Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/09/2015

In God they trust !

 ... les états-uniens croient en Dieu ... quand çà les arrange !

à lire sur The Guardian :

Pope Francis faces challenge persuading US's Catholic leaders on ...

www.theguardian.com/.../us-catholic-leadership-pope-francis-climate-change

5 hours ago ... Pope Francis at a meeting organized by the Foundation for Sustainable Development on Environmental Justice and Climate Change, last week .. 

extrait :

... Some 47% of Catholics believe climate change is caused by human activity, according to the Pew research centre. But there is a sharp political divide: 62% of Catholic Democrats believe warming is caused by human activity, compared to 24% of Catholic Republicans. ...

30/01/2015

Réchauffement climatique : il est réel mais seul Dieu est responsable ! (pas l'Homme)-suite : le Pape à la rescousse

  Nota Bene :

les personnes qui lisent les notes mises sur ce blog ont sans doute remarqué la présence d'un bandeau publicitaire dans le haut de l'écran. Cette publicité, mise par le MIDI LIBRE, n'existait pas auparavant ; elle est apparue il y a quelques jours. 

 

Il faut savoir que cette publicité est extrêmement gênante pour l'enregistrement des notes et ralentit considérablement leur mise en page. 

 

De plus, je suis par principe opposé à toute publicité.

 

J'envisage donc de trouver un autre hébergeur pour ce blog.

 

L'adresse vous en sera donnée en temps voulu.

 

---------------------------------------------------------------------

 

lu sur :

Head of EPA tells Vatican that Pope Francis and Obama in sync on climate change ...

www.theguardian.com/.../pope-francis-climate-change-epa-gina-mccarthy
  • Gina McCarthy says pope can convince doubters that ‘science is real’
  • Obama ‘is aligned’ with pope on seeing climate change as a moral issue

America’s top environmental official has assured the Vatican that the Pope and Barack Obama are singing from the same hymnal when it comes to fighting climate change.

In a visit to the Vatican, Gina McCarthy, the head of the US Environmental Protection Agency (EPA), conveyed a message to the Pope that Obama shared his view that fighting climate change was a moral obligation.

“I want him to know that the president is aligned with him on these issues and that we are taking action in the United States,” McCarthy told the National Catholic Reporter ahead of the meeting.

She went so far as to suggest that Obama was “working with the pope” when it came to climate change.

That alliance, between Obama and the pope, followed from the view that leaders have a moral duty to preserve the earth and protect those most at risk from the consequences of climate change, McCarthy said.

 

“I think the most important thing that we can do, working with the pope, is to try to remind ourselves that this is really about protecting natural resources that human beings rely on, and that those folks that are most vulnerable – that the church has always been focused on, those in poverty and low income – are the first that are going to be hit and impacted by a changing climate,” she said.

 

EPA officials said McCarthy used the meeting to applaud the Pope’s efforts to fight climate change, and to brief the Vatican on Obama’s plan for cutting greenhouse gas emissions that are driving global warming.

“It was really about the efforts the US is taking on climate change and the need for everyone to be involved both domestically and internationally – both to work with the pope and thank for his efforts on this far,” a spokesperson said.

McCarthy did not meet the pope, but was greeted by a quartet of Vatican officials, Monsignor Antoine Camilleri, the undersecretary for relations with states and the ministry’s top environmental official, Paolo Conversi as well as Cardinal Peter Turkson, president of the pontifical council for justice and peace, and his director of environmental affairs, Tebaldo Vinciguerra. The four officials will help prepare a highly anticipated encyclical on the environment and climate change, expected to be published in June or July.

On Saturday, McCarthy was due to tour the Vatican’s solar panels, which are on top of the Paul VI hall.

 

The pope said earlier this month that climate change was “mostly” man-made, and he said he hoped the encyclical and a planned address to the UN in September would push leaders to take more “courageous” actions.

The EPA administrator was born into an Irish Catholic family from Boston.

Her trip to the Vatican, however, was part of a broader mission of putting climate change above partisan politics and persuading the American people to get behind the climate plan.

The pillar of the US climate plan – the first rules cutting carbon pollution from power plants are due to be finalised this summer. But they are under attack from Republicans in Congress and industry, who are trying to block or reduce the emissions cuts.

“One of the challenges that I think we face in the US is that climate change is very often viewed as a political issue,” McCarthy told reporters ahead of her meetings. “And environmental issues are not political.”

She went on: “I think we need to get this out of the political arena and get it back to the arena we work most effectively on: what’s right for our kids, for our families, for public health, and what solutions do we bring to the table that are going to address those?”

Obama has no chance of meeting his emissions reductions targets if those rules are stalled or weakened.

US officials and foreign diplomats believe an attack on those rules would shake international confidence in climate change negotiations heading towards a conclusion in Paris at the end of the year – putting the global effort to fight climate change in peril, along with that of the US.

Over the last 18 months, McCarthy has been doggedly visiting state and local leaders to try to gin up support for the power plant rules. Last week, she visited Aspen to mobilise support from the winter sports industry, which depends on cold weather and snow.

Some conservative sections of the church are opposed to Obama’s power plan.

“Preservation of the environment and promotion of sustainable development? No problem. But climate change and the blundering malicious environment of the UN? No thanks. The pope can do better,” wrote Thomas Peters, a writer for Catholic Vote.

22/01/2015

Réchauffement climatique : il est réel mais seul Dieu est responsable ! (pas l'Homme)

Nota Bene :

les personnes qui lisent les notes mises sur ce blog ont sans doute remarqué la présence d'un bandeau publicitaire dans le haut de l'écran. Cette publicité, mise par le MIDI LIBRE, n'existait pas auparavant ; elle est apparue il y a quelques jours. 

Il faut savoir que cette publicité est extrêmement gênante pour l'enregistrement des notes et ralentit considérablement leur mise en page. 

De plus, je suis par principe opposé à toute publicité.

J'envisage donc de trouver un autre hébergeur pour ce blog.

L'adresse vous en sera donnée en temps voulu.

lu sur : (les surlignages sont de moi)

Magazine GoodPlanet 

Publié le : 22/01/2015     Last updated: 22/01/2015 15h26

- See more at: http://www.goodplanet.info/actualite/2015/01/22/le-senat-americain-reconnait-le-changement-climatique-mais-pas-la-responsabilite-de-lhomme/#sthash.dS8f5RMf.dpuf

Washington (AFP) – Le changement climatique est réel, ont proclamé les sénateurs américains mercredi lors d’un vote hautement symbolique. Mais dans un second vote illustrant la controverse partisane sur le sujet, les sénateurs républicains ont disculpé l’homme.

Les démocrates ont profité d’un débat sur le projet controversé d’oléoduc Keystone XL pour tenter de trancher, une bonne fois pour toutes, la question du réchauffement climatique au sein de ce que les parlementaires américains appellent « la plus grande assemblée délibérante du monde ».

Ils ont déposé deux résolutions non contraignantes, soumises au vote des 100 sénateurs américains, en majorité républicains.

La première résolution affirme en une phrase que « le changement climatique est réel et n’est pas un canular »: elle a été approuvée par 98 voix contre 1 (le sénateur républicain du Mississippi Roger Wicker).

Les républicains ont désormais consigné pour l’histoire qu’ils ne contestaient pas la réalité du réchauffement de la planète.

La seconde motion démocrate, déposée par le sénateur d’Hawaï Brian Schatz, allait plus loin qu’un simple constat pour déclarer que le réchauffement était du fait de l’activité humaine, touchant au coeur de la controverse politique américaine.

Mais cette fois, 49 des 54 républicains ont voté contre, suffisamment pour couler la résolution.

L’origine de leur opposition date des premiers projets de taxation du carbone dans les années 2000, et depuis les républicains restent opposés aux propositions de Barack Obama pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, afin de ne pas nuire à la compétitivité des entreprises américaines.

Cependant, ils restent nombreux à contester les conclusions de scientifiques qui lient le réchauffement à l’activité humaine.

« Quelle arrogance de dire que l’homme est capable de changer le climat », a redit celui qui a pris la tête du combat au Sénat, Jim Inhofe, président de la commission de l’Environnement.

« Le climat a toujours changé », a-t-il dit. « Relisez les conclusions archéologiques (…) La Bible en parle ».

Malgré la défaite, c’est dopé d’optimisme que le démocrate Brian Schatz est sorti de l’hémicycle.

« On voit émerger un groupe d’élus des deux partis qui pensent que le changement climatique est réel, causé par les humains et qu’il existe des solutions », a-t-il dit aux journalistes rassemblés pour l’événement.

« C’est un début », a dit sa collègue Barbara Boxer.

© AFP

- See more at: http://www.goodplanet.info/actualite/2015/01/22/le-senat-americain-reconnait-le-changement-climatique-mais-pas-la-responsabilite-de-lhomme/#sthash.dS8f5RMf.dpuf
 

 

US Senate refuses to accept humanity's role in global climate ...

www.theguardian.com/.../us-senate-man-climate-change-global-warming- hoax

41 minutes ago ... US Senate refuses to accept humanity's role in global climate changeagain. Senators accept global warming is not a hoax but fail to recognise ...
US Senate refuses to accept humanity's role in global climate change, again

Senators accept global warming is not a hoax but fail to recognise human activity is to blame, nearly 27 years after scientists laid out man’s role

Image 1.png

 



 

 

 

Republican and US senator James Inhofe: ‘Man can’t change climate’. Photograph: Susan Walsh/AP

 

 

 

 

It is nearly 27 years now since a Nasa scientist testified before the US Senate that the agency was 99% certain that rising global temperatures were caused by the burning of fossil fuels.

And the Senate still has not got it – based on the results of three symbolic climate change votes on Wednesday night.

The Senate voted virtually unanimously that climate change is occurring and not, as some Republicans have said, a hoax – but it defeated two measures attributing its causes to human activity.

Only one Senator, Roger Wicker, a Republican from Mississippi, voted against a resolution declaring climate change was real and not – as his fellow Republican, Jim Inhofe of Oklahoma once famous declared – a hoax. That measure passed 98 to one.

But the Senate voted down two measures that attributed climate change to human activity – and that is far more important.

Unless Senators are prepared to acknowledge the causes of climate change, it is likely they will remain unable and unwilling to do anything about it.

Democrats had planned the symbolic, “sense of the Senate” votes as a way of exposing the Republicans’ increasingly embarrassing climate change denial. Further climate votes will come up on Thursday.

Two were tacked on as Democratic amendments to a bill seeking to force approval of the contentious Keystone XL pipeline – despite a veto threat from Barack Obama.

The third, introduced by a Republican, affirmed climate change was real but expressed support for the Keystone XL pipeline.

The first vote, introduced by the Rhode Island Democrat, Senator Sheldon Whitehouse, said only: “To express the sense of the Senate that climate change is real and not a hoax.”

But Republicans have grown canny about being called out as climate deniers. For the Republican party leadership the current preferred phrase now is: “I am not a scientist” – which casts doubt but avoids outright denial. However, Obama made that line a butt of his jokes in the State of the Union address

Inhofe, the veteran climate denier in the Senate and incoming chair of the Senate Environment and Public Works Committee, stunned a number of Democrats when he asked to co-sponsor the amendment. 

For a moment it looked like the ultimate climate denier had had a change of heart – but no. Inhofe was ready to acknowledge climate change was occurring but he was adamant it had nothing to do with human activity such as the burning of fossil fuels.

“Climate is changing and climate has always changed and always will,” Inhofe told the Senate. “The hoax is that there are some people who are so arrogant to think they are so powerful they can change climate. Man can’t change climate.”

The quick thinking from Inhofe now leaves Wicker, the new chair of the National Republican Senatorial Committee, as the only Republican to still embrace the entire idea of climate change as a hoax.

Wicker did not immediately comment on his vote. But he has regularly said that there is no firm evidence of global temperature rise.

An amendment introduced by the North Dakota Republican and Keystone bill sponsor, John Hoeven, attributed climate change to human activity, but said the pipeline would have no significant impacts. Fifteen Republicans voted in favour, but the measure still failed by one vote, 59-40.

The final climate amendment, introduced by the Hawaii Democrat Brian Schatz, went further, stating: “human activity significantly contributes to climate change.”

Only five Republicans supported it – Lindsey Graham of South Carolina, Lamar Alexander of Tennessee, Kelly Ayotte of New Hampshire, Susan Collins of Maine and Mark Kirk of Illinois.

Rand Paul of Kentucky, Marco Rubio of Florida, and Ted Cruz of Texas – all thought of as leading Republican contenders for the 2016 presidential race – voted against. The bill was defeated 50-49.

Environmental groups claimed a partial victory – at least Republicans were admitting climate change was indeed occurring.

“I’m hoping that after many years of darkness and blockade that this can be a first little vote beam of light through the wall that will allow us to at least start having an honest conversation about what carbon pollution is doing to our climate and to our oceans,” Whitehouse told the Senate.

But the Senate has acknowledged the existence of climate change before and, as long ago as 2005, voted to affirm that human activity was its driver.

Since 2005, there has been an entire decade of accumulating evidence in real-time of the effects of climate change – and its threat in the future.

“We are worse off than 2005,” said Robert Brulle, a sociologist at Drexel University who writes about the climate denial movement. “The resolution saying that anthropogenic climate change is real and we need to act passed in 2005, and failed in 2015,” he said in an email. “A similar resolution failed today. 10 years, more certain science, less political will.” 

--------------

Dans le même domaine, voir :

In God We Trust — Wikipédia

fr.wikipedia.org/wiki/In_God_We_Trust
 

09/06/2012

Abattage rituel et dérogation

lu sur :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/06/08/abattage-rituel-les-pays-bas-abregent-la-souffrance-animale_1715177_3244.html

Abattage rituel : les Pays-Bas abrègent la souffrance animale

LE MONDE | 09.06.2012 à 08h29 • Mis à jour le 09.06.2012 à 08h29

Un accord prévoyant aux Pays-Bas l'étourdissement des animaux quarante secondes après leur égorgement rituel a été signé, mardi 5 juin, entre le secrétaire d'Etat néerlandais de l'agriculture et les représentants des communautés religieuses musulmane et juive.

Cette mesure, qui met fin à plusieurs mois de polémique, entre immédiatement en vigueur. La réglementation européenne impose l'étourdissement préalable des animaux afin d'éviter qu'ils souffrent lors de l'abattage.

Comme en France, la loi néerlandaise permet toutefois, par dérogation, d'abattreles animaux en pleine conscience dans le cadre de l'abattage rituel, halal ou casher. Au grand dam du Parti pour les animaux (PvdD), qui dispose de deux sièges sur 150 à la Chambre basse du Parlement néerlandais.

En juin 2011, le PvdD était parvenu à faire adopter par les députés une proposition d'amendement visant à supprimer cette exception. Mais les sénateurs s'y sont opposés, demandant au secrétaire d'Etat à l'agriculture, Hans Bleker, de trouverune solution moins "extrême". Ce qui est donc fait.

En prévoyant l'étourdissement des animaux, s'ils n'ont pas perdu conscience d'eux-mêmes, quarante secondes après l'égorgement effectué par le sacrificateur, le compromis trouvé avec les instances religieuses ne contrevient pas au rituel, tout en donnant partiellement satisfaction aux associations de protection animale.

Selon le PvdD, "plus de deux millions d'animaux", principalement des moutons et des poulets, sont abattus chaque année aux Pays-Bas selon les rituels halal et casher. Un chiffre contesté par Halal Correct, la société délivrant les certificats pour la viande halal dans le pays, qui affirme que 250 000 animaux par an sont abattus sans avoir été préalablement étourdis.

Au-delà des chiffres, "cet accord montre que le dialogue est possible dans ce domaine avec les communautés religieuses", constate Frédéric Freund, directeur de l'association française OABA (Œuvre d'assistance aux bêtes d'abattoirs). Les Pays-Bas se positionnent ainsi à mi-chemin entre la Suisse ou la Norvège, qui interdisent purement et simplement l'abattage rituel sans étourdissement, et des pays comme la France, où la question n'a jamais été abordée de front.

AUCUNE PORTÉE NORMATIVE

Elle est pourtant d'actualité. Au moins 25 % des ovins et bovins tués dans les abattoirs français le sont sans étourdissement préalable. Beaucoup plus, selon un récent rapport du Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux (CGAAER), pour qui "ce qui ne devait être qu'une dérogation s'est généralisé".

Prévus pour entrer en application au 1er juillet 2012, le décret et l'arrêté du 28 décembre 2011 relatifs à cette problématique ont précisé et resserré les modalités d'obtention de cette dérogation, et réaffirmé la nécessité de contrôler efficacement son application dans les abattoirs. Mais les suggestions qui y sont faites pour réduire la souffrance animale après l'égorgement sans perte de conscience n'ont aucune portée normative.

Ces recommandations, précisées le 13 mars dans une circulaire de la Direction générale de l'alimentation, prévoient un étourdissement complémentaire si l'animal reste conscient au-delà de trente secondes pour les ovins et caprins, et de quatre-vingt-dix secondes pour les bovins et les veaux.

Un temps de souffrance autorisé qui fait bondir M. Freund. Celui-ci souligne que les accords européens "Diarel", passés en 2011 à Bruxelles afin de "faciliter l'adoption de bonnes pratiques d'abattage rituel", préconisent (si nécessaire) un étourdissement complémentaire trente secondes après l'égorgement pour les ovins et caprins, 45 secondes pour les bovins.

Catherine Vincent

02/03/2012

Pétition contre l'abattage sans étourdissement des animaux de ferme

Voir: 

http://www.30millionsdamis.fr/agir-pour-les-animaux/petitions/signer-petition/pour-letourdissement-systematique-des-animaux-de-ferme-avant-leur-abattage-26.html

Pétition contre l'abattage sans étourdissement des animaux de ferme

Cliquez ici pour signer la pétition "Contre l'abattage sans étourdissement des animaux de ferme" sur le site de la Fondation.

voir :

http://www.30millionsdamis.fr/agir-pour-les-animaux/petitions/signer-petition/pour-letourdissement-systematique-des-animaux-de-ferme-avant-leur-abattage-26.html

Monsieur le président de la République,
Monsieur le ministre de l’Intérieur, chargé des cultes,
Monsieur le ministre de l’Agriculture,

La pratique consistant à abattre les animaux sans étourdissement préalable est inacceptable, quels qu’en soient les motifs.

Par ailleurs, pour des raisons éthiques parfaitement légitimes, le consommateur sensible à la protection des animaux a le droit de ne pas vouloir consommer de viandes issues de la souffrance animale.

En France, « l’étourdissement des animaux est obligatoire avant l’abattage ou la mise à mort (…) sauf si cet étourdissement n’est pas compatible avec la pratique de l’abattage rituel » (art. R.214-70 du Code rural). Or, l’examen de la pratique de l’abattage rituel dans notre pays fait apparaître que la proportion d’animaux qui ne sont pas étourdis avant leur saignée dépasse de beaucoup les besoins des seuls consommateurs concernés. En réalité, une part importante des viandes issues d’un abattage rituel est commercialisée dans le circuit traditionnel sans qu’il soit fait mention de cette caractéristique.

A minima, je demande donc que l’étiquetage de la viande (ou d’une préparation contenant de la viande) comporte obligatoirement la mention du mode d’abattage, afin que le droit à l’information du consommateur soit respecté.

A terme, je réclame la généralisation de l’étourdissement de tous les  animaux avant leur abattage, sans exception aucune.

---------------------

sur le même sujet, lu sur :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/03/02/le-halal-ou-les-risques-de-l-opacite_1651040_3232.html

Le halal ou les risques de l'opacité

 02.03.12 | 13h21  •  Mis à jour le 02.03.12 | 15h59

Les récents propos de Marine Le Pen sur la viande halal, la volonté affichée du président de la République de déminer la polémique naissante, le silence de nombre de responsables politiques sur le sujet ont montré la sensibilité et la complexité de ce dossier. Si Marine Le Pen n'a pas eu tort de pointer la présence de viande halal (mais aussi casher) dans les circuits de distribution de la viande conventionnelle - une réalité connue et reconnue par les acteurs de ce marché depuis plusieurs années - et de demander davantage de transparence dans ce domaine, elle a en revanche été démentie sur les chiffres qu'elle avançait. Plus frappant, son message implicite sur l'"islamisation" de la France n'a pas été franchement suivi, contrairement à l'emballement qui avait fait suite à sa dénonciation des prières musulmanes dans la rue en 2010.

Lassitude face à l'instrumentalisation de l'islam par l'extrême droite, sous couvert, cette fois, de la défense des animaux ? Difficulté à parler clair sur un dossier plus technique et économique que politique ou ethnico-religieux ? Ampleur des enjeux, qui dépassent la seule communauté musulmane et touchent aussi les juifs, sans parler des professionnels de la viande ? Crainte de mettre en lumière des failles dans les procédures de traçabilité et d'information aux consommateurs ? Les raisons ne manquent pas pour faire de ce dossier un piège à double ou triple détente, finalement assez peu rentable politiquement. Eléments de compréhension.

Théoriquement, une viande halal (licite selon la loi islamique) est issue d'un animal abattu rituellement : égorgé vivant, sans étourdissement préalable, la tête tournée vers La Mecque, par un sacrificateur musulman qui prononce une bénédiction. Dans la pratique et faute d'un label unanimement reconnu, le marché de la certification halal souffre d'un manque de transparence entretenu par les acteurs, musulmans et non musulmans, de ce marché en forte croissance.

L'élaboration d'une norme unique bute sur la diversité des conceptions du halal, liées à des lectures plus ou moins strictes des avis islamiques rendus à travers le monde. Certains acceptent l'étourdissement avant ou après la saignée. D'autres pas. Certains admettent l'abattage mécanique. D'autres non. Résultat : sont estampillées halal des viandes qui aux yeux de certains musulmans ne le sont pas. Dans ce contexte, les contentieux entre associations musulmanes, contemptrices du "faux halal", et industriels, désireux de profiter de ce marché évalué à 5 milliards d'euros, se multiplient. 

Le flou est accentué par l'absence de règles de contrôle : quelques organismes indépendants salarient des contrôleurs rémunérés par le surcoût du kilo de viande payé par les consommateurs (de 2 à 10 centimes selon les cas), d'autres se contentent de fournir les contrôleurs rémunérés par l'entreprise qu'ils sont chargés d'inspecter. Quant à savoir si la surtaxe s'applique aux kilos de viande (halal ou casher) écoulés dans le circuit classique, les opérateurs assurent que non. L'affirmation est confirmée par certains spécialistes mais laissent sceptiques d'autres experts.. 

Source de "fantasmes" selon les observateurs, l'abattage rituel est prévu par la loi depuis les années 1960 grâce à une dérogation à l'abattage avec étourdissement préalable des bêtes. Mais, face aux abus observés ces dernières années dans l'usage de ces dérogations, le gouvernement a publié en décembre un décret qui doit entrer en vigueur le 1er juillet ; il vise à davantage de "transparence" en faisant correspondre les autorisations dérogatoires aux commandes réelles pour le marché halal ou casher.

Aujourd'hui, pour des raisons d'économie, certains industriels renoncent à une double chaîne d'abattage et mettent sur le marché des volumes de viande issue de l'abattage rituel supérieurs aux besoins (14 % du tonnage d'animaux de boucherie selon le ministère de l'agriculture, pour une population juive et musulmane évaluée à moins de 10 %). Le ministère de l'agriculture estime même à "50 % la proportion d'ovins et à 12 % la part de bovins abattus rituellement". Mais, le ministère assure aussi qu'entre les importations (60 % des agneaux) et les exportations (environ 2 % du boeuf halal est vendu au Maghreb et en Turquie) ces pourcentages ne correspondent pas à la part de viande consommée en France. Mais il reste pour l'instant impossible de connaître la part du halal ou du casher dans le circuit classique. 

En dépit de ces dysfonctionnements, et contrairement à plusieurs pays européens, la France, qui abrite les communautés juive et musulmane les plus importantes d'Europe, n'entend pas revenir sur l'abattage rituel, au nom de la "liberté de culte". Les responsables politiques français rassurent régulièrement les représentants religieux sur ce point. De même, craignant une stigmatisation des communautés concernées, la France ne souhaite pas mettre en place un étiquetage précisant si l'animal a été abattu rituellement. Au nom de la transparence, des députés UMP avaient en 2010 tenté d'imposer cette précision, avant d'y renoncer. De leur côté, les responsables juifs, désormais rejoints par les musulmans, oeuvrent depuis des années pour maintenir ces spécificités françaises. Ils craignent que l'étiquette "casher" suscite des campagnes de boycottage.

Mais, sous la pression de l'Europe ou des consommateurs, avec ou sans Marine Le Pen, il n'est pas sûr que la France échappe à un débat sur ces questions. 
lebars@lemonde.fr
Stéphanie Le Bars, Service Société
Article paru dans l'édition du 03.03.12
-----------------------------------------
sur le même sujet, lu sur :
http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=5046

27/2/2012

La viande halal au cœur des campagnes électorales

A l’approche de la prochaine élection présidentielle, tous les arguments sont bons pour récolter des voix. Dernièrement, Marine Le Pen, candidate FN pour l’élection présidentielle 2012, a fait de la souffrance animale, à travers la dénonciation du mode de production de la viande halal, son nouveau cheval de bataille. Le 23 février, la candidate a ainsi annoncé que son avocat, Me Wallerand de Saint-Just, a déposé une plainte contre x auprès du procureur de la République de Nanterre, « pour l’infraction de tromperie sur les qualités substantielles des marchandises vendues et pour l’infraction d’actes de cruauté envers les animaux domestiques ». 

De fait, bien que la législation actuelle impose aux pays européens l’étourdissement préalable des animaux de boucherie avant leur mise à mort, cette obligation peut être contournée pour des raisons religieuses. Or, l’abattage sans étourdissement étant plus rentable, de plus en plus d’abattoirs, notamment français et belges, égorgent des animaux encore conscients. Selon le COPERCI (1), 20 % des ovins, 20 % des bovins et 20 % des volailles ont été abattus selon le rite halal en 2008. Or, les communautés juives et musulmanes françaises ne représentaient qu’environ 11 % des habitants en 2008. L’exportation ne pouvant, à elle seule, le justifier, l’excédent de ce type de production rejoint donc le circuit classique, sans mention particulière. Surfant sur cette tendance, certaines grandes chaînes de restauration ont proposé des menus halal. 
C’est notamment le cas de l’enseigne Quick, dont l’Etat détient 94 % du capital

Selon l’association de protection animale L214, en réaction aux propos de la candidate FN, le Président de la République, Nicolas Sarkozy aurait déclaré : « Sur les 200 000 tonnes de viande qui sont consommées en Ile-de-France, il y en a 2,5 % qui sont de la viande casher et de la viande halal. Est-ce que ça vaut vraiment le coup de faire une polémique pour cela ? ». L214 a souhaité revenir sur ce pourcentage, qui donne à penser que la viande halal se cantonne à l’Ile-de-France alors que l’abattage rituel est pratiqué dans l’ensemble des abattoirs français. Selon les chiffres émanant du ministère de l’Agriculture même, 12 % des bovins, 13 % des veaux et 49 % des ovins-caprins des animaux de boucherie ont été soumis à l’abattage rituel en France en 2007. 

Il est clair que le président français a manqué à sa volonté affirmée lors de sa précédente campagne présidentielle, en décembre 2006, de généraliser l’étourdissement préalable dans les abattoirs halal. Ceci mis à part, ce n’est certes pas un hasard si l’intérêt soudain pour la souffrance animale dans les débats pré-électoraux s’est portée sur la viande halal et non sur l’élevage industriel de porcs, l’élevage de poules pondeuses en batteries ou le gavage des oies et des canards. 

Cécile Cassier

1- Le COmité PERmanent de Coordination des Inspections réunit les inspections générales de l'administration et de l'agriculture, et le conseil général vétérinaire.

--------------------

sur le même sujet à propos de l'information des consommateurs :

à lire sur :

http://www.lepoint.fr/societe/viande-halal-une-deputee-ump-depose-puis-retire-une-proposition-de-loi-04-03-2012-1437652_23.php

source AFP

Viande halal : une députée UMP dépose puis retire une proposition de loi

Alors que Nicolas Sarkozy s'est prononcé samedi à Bordeaux pour l'étiquetage des modes d'abattage de la viande, une députée UMP, Françoise Hostalier, a retiré une proposition de loi en ce sens visant la viande halal, quelques jours après l'avoir déposée.  

04/03/2012 à 11:57

18/10/2011

Dieu, un justiciable pas comme les autres

lu sur :

http://www.lepoint.fr/societe/dieu-un-justiciable-pas-comme-les-autres-17-10-2011-1385712_23.php

Dieu, un justiciable pas comme les autres

Par

Techniquement, ce n'est pas encore le Jugement dernier. Mais Salvatore Pertutti vient de perdre une sacrée manche judiciaire dans le combat qu'il mène depuis des années contre... la Bible et le Coran. La justice vient en effet de déclarer non recevable la plainte engagée par cet électricien quadragénaire de Moselle qui se disait choqué par "les propos sexistes, homophobes et sectaires" des deux livres saints. Il s'appuyait sur la loi du 29 juillet 1881, relative à la liberté de la presse, augmentée en 2004 pour condamner l'homophobie. En vain.

Il n'est pas le premier à avoir tenté de s'attaquer juridiquement à la religion, sous quelque aspect que ce soit. En 2008, un sénateur américain n'avait pas hésité à porter plainte contre... Dieu. En personne, si l'on peut dire. Ernie Chambers voulait, courageusement, intenter un procès contre le Tout-puissant pour mettre un terme à "la mort, la destruction et la terreur" provoquées, selon lui, par Dieu. Mais là encore, la justice des hommes décidait d'être clémente. Dans son arrêt, le juge Marlon Polk faisait valoir que le plaignant devait être en mesure de joindre la partie adverse pour que le procès puisse avoir lieu. Indiscutable.

"Escroquerie, abus de confiance, corruption"

Cette plainte contre Dieu n'était pas une première. Un an plus tôt, un Roumain de 40 ans avait lui aussi défié Dieu. Mircea Pavel, qui purge une peine de vingt ans de prison pour meurtre, l'accusait "d'escroquerie, d'abus de confiance, de corruption et de trafic d'influence". Rien que ça.

Il lui reprochait de ne pas avoir pris en compte ses prières. "Lors de mon baptême, j'ai conclu un contrat avec l'accusé visant à me délivrer du mal. Or, jusqu'ici, ce dernier n'a pas honoré ce contrat, bien qu'il ait reçu de ma part différents biens et de nombreuses prières", écrivait alors le plaignant. La réponse du tribunal roumain avait alors été sensiblement la même que celle de la justice américaine : "Dieu n'est pas un sujet de droit et n'a pas d'adresse." Imparable.

"L'accusé n'est pas un résident de l'État"

Si Dieu paraît donc juridiquement intouchable, il n'est pas le seul membre de la sainte famille à avoir été inquiété par la justice. En Italie, c'est son fils, Jésus, qui a vu son existence même remise en cause par un septuagénaire. Luigi Cascioli, athée acharné - décédé depuis - avait intenté une action contre le père Enrico Righi, curé d'une paroisse d'Ombrie, dans le centre de l'Italie. Il l'accusait d'avoir abusé de la crédulité populaire en affirmant dans son bulletin paroissial que Jésus a existé. Conciliant, il promettait toutefois de retirer sa plainte "dès qu'une preuve de l'existence historique de Jésus lui serait fournie". En bout de course, la justice italienne a décidé d'un non-lieu sur ce dossier en 2008.

Mais que l'on se rassure, dans l'au-delà, l'impunité est généralisée. En 1971, un Américain avait porté plainte contre... Satan, qu'il rendait responsable de tous ses maux ! "Satan a mis des obstacles délibérés sur le chemin du plaignant, causant sa chute", mentionnait très sérieusement sa plainte, très terre à terre. La réponse de la Cour de justice de Pennsylvanie ne le fut pas moins : "L'accusé n'est pas résident de l'État." Il est vrai que le diable se cache souvent... dans les détails.

Par

08:20 Publié dans religion | Lien permanent | Commentaires (0)