subir l’oppression d’une religion dominante n’a-t-il pas accouché de la science moderne ?

C’est une cérémonie dont le modèle s’est établi au cours du IVe siècle avant notre ère : un officiant coiffé du chapeau de gaze se penche sur une superbe plaque de bronze carrée, gravée de caractères et de symboles. Sur le cercle central poli comme un miroir, il pose une cuillère très galbée - en fait, un morceau de magnétite taillé à l’image de la Grande Ourse.

La cuillère pivote instantanément, pointant son manche vers le sud. Il ne reste plus qu’à appliquer les règles du feng shui, la géomancie chinoise, pour déterminer quelle est l’orientation la plus faste pour le nouveau bâtiment - maison, tombe ou palais. L’invention de la boussole par les Fils du Ciel ne doit rien au désir d’explorer des contrées lointaines.

Elle a été conçue par les devins taoïstes et les maîtres de « magie cosmique » afin d’inscrire harmonieusement les constructions humaines au sein d’une nature conçue comme vivante, animée de courants et de souffles telluriques.


Manuscrit de l’empereur Zhu Gaoji des Ming, Des prévisions astronomiques et météorologiques, écrit en 1425 (Université de Cambridge). Les chinois ont identifié la nature des taches solaires dès le IVe siècle avant JC alors que les Occidentaux ont pensé jusqu’au XVIe siècle qu’il s’agissait d’objets extérieurs au Soleil.

Quinze siècles plus tard, la boussole passe des jonques aux boutres arabes et aux caravelles portugaises. Avec d’autres innovations chinoises comme le gouvernail et les voiles multiples, elle ouvrira aux capitaines du XVe siècle la voie des traversées aventureuses vers les Indes orientales et l’Amérique. Cette véritable bombe à retardement, qui fait exploser les cadres de la société médiévale, n’est pas le seul legs de la Chine à la modernité. « Trois découvertes ont changé la face du monde, écrit en 1620 le philosophe anglais Francis Bacon, l’imprimerie, la poudre, la boussole. Aucun empire, aucune religion, aucune étoile ne semble avoir autant influencé les affaires humaines. » Le grand penseur de l’expérimentation scientifique n’ignorait pas que ces trois innovations venaient d’Orient.

Grâce aux extraordinaires recherches d’un biochimiste et historien des sciences britannique, Joseph Needham, nous mesurons aujourd’hui notre dette à l’égard du génie chinois : « L’horlogerie mécanique, la fonte, les étriers et le harnais adapté au cheval, la suspension de Cardan, le triangle de Pascal, les ponts à arche segmentaire, les écluses, l’étambot de poupe, la cartographie quantitative... » Pratiquée depuis le VIIIe siècle, l’imprimerie chinoise invente les caractères mobiles en 1045, soit quatre siècles avant Gutenberg.

Lisez la synthèse de la recherche needhamienne intitulée « le Génie de la Chine », et préparez-vous à subir un choc : l’avalanche de trouvailles et d’inventions rivalisant d’ingéniosité dans tous les domaines n’a d’égale qu’une vertigineuse antériorité. 1400 ans pour le papier, 2200 ans pour le soc de charrue en fer et 2300 pour l’exploitation du pétrole et du gaz naturel, en passant par des technologies aussi décisives que le semoir à rangs multiples (1800 ans), la manivelle (1100 ans), la fabrication d’acier selon le procédé que nous appelons Siemens (1300 ans), les coques de navire à compartiments étanches (1700 ans)...
De quoi éclipser la classique énigme de l’histoire des sciences - pourquoi la science est-elle née en Occident ? - au profit du désormais fameux « paradoxe de Needham » : pourquoi, malgré l’extraordinaire avance de la technologie chinoise, la science moderne n’est-elle pas née en Chine ?

Des centaines de chercheurs dans tous les pays tentent toujours de résoudre cette énigme. Needham lui-même a proposé plusieurs hypothèses : la nature étouffante du despotisme impérial, la faiblesse de la classe commerçante, la sclérose d’un système mandarinal fondé sur le bachotage, et même la prédilection chinoise pour l’algèbre plutôt que la géométrie... La plus frappante concerne les idées religieuses : la croyance occidentale en un Dieu personnel, créateur et législateur, gouvernant l’univers par des lois générales et rationnelles, est à l’origine de l’idée même de lois de la nature, affirme-t-il.

Ne croyant pas en une divinité créatrice, les Chinois n’ont pu concevoir l’existence de lois mathématiques régissant la nature, même s’ils n’avaient pas manqué de repérer l’existence de régularités.

A ce compte, objecte David Cosandey dans un livre consacré à la question de Needham [7], l’Inde aurait dû être la patrie de la modernité scientifique, puisque rien ne rappelle plus la logique mécanique chère aux astrophysiciens que la loi d’airain du karma, selon laquelle les mêmes causes produisent inexorablement les mêmes effets. Quant au Dieu passionné et vindicatif de la Bible, il est aux antipodes du Dieu rationnel de Descartes et de Leibniz. Ce n’est pas la théologie qui a enfanté la science, conclut Cosandey, « c’est sous l’effet de l’évolution socio-économique globale que le Dieu chrétien est devenu rationnel, vers les XIIe-XIIIe siècles ».

L’hypothèse qu’il défend, quant à lui, ne doit rien aux déterminations religieuses, culturelles, ethniques ou climatiques. Sous toutes les latitudes, démontre-t-il, les avancées scientifiques ont eu pour cadre des périodes caractérisées par le fractionnement d’une aire de civilisation en plusieurs Etats stables et concurrents : ce schéma est le seul qui ait favorisé les échanges commerciaux, la montée en puissance de la classe marchande, l’indépendance économique des savants et une émulation féconde entre centres intellectuels rivaux. En Chine, les périodes d’essor correspondent de fait aux intermèdes de fragmentation entre deux époques d’unification et, si elle rate au XIVe siècle le virage de la modernité, c’est parce qu’elle est chroniquement « soumise » à l’empire total.

L’Europe est le seul ensemble où les périodes de « division stable » aient été si importantes. Pourquoi ? Ne cherchez pas du côté de la religion ni de la culture, prévient Cosandey. Voyez plutôt la géographie de la « péninsule européenne », adossée au continent eurasiatique d’un côté, profondément entaillée de mers intérieures et de golfes de l’autre : c’est elle qui a favorisé à la fois un morcellement politique et une ouverture maritime. Les conditions étaient réunies pour que de la lente accumulation d’inventions de tout l’Ancien Monde puisse jaillir la révolution technoscientifique.

Aussi convaincante qu’elle puisse être, cette thèse ne doit pas faire perdre de vue le rôle qu’ont pu jouer les croyances. En Chine, ce sont les géomanciens et autres alchimistes qui tentent de comprendre les secrets du tao, c’est-à-dire l’ordre cosmique dont l’harmonie résulte de la coopération spontanée entre tous les éléments du monde (qu’ils soient matière ou esprit), chacun se mouvant selon sa logique interne. Très loin du modèle mécaniste qui triomphera avec Descartes, ils proposent un modèle organique de l’univers, traversé d’affinités et d’influences, et régulé par une véritable homéostasie, par analogie à cette capacité qu’ont les organismes vivants à maintenir leurs caractéristiques internes, comme la température. L’étrange modernité des taoïstes trouve aujourd’hui un écho dans l’écologie, la physique quantique et la vision holistique de la santé. Infiniment subtil et mystérieux, cet ordre complexe est aux yeux des mystiques chinois impénétrable à l’intelligence théorique.
Seule une attitude humble, fondée sur l’observation et l’expérimentation, permet de s’en approcher.

La même interrogation modeste, la même méfiance des théories préconçues caractérisent les premiers hommes de science, aux antipodes des certitudes arrogantes des scolastiques, remarque Needham. Souvenons-nous que ces théologiens « rationalistes » refusèrent de regarder dans le télescope de Galilée, par mépris de l’empirisme et refus de tester le catéchisme aristotélicien. Au contraire, les théologiens mystiques du XVIIe siècle soutiennent la science naissante : croyant au pouvoir de la magie, leur absence de dogmatisme les rend précisément curieux des fruits inédits de l’expérimentation concrète. Si le rationalisme est la « principale force progressiste » tout au long de l’histoire, conclut Needham, aux origines de la modernité « magie et science sont étroitement liées ».

Ursula Gauthier, Le Nouvel Observateur du 23 décembre 2004.

24/11/2008

De la structure sociale au néolithique

lu sur lemonde.fr :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2008/11/18/la-plus-vieille-famille-jamais-identifiee-victime-de-violences-a-l-age-de-pierre_1119917_3244.html

La plus vieille famille jamais identifiée, victime de violences à l'âge de pierre
LEMONDE.FR avec AFP | 18.11.08 | 12h59 • Mis à jour le 19.11.08 | 10h21

Une femme, un homme et leurs deux enfants : les restes de la plus vieille famille "nucléaire" jamais découverte ont été identifiés récemment par des archéologues européens. Selon leurs travaux publiés dans les Annales de l'Académie nationale américaine des sciences (PNAS) datées du 17 novembre, les archéologues sont allés de surprise en surprise, depuis la découverte, en 2005, de quatre sépultures à Eulau, en Saxe-Anhalt (centre de l'Allemagne).
Les restes de treize personnes au total ont été découverts dans les tombes. Tous avaient été enterrés simultanément, environ 4 600 ans avant l'ère chrétienne. Le plus intriguant pour les scientifiques a été la manière dont les corps étaient disposés, qui semblaient être le reflet des relations des défunts. Plusieurs paires de personnes étaient ensevelies se faisant face avec souvent leurs bras et mains entrelacés, alors même que les rites de l'époque montrent que les cadavres étaient systématiquement ensevelis face vers le sud. L'exception aurait été faite justement pour consacrer les liens particuliers qui unissaient les morts.
De fait, pour quatre d'entre eux, les tests ADN ont confirmé l'hypothèse de liens familiaux. Une analyse ADN a permis aux scientifiques de déterminer qu'il s'agissait bien de la mère, du père et de leurs deux fils âgés de 8 à 9 ans et de 4 à 5 ans respectivement. "A notre connaissance, il s'agit de la plus ancienne preuve génétique moléculaire d'une cellule familiale", explique l'archéologue Wolfgang Haak, de l'université d'Adélaïde (Australie), principal auteur de cette étude, tout en soulignant que cela "ne prouve pas que la cellule familiale de base soit un modèle universel ou la plus ancienne institution des communautés humaines".

MARIAGES EXOGAMES

Toutes les sépultures contenaient des restes d'enfants et d'adultes dans la trentaine ou plus. Fait intéressant : il n'y avait pas d'adolescents, ni de jeunes adultes. Un grand nombre de corps – des ossements, des mâchoires, des dents... – montraient des traces de blessures indiquant que les victimes avaient été violemment agressées. L'absence de jeunes hommes semble indiquer qu'ils étaient hors du campement lorsque celui-ci a été attaqué. Et c'est sans doute ces mêmes jeunes qui ont ensuite enterré leurs femmes, leurs enfants, et les autres membres de leur famille d'une façon si particulière. Des découvertes "émouvantes", pour le Dr Haak, cité par la BBC : "Nous ne savions pas si, dans cet environnement préhistorique extrêmement violent, il y avait de la place pour des relations d'amour."
Les chercheurs ont reconstitué cette tragédie de l'âge de pierre en recourant à des techniques avancées d'analyse génétique. Ils ont également utilisé l'isotopique du strontium, un élément chimique proche du calcium naturellement présent dans les roches et les sols. Absorbé avec la nourriture, le strontium est incorporé dans les dents lorsque celles-ci poussent, et son analyse permet de déterminer la région d'origine d'un individu. Les chercheurs ont pu ainsi faire la lumière sur l'organisation sociale au néolithique. Alistair Pike, archéologue de l'université de Bristol (Grande-Bretagne) et codirecteur de ce projet, précise, à la lumière de ces analyses, que "les femmes avaient passé leur enfance dans des régions différentes de celles où les hommes et les enfants avaient grandi". Ce qui, explique-t-il, montre l'existence de mariages hors des communautés d'origine et aussi le fait que les femmes suivaient leur conjoint, des traditions qui devaient être importantes pour éviter des alliances consanguines et forger des relations avec d'autres groupes.

10:37 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : néolithique, social

30/08/2007

Des archéologues révèlent une véritable métropole arverne


17:53 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)