Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/02/2009

Mobilisation des enseignants-chercheurs

lu sur :
http://blogs.inserm.fr/synthesedepresse/

Mardi 11 février 2009
Mobilisation des enseignants-chercheurs
D'après l'AFP, des chercheurs de la station biologique de Roscoff ont envoyé à l'Elysée une soixantaine de leurs travaux afin de protester contre les propos du président de la République qui avait jugé "médiocres" les résultats de la recherche française. Ils dénoncent "le démantèlement" des organismes de recherche comme le CNRS ou l'Inserm. Selon Libération, "le ministère de l'enseignement supérieur a du souci à se faire" car les étudiants rejoignent les enseignants-chercheurs dans la contestation. Citée par ce quotidien, une chercheuse de l'Inserm considère que le discours du gouvernement est un "tissu de mensonges pour dévaluer notre profession." Elle souhaite "une réelle concertation".
L'Humanité évalue à 50.000 le nombre de personnes qui ont manifesté hier pour "défendre un bien commun : le savoir." Les Echos estiment que, malgré l'ampleur des manifestations, Valérie Pécresse va défendre "becs et ongles les grands axes de sa réforme."
Agence France Presse_Fil Général , 10/02/2009 - LIBERATION , 11/02/2009 - Humanité [L'] , 11/02/2009 - Echos [Les] , 11/02/2009 (*)

Sauvons la recherche demande le retrait du décret
Dans un entretien accordé aux Echos (**), Isabelle This Saint-Jean, présidente de Sauvons la recherche, déclare que la réforme du statut des enseignants-chercheurs a été "conduite dans la précipitation, avec des préjugés idéologiques." Mais selon elle, le problème ne se limite pas à "la question du décret". Elle pense que l'université est "en pleine dépression." Les universitaires demandent "l'arrêt du démantèlement du CNRS, l'abandon des mastères d'enseignement, et la fin des suppressions de postes." Isabelle This Saint-Jean précise qu'ils ne refusent pas l'évaluation, mais veulent que celle-ci soit "conduite par les pairs" et ne soit pas "purement quantitative."
Echos [Les] , 11/02/2009

(*) : http://www.lesechos.fr/info/france/4829646.htm

(**): http://www.lesechos.fr/info/france/4829491--l-universite-est-en-pleine-depression-.htm

05/12/2008

Les chercheurs s'opposent à la réforme des sciences du vivant

LES chercheurs s'opposent à la réforme des sciences du vivant.
DES chercheurs manifestent.

lu sur :

http://blogs.inserm.fr/synthesedepresse/

Vendredi 5 décembre 2008
Des chercheurs s'opposent à la réforme des sciences du vivant
Selon La Tribune, environ 200 chercheurs ont manifesté devant le siège de l'Inserm lors de la tenue d'un conseil d'administration qui a été délocalisé à Bagnolet (Seine-Saint-Denis). Ils s'opposaient à la création d'un institut unique des sciences du vivant. Selon Jacqueline Godet, du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, cité par La Tribune, cet institut serait "une agence de financement avec un rôle d'opérateur", la recherche étant dévolue aux universités. M. André Syrota, Directeur général de l'Inserm, a accordé un entretien au quotidien économique intitulé "Il n'y aura plus désormais qu'un seul grand institut" L'AFP rapporte que les élus du personnel ont refusé de siéger à Bagnolet, et qu'ils "étudieraient la possibilité d'un recours en justice pour faire annuler le CA". Dans Les Echos, Alain Trautmann, de Sauvons la recherche, estime que la réforme de la recherche ne se fait pas avec l'accord des scientifiques.
Tribune [La] , 05/12/2008 - Agence France Presse, 04/12/2008- Echos [Les] , 05/12/2008 - Figaro [Le] , 05/12/2008

14:07 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : recherche, sciences